Championnat d'Allemagne 1948/49

 

Barrages de promotion en Oberliga

Une qualification est organisée pour remplacer le KEV qui a renoncé à l'Oberliga.

Nord, premier tour

Harvestehuder THC Hambourg - SC Forsthausstraße Francfort 6-0 7-1

Finale nord

Cologne EK - Harvestehuder THC Hambourg 8-4 5-2

 

Sud, premier tour

SG Mannheim - HC Stuttgart 6-0 4-2

Finale sud

EV Tegernsee - SG Mannheim 4-2 x-x

 

Barrage 2e Nord / 1er Sud

SG Mannheim - Harvestehuder THC Hambourg 5-4 4-0

Finale

SG Mannheim - Cologne EK 1-5 1-7

Cologne accède à l'Oberliga.

 

 

Oberliga

Classement (10 matches)

                   Pts   V  N  D   BP-BC  Diff
1 EV Füssen         17   8  1  1   51-24  +27
2 Preußen Krefeld   16   8  0  2   37-21  +16
3 SC Riessersee     10** 5  0  3   33-26  +7
4 VfL Bad Nauheim    6*  3  0  6   25-41  -16
5 HC Augsbourg       5   2  1  7   18-35  -17
6 Cologne EK         0***0  0  7   11-37  -26

* un match en moins / ** deux matches en moins / *** trois matches en moins

Willi Münstermann, le directeur de la fabrique de glace de Krefeld, a décidé de répartir les rôles entre les deux clubs locaux : le KEV se concentre sur les jeunes, et les Preussen alignent les vétérans (Hillmann et Lorzing troquent donc leur maillot noir et jaune pour une nouvelle tenue rouge et blanche). Si les bonnes relations de Münstermann avec les alliés lui ont permis de retrouver rapidement de la glace, la ville voisine Düsseldorf attend toujours la réouverture de sa patinoire de la Brehmstraße (qui interviendra en décembre 1949). En attendant, deux joueurs d'avant-guerre de Düsseldorf, le gardien Max Rohde et le défenseur Kurt Dicker, jouent pour les Preussen. L'autre défenseur est l'ex-international letton Erich Konecki, recruté à Augsbourg. Les Preussen sont ainsi très doués techniquement, mais encore inférieurs aux Bavarois sur le plan du gabarit.

Füssen remporte son premier titre de champion d'Allemagne et a pris soin de conserver les recettes à chaque match (jusqu'à dix mille spectateurs) comme capital de départ pour mettre en place une glace artificielle sur le Kobelhang. Cela ne suffit pas, le club s'endette aussi, mais le jeu en vaut la chandelle puisqu'il devient le premier club allemand propriétaire de sa patinoire artificielle.

 

 

La saison précédente (1947/48)

La saison suivante (1949/50)

 

Retour aux archives