Championnats du monde 1935

 

Les championnats du monde sont organisés pour la première fois à Davos, station de cure et lieu historique du hockey sur glace. On atteint un record de participation avec quinze pays, et le niveau est en nette hausse. Le jeu est plus physique, on recense plus de crosses cassées, mais aussi quelques blessés : l'absence d'un médecin sur la patinoire est déplorée par plusieurs participants.

 

Premier tour (du 19 au 21 janvier 1935)

Les deux premiers de chaque groupe sont qualifiés pour les demi-finales.

Groupe A

Hongrie - Pays-Bas 6-0 (3-0,3-0,0-0)  Miklos 4, Gergely, Blazejowski
Suisse - Suède 6-1 (4-0,1-1,1-0)  Kessler 2, Cattini II 2, Torriani 2 / Liljeberg
Suède - Pays-Bas 6-0 (1-0,4-0,1-0)  Lindell, Öberg, Hellmann, Bergquist, Johansson
Suisse - Hongrie 1-1 (0-0,0-0,1-1)  Cattini II, Farkas
Suède - Hongrie 3-0 (1-0,1-0,1-0)  S. Johansson 2, Liljeberg
Suisse - Pays-Bas 4-0 (2-0,0-0,2-0)  Cattini II, Kessler, Torriani

Classement : 1 Suisse 5, 2 Suède 4, 3 Hongrie 3, 4 Pays-Bas 0.

Ce championnat du monde commence par un premier festival de la "ni-Sturm" de Bibi Torriani et des frères Cattini qui inscrit quatre buts contre la Suède. Elle est moins à son aise contre la Hongrie, dont la force se situe en défense avec le gardien Hircsák et de tenaces arrières, le maître du placement Miklós Barcza et le physique Mátyás Farkas.

 

Groupe B

France - Pologne 3-2 (1-0,2-1,0-1)  Delesalle, Claret, Stupnicki (c.s.c.) / Sokolowski, Marchewczyk
Italie - Allemagne 2-0 (1-0,1-0,0-0)  Dionisi 2
France - Italie 1-1 (0-0,0-1,1-0)  Lacarrière / Dionisi
Pologne - Allemagne 3-1 (1-0,2-1,0-0)  Stupnicki, Marchewczyk, Kowalski / Orbanowsky
France - Allemagne 2-1 (0-0,0-1,2-0)  Hassler, Delesalle / Jaenecke
Italie - Pologne 1-1 (0-0,1-1,0-0)  Zucchini / Sobolowski

Classement : 1 France 5, 2 Italie 4, 3 Pologne 3, 4 Allemagne 0.

Championne d'Europe en titre, l'Allemagne est battue d'entrée par un doublé d'Ignazio Dionisi et perd finalement contre trois équipes a priori d'un niveau inférieur. La France fait l'admiration des autres délégations car ses joueurs, exemplaires, sont couchés chaque soir à 22h.

 

Groupe C

Roumanie - Belgique 2-1 (1-0,0-0,1-1)  Cantacuzino, Botez / Kreitz
Tchécoslovaquie - Autriche 2-1 (0-0,1-1,1-0)  Tosicka (Malecek), Malecek / Tatzer
Autriche - Belgique 6-1 (0-0,2-1,4-0)  Tatzer, Stanek, Tatzer (Nowak), Demmer, Stanek (Nowak), Göbel / Kreitz
Tchécoslovaquie - Roumanie 4-2 (2-1,0-1,2-0)  Kucera 3, Malecek / Suck, Panonka
Autriche - Roumanie 2-1 (0-0,0-0,2-1)  Tatzer, Göbel / Cantacuzene
Tchécoslovaquie - Belgique 22-0 (7-0,7-0,8-0)  Malecek 6, Kucera 5, Tosicka 5, Hromadka 3, Pusbaur, Srotka, Cisar

Classement : 1 Tchécoslovaquie 6, 2 Autriche 4, 3 Roumanie 2, 4 Belgique 0.

Le match décisif pour la qualification oppose des Autrichiens peu énergiques, qui peuvent se contenter d'un nul, et d'étonnants Roumains. Ces derniers prennent l'avantage par le Comte Cantacuzene à neuf minutes de la fin. Soudain, tous les hockeyeurs autrichiens passent à l'attaque, et il leur faut quatre minutes pour que Hans Tatzer, laissé libre sur l'aile droite, égalise. Le favori domine ensuite jusqu'à la fin avec un but de Göbel et même un poteau de Demmer.

Même si elle se prend un carton mémorable, la Belgique a des raisons d'envisager l'avenir avec optimisme. Il y a encore deux ans, elle n'avait plus aucune patinoire artificielle (celle d'Anvers avait brûlé en 1928), et bientôt elle en comptera trois. Elle le doit à Martial van Schelle, un ancien champion de natation qui a eu le courage de recréer une piste de glace à ciel ouvert fin 1933 dans le quartier bruxellois de Ma Campagne, juste à côté de la fabrique de glace de la ville. Le succès de la patinoire donne des idés aux enceintes historiques de Bruxelles. Le Palais de Glace réouvre en septembre 1934, et le Pôle Nord, qui était devenu Palais d'été ou Music-Hall, fera de même en octobre 1935, tout en conservant une salle de spectacle attenante à la piste de glace, "L'Heure Bleue".

 

Groupe D

Canada - Grande-Bretagne 4-2 (0-1,2-0,2-1)  Yellowlees 2, A.Lemay, T.Lemay / Erhardt, Davey
Canada - Lettonie 14-0 (3-0,7-0,4-0)  Yellowlees 3, R. Rivers 3, Creighton 3, A. Lemay 3, T. Lemay, Lindquist
Grande-Bretagne - Lettonie 5-1 (1-0,2-1,2-0)  Ramus, Dailley, Davey, Stevenson 2 / Blukis

Classement : 1 Canada 4, 2 Grande-Bretagne 2, 3 Lettonie 0.

 

 

 

Demi-finales (du 22 au 24 janvier 1935)

Les deux premiers de chaque groupe sont qualifiés pour la finale.

Groupe A

Tchécoslovaquie - Italie 5-1 a.p. (0-0,1-0,0-1,4-0)  Kucera, Malecek 2, Tosicka 2 / Dionisi
Canada - Suède 5-2 (3-0,2-1,0-1)  T. Lemay 3, A. Lemay, R. Rivers / Andersson, Liljeberg
Canada - Italie 9-0 (3-0,4-0,2-0)  T. Lemay 2, A. Lemay 2, Yellowlees 2, J. Rivers, R. Rivers, Lindquist
Tchécoslovaquie - Suède 2-1 a.p. (1-0,0-0,0-1,1-0)  Malecek, Malecek (Kucera) / Jöhncke
Canada - Tchécoslovaquie 2-1 (0-0,1-0,1-1)  Lindquist, Hromadka c.s.c. / Cisar
Suède - Italie 1-1 (0-1,0-0,1-0)*  ? / Dionisi

* Les deux équipes décident de ne pas jouer les prolongations.

Classement : 1 Canada 6, 2 Tchécoslovaquie 4, 3 Suède 1 (-4), 4 Italie 1 (-13).

Le résultat entre les équipes qualifiées étant conservé pour le prochain tour, Canadiens et Tchécoslovaques se livrent au maximum. Il faut un but d'Albert Lemay, le meilleur joueur de cette équipe canadienne où il côtoie son frère Anthony, pour faire la décision.

 

Groupe B

Grande-Bretagne - France 1-0 (1-0,0-0,0-0)  >Wyman
Suisse - Autriche 1-1 a.p. (0-1,0-0,1-0,0-0,0-0,0-0)  Torriani / Demmer
Grande-Bretagne - Autriche 4-1 (0-0,2-1,2-0)  Dailley 2, Johnson, Ramus / Trauttenberg
Suisse - France 5-1 (3-0,0-1,2-0)  Cattini II, Torriani, Müller / Quaglia
Autriche - France 4-1 (2-0,1-1,1-0)  Demmer, Göbel, Tatzer 2 / Quaglia (Hassler)
Suisse - Grande-Bretagne 1-0 (1-0,0-0,0-0)  Cattini II

Classement : 1 Suisse 5, 2 Grande-Bretagne 4, 3 Autriche 3, 4 France 0.

Déjà qualifiée pour le tour final, la Suisse engrange une victoire précieuse dans sa besace face aux Anglais : Ferdinand "Pic" Cattini marque dès la troisième minute sur passe de Torriani, et les Helvètes protègent ensuite cette avance par une tactique défensive.

Battue d'entrée par les Britanniques sur un but de Bob Wyman, la France termine son tournoi difficilement : son meilleur marqueur du premier tour Miguel Delsalle est blessé, Jacques Lacarrière grippé joue malgré 39 de fièvre, et les deux seuls buts tricolores dans cette deuxième phase sont marqués par Léon Quaglia, qui devait prendre sa retraite mais a été encore appelé par les sélectionneurs à 41 ans.

 

 

Poules de consolation (du 23 au 25 janvier 1935)

Groupe A

Pologne - Belgique 12-2 (5-1,4-1,3-0)  Wolkowski 3, Marchewczyk 2, Zielinski, Kowalski 3, Goldewski, Ludwiczak 2 / Kreitz, Prootman
Hongrie - Belgique 6-1 (2-0,2-1,2-0)  Blaczejowski 2, Miklos 2, Stoics, Jeney / Pelczer
Pologne - Hongrie 1-1 (0-0,1-0,0-1)  Wolkowski / Haray

Classement : 1 Pologne 3 (+10), 2 Hongrie 3 (+5), 3 Belgique 0.

Groupe B

Allemagne - Pays-Bas 5-0 (0-0,5-0,0-0)  Lang 3, Orbanowski, Schenk
Roumanie - Lettonie 3-2 (1-0,2-0,0-2)  Stuck, Cantacuzene, Botez / Blukis, Petersons
Roumanie - Pays-Bas 6-0 (2-0,1-0,3-0)
Allemagne - Lettonie 3-1 (0-0,1-0,2-1)
Lettonie - Pays-Bas 7-0 (2-0,1-0,4-0)
Allemagne - Roumanie 3-0 (2-0,0-0,1-0)

Classement : 1 Allemagne 6, 2 Roumanie 4, 3 Lettonie 2, 4 Pays-Bas 0.

Les Pays-Bas n'ont pas mis un seul but en six rencontres pour leur première participation. Leur meilleur joueur semble être le défenseur Fritz van der Plugt, mais le bon air de Davos ne semble pas favorable à ce grand blond : en tout le malheureux tombe malade d'une pneumonie aiguë décède son retour au pays et meurt quelques jours plus tard

 

Match pour la neuvième place (le 27 janvier 1935)

Allemagne - Pologne 5-1 (2-0,2-1,1-0)  Jaenecke 2, Strobl 2, Schibukat / Zielinski

L'Allemagne relève la tête en remportant le tour de consolation.

 

 

Matches de classement (26 janvier 1935)

Suède - France 2-1 (0-1,1-0,1-0)  Jöhncke, Liljeberg / Hassler
Autriche - Italie 2-1 (0-0,2-1,0-0)  Nowak, Tatzer / Zucchini

Match pour la cinquième place (27 janvier 1935)

Suède - Autriche 3-1 (2-1,0-0,1-0)  Öberg 2, Bergquist / Demmer

La France et l'Italie décident d'un commun accord de ne pas jouer le match de classement pour la septième place en raison du trop grand nombre de joueurs blessés ou malades.

 

 

Poule finale (26 et 27 janvier 1935)

Rappel : Suisse - Grande-Bretagne 1-0
         Canada - Tchécoslovaquie 2-1
Canada - Grande-Bretagne 6-0 (2-0,2-0,2-0)  T. Lemay, Yellowlees, A. Lemay 2, Creighton, R. Rivers
Suisse - Tchécoslovaquie 4-0 (1-0,0-0,3-0)  Torriani 2, Cattini II, Badrutt
Grande-Bretagne - Tchécoslovaquie 2-1 a.p. (0-0,0-1,1-0,0-0,0-0,1-0)  Johnson, Dailley / Kucera
Suisse - Canada 2-4 (1-2,1-1,0-1)  Cattini (Torriani), Torriani / A. Lemay, R. Rivers, Yellowlees, T. Lemay

Classement : 1 Canada 6, 2 Suisse 4, 3 Grande-Bretagne 2, 4 Tchécoslovaquie 0.

Même si la patinoire ne contient que cinq mille places, c'est tout Davos qui suit avec ferveur son équipe, et même tout un pays grâce aux retransmissions de la radio, dont les reporters sont installés dans le restaurant de la patinoire. Après la victoire sur la Tchécoslovaquie qui assure le titre européen, la foule envahit la glace pour fêter cela en musique. Mais il reste encore la grande finale face au Canada... et la Suisse est diminuée dans cette poule finale par une épidémie de grippe qui va compromettre ses rêves d'être championne du monde. Les joueurs sont transportés jusqu'à la patinoire enveloppés dans d'épaisses couvertures, dans un traîneau tiré par des chevaux.

Hans Cattini est trop malade pour jouer et la Suisse joue avec des lignes remaniées. Ce qu'il reste de la "ni-Sturm" répond présent puisque Bibi Torriani offre le premier but à "Pic" Cattini et réussit une combinaison absolument splendide avec l'arrière Christian Badrutt sur le deuxième but local. La Suisse compense le manque de repères de son effectif diminué par une incroyable énergie, mais cela ne suffit pas. Elle s'établit comme la meilleure nation d'Europe, mais laisse la couronne mondiale au Canada emmené par Albert Lemay, auteur de trois buts contre les Anglais et deux contre les Suisses. Cette équipe victorieuse des Winnipeg Monarchs avait déjà été championne olympique en 1932, et plusieurs joueurs ont cumulé les deux titres comme le défenseur Roy Hinkel et les attaquants Romeo Rivers et Vic Lindquist (futur arbitre international).

 

 

Trophée du fair-play : Pays-Bas.

 

 

Les précédents championnats du monde (1934)

Les Jeux Olympiques 1936 (qui comptent également comme championnats du monde)

Les championnats du monde "seuls" suivants (1937)

 

Retour aux archives