Coupe d'Europe des clubs champions 1992/93

 

Premier tour (du 9 au 11 octobre 1992)

Le premier de chaque groupe est qualifié pour les demi-finales.

Groupe A (à Sofia, Bulgarie)

Levski-Spartak Sofia (BUL) - Ferencváros TC Budapest (HON) 2-7
HK Saga Riga (LET) - Ferencváros 4-1
Levski-Spartak Sofia - Saga Riga 1-5

Classement : 1 Saga Riga (LET) 4, 2 Ferencváros TC (HON) 2, 3 Levski-Spartak Sofia (BUL) 0.

 

Groupe B (à Pieštany, Tchécoslovaquie)

Dukla Trencín (TCH) - HK Zagreb (CRO) 13-1
HK Zagreb - Acroni Jesenice (SLO) 5-7
Dukla Trencín - Acroni Jesenice 10-4

Classement : 1 Dukla Trencín (TCH) 4, 2 Acroni Jesenice (SLO) 2, 3 HK Zagreb (CRO) 0.

 

Groupe C (à Herning, Danemark)

Herning IK (DAN) - Narva Kreenholm (EST) 0-9 (0-2,0-3,0-4)
Narva Kreenholm - Jokerit Helsinki (FIN) 2-3 (1-1,1-2,0-0)
Herning - Jokerit Helsinki 1-9 (1-1,0-4,0-4)

Classement : 1 Jokerit Helsinki (FIN) 4, 2 Narva Kreenholm (EST) 2, 3 Herning IK (DAN) 0.

 

Groupe D (à Villach, Autriche)

Villach (AUT) - Geleen (PB) 5-1 (1-0,3-0,1-1)
Dinamo Minsk (BLR) - Geleen 1-2 (1-0,0-1,0-1)
Villacher SV - Dinamo Minsk 5-3 (3-1,1-1,1-1)

Classement : 1 Villach (AUT) 4, 2 Geleen (HOL) 2, 3 Dinamo Minsk (BLR) 0.

 

Groupe E (à Blackburn, Grande-Bretagne)

Vålerenga IF Oslo (NOR) - Steaua Bucarest (ROU) 5-4
Durham Wasps (GBR) - Txuri Urdiñ (ESP) 9-2
Vålerenga - Txuri Urdiñ 11-1
Durham - Steaua Bucarest 3-6
Txuri Urdiñ - Steaua Bucarest 1-10
Durham - Vålerenga 2-6

Classement : 1 Vålerenga Oslo (NOR) 6, 2 Steaua Bucarest (ROU) 4, 3 Durham (GBR) 2, 4 Txuri Urdiñ (ESP) 0.

 

Groupe F (à Oswiecim, Pologne)

Unia Oswiecim (POL) - Energija Elektrenai (LIT) 16-1
Energija Elektrenai - Sokol Kiev (UKR) 3-16
Unia Oswiecim - Sokol Kiev 3-2

Classement : 1 Unia Oswiecim (POL) 4, 2 Sokol Kiev (UKR) 2, 3 Energija Elektrenai (LIT) 0.

On attendait un débarquement en force des clubs de l'ex-URSS, mais Minsk échoue piteusement contre un club néerlandais et le Sokol Kiev est logiquement battu par Oswiecim.

 

 

 

Demi-finales (du 12 au 14 novembre 1992)

Les deux premiers de chaque groupe et les deux meilleurs troisièmes sont qualifiés pour la finale.

Groupe G (à Rouen, France)

Rouen HC (FRA) - HK Saga Riga (LET) 13-0 (4-0,6-0,3-0)
Malmö IF (SUE) - Unia Oswiecim (POL) 6-5 (2-1,2-2,2-2)
Malmö IF - Saga Riga 18-0 (6-0,6-0,6-0)
Rouen - Oswiecim 8-1 (4-1,2-1,2-0)
Rouen - Malmö 4-3 (1-1,2-1,1-1)
Unia Oswiecim - Saga Riga 11-1 (1-1,5-0,5-0)

Classement : 1 Rouen HC (FRA) 6, 2 Malmö IF (SUE) 4, 3 Unia Oswiecim (POL) 2, 4 Saga Riga (LET) 0.

Sans Andreï Vittemberg, sans Claude Verret qui s'est fracturé un orteil, et sans Rodolphe Garnier auteur d'un doublé la veille, les Dragons de Rouen réussissent un nouveau grand exploit sur la scène européenne en battant les champions de Suède avec notamment deux buts de Guy Fournier. Cette victoire, alliée au carton contre une équipe d'Oswiecim qui a pourtant prouvé sa valeur par ailleurs, plonge les Normands dans l'euphorie.

 

Groupe H (à Milan, Italie)

Düsseldorf (ALL) - Dukla Trencín (TCH) 5-1 (2-1,1-0,2-0)
Lion Milan (ITA) - Vålerenga IF (NOR) 7-3 (2-1,3-1,2-1)
Düsseldorf - Vålerenga 3-3 (1-0,1-2,1-1)
Lion Milan - Dukla Trencín 4-1 (1-1,1-0,2-0)
Lion Milan - Düsseldorf 6-2 (2-1,2-1,2-0)
Dukla Trencín - Vålerenga 6-2

Classement : 1 Lion Milan (ITA) 6, 2 Düsseldorf (ALL) 3, 3 Dukla Trencín (TCH) 2, 4 Vålerenga IF (NOR) 1.

Düsseldorf bat une décevante équipe de Trencín en ouverture et joue ensuite petit bras, d'autant que ses internationaux reviennent de la Deutschland Cup et qu'un match important les attend le surlendemain contre Munich. Au contraire, le "Berlusconi de Milan" (alias Lion ou Devils) remplit sa mission de tout écraser.

Mais la contestation qui ne vient pas sur la glace se manifeste dans les tribunes. Les supporters de feu l'équipe de Milan, tuée par l'irruption de la formation de Berlusconi (voir pages Italie de 1992 et 1993), remplissent les travées du Forum et chantent de façon ininterrompue leur fidélité à leurs couleurs "rossoblu" et leurs griefs envers Silvio Berlusconi. Celui-ci est averti à temps et quitte les lieux pour ne pas être vu en train d'assister au scandale. Quant aux représentants de Italia 1 (la chaîne de télévision possédée par Berlusconi et qui retransmet la rencontre en direct), ils abaissent le niveau sonore du micro d'ambiance pour que rien ne transparaisse.

 

Groupe J (à Helsinki, Finlande)

Dynamo Moscou (RUS) - SC Berne (SUI) 3-1 (2-0,1-1,0-0)
Jokerit Helsinki (FIN) - Villach (AUT) 6-3 (3-3,2-0,1-0)
Berne - Jokerit Helsinki 1-0 (0-0,0-0,1-0)
Dynamo Moscou - Villach 2-1 (1-1,1-0,0-0)
Jokerit Helsinki - Dynamo Moscou 4-7 (2-4,2-1,0-2)
SC Berne - Villach 2-1 (2-0,0-1,0-0)

Classement : 1 Dynamo Moscou (RUS) 6, 2 SC Berne (SUI) 4, 3 Jokerit Helsinki (FIN) 2, 4 Villach (AUT) 0.

Le Jokerit Helsinki, qui devrait pourtant avoir à cśur de briller à domicile, se qualifie ric-rac parmi les meilleurs troisièmes avec deux points et une différence de bruits de -1 (derrière Oswiecim à +2 mais devant Trencín à -3). Dans l'ensemble, la prestation des Jokers dans cette Coupe d'Europe, déjà médiocre au premier tour avec un pas fameux 3-2 contre le champion d'Estonie, ne s'améliore pas.

 

 

 

Finale (du 26 au 30 décembre 1992 à Düsseldorf et Duisburg, Allemagne)

Groupe 1

Malmö IF (SUE) - Unia Oswiecim (POL) 5-0 (2-0,2-0,1-0)
Lion Milan (ITA) - SC Berne (SUI) 4-3 (0-2,4-1,0-0)
Unia Oswiecim - SC Berne 2-1 (0-0,2-1,0-0)
Lion Milan - Malmö 2-3 (1-0,0-2,1-1)
Unia Oswiecim - Lion Milan 3-8 (1-1,2-2,0-5)
Malmö IF - SC Berne 5-1 (3-0,0-1,2-0)

Classement : 1 Malmö IF (SUE) 6, 2 Lion Milan (ITA) 4, 3 Unia Oswiecim (POL) 2, 4 SC Berne (SUI) 0.

 

Groupe 2

Düsseldorfer EG (ALL) - Rouen HC (FRA) 8-2 (5-1,1-0,2-1)
Dynamo Moscou (RUS) - Jokerit Helsinki (FIN) 6-0 (1-0,1-0,4-0)
Düsseldorf - Jokerit Helsinki 0-3 (0-1,0-1,0-1)
Dynamo Moscou - Rouen 5-0 (1-0,4-0,0-0)
Düsseldorf - Dynamo Moscou 1-3 (0-1,0-2,1-0)
Jokerit Helsinki - Rouen 4-2 (2-0,2-2,0-0)

Classement : 1 Dynamo Moscou (RUS) 6, 2 Jokerit Helsinki (FIN) 4, 3 Düsseldorfer EG (ALL) 2, 4 Rouen HC (FRA) 0.

Trop confiants après leur demi-finale, les Rouennais en ont oublié la difficulté de la Coupe d'Europe. Le premier match contre Düsseldorf, retransmis à la télévision française, est vu comme une étape relevée mais franchissable qui doit les conduire à un possible podium européen... Résultat, ils partent à l'assaut la fleur au fusil en omettant d'assurer leurs arrières. En moins de sept minutes, le DEG mène 4-0 et conclura la démonstration sur le score de 8-2 avec cinq buts de Chris Valentine, alors que le gardien rouennais Petri Ylönen sera exclu du match après avoir pété les plombs...

Ces deux formations connaîtront ensuite un sort semblable et devront toutes deux ravaler leurs ambitions de podium. En effet, les "meilleurs supporters d'Europe" (certes auto-proclamés), qui d'ailleurs ne chauffent pas aussi nombreux qu'en championnat leur patinoire glacée ouverte à tous les vents, verront les leurs battus par le Dynamo Moscou, puis par le Jokerit emmené par Sami Wahlsten et son frère Jali (et par le gardien international Markus Ketterer). C'est un échec par rapport à la place de finaliste de l'an passé, mais Hans Zach estime que ses troupes ont aussi bien joué, mais que les adversaires étaient d'un autre calibre...

C'est le Dynamo Moscou qui accède à la finale grâce à sa victoire du premier jour. Il faut dire que son jeune centre Alexeï Yashin a une affection particulière pour le Jokerit. Il avait déjà inscrit deux buts contre les Finlandais au tour précédent, et il récidive dans ce tournoi final

Derniers de ce groupe relevé, les Dragons de Rouen terminent huitièmes. Ils se consoleront comme ils peuvent en se disant qu'ils sont - comme déjà l'an passé ! - les seuls à avoir battu le futur vainqueur.

 

Match pour la troisième place

Jokerit Helsinki (FIN) - Lion Milan (ITA) 4-2 (2-0,2-1,0-1)

 

Finale

Malmö IF (SUE) - Dynamo Moscou (RUS) 4-3 t.a.b. (0-1,1-1,2-1,0-0,1-0)

Moscou prend l'avantage par trois fois, mais Malmö revient à chaque fois et arrache une prolongation. Après dix minutes sans que la décision ne se fasse, on en vient à une séance de tirs au but. Seul Peter Sundström réussit à transformer le sien en battant Ildar Mukhometov, alors que le gardien vétéran Pekka Lindmark arrête les cinq tentatives russes. Les Suédois n'ont pas trop le temps de fêter leur victoire. Après la remise du trophée et la photo des vainqueurs, ils rentrent pressés à la douche. C'est que les deux formations ont des avions à prendre et qu'elles n'avaient pas prévu les prolongations et les penaltys à leur emploi du temps...

 

Meilleurs marqueurs de la finale

                                  B  A  Pts
1 Chris Valentine    Düsseldorf   5  1   6
2 Paul Beraldo       L. Milan     3  3   6
3 Roman Ilyin        D. Moscou    2  3   5
4 John Vecchiarelli  L. Milan     1  4   5
5 Ravil Yakubov      D. Moscou    0  5   5
6 Alekseï Yashin     D. Moscou    3  1   4
7 Gaetano Orlando    L. Milan     3  1   4

 

 

La saison précédente (1991/92)

La saison suivante (1993/94)

 

Retour aux archives