Amiens - Briançon (6 mars 2007)

 

Quart de finale de la Ligue Magnus 2006/07, match n░3.

Le couperet d'une fin de saison anticipée plane au-dessus des casques des Gothiques, malgré deux courtes défaites dans les Hautes-Alpes. Pour éviter la porte de sortie, les Amiénois devront continuer sur la bonne voie montrée du côté de René-Froger.

Un premier bon signe pour les Picards vient de la présence de Jean-Philippe Glaude, maillon essentiel de la défense. Ses équipiers lui font honneur en attaquant la partie avec allant, il est vrai en avantage numérique. La paire Pazak-Rozenthal porte le danger dans la zone briançonnaise, le tir du premier, excentré, étant repris par le second, pour une première intervention de Bronsard. Robert Millar accentue cette pression par un lancer qui n'est que repoussé, avant qu'Élie Marcos, derrière la cage, ne rende la rondelle à ce même Millar, pour un tir sur le poteau gauche (04'17"). Briançon, jusque là dangereux en contre par Milovanovic et surtout Marton Vas, brillamment stoppé, sort de sa coquille en avantage numérique. L'attaquant hongrois se fait encore remarquer, d'abord sur une percée côté gauche, ensuite sur une reprise repoussée par la barre (06'49"). Installés en zone offensive, les Briançonnais perdent toutefois la rondelle sur une passe trop courte de Martin Filip, permettant à Miroslav Pazak d'accélérer sur la droite, et de servir Anthony Mortas au centre (1-0, 08'40"). Bronsard se rattrape rapidement, du gant devant Millar, puis sur le revers de François Rozenthal, symbole de la vivacité gothique.

Toutefois, il en faut plus pour perturber les Diables Rouges, capables à chaque instant de glacer leurs adversaires : Raymond pense bien avoir repoussé le danger porté par Éric Blais sur sa gauche, mais la rondelle n'est pas pour autant dégagée, et Jean-François Dufour en profite (1-1, 12'09"). Ce coup du sort n'atténue pas les velléités d'Amiénois pressants, et Rob Millar s'illustre encore d'un lancer soudain dès la mise au jeu, avant que Rozenthal ne bute encore sur Bronsard suite à une action rapide initiée par Brice Chauvel. Malgré ce semblant de domination, la fin de tiers est difficile pour les locaux, du fait de deux pénalités concédées en seize secondes. Le passeur Martin Filip en profite pour trouver ses compères Perez et Terglav devant la cage, le Slovène se jouant sans mal du dernier rempart adverse (1-2, 19'29").

Les Gothiques repartent de l'avant par l'entremise de Jonathan Gauthier, dont la montée sur la droite est relayée par Pazak vers Rozenthal, encore déjoué par Christian Bronsard. Curieusement, alors que Vas est sur le banc de la prison, l'arrière-garde alpine n'est pas plus inquiétée, et peut se permettre d'attendre les Gothiques, avant d'attaquer de façon incisive à l'occasion. C'est ainsi que Rémi Royer prend la rondelle en zone neutre pour s'en aller seul contraindre Raymond à la parade avant de voir la reprise de Dufour heurter le masque de l'ancien Rouennais (24'33"). Les travées commencent à s'interroger sur les possibilités de voir les Gothiques inverser la tendance quand un rebond malheureux derrière la cage de Bronsard, pris à défaut, échoit à Laurent Gras, seul dans l'enclave (2-2, 27'41"). Malchanceux sur ce coup, Briançon doit encore faire face à un raid du Chamoniard, mais un lancer à la ligne bleue de Pierre-Luc Sleigher, repris par Dufour (29'20"), puis Cédric Boldron sur le gros travail de Sébastien Rohat, rappellent le danger sur la cage d'Éric Raymond. L'obstruction de Sleigher (32'20") permet à Amiens de reprendre possession de la rondelle, que Pulscak tente de propulser dans la cage, sans succès, tout comme le slap de Gauthier, sur lequel Bronsard effectue une remarquable parade de la mitaine (33'41"). Les véritables chances de marquer se font plus rares en toute fin de deuxième tiers, les efforts de Pazak pour forcer la décision restant vains.

Le Slovaque est décidé à ne pas terminer la saison ce soir et se met en évidence à l'entame de la période finale, avant que Brice Chauvel, de la droite, ne trouve à son tour le poteau, Milovanovic dégageant les siens de justesse devant Laurent Gras, encore à l'affût. Après chaque alerte, la défense de Briançon retrouve toutefois sa sérénité et double de vigilance, Petr Kratky, du patin, puis Viktor Szelig venant contrer Pazak pour épargner leur portier. Le travail de sa brigade défensive permet en outre à Christian Bronsard de lire plus facilement les lancers, venus tour à tour de Rozenthal, Millar et Roussel, toujours de la gauche.

L'issue demeurant incertaine, le Coliséum prend conscience du rôle qu'il peut jouer et à douze minutes de la fin se lève comme un seul homme. Petr Kratky à son tour puni, les hourras redoublent d'intensité. Il en faut bien plus pour déconcerter Bronsard, encore vainqueur de ses duels avec Miroslav Pazak et François Rozenthal. Ce dernier croit parvenir à ses fins en alertant son capitaine, dont le lancer est repoussé, mais Mortas et Pazak se gênent sur le rebond... Et comme un contrôle incertain ou une passe trop courte sont aussitôt exploités par des Diables toujours présents, Milovanovic tente même de se rappeler au bon souvenir d'Éric Raymond sur une échappée côté droit... Alors que les encouragements reprennent, Denis Perez exhorte ses hommes, mais Bronsard est toujours là pour capter du gant le missile de Jonathan Gauthier (57'53"). Le dernier de la saison. Car Sébastien Rohat lance le palet au fond, lutte pour le récupérer et le transmettre à Sébastien Dermigny, placé à droite. L'ancien Amiénois place une mine en lucarne droite du but d'un Éric Raymond pantois. Comme l'atmosphère, soudain glaciale. La sortie du portier québécois n'y change rien, il faut même un retour du capitaine Mortas pour empêcher un nouveau but en cage vide... La saison chaotique des Picards, entamée de manière difficile, connaît un dénouement tout aussi théâtral, sous le coup d'un ancien de la maison, non reconduit l'an dernier...

Désignés meilleurs joueurs du match : Christian Bronsard pour Briançon et Anthony Mortas pour Amiens.

Compte-rendu signé Mathieu Hernaz

 

Commentaires d'après-match :

Denis Perez (entraîneur d'Amiens) : "Sur la série on mérite mieux, c'est frustrant, cela fait mal. Les mecs ont livré une bataille, ont été présents, se sont bien repris, mais les gens vont oublier la manière et retenir les trois défaites. Cette saison a été dure et ne finit pas bien. Le travail n'a pas payé, c'est navrant, usant, fatigant. Nous sommes passés à côté de belles choses. Ce match est à l'image de la saison, on a les occasions et on ne se met pas à l'abri. Tant mieux pour Sébastien [Dermigny], il a fait ce qu'il fallait pour son club. J'aurais préféré être dominé du début à la fin. Briançon est meilleur, plus réaliste. Après quelques jours de répit, le Président va regarder beaucoup de choses mais il est tôt pour se faire une idée. Il faut tirer les leçons de cette année, ensuite les décisions seront prises. Je suis sous contrat encore un mois, puis je ferai le bilan."

Anthony Mortas (capitaine d'Amiens) : "Nous sommes lessivés après s'être battus sur les trois matchs. Nous n'avons pas l'habitude de finir au début du mois de mars. Des regrets demeurent sur l'ensemble de la saison, nous sommes proches de Briançon mais ils sont peut-être plus complets. Ils auraient pu marquer d'autres buts aussi. Sur notre deuxième but on a enfin de la chance mais je ne sais pas comment expliquer nos fins de match. Briançon y a cru, on n'a pas été vigilants. Beaucoup n'ont pas joué à leur niveau, c'était une saison dure que l'on a cru sauver en play-offs. Il faut maintenant laisser le club décider de la suite. J'ai eu des soucis cette saison, je vais réfléchir sur ce que je veux faire. On a une bonne équipe sur les dernières années, avec du potentiel. J'ai connu des saisons pires, même si celle-ci est mal partie et finit mal. Je suis maintenant derrière Briançon, j'espère qu'ils iront au bout."

François Rozenthal (attaquant d'Amiens) : "Nous sommes déçus et frustrés car sur la série on ne passe pas loin. On a eu des lacunes et cela se termine en queue de poisson. Briançon a du métier, est solide dans les moments difficiles et on était parfois au taquet. On ne peut pas tenir un match à 2-2, ni aller chercher la prolongation. On a eu des hauts et des bas dans la saison, alternant le bon et le moins bon. Après un bon démarrage, janvier fut catastrophique, nous sommes passés à côté. Je suis très bien à Amiens. Je vais essayer de me maintenir en forme en attendant la liste pour les Championnats du monde. J'ai rarement vécu des matchs aussi intenses avec un tel dénouement."

Patrick Letellier (président d'Amiens) : "C'est à l'image de la saison. Souvent quand on démarre mal cela finit mal. L'équipe s'est battue en play-offs, et aurait mérité une victoire à Briançon. Je suis triste pour l'entraîneur et le public, toujours présent. Jeudi nous nous réunirons avec l'entraîneur et le manager, puis rapidement avec le comité. On a de l'avance sur les autres... Pour l'an prochain il faudra partir sur d'excellentes bases, faire plaisir aux partenaires et supporters. Une grande lessive ? Je ne sais pas. J'ai cinq joueurs sous contrat. J'ai la sensation que tout le monde veut rester, mais j'en ai marre d'entendre qu'ils sont trop bien à Amiens. Les contrats servent à remettre en cause certaines choses. Un joueur doit donner des résultats pour pouvoir rester, c'est une logique sportive. On va voir les plus et les moins de chaque joueur. Certains m'ont déçu, c'est sûr, et n'étaient pas au niveau que l'on pensait. Il y a un groupe à regarder dans son ensemble, ils ne sont pas forcément responsables de tout non plus. Je veux aborder la prochaine saison d'une meilleure façon. Nous avons organisé les états généraux pour mener un nouveau projet sur trois ans. Le manager et l'entraîneur font le recrutement, puis on décide sur le plan financier. Je n'interviens jamais sur le plan sportif. On va essayer de finir les comptes financiers, faire la simulation, réfléchir. Le comité ne définit que les grandes orientations : recruter ou non des étrangers... La première préoccupation concerne l'entraîneur, on sera fixé rapidement. Honnêtement je ne pensais pas finir ce soir..."

Sébastien Dermigny (défenseur de Briançon) : "Ce soir les deux équipes ont fait jeu égal, mais nos lignes disposent de plus de vitesse. Cela se joue surtout sur des petites choses, comme au premier match, joué sur un rien, ou le deuxième, sur une fin de pénalité. Là, je suis présent au bon moment mais les attaquants ont mis le feu dans la zone juste avant. Nous avons essayé de serrer la défense. Ils ont quand même mis le feu, avec beaucoup de shoots, et nous nous sommes sacrifiés pour protéger notre gardien. Notre entame de troisième tiers fut plus difficile. Ce n'est pas une revanche, je suis simplement heureux car je ne marque pas beaucoup de buts. Si on m'avait dit cela en début de saison... J'y vois seulement un bon pied de nez par rapport à l'année dernière, difficile. C'est une satisfaction personnelle. Jouer Grenoble donnera lieu à un beau derby des Alpes."

Luciano Basile (entraîneur de Briançon) : "On espérait cette issue sans l'avoir prévue. Les trois matchs furent difficiles, avec une dépense d'énergie. Les buts en fin de match ne sont peut-être pas le fruit du hasard car mes guerriers veulent aller au bout. Sur 180 minutes Amiens n'a pas mené longtemps, donc le mérite en revient à nos joueurs. Cela s'est joué sur des détails, mais nous sommes plus complets et je ne sentais le danger que lors de la présence de la ligne Pazak-Rozenthal-Mortas. On était un peu plus fort à l'arrière car Julian Marcos n'est pas un défenseur, et je n'ai même pas eu à utiliser Milan Tekel. Notre troisième bloc va chercher le but, cela prouve la profondeur de notre effectif. Notre équipe repose moins sur deux ou trois joueurs. On va savourer, relâcher la pression, puis se préparer pour mardi."

 

Amiens - Briançon 2-3 (1-2, 1-0, 0-1)

Mardi 6 mars 2007 à 20h00 au Coliséum.

Arbitrage d'Alexandre Hauchart assisté de Damien Bliek et Benjamin Gremion.

Pénalités : Amiens 12' (10', 2', 0'), Briançon 18' (8', 6', 4').

Évolution du score :

1-0 à 08'40" : Mortas assisté de Pazak et Gauthier

1-1 à 12'09" : Dufour

1-2 à 19'29" : Terglav assisté de Perez (double sup. num.)

2-2 à 27'41" : Gras assisté de J. Marcos

2-3 à 58'32" : Dermigny assisté de Rohat

 

Amiens

Gardien : Éric Raymond (sorti à 59'02").

Défenseurs : Vincent Bachet (A) - Jonathan Gauthier ; Julian Marcos - Frantisek Pulscak ; Thomas Roussel - Benjamin Dieude-Fauvel ou Jean-Philippe Glaude.

Attaquants : François Rozenthal - Anthony Mortas (C) - Miroslav Pazak ; Loïc Sadoun - Laurent Gras (A) - Brice Chauvel ; Rob Milar - Elie Marcos - Simon Petit.

Remplaçants : Henri-Corentin Buysse (G), Geoffrey Paillet, Nicolas Primout. Absent : Lionel Wiotte (blessé).

Briançon

Gardien : Christian Bronsard.

Défenseurs : Petr Kratky - Viktor Szélig ; Jakob Milovanovic - Rémi Royer ; Gary Levêque - Sébastien Dermigny.

Attaquants : Mickaël Pérez - Martin Filip - Edo Terglav (C) ; Jean-François Dufour (A) - Marton Vas - Pierre-Luc Sleigher ; Éric Blais (A) - Cédric Boldron - Sébastien Rohat ou Benjamin Arnaud.

Remplaçants : Damien Angella (G), Milan Tekel, Frédéric Borgnet, Alexandre Rouillard.

 

Retour à la Ligue Magnus