France - Kazakhstan (20 avril 2004)

 

Match amical.

Si remplir la patinoire de Viry-Châtillon n'était pas une gageure, c'est une belle surprise de voir celle d'Asnières bondée ce soir. Le maire d'Asnières-sur-Seine l'a d'ailleurs noté lors de la trop longue et inintéressante cérémonie d'avant-match, saluant les spectateurs "qui ont montré [leur] attachement à [leur] sport favori et sont venus voir l'équipe de France alors que la demi-finale de Ligue des Champions de Monaco est retransmise à la télé", sous-entendant sans doute que lui-même ne s'attarderait pas car un canapé l'attendait...

Par rapport à hier soir, le Kazakhstan a changé de gardien, pas la France bien sûr puisque Cristobal Huet doit prendre ses repères et se réhabituer aux grandes glaces. Les deux portiers seront d'ailleurs coupables d'un premier but encaissé. Vitali Kolesnik sort de sa cage, mais Vincent Bachet le devance d'un millième de seconde et glisse le palet tout en malice dans les buts (1-0 à 05'38"). Dans la foulée, Cristobal Huet contrôle mal un palet qui décolle sur sa crosse et file au-dessus des plexis. De l'engagement en zone défensive tricolore résultera l'égalisation de Dmitri Dudarev (1-1 à 06'30").

Mais la comparaison entre les deux gardiens ne fait pas un pli. Alors que Cristo fait preuve d'un grand sang-froid dans ses relances et ses sorties, Kolesnik n'est pas très sûr de lui. Il se retourne une première fois pour voir si le palet ne s'est pas faufilé entre ses jambières sur une contre-attaque de Benoît Bachelet. Son appréhension est fondée car la rondelle glisse effectivement derrière lui un peu plus tard sur un tir de Sébastien Bordeleau un peu près du même endroit (2-1 à 13'10"). Le premier but du Franco-Canadien champion de Suisse avec les Bleus !

Le n22 puis le n21 puis le n20 (en substitut pour une pénalité de banc mineur, Jimmy Bergamelli ayant apparemment pris des cours accélérés de russe pendant ces deux jours) partent en prison. Le compte à rebours commence, quoi de plus normal face au pays de Baïkonour... Mais le jeu de puissance a encore autant de mal qu'hier, même à cinq contre trois, c'est le point à travailler en priorité, avec peut-être plus de spontanéité attendue. Les Français gardent tout de même leur but d'avance, mais ils ont eu chaud. Une relance au centre de la glace de Baptiste Amar est arrivée dans la palette de Polishchuk qui est passé entre les deux défenseurs mais a manqué son face-à-face avec Huet.

Certains s'inquiétaient de ne pas voir Christian Pouget, le revenant en équipe de France reconverti en défense, tenter un de ses slaps. Le voilà justement en début de deuxième période, un lancer de bleue très bien amené par Lilian Prunet et Maurice Rozenthal (3-1 à 22'48"). Une minute plus tard, Carriou est pénalisé pour obstruction et Prunet casse sa crosse au moment où les Kazakhstanais s'installent. En plus, Gras n'arrive pas à dégager, mais le moment de frisson passe grâce à une mitaine rassurante de Huet. C'est alors que Kolesnik est remplacé par Vitali Eremeïev, un changement qu'on aurait même attendu plus tôt. Le gardien du Dynamo confirmera par la suite qu'il est le n1 indiscutable dans l'équipe du Kazakhstan, notamment face à Zwikel parti en deux contre un en infériorité avec Bachelet. On atteint la mi-match, et c'est le moment où le capitaine Alekseï Troshchinsky s'énerve et prend deux pénalités de suite. Toujours pas de réussite en supériorité, même pas pendant la prison suivante, un cinglage d'Evgueni Koreshkov. Arnaud Briand a pourtant deux énormes occasions. Après une bonne série de passes, il ne peut tromper Eremeïev, et surtout sur l'action suivante, il rate le palet avec la cage ouverte. C'était en deux contre un, et nouvelle situation de ce type se présente à la dernière minute, cette fois en infériorité. Upper est tout près de dévier le centre contre son camp au premier poteau, mais heureusement pour lui, la jambière d'Eremeïev est restée en place.

Le Kazakhstan met la pression sur Huet en début de troisième tiers-temps, avec des déviations, mais il semble ensuite ne pas jouer à fond et être assez amorphe. Les Français, eux, travaillent fort, mais la dernière passe est souvent imprécise et on en reste là, même si Myshagin a sorti son gardien en fin de match. Son équipe s'est alors retrouvée à sept sur la glace et a écopé d'un surnombre...

Compte-rendu signé Marc Branchu

 

Commentaires d'après-match

Heikki Leime (entraîneur de la France) : "Marquer, ça ne se travaille pas. On a des occasions, mais après, pour les buts, c'est la qualité des joueurs qui fait la différence [...] L'objectif aux championnats du monde, pour l'instant, c'est de gagner le premier match."

Arnaud Briand (capitaine de la France) : "On verra si ce seront mes derniers championnats du monde... C'est sûr que ça devient de plus en plus difficile pour moi, au niveau physique comme au niveau mental. Une belle performance au Mondial, ce serait bien pour finir en beauté ma carrière internationale."

Sébastien Bordeleau (attaquant de la France) : "J'étais assez à l'aise sur la glace. J'espère ajouter un peu d'offensive et d'expérience à cette équipe, mais ce n'est pas du jour au lendemain que je vais devenir le Wayne Gretzky de la France... La dernière fois que j'avais joué à Viry, c'était quand j'avais gagné le championnat de France poussins. Ça faisait drôle de retourner là hier. Gamin, je voyais la patinoire plus grande."

 

France - Kazakhstan 3-1 (2-1, 1-0, 0-0)

Mardi 20 avril 2004 à 20h30 à Asnières (FRA). 2000 spectateurs.

Arbitrage de Jimmy Bergamelli (FRA).

Pénalités : France 30' (4'+10', 12', 4'), Kazakhstan 30' (6', 8'+10', 6').

Tirs : France 37 (15, 13, 7), Kazakhstan 31 (8, 14, 9).

Engagements : France 24 (11, 7, 6), Kazakhstan 22 (5, 9, 8).

Évolution du score :

1-0 à 05'38" : Bachet assisté de Daramy

1-1 à 06'30" : Dudarev assisté de Komissarov et Shemelin

2-1 à 13'10" : Bordeleau assisté de Pouget

3-1 à 22'48" : Pouget assisté de Prunet et M. Rozenthal

 

France

Gardien : Cristobal Huet.

Défenseurs : Christian Pouget - Baptiste Amar ; Allan Carriou - Nicolas Pousset ; Vincent Bachet - Nicolas Favarin ; Karl Dewolf - Lilian Prunet.

Attaquants : Maurice Rozenthal - Sébastien Bordeleau - François Rozenthal ; David Dostal - Arnaud Briand (C) - Olivier Coqueux ; Jonathan Zwikel - Anthony Mortas - Xavier Daramy ; Brice Chauvel - Laurent Gras - Benoît Bachelet ; Pierre-Édouard Bellemare.

Kazakhstan

Gardien : Vitali Kolesnik puis Vitali Eremeïev à 24'09".

Défenseurs : Oleg Kovalenko - Evgueni Kuzmin ; Alekseï Troshchinsky (C) - Andreï Savenkov ; Vladimir Antipin - Artyom Argokov ; Denis Shemelin - Rustam Yessirkenov.

Attaquants : Anatoli Filatov - Dmitri Upper - Roman Kozlov ; Aleksandr Semenov - Evgueni Koreshkov - Aleksandr Koreshkov ; Sergueï Aleksandrov - Fedor Polishchuk - Vadim Rifel ; Dmitri Dudarev - Andreï Troshchinsky - Anton Komissarov.

  

Retour aux matches internationaux