Wasquehal - Cergy (4 octobre 2008)

 

Coupe de France, premier tour.

Bien relancés en championnat après une entame chaotique face aux Phénix de Reims, les Jokers de Cergy entament l'aventure en Coupe de France sur la glace d'un des petits poucets de l'épreuve. Mis à mal durant l'été avant d'obtenir le droit d'évoluer un échelon en dessous de leurs visiteurs, les Lions de Wasquehal croisent à nouveau la route d'une formation francilienne, pour leur deuxième participation en Coupe de France.

L'objectif des joueurs nordistes sera avant tout d'éviter la bérézina subie l'an dernier devant les Français Volants, une semaine après une déconvenue... en Ile-de-France (à Meudon), et avant de recevoir les Albatros de Brest.

Histoire de souhaiter la bienvenue, la première ligne nordiste se met rapidement en ordre de marche, sur un lancer de Thomas Fauchart, mais il ne faut pas longtemps à Sébastien Gauthier pour s'illustrer. Parti sur la droite, le Canadien évite la charge de Boris Chauveau et repique vers la cage de Fabien Chardon, battu du revers (0-1 à 01'53"). La théorique différence de niveau, doublée d'un déficit à la marque, pourrait, comme souvent l'an dernier face aux cadors de la division, donner lieu à une correction pour les Lions. Ces derniers prouvent qu'il n'en sera rien, sur un travail de Frédéric Nilly derrière la cage, repris par Roman Moreau et finalement conclu par Fauchart (1-1 à 02'23").

Les Nordistes soutiennent la comparaison et passent près de prendre l'avantage par Nilly, déjoué par une salutaire parade de la crosse de Cédric Crevier, impeccable sur une nouvelle alerte signée Thomas Fauchart de la gauche. En infériorité numérique, ils subissent enfin la pression des Jokers, émanant de Milan Sejna sur un lancer puissant, et surtout de Gauthier, insaisissable, qui trouve Édouard Outin isolé au second poteau (1-2 à 08'57"). Toutefois, les Franciliens ne peuvent encore conserver leur avantage car dans la minute suivante, Roman Moreau prend le rôle dévolu plus tôt à Nilly pour permettre, de l'arrière de la cage, à Thomas Fauchart de signer le doublé (2-2 à 09'26").

Encore friables dans leur zone, les joueurs de Cédric Boucamus s'apprêtent à souffrir sur une double infériorité numérique, que leur homme providentiel s'échine à tuer en sortant la rondelle de sa zone avant de provoquer la faute de Tristan Leclere. Roland Fontaine prend alors le relais pour servir Édouard Outin devant la cage, mais Fabien Chardon empêche l'ancien Vésigondin de signer le doublé. Le danger revient rapidement, à la faveur d'une nouvelle faute wasquehalienne, exploitée par un gros lancer de Milan Sejna (2-3 à 13'30"). Ce nouvel avantage au score va-t-il libérer les blancs ? La réponse est encore une fois négative, car une sortie de Cédric Crevier pour écarter la menace Nilly passe tout près d'être exploitée de la zone neutre par Thomas Fauchart, privé du triplé par la mitaine du portier.

Terminant le premier tiers en supériorité, les visiteurs ratent le coche sur un lancer de Fontaine, au ras de la lucarne. Le cri de guerre lancé au retour des vestiaires n'est quant à lui pas suivi d'effet car une passe de Moreau pour Frédéric Nilly prend la paire Lachat-Renaud à revers (3-3 à 20'20"). Cergy pourrait se mordre les doigts d'avoir laissé plusieurs cadres au repos comme Frédéric Hostein, décisif une semaine plus tôt face à Viry. La précarisation de la situation se confirme sur un tir soudain de Jérôme Stachowiak repoussé par le poteau gauche, alors que les locaux ajoutent une touche physique à leur jeu sans complexe. D'autant que Fabien Chardon, aucunement disposé à lâcher prise, se montre inflexible devant le capitaine Olivier Viennot, décalé par Sejna, et un boulet de canon estampillé Roland Fontaine.

Toutefois, le jeu de puissance des bleus peine à s'installer, et, en double infériorité, le capitaine cergypontain s'offre même une échappée, elle aussi repoussée. Le jeu de puissance de Cergy se montre plus convaincant, grâce à Milan Sejna, au lancer de la bleue écarté par la jambière du dernier rempart, avant que Tristan Lemaire ne prenne le soin de mettre les choses au point d'un lancer millimétré en lucarne (3-4 à 33'51"). Cette nouvelle réussite aurait dû permettre aux Jokers de prendre définitivement les devants, d'autant que Wasquehal gâche deux opportunités de deux contre un. Il n'en est rien, car une charge incorrecte d'Édouard Outin en zone offensive offre l'occasion à Frédéric Nilly et ses hommes d'exploiter enfin les unités spéciales, grâce à Thomas Fauchart, isolé devant le but par Moreau (4-4 à 38'56").

Comme pour initier la révolte, les joueurs de Cergy sont les premiers à regagner la glace. La pression semble s'accentuer sur Fabien Chardon, bien placé devant Thibaut Fromentin, et vigilant sur un pilonnage orchestré par Milan Sejna. Trois pénalités dans la première moitié de la décisive troisième période compliquent cependant la tâche des pensionnaires de division 1, tout heureux de voir leur gardien sauver les meubles, à la renverse, devant Hervé Macquet, et en deux temps face à Frédéric Nilly. Crevier est encore bien présent quand Thomas Fauchart, tout en puissance, reprend le palet à Antoine Dubois. Le tir de l'attaquant est écarté vers Nilly, sur le point de donner pour la première fois l'avantage à Wasquehal, mais une obstruction de Vincent Renaud empêche l'ancien Clermontois de conclure (50'26"). Les Lions ne peuvent cependant profiter de la situation, car ils commettent deux fautes dans la foulée. L'occasion pour Milan Sejna de se rappeler au bon souvenir de Fabien Chardon, efficace de la mitaine, puis d'un grand secours sur une percée de Sébastien Gauthier.

Intronisé défenseur au dernier tiers, le Québécois laisse passer l'orage, provoqué par une tentative de Moreau sur le poteau, avant de se démarquer devant la cage. Il ne panique pas au moment de redonner l'avantage à ses couleurs, d'un lancer parfaitement croisé (4-5 à 56'30"), puis défend ce maigre avantage, dégageant par deux fois le palet hors de la zone critique, notamment à genoux.

Inutile de chercher bien longtemps le héros des Franciliens, dont le recours volontaire à une formation expérimentale aurait bien pu tourner au cauchemar. Le couperet n'est pas passé loin, la faute à une incapacité à enfoncer le clou sitôt pris l'avantage au score. La faute aussi à la ténacité des Wasquehaliens, appliqués tactiquement et évoluant avec le culot nécessaire pour réaliser un exploit dénigré par les poteaux et un jeu de puissance moins efficace.

Compte-rendu signé Mathieu Hernaz

 

Commentaires d'après-match

Frédéric Nilly (entraîneur-joueur de Wasquehal) : "Nous avons joué pour faire un coup, même si on ne savait pas trop à quoi s'attendre. Cergy était assez passif, ils semblent nous avoir pris de haut au début, sans être forcément motivés. À chaque fois il a fallu égaliser mais le fait d'avoir tenu les a obligés à accélérer. L'équipe a souffert d'un manque de réalisme, surtout en troisième période. Nous pensions que ceux qui feraient le plus d'erreurs étaient voués à perdre, mais il se trouve que Cergy en a fait et que nous n'avons pas su en profiter malgré les occasions en jeu de puissance. La semaine dernière à Meudon, nous n'étions pas mauvais, mais physiquement cela fut dur sur la fin, en plus des pénalités concédées. À la différence de la fin de saison dernière, Wasquehal souffre d'un manque de réalisme."

Patrick Albin (responsable du hockey majeur à Cergy) : "Nous nous attendions à de telles difficultés. C'est logique, c'est la Coupe de France. L'effectif a tourné ; beaucoup de joueurs sont restés à Cergy. Nous aurions aimé faire la différence plus tôt. Sur le troisième tiers, l'effectif a tourné différemment car Sébastien Gauthier a été aligné à l'arrière pour faire la différence."

 

Wasquehal - Cergy 4-5 (2-3, 2-1, 0-1)

Samedi 4 octobre 2008 à 18h30 à la patinoire olympique de Wasquehal. 120 spectateurs.

Arbitrage de Stéphane Rousselin assisté d'Aurélien Smeeckaert et Yann Vandaele.

Pénalités : Wasquehal 18' (8', 4', 6'), Cergy 20' (4', 8', 8').

Évolution du score :

0-1 à 01'53" : Gauthier

1-1 à 02'23" : Fauchart assisté de Moreau et Nilly

1-2 à 08'57" : Outin assisté de Gauthier (sup. num.)

2-2 à 09'26" : Fauchart assisté de Moreau et Guerra

2-3 à 13'30" : Sejna assisté de Kara (sup. num.)

3-3 à 20'20" : Nilly assisté de Moreau et Fauchart

3-4 à 33'51" : Lemaire assisté de Lachat et Kara (sup. num.)

4-4 à 38'56" : Fauchart assisté de Moreau et Nilly (sup. num.)

4-5 à 56'30" : Gauthier assisté de Sejna

 

Wasquehal

Gardien : Fabien Chardon [sorti de 57'50" à 58'30" et de 59'30 à 60'00"].

Défenseurs : Anthony Guerra - Hervé Macquet ; Julien Thiery (A) - Nicolas Hamoudi (A) ; Boris Chauveau - Thibault Cavrois.

Attaquants : Thomas Fauchart - Frédéric Nilly - Roman Moreau ; Tristan Leclère - Jérôme Stachowiak - Valentin Vienne ; Maxime Delepierre - Florent Delreux - Maxence Wagret ; Jérôme Lazzaroni.

Remplaçant : François Durand (G). Absent : Alexis Thomas (blessé).

Cergy-Pontoise

Gardien : Cédric Crevier.

Défenseurs : Ludovic Lachat - Vincent Renaud ; Mickaël Kara - Milan Sejna ; Roland Fontaine [Gauthier à 40'00"] - Édouard Outin [Denis à 40'00"].

Attaquants : Antoine Dubois - Vincent Lecomte - Thibaut Fromentin ; Tristan Lemaire - Maxime Levot - Nicolas Lachat ; Mickaël Denis [Fontaine à 40'00"] - Sébastien Gauthier [Outin à 40'00"] - Olivier Viennot (C).

Remplaçant : Sylvain Michaud (G). Absents : Erwann Personne, Dave Lapierre, Vladimir Konopka, Cédric Boinot, Frédéric Hostein, Nicolas Thorillon.

 

Retour à la Coupe de France