Rouen - Briançon (13 septembre 2008)

 

Ligue Magnus, première journée.

Rouen se sort du piège

Nous l'attendions fébrilement, nous avons piétiné tout l'été, les pieds dans le sable, la tête à Pékin, guettant le moment où l'île Lacroix résonnerait du doux bruit des patins et des chocs de palets contre la balustrade. Et bien nous y voilà ! Ne boudons pas notre plaisir de retrouver des Dragons en rodage mais ambitieux contre des Diables Rouges revanchards et renforcés que nous avions quittés au troisième soir de la finale consacrant les Rouennais du titre magnussien.

Quelle ouverture ! Une mascotte et une boutique officielles, sous un barnum paré du nouveau logo, deux grands écrans où l'on aperçoit enfin des images... de pub (en attendant peut-être celles de hockey ?), des Dragons spectaculaires, des adversaires qui ne s'en laissent pas compter, des buts, des renversements, un mauvais arbitrage... Tous les ingrédients pour passer une bonne soirée de hockey "à la française". Il ne manquait, à Rouen, que le live de Ribou et l'arrière Jean-François David, blessé à la cuisse et, du côté de Briançon, le centre Marton Vas (blessé) et la top recrue défensive, François Groleau, suspendue.

Les Diables Rouges, inefficaces en power-play, n'ont pu éviter une quatrième défaite de rang face aux champions de France en titre. Pourtant, les joueurs de Luciano Basile ont fait trembler les Dragons, les empêchant de développer leur jeu en les forçant et en complétant leur pression virilement aux quatre coins de la glace, avant qu'à la mi-match, Marc-André Thinel et Éric Doucet ne s'en mêlent, et qu'une fatigue collective n'affaiblisse terriblement l'ardeur des Haut-Alpins.

Au premier tiers, les coéquipiers d'Edo Terglav ont bien joué le coup. Les vice-champions de France ont assez bien maîtrisé l'armada rouennaise, qui manque encore de cohésion en ce début de saison, en profitant de chacune des incursions de la rondelle dans le camp normand. C'est ainsi que Karl Gagné a ouvert la marque sur la première occasion briançonnaise. Exploitant une inattention et un relâchement coupable des Dragons. Le nouveau joueur de centre des visiteurs, à la réception d'une passe latérale devant la cage de Szelig venant de sortir de prison, a parfaitement levé le palet au-dessus de la mitaine de Ramon Sopko (0-1 à 5'08).

Il faudra un coup du sort afin que les joueurs d'Alain Vogin reviennent (plus) rapidement dans la partie. Damien Raux est expulsé pour avoir fait chuter Jérémie Romand qui ne reviendra pas, lui non plus, sur le glaçon, victime d'une béquille (5'31). Le jeune Rouennais avait bien entamé la rencontre en ayant dans sa crosse la première chance des locaux (2'33). Les Dragons vont parfaitement exploiter les cinq minutes de supériorité misent à leur disposition. Tommi Satosaari, le nouveau gardien des visiteurs, déjà fébrile face à Desrosiers (0'58), ne complète pas un arrêt sur une reprise dans le trafic du renfort Mikko Peltola (1-1 à 6'09). Les Normands remettent le couvert quelques dizaines de secondes plus tard. Le portier finlandais ne bouche pas son côté droit lorsque la recrue Sébastien Strozynski envoie, dans cette partie du but, au bout d'une diagonale adressée, de la pointe, par Marc-André Thinel (2-1 à 7'20).

Ensuite, les Briançonnais vont montrer une lacune récurrente tout au long de la rencontre. Celle d'un jeu de puissance stérile. En effet, même à cinq contre trois pendant une minute et vingt-sept secondes, les Diables Rouges ne viendront pas à bout des deux remarquables trios défensifs normands (Glad-Mallette-Virolainen & Carlsson-Thinel-Virolainen) grâce à un Petri Virolainen étincelant (9'56). Carl Mallette aura même une possibilité de marquer en contre. Lorsque le co-capitaine du RHE a débordé Ladanyi, Tommi Satosaari a dû s'employer seul face au Québécois (9'16). Après cette double infériorité, les Dragons vont quelque peu sombrer. D'abord, ils ne profitent pas d'une pénalité briançonnaise pour surnombre (10'37). Ensuite, malgré deux avertissements de Karl Gagné sur un Ramon Sopko attentif (12'54 & 13'13), les Dragons, inactifs, abandonnent la bande à Dufour et Terglav et déroulent un tapis rouge dans l'axe à Jakob Milovanovic qui égalise d'un lancer de loin à ras la glace (2-2 à 14'44). Heureusement pour les locaux, l'attaque à cinq briançonnaise reste muette quand Carl Mallette s'assoit en cellule (15'51). Paradoxalement, c'est à parité numérique que les patineurs de la Durance trouveront de nouveau la faille ! Lors d'une (mauvaise) relance (Mallette), la perte d'un palet dans l'enclave est fatale (Desrosiers). Les locataires de l'île Lacroix, Mallette et Desrosiers, l'ont encore éprouvé face au duo Rohat-Chauvel. L'ex-Caennais a enfilé, déclenchant la colère de Petri Virolainen (2-3 à 18'46). Les joueurs des bords de Seine vont s'extirper du piège haut-alpin à la faveur d'une inspiration finlandaise aussi fortuite que bien tentée. Mikko Peltola égalise, excentré en haut du cercle gauche. D'un lancer frappé à mi-distance, le vétéran joueur de centre a surpris un Satosaari négligent (3-3 à 19'02). Briançon encaisse l'égalisation sur un mauvais but qui, juste avant la première pause, regonfle le moral des Rouennais.

Les acteurs repartent au charbon et mènent un bon rythme à la partie. Niskavaara (21'02) et Boldron (22'11) lancent de loin sans cadrer, contrairement à Balasz Ladanyi. Lors d'une transition en sortie de territoire, le Hongrois intercepte une passe osée de Jaako Niskavaara et prend appui sur Dufour en zone neutre. Le Canadien lui redonne le caoutchouc qui franchi la ligne bleue. Le tir du n░11 leurre à mi-hauteur un Ramon Sopko non décisif (3-4 à 23'21).

Moins de quatre minutes après, lorsque Tarantino entre en cellule, on ne donne pas trop cher pour la peau des Dragons. Mais face à une équipe qui a bien changé ses unités spéciales (Tekel, Rouleau, Sivic et Ruid sont partis) et donc ses automatismes dans l'exercice, les joueurs d'Alain Vogin vont s'en tirer une fois de plus... car parmi eux, il y a deux crosses indispensables. Celle d'Éric Doucet, judicieux, qui passe, et celle de Marc-André Thinel, talentueux, qui enfile. Les deux hommes en contre-attaque permettent à leur formation de prendre définitivement les devants sur deux actions parfaitement orchestrées. En infériorité, les deux compères vont pousser la contre attaque un peu loin pour Briançon. Le capitaine résiste et fixe le dernier défenseur, pour transmettre à son assistant, libéré de son traceur rouge et blanc, le palet. Thinel passe devant le gardien attendant que ce dernier se couche. L'ailier droit envoie alors la rondelle hors de portée de Satosaari quelque peu naïf (4-4 à 28'28). Un peu plus de trois minutes plus tard, les deux joueurs jouent un deux-contre-un mis sur orbite par Glad. Doucet pour Thinel qui frappe aussitôt dans le filet ouvert d'un lent Satossari (5-4 à 31'37). Les patineurs de Luciano Basile plient sous l'expérience et la complicité d'un duo déjà complice en ce début de saison, et ils ne vont plus profiter de leurs munitions lâchées sur un Ramon Sopko qui ferme avec habileté définitivement (déjà) la porte de la maison noire et jaune. Notamment devant Terglav (36'50) et Rohat (49'47).

Malheureusement aussi pour eux, les Briançonnais semblent cuits dès la reprise du dernier tiers. Auraient-ils tout donné d'entrée de jeu ? Sans doute ou en tout cas un peu trop. Même les plus travailleurs des visiteurs flanchent. Lévèque et Milovanovic se rendent coupables et laissent leur coéquipiers à trois face à cinq locaux pendant une minute et dix-huit secondes. Les Normands ne laissent pas passer l'occasion. Alain Vogin aligne cinq attaquants sur la glace et pas des moindres. Mallette, Peltola, Thinel, Doucet et Desrosiers, excusez du peu ! Face un tel quintette, que voulez vous qu'ils (Szelig-Seikkula-Lee) fassent ? Mallette à la réception d'une passe de Desrosiers enfile derrière Satosaari très avancé (6-4 à 42'51).

La suite de la rencontre est marqué par un nouvel échec du power-play briançonnais (48'48). Après le septième but des Dragons, lors duquel Doucet reprend un retour de tir de Jarkko Glad (7-4 à 50'51), les coéquipiers d'Edo Terglav vont truffer de lancers l'équipement de Ramon Sopko qui aura fait tout un travail à plusieurs reprises dans les dernières vingt minutes. Owen (46'15 & 56'18), Boldron (48'48), Dufour (50'31 & 51'54), Rohat (55'28), Milovanovic (59'35) et Perez (59'57) seront frustrés chacun leur tour. La faute à trop d'approximations. L'envie est là mais les têtes ne semblent plus très lucides. Rouen, grâce à un Sopko dominateur, résiste jusqu'au bout et remporte donc un premier succès en ligue Magnus.

Compte-rendu signé Thierry Frechon

 

Commentaires d'après-match (dans le Dauphiné Libéré)

Luciano Basile (entraîneur de Briançon) : "Je suis déçu. On a bien commencé, en attaquant à 4 lignes, on les a bousculés. La pénalité de Raux nous a fait mal, on a encaissé alors deux buts. Le manque de condition de Ladanyi, Owen et Dufour, qui reviennent de blessure, nous a été préjudiciable. J'aurais voulu les affronter dans d'autres conditions. C'est un peu la copie des play-offs. À cinq contre cinq on gagne ce match. Les supériorités numériques nous tuent. Notre power-play est catastrophique. On a beaucoup de travail à faire."

Edo Terglav (attaquant de Briançon) : "D'un côté c'est bien d'avoir perdu d'entrée. On voit tout de suite ce qui ne va pas dans l'équipe... Pour être meilleurs, pour les battre, c'est bien que cette défaite arrive maintenant ! Les Rouennais ont probablement plus de talent [que la saison dernière], mais ils n'ont pas le côté physique et peu de profondeur. En étant plus disciplinés, la prochaine fois qu'on va les rencontrer, on a une vraie chance de les battre."

 

Rouen - Briançon 7-4 (3-3, 2-1, 2-0)

Samedi 13 septembre 2008 à 20h00 au centre sportif Guy Boissière. 2200 spectateurs.

Arbitrage d'Alexandre Hauchart assisté de Sébastien Juret et Aurélien Smeeckaert.

Pénalités : Rouen 14' (6', 4', 4') ; Briançon 35' (4'+5'+20', 0', 6').

Évolution du score :

0-1 à 05'08" : Gagné assisté de Szelig et Terglav

1-1 à 06'09" : Peltola assisté de Thinel et Niskavaara (sup. num.)

2-1 à 07'20" : Strozynski assisté de Thinel et Peltola (sup. num.)

2-2 à 14'44" : Milovanovic assisté de Terglav

2-3 à 18'46" : Chauvel assisté de Rohat et Lévèque

3-3 à 19'02" : Peltola assisté de Doucet et Niskavaara

3-4 à 23'21" : Ladanyi assisté de Dufour

4-4 à 28'28" : Thinel assisté de Doucet et Niskavaara (inf. num.)

5-4 à 31'37" : Thinel assisté de Doucet et Glad

6-4 à 42'51" : Mallette assisté de Desrosiers et Peltola (double sup. num.)

7-4 à 50'51" : Doucet assisté de Glad et Thinel

 

Rouen

Gardien : Ramon Sopko.

Défenseurs : Jaako Niskavaara - Jarkko Glad ; Daniel Carlsson (A) - Petri Virolainen ; Cédric Custosse.

Attaquants : Éric Doucet (C) - Mikko Peltola - Marc-André Thinel ; Sébastien Strozynski - Carl Mallette - Julien Desrosiers ; Jérémie Romand puis Lionel Tarantino à 5'31" - Édouard Dufournet - Loïc Lampérier.

Remplaçant : Ronan Quemener (G), Thomas Baubriau, Peter Bourgaut. Absent : Jean-François David (déchirure à la cuisse).

Briançon

Gardien : Tommi Satosaari

Défenseurs : Johan Larson - Brian Lee ; Jakob Milovanovic - Viktor Szelig ; Gary Lévèque.

Attaquants : Brice Chauvel - Timo Seikkula - Sébastien Rohat ; Mickaël Perez - Karl Gagné - Edo Terglav (C) ; Balasz Ladanyi - Damien Raux - Cédric Boldron (A) ; Greg Owen - Jean-François Dufour (A).

Remplaçants : Aurélien Bertrand (G), Sébastien Dermigny, Jérémy Gonnet. Absents : Andy Foliot (cheville), François Groleau (suspendu), Marton Vas (blessé).

 

Retour à la Ligue Magnus