Morzine-Avoriaz - Grenoble (15 janvier 2008)

 

Quart de finale de la Coupe de France.

Morzine avait buté sur le roc grenoblois l'an dernier en finale de la Ligue Magnus, et les Brûleurs de Loups auraient encore plus la faveur des pronostics cette saison dans une série de play-offs. Mais sur un match, tout est possible, les Pingouins le savent et ils commencent le match très fort.

Une troisième ligne sans complexes

D'un habile pivot sur le revers, Cyril Trabichet se crée la première occasion et provoque la première pénalité du match contre Amar. Elle ne donne rien mais le retour sur la glace de la troisième ligne morzinoise, à cinq contre cinq, est tonitruant. Le juge de ligne ayant écarté Brodin, c'est Trabichet qui gagne la mise au jeu en zone défensive et sert Julien Lebey qui se lance dans un raid solitaire. Mais dans les cages iséroises, il y a aujourd'hui un certain Eddy Ferhi, le grand absent de la défaite grenobloise en prolongation, le mois dernier en ces lieux. Ferhi est bien en place dans ces premières minutes et semble susciter une certaine appréhension chez les attaquants adverses.

Un bon travail d'Ågren pousse Broz à la faute et la pression des Pingouins ne se dément pas. Elle s'arrête quand deux pénalités consécutives de Lebey et Immonen offrent une longue séquence au jeu de puissance grenoblois, mais Morzine défend bien et gêne l'installation adverse. Lorsque Ludek Broz parvient en position privilégiée derrière la cage, les locaux coupent les lignes de passes et l'empêchent de nuire. Le HCMA est plus dangereux après un cinglage de Fleury, sans marquer cependant. Au moment où leur centre revient sur la glace, les Grenoblois changent de ligne et sont pris par surprise par un de leurs anciens défenseurs dont ils attendaient tout sauf un tel numéro : Christian Elian récupère le palet devant son banc, dribble son vis-à-vis avec l'aide de la bande et s'échappe sur l'aile droite dans le dos de la défense. Il centre juste devant le but pour Lebey qui tire à but portant. Ferhi repousse mais Mickaël Brodin a suivi au rebond (0-1, 17'32"). Une ouverture du score logique récompensant les efforts des Morzinois en général et ceux de leur troisième ligne en particulier.

Un jeu de puissance à débloquer

Si les Pingouins ne parviennent pas à tuer le match en supériorité, ils résistent vaillamment en infériorité pour museler le redoutable duo Broz-Masa. Les deux équipes reviennent au complet peu après la mi-match, et un tir contré oblige le gardien suédois Frederik Jensen à un arrêt désespéré en déséquilibre arrière. La frayeur suivante est pour Jean-François Bonnard : le défenseur dont tout Grenoble craint qu'il ne fasse la saison de trop se fait voler le palet par Jon Zwikel qui vient frapper à la porte de Ferhi. C'est ensuite Ågren qui part en contre-attaque et réalise un tir en pivot qui a pour principal mérite d'envoyer Masa en prison. Presque dès l'engagement, un lancer de Luc Tardif est touché mais pas arrêté par Ferhi qui ne peut empêcher le palet de franchir sa ligne derrière lui (2-0, 32'08"). Le gardien international a cédé et Morzine-Avoriaz se détache inexorablement.

Grenoble s'énerve et Valcak sort dix minutes pour une méconduite. Avec une pénalité de Brodin, c'est le moment où jamais pour les Brûleurs de Loups. Mikael Pettersson se charge de l'entrée de zone, mais il rate aussi une cage ouverte à la conclusion du mouvement offensif. La défense morzinoise est aux abois et Miner a un geste excessif de dureté : ce sera un 5 contre 3 pour près d'une minute. Pettersson tient compagnie aux Tchèques, mais leurs passes sont étonnamment imprécises et les secondes s'égrènent. C'est au moment où Brodin repose le patin sur la glace que les Grenoblois prennent enfin un tir, par Martin Masa dans l'enclave. Mais il en suffit d'un, car le buteur tchèque met le palet au fond (2-1, 37'50").

Le vent tourne

Teddy Trabichet, qui rentre de blessure, se rend coupable d'une charge dans le dos à un mètre de la bande. C'est pourtant Grenoble qui est dangereux en infériorité avec une contre-attaque de Pettersson qui sert Broz devant la cage, mais Jensen fait l'arrêt-réflexe. Nicolas Pousset prend un stop en entrée de zone et cette supériorité morzinoise n'a vraiment rien donné. La pénalité suivante de Broz n'est pas plus exploitée, Ågren butant sur Ferhi après une passe de derrière la cage de Neiszner. Lorsque Grenoble sort de sa zone, John Miner fait un croc-en-jambe et l'avantage numérique change de camp. Frederik Jensen se fait peur en lâchant un rebond et en perd sa crosse. Il parvient à la récupérer mais doit quand même s'incliner sur une passe transversale classique de Ludek Broz pour Kevin Hecquefeuille. Après ce premier moment de panique dans la défense morzinoise, les Grenoblois ont eu cette fois tout le temps de préparer leur mouvement (2-2, 47'07").

Le match a changé d'âme. Les Morzinois sont moins fringants mais traversent cette période difficile. Teddy Trabichet se fait contrer en zone neutre, le palet lobe le défenseur grenoblois et Ferhi doit alors sortir pour éviter le pire. La perspective d'une cage abandonnée un bref instant donne un fol espoir aux Morzinois, et c'est à cet instant que la crosse de Lebey s'élève et atteint Tartari : deux minutes de prison. Pour les Pingouins, cela consiste après tout à faire la même chose que depuis plusieurs minutes : contrer et dégager tous les palets en parant au plus pressé. La pénalité est donc facilement tuée. Peu après, Luc Tardif a même une opportunité de 2 contre 1, il choisit le tir mais bute sur Ferhi. À l'avant-dernière minute, un palet perdu à sa ligne bleue par Nicolas Pousset et contré par Martin Masa aurait pu offrir la victoire à Grenoble, qui ne saisit pas l'occasion.

La prolongation ne donne rien. On notera deux tentatives de Hecquefeuille sur la meilleure séquence grenobloise, et une entrée de zone tout en technique de Maurice Rozenthal dont le tir est ensuite paré par la jambière de Ferhi.

C'est en fait une répétition du premier tir au but, arrêté du même côté sans que le n9 ait pu réussir sa feinte. Neiszner choisira pour sa part de partir sur la gauche, mais Ferhi se déplacera aussi bien et ne laissera pas la moindre faille.

Du côté grenoblois, on a misé sur les Tchèques. Patrik Valcak la joue finaud en partant très lentement, ce qui ne l'amène à rien. Ludek Broz n'a pas beaucoup plus de vitesse que son compatriote, mais il accélère progressivement et réussit un superbe lancer en pleine lucarne. Toute la pression est sur Luc Tardif, qui ne se pose pas de questions et fonce. Ferhi détourne le tir et qualifie Grenoble au bout du suspense.

Une victoire à l'usure pour des Brûleurs de Loups longtemps dominés. Après les victoires en championnat à Amiens et à Briançon, Broz est à nouveau sacré roi des penaltys.

Compte-rendu signé Marc Branchu

 

Morzine-Avoriaz - Grenoble 2-2 (1-0, 1-1, 0-1, 0-0) / 0-1 aux tirs au but

Mardi 15 janvier 2008 à 20h30 au Parc des sports de Morzine. 1156 spectateurs.

Arbitrage de Damien Velay assisté de Cyril Carlin et Guillaume Gielly.

Pénalités : Morzine-Avoriaz 16' (4', 8', 4', 0'), Grenoble 26' (6', 6'+10', 4', 0').

Tirs : Morzine-Avoriaz 34 (14, 10, 7, 3), Grenoble 28 (7, 9, 9, 3).

Évolution du score :

1-0 à 17'32" : Brodin

2-0 à 32'08" : Tardif (sup. num.)

2-1 à 37'50" : Masa assisté de Lindström et Broz (sup. num.)

2-2 à 47'07" : Hecquefeuille assisté de Broz et Wallin (sup. num.)

Tirs au but :

Morzine-Avoriaz : M. Rozenthal (arrêté), Neisner (arrêté), Tardif (arrêté).

Grenoble : Valcak (arrêté), Broz (réussi).

 

Morzine-Avoriaz

Gardien : Frederik Jensen.

Défenseurs : Santeri Immonen - John Miner ; Nicolas Pousset (A) - Mathieu Mille ; Guillaume Drozdz - Christian Elian.

Attaquants : Maurice Rozenthal (A) - Jonathan Zwikel (C) - François Rozenthal ; Luc Tardif - Chris Neiszner - Jonny Ågren ; Julien Lebey - Mickaël Brodin - Cyril Trabichet.

Remplaçants : Johan Bäckö (G), Marc Billieras, Loïc Gaydon. Absents : Pierre-Yves Albert (adducteurs).

Grenoble

Gardien : Eddy Ferhi.

Défenseurs : Viktor Wallin - Brad Woods ; Baptiste Amar (C) - Tyler Scott ; Jean-François Bonnard - Antonin Manavian ; Teddy Trabichet.

Attaquants : Patrik Valcak - Ludek Broz (A) - Martin Masa ; Mikael Pettersson (A) - Damien Fleury - Kévin Hecquefeuille ; Sacha Treille - Christophe Tartari - Jimmy Lindström.

Remplaçants : Frédéric Dorthe (G), Mickaël Perez, Joan Montesinos, Julien Baylacq. Absent : Johan Forsander (épaule).

 

Retour à la Coupe de France