Grenoble - Clermont-Ferrand (29 janvier 2005)

 

Match comptant pour la vingt-sixième journée de la Ligue Magnus.

Après le flop retentissant le week-end précédent face à Morzine qui a fait couler beaucoup d'encre en Isère, les Brûleurs de Loups entamaient l'opération "rachat" avec l'obligation impérieuse de faire carton plein face à des équipes mal classées. Première partie du contrat remplie mardi à Épinal avec une victoire 6-2 et deuxième acte ce soir avec la venue des Sangliers de Clermont. Une équipe dont l'objectif principal est avant tout de se maintenir en Ligue Magnus mais qui a prouvé à Tours notamment qu'elle pouvait aussi gêner les "gros" du championnat. La méfiance était donc de rigueur du côté des Brûleurs de Loups qui enregistraient les retours en défense de Simon Bachelet et Pasi Järvinen. À noter pour le clin d'il que ce match était arbitré par "l'Auvergnat" (de résidence) Frédéric Bachelet dont trois frères jouent à Grenoble...

C'est avec une très grande prudence que les Brûleurs de Loups débutaient la rencontre. Visiblement les consignes étaient d'abord tournées vers la défense, et malgré une tentative de Dian, les Sangliers arvernes n'allaient jamais vraiment pouvoir porter le danger. Cela ne signifie pas pour autant que les Brûleurs de Loups prenaient d'assaut les cages de Radek Lukes. Ils se contentaient d'une domination méthodique qui se traduisait plutôt par une possession constante du palet et un verrouillage quasi-parfait de la zone neutre. Dès lors, les occasions de buts n'étaient pas très nombreuses et les dix premières minutes plutôt soporifiques. À force de s'appliquer et après avoir tué sans encombre une première pénalité, les Grenoblois trouvaient finalement la faille dans la défense clermontoise. Sur un slap de Järvinen, Lukes repousse le palet au milieu d'une forêt de jambes, Josef Podlaha arrive à l'en extirper pour servir Petri Lehtonen qui n'avait plus qu'à pousser la rondelle au fond des filets désertés par Lukes, encore à la recherche du palet (1-0, 12'21"). Après avoir lancé le match sur de bonnes bases pour son équipe, Lehtonen était tout près de doubler la mise mais ratait une cage vide en soulevant trop le palet. Puis ce fut au tour de Kévin Hecquefeuille de se signaler en trouvant les montants des buts de Lukes, d'un puissant slap. Mais plus rien ne sera inscrit et Grenoble devra se contenter de cet avantage minimaliste malgré deux minutes de supériorité numérique pour finir le tiers.

Et avec un petit but d'avance, les hommes de Gérald Guennelon n'étaient pas à l'abri d'une mauvaise surprise. Et celle-ci ne tarda pas à venir en deuxième période : Nicolas Antonoff perdait le palet à la ligne bleue offensive et l'offrait à Luc Mazerolle qui s'échappait au nez et à la barbe de Järvinen et Hämäläinen montés un peu trop haut. Le Canadien ne manquait pas son face-à-face avec Rolland et égalisait à la stupeur générale (1-1, 23'10"). Les Brûleurs de Loups devenaient alors méconnaissables, incapables de se ressaisir et de reprendre le commandement des opérations. Non seulement ils n'arrivaient plus à approcher les cages de Lukes à cause d'un festival de mauvaises passes qui n'arrivaient jamais à destination, mais ils reculaient défensivement au point de subir la pression de Clermontois soudain revigorés. Patrick Rolland, qui n'avait rien eu à faire ou presque jusqu'à présent, devait s'employer seul sur les nombreux tirs auvergnats. Il s'imposait cette fois sur un nouveau break clermontois et rappelait à l'ordre des défenseurs bien souvent pris en flagrant délit de mauvais placement. Un vent de panique soufflait donc pendant une dizaine de minutes sur Pôle Sud jusqu'à ce que Michal Dian soit sanctionné pour une charge dangereuse sur Romain Bachelet. Cette supériorité numérique bienvenue permettait aux Brûleurs de Loups de se remettre dans le droit chemin. Sur un slap de Podlaha, Lukes concédait un rebond repris par Lehtonen, mais le gardien tchèque repoussait une nouvelle fois. Antonoff était finalement le plus prompt pour contrôler le palet et l'envoyer au fond des filets clermontois (2-1, 33'55"). Ce but marqué presque contre le cours du jeu remettait les Brûleurs dans le droit chemin. Ils finissaient de se rassurer en tuant leur deuxième pénalité avec autant de facilité que la première et profitaient encore une fois du manque de réactivité de la défense clermontoise : un dribble de Roger Jönsson semait la panique dans l'arrière-garde visiteuse et on retrouvait encore une fois Lehtonen à la conclusion de près pour donner un avantage plus confortable à Grenoble à la pause (3-1, 39'00").

Étrangement, le score à ce moment du match se trouvait être le même qu'une semaine plus tôt face à Morzine. Mais cette fois les Brûleurs entamaient les débats par le bon bout : Benoît Bachelet, auteur d'un bon travail derrière les cages de Lukès, servait en retrait Laurent Meunier dont le tir du poignet instantané expédiait le palet sous la transversale du gardien tchèque (4-1, 41'08"). Comme les joueurs de Milan Jancuska se montraient toujours aussi faibles en supériorité numérique, les Grenoblois n'avaient plus grand-chose à craindre. Mais la sortie sur blessure du capitaine Benoît Bachelet après une mise en échec anodine le long de la bande de Mrena jetait un coup de froid sur l'euphorie générale. Les Brûleurs de Loups se contentaient de contrôler le reste de la rencontre et tentaient bien de rajouter une unité à leur compteur au gré de deux supériorités numériques. Mais visiblement pas encore au point dans ce domaine, ils mettaient trop de temps à faire circuler le palet et se procuraient peu d'occasions de tir. Ils se décidaient finalement à tirer au but dans les cinq dernières minutes, et c'est une nouvelle fois sous l'impulsion du premier bloc que les Grenoblois allaient inscrire leur cinquième but : une longue passe au millimètre de Lehtonen pour Podlaha qui s'échappait et remportait tout en finesse son duel avec Lukes, mettant ainsi un point final à une rencontre qui ne restera pas dans les annales (5-1, 57'33").

Clermont a opposé une vaillante résistance à Grenoble et s'est même permis de bousculer le leader du championnat pendant une dizaine de minutes. Mais l'opportunisme de Luc Mazerolle ne pouvait cacher les carences du reste de l'équipe avec notamment une défense incapable de faire le ménage devant son filet et un jeu de puissance qui n'arrive pas à s'installer dans la zone d'attaque. Les Sangliers disputeront une partie autrement plus importante pour leur avenir pour leur prochain match face à Gap.

Du côté de Grenoble, on se contentera de ce succès qui permet aux Brûleurs de Loups de remplir leur objectif de la semaine sur le plan comptable, à savoir quatre points en deux matches. Pour la manière, on repassera, car le score ne reflète pas vraiment la physionomie d'un match où les Grenoblois se sont montrés parfois très fébriles. Mais cette fois ils ont pu compter sur une certaine réussite devant les buts malgré un premier tiers où de nombreuses occasions ont été gâchées. Lehtonen et Podlaha ont été les grands artisans du succès grenoblois mais la faiblesse de l'adversaire ne permet toutefois pas de tirer de grandes conclusions de cette rencontre. En revanche les pensées sont plutôt tournées vers le capitaine grenoblois Benoît Bachelet qui souffre finalement d'une fracture du péroné et dont la fin de saison est fortement compromise. Une lourde perte pour Grenoble qui n'est pas sans rappeler les forfaits de Meunier et Bonnard la saison dernière dans la dernière ligne droite. Il va donc falloir se serrer les coudes et ce dès mardi à Mulhouse en coupe de France où l'opposition sera d'un tout autre calibre que celle proposée ce soir...

Désignés meilleurs joueurs du match : Petri Lehtonen (Grenoble) et Luc Mazerolle (Clermont).

Compte-rendu signé Christophe Laparra

 

Grenoble - Clermont-Ferrand 5-1 (1-0, 2-1, 2-0)

Samedi 29 janvier à 20h15 à la patinoire Pôle Sud de Grenoble. 3500 spectateurs.

Arbitrage de Frédéric Bachelet assisté de Cyril Carlin et Nicolas Charmillot.

Pénalités : Grenoble 8' (2', 2', 4'), Clermont-Ferrand 18' (2', 12', 4').

Évolution du score :

1-0 à 12'21" : Lehtonen assisté de Podlaha et Järvinen

1-1 à 23'10" : Mazerolle

2-1 à 33'55" : Antonoff assisté de Lehtonen et Podlaha (sup. num.)

3-1 à 39'00" : Lehtonen assisté de Jönsson et Podlaha

4-1 à 41'08" : Meunier assisté de B. Bachelet et Sadoun

5-1 à 57'33" : Podlaha assisté de Lehtonen et Järvinen

 

Grenoble

Gardien : Patrick Rolland.

Défenseurs : Tommi Hämäläinen - Pasi Järvinen ; Nicolas Favarin - Simon Bachelet ; Jean-François Bonnard (A) - Vincent Mary.

Attaquants : Roger Jönsson - Petri Lehtonen - Josef Podlaha ; Yven Sadoun - Laurent Meunier - Benoît Bachelet (C) ; Cyril Papa - Laurent Deschaume (A) - Kévin Hecquefeuille ; Christophe Tartari - Nicolas Antonoff - Romain Bachelet.

Remplaçant : Nicolas Aubry-Lachainaye (G). Absents : Cédric Dietrich, Martin Millerioux (malades), Baptiste Amar (épaule).

Clermont-Ferrand

Gardien : Radek Lukes

Défenseurs : Andrej Mrena - Lionel Simon ; Carl Michaelson - François Martin (A) ; Yann Lecompère - David Sarliève.

Attaquants : Frédéric Nilly (C) - Christophe Roux (A) - Michal Dian ; William Mouly - Paul Kelley - Luc Mazerolle ; Cyril Gavalda - Martin Jeannette - Hugo Florentin.

Remplaçants : Fabien Chardon (G), Cyrille Gaby, Laurent Ballet. Absents : Frédéric Brodin (blessé), Alexis Billard, Jean-Michel Bortino et Paul Mottet.

 

Retour à la Ligue Magnus