Allemagne - Autriche (17 avril 2004)

 

Match de préparation aux championnats du monde 2004.

Les voisins autrichiens et allemands se rencontraient pour la troisième fois en une semaine afin de peaufiner les derniers réglages à quelques jours de l'ouverture des mondiaux. L'Allemagne, vainqueur des deux premières rencontres (3-0 et 2-1 à Vienne et Ravensburg), a enregistré cette semaine des renforts de choix avec Jan Benda (Ak Bars Kazan), Jochen Hecht (Buffalo) et surtout Olaf Kölzig (Washington) qui fait son retour en sélection allemande six ans après les J.O. de Nagano. Mais c'est la formation autrichienne qui était la plus renforcée par rapport au match de Vienne la semaine dernière. La fin de la série finale du championnat autrichien entre Klagenfurt et Villach (gagnée par le premier nommé) a en effet libéré bon nombre d'internationaux (Horsky, Kaspitz, Schuller, Koch et Welser) auxquels s'ajoutaient les expatriés européens (Unterluggauer, Kalt, Setzinger) et nord-américains (Vanek, Pöck, Brückler). C'est d'ailleurs ce dernier qui était dans les cages autrichiennes pour débuter la partie.

Matthias Trattnig sollicite Olaf Kölzig dès le coup d'envoi mais ce sont les Allemands qui entrent mieux dans la rencontre grâce à un power-play accordé dès la première minute. Le jeu de puissance allemand s'installe convenablement dans la zone autrichienne mais la seule véritable occasion pendant deux minutes est à mettre à l'actif de Stephan Retzer qui rate de peu le palet au second poteau. Passée cette première frayeur, les Autrichiens montrent le bout de leurs crosses notamment sur un tir de Mark Szücs qui oblige Kölzig à rester concentré. Les débats s'équilibrent mais aucune occasion réellement dangereuse n'est à signaler. Jochen Hecht fait apprécier son maniement de la crosse dans la zone autrichienne mais il est contenu par une défense compacte, bien regroupée autour du gardien de l'université du Wisconsin. Szücs et Martinec sont envoyés en prison après une lutte virile le long de la balustrade. Le jeu à quatre contre quatre ouvre des espaces et les Allemands manquent de peu d'en profiter sur un deux contre un mené par Daniel Kreutzer et Jochen Hecht. Stefan Ustorf sème à son tour le danger devant la cage autrichienne mais sans pouvoir prendre de tir dangereux. Les joueurs de Hans Zach, bien que globalement dominateurs, devaient rester sur leurs gardes car les Autrichiens excellent dans les contres. Un premier avertissement vient sur un débordement côté gauche de Thomas Vanek mais le jeune prodige autrichien bute sur Kölzig. La leçon n'a visiblement pas été retenue côté allemand car Oliver Setzinger adresse de sa zone une magnifique transversale à Daniel Welser sur la ligne bleue qui prend à revers la défense allemande et s'en va seul défier Kölzig. Pas impressionné le moins du monde, le jeune autrichien fixe le vétéran de la NHL avant de lui glisser le palet entre les jambes (0-1, 16'15"). Un crime de lèse-majesté dont Kölzig se serait bien passé pour son retour. Mais il en faut plus pour refroidir les ardeurs d'un public allemand surchauffé et une relance hasardeuse dans les tribunes de Brückler va être lourde de conséquences. Sur la supériorité numérique qui suit, les Allemands installent le jeu de puissance : Benda décale Goldmann à la pointe dont le slap est dévié devant le filet par Tomas Martinec qui égalise (1-1, 17'58"). Les hommes de Hans Zach ont sauvegardé l'essentiel au retour aux vestiaires.

Malmenés dans la première période, les joueurs de Hans Zach prennent les choses en main dès l'entame de la suivante. Christoph Ullman teste Brückler d'un tir inattendu côté droit puis manque de peu un rebond suite à une incursion de Jan Benda. Le pressing allemand se fait de plus en plus important sur les cages de Brückler. Kreutzer est tout près de marquer en prenant le rebond d'un tir de Hecht. Sur un 2 contre 1 mené par Greilinger, Ustorf est stoppé irrégulièrement par Philippe Lakos. Mais les Allemands n'ont pas le temps de profiter du power-play car Hecht est sanctionné pour avoir envoyé irrégulièrement Thomas Pöck dans les balustrades. À quatre contre quatre, Kölzig doit se montrer vigilant sur une incursion de Kaspitz. Mais à force de pousser, les Allemands sont finalement récompensés : sur un décalage d'Abstreiter, Jochen Hecht résiste à la défense de Lakos et décoche un tir en angle fermé qui laisse Brückler de marbre (2-1, 26'26"). Un petit bijou digne d'un renfort NHL. Le match gagne en intensité, les occasions se multiplient de part et d'autre. Greilinger manque de peu le but du K.O. et une combinaison Ullmann-Kathan aurait mérité meilleur sort. Les Autrichiens aussi sortent de leur réserve notamment grâce à l'activité du duo Kalt-Vanek. Ils vendangent pourtant un jeu de puissance qui aurait pu leur permettre de revenir dans le match. Hecht est à deux doigts de s'offrir son deuxième exploit du match mais il est battu en un contre un par Thomas Pfeffer impeccable. Et au moment où le rythme de la rencontre semblait baisser, les Allemands déploient une contre-attaque fulgurante : Lewandowski trouve Ustorf en relais avant de servir en retrait Greilinger qui arrive lancé. Le tir de l'attaquant de Nuremberg ne laisse aucune chance à Brückler et permet aux hommes de Hans Zach de prendre leurs distances (3-1, 34'28"). Une faute de Pöck sur Ustorf empêche les Autrichiens de réagir et les Allemands peuvent rentrer satisfaits au vestiaire.

Le tableau allemand aurait été idyllique sans une certaine indiscipline. En concédant deux pénalités consécutivement (Goldmann juste avant la fin du tiers et Lüdemann peu après), ils donnent une chance aux hommes d'Herbert Pöck de se relancer. Sur la deuxième supériorité, Vanek chipe le palet à Smazal et sert sur un plateau Martin Ulrich dont le one-timer fait mouche (3-2, 44'06"). Le tir d'Ulrich venant plein axe, Kölzig est loin d'être irréprochable pour un gardien de son niveau. Daniel Kreutzer a une occasion en or de refaire le break mais après avoir mis dans le vent les défenseurs autrichiens et feinté Brückler, il rate du revers la cage grande ouverte. Dommage car il avait fait le plus dur. Un slap de Lüdemann maintient les Autrichiens sous pression, les Allemands continuent d'avancer et deux minutes de supériorité numérique leur permettent de gérer tranquillement. Une vilaine faute de Benda qui laisse traîner son genou pour faire obstruction sur Welser ternissait la fin de la rencontre, le jeune Autrichien boitant bas en rentrant au vestiaire. Kreutzer se montre une nouvelle fois dangereux sur un deux contre un. Les Autrichiens durcissent le jeu en fin de rencontre mais ne parviennent pas à profiter d'une nouvelle supériorité numérique (Abstreiter) et se montrent dangereux seulement sur un slap de Robert Lukas. Ils gâchaient bêtement les dernières minutes en commettant un surnombre bien malvenu rendant toute sortie de Brückler inutile. Elle se produisit pourtant mais sans grand effet si ce n'est celui de s'exposer devant la cage vide.

Les Allemands ont confirmé leurs succès précédents et cette troisième victoire face à l'Autriche ne peut que faire du bien au moral. Il reste une dernière rencontre face aux États-Unis pour effectuer les derniers choix. Olaf Kölzig a fait un retour correct mais sans plus et devra se montrer plus déterminant lors des championnats du monde s'il veut répondre aux attentes. Jochen Hecht a en revanche fait forte impression et sa ligne avec Abstreiter et Kreutzer sera à surveiller à Prague. Du côté autrichien, les renforts (Vanek, Pöck et Kalt notamment) ont fait beaucoup de bien malgré une certaine inefficacité persistante en supériorité numérique. L'Autriche est une équipe qui sait manier habilement l'art du contre et qui possède une défense très rugueuse avec de grands gabarits qui ne se laissent pas manúuvrer facilement. Elle devrait recevoir la semaine prochaine deux renforts de choix, Reinhard Divis (Saint Louis) et Christoph Brandner (Houston), éliminés de leur play-offs respectifs en NHL et AHL. Voilà les Français prévenus...

Compte-rendu signé Christophe Laparra

 

Allemagne - Autriche 3-2 (1-1, 2-0, 0-1)

Samedi 17 avril à 15h30 à la Knorr Arena de Heilbronn. 4000 spectateurs.

Arbitrage de Peter Jonak (Slovaquie).

Pénalités : Allemagne 14' (2', 6', 6'), Autriche 14' (6', 4', 4').

Évolution du score :

0-1 à 16'15" : Welser assisté de Setzinger et Koch

1-1 à 17'58" : Martinec assisté de Goldmann et Benda (sup. num.)

2-1 à 26'26" : Hecht assisté de Abstreiter

3-1 à 34'28" : Greilinger assisté de Lewandowski et Ustorf

3-2 à 44'06" : Ulrich assisté de Vanek (sup. num.)

 

Allemagne

Gardien : Olaf Kölzig.

Défenseurs : Mirko Lüdemann - Stephan Retzer, Erich Goldmann - Jan Benda ; Heiko Smazal - Jochen Molling ; Andreas Renz - Daniel Kunce.

Attaquants : Tomas Martinec - Stefan Ustorf - Petr Fical ; Jochen Hecht - Tobias Abstreiter - Daniel Kreutzer ; Klaus Kathan - Christoph Ullmann - Andreas Morczinietz ; Boris Blank - Tino Boos - Eduard Lewandowski ; Thomas Greilinger.

Remplaçant : Robert Müller (G).

Autriche

Gardien : Bernd Brückler.

Défenseurs : Philippe Lakos - Martin Ulrich ; Robert Lukas - Thomas Pöck ; André Lakos - Gerhard Unterluggauer ; Sven Klimbacher - Thomas Pfeffer.

Attaquants : Matthias Trattnig - Dieter Kalt - Thomas Vanek ; Markus Peintner - Gilbert Kühn - Mark Szücs ; Oliver Setzinger - Thomas Koch - Daniel Welser ; Philippe-Michael Horsky - Roland Kaspitz - David Schuller ; Christoph Harand.

Remplaçant : Patrick Machreich (G).

 

Retour aux matches internationaux