Russie - République Tchèque (16 avril 2004)

 

Match amical.

Russie - République Tchèque à Moscou ! Voilà de quoi faire remonter à la surface des souvenirs d'affiche de rêve du temps des rencontres très chaudes entre feu l'URSS et feu la Tchécoslovaquie. Comme le fantôme de Boja Ebermann "ridiculisant" Vladislav Tretiak en finale du tournoi des "Izvestia" à Moscou. D'ailleurs, pour rester dans "l'ostnostalgie", on remarque dans les tribunes du CSKA la présence de Viatcheslav Fetissov, désormais ministre des sports et proche du président Poutine. Pour Viktor Tikhonov, cela doit également rappeler des souvenirs...

Surtout qu'il y a du beau monde sur la glace. Les Tchèques présentent huit joueurs en provenance de LNH. Trois des New York Rangers, Jan Hlavac, Karel Rachunek et un certain Jaromir Jagr, deux de Los Angeles, Martin Straka et un certain Roman Cechmanek (un petit jeune, gardien remplaçant des Kings, qui doit encore travailler pour déloger le titulaire Cristobal Huet !), plus Josef Vasicek (Carolina), Martin Skoula (Colorado) et Josef Melichar (Pittsburgh). N'oublions pas non plus la star rentrée au pays Jiri Dopita et les trois Tchèques du championnat de Russie, Jan Hejda qui évolue sur sa glace du CSKA, Radek Duda (Kazan) et le champion Jaroslav Bednar d'Omsk. Côté russe, l'équipe est beaucoup plus "nationale". Quatre joueurs seulement viennent d'Outre-Atlantique : Dimitri Kalinine et Maxime Afinoguenov de Buffalo, Alexeï Morozov (Pittsburgh) et surtout Ilya Kovaltchouk (Atlanta) dont les moindres faits et gestes sont commentés à la une de tous les médias russes depuis son retour à l'aéroport international de Moscou Cheremetievo 2.

D'ailleurs, la presse s'est trompée. Elle avait pronostiqué que la vedette serait incorporée à un bloc entièrement "yaroslavien". Presque juste, puisque Kovaltchouk est accompagné en attaque de deux joueurs du Lokomotiv, Vladimir Antipov et Viatcheslav Boutsaev, alors qu'en défense Dimitri Iouchkevitch du Lokomotiv ne joue pas avec son coéquipier Alexandre Gouskov, mais avec le joueur de Kazan, Dimitri Bykov. Certainement une "finesse" de Viktor Tikhonov, comme un pied de nez à sa théorie sur les blocs par club. Dans les cages, on retrouve non pas les habitués de la sélection, mais le Sibérien Alexandre Fomichev (Novosibirsk). Enfin, bien que le Lada ait la réputation (justifiée) d'être l'équipe la plus défensive du pays, il n'y a qu'un seul défenseur sélectionné, Maxime Kondratiev. Peut-être la conséquence de la catastrophique défense du Lada contre Omsk en play-offs.

Ces "finales" de l'Euro Hockey Tour se déroulent selon la formule "Super 16", en aller-retour où seules les victoires (sans le goal-average) sont prises en compte. Si les deux équipes sont à égalité un succès partout, il faudra jouer une mort subite.

Est-ce la fatigue des longs play-offs russes ? Est-ce le fait que les vedettes ne sont pas encore toutes présentes dans l'équipe ? Est-ce parce que les Tchèques sont beaucoup plus motivés ? Quoi qu'il en soit, ce match est un cauchemar pour la Sbornaïa.

Après un premier tiers équilibré et sans but, la République Tchèque va humilier la Russie sur sa glace. Emmenés par un Jaromir Jagr diabolique, malgré ses 34 ans, les Rouges avec le Lion bousculent les Blancs avec l'Aigle bicéphale en particulier pendant tout le deuxième tiers. Ce sont des vagues incessantes qui s'abattent sur la défense russe qui jamais n'arrive à reprendre sa respiration. Trois buts, tous construits, rapides et techniques viennent concrétiser cette domination, par Jaroslav Bednar en supériorité (le commentateur télé s'empresse de rappeler qu'il est champion de Russie, on se rassure comme on peut...), Michal Mikeska et Martin Straka. Et comme le coéquipier de ce dernier à Los Angeles, Roman Cechmánek, est parfait dans les cages, les Russes passent un sale quart d'heure. Avec, faut-il le souligner une nouvelle fois, un Jaromir Jagr tout simplement génial.

Au début de la dernière période, les Russes tentent de revenir dans le match... En vain, les Tchèques accélèrent une fois encore et frappent de nouveau en deux minutes par Josef Vasicek et encore Martin Straka. 0-5 à Moscou ! C'est inimaginable ! Surtout dans la manière. Il faut impérativement sauver l'honneur. C'est ce que va faire le "local", le capitaine du CSKA, Nikolaï Pronine, le "bulldog" du club militaire, celui qui ne renonce jamais. Il inscrit le seul but russe à une trente de la fin... Ouf !

Mais cela n'empêche pas le public de siffler. Les Russes ne comprennent pas comment avec un championnat aussi "argenté" et de haut niveau, l'équipe nationale peut-être à ce point en difficulté aussi régulièrement. Viktor Tikhonov doit s'arracher les (derniers) cheveux qui lui restent. Il faut impérativement une réaction lors du match retour à Prague, sinon les Russes vont aborder le mondial avec une pression énorme sur les épaules. Quant aux Tchèques, ils vont bien, merci !

Compte-rendu signé Bruno Cadène

 

Russie - République Tchèque 1-5 (0-0, 0-3, 1-2)

Vendredi 16 avril 2004 à 18h30 au Palais des Sports de Glace du CSKA. 5500 spectateurs.

Arbitrage de Hannu Henriksson (FIN).

Pénalités : Russie 6' (2', 0', 4'), République Tchèque 8' (4', 2', 2').

Tirs : Russie 22 (8, 4, 10), République Tchèque 23 (9, 8, 6).

Évolution du score :

0-1 à 21'49" : Bednar (sup. num.)

0-2 à 31'22" : Mikeska assisté de Vasicek et Duda

0-3 à 37'22" : Straka

0-4 à 47'56" : Vasicek assisté de Mikeska

0-5 à 49'51" : Straka assisté de Klepis

1-5 à 58'36" : Pronin

 

Russie

Gardien : Aleksandr Fomichev.

Défenseurs : Dmitri Bykov - Dmitri Yushkevich ; Vassili Turkovski - Vitali Proshkin ; Dmitri Kalinin - Aleksandr Guskov ; Maksim Kondratiev - Andreï Skopintsev.

Attaquants : Ilya Kovalchuk - Vyacheslav Butsaïev - Vladimir Antipov ; Aleksandr Ovechkin - Sergueï Zinoviev - Valeri Zelepukin ; Andreï Morozov - Andreï Bashkirov - Maksim Afinogenov ; Sergueï Mozyakin - Igor Emeleïev - Nikolaï Pronin.

République Tchèque

Gardien : Roman Cechmánek.

Défenseurs : Jirí Malinský - Petr Caslava ; Jan Hejda - Radek Hamr ; Josef Melichar - Martin Škoula ; Karel Rachunek - Rostislav Olesz.

Attaquants : Jaroslav Bednár - Jirí Dopita - Petr Prucha ; Jan Hlavác - Martin Straka - Jaromír Jágr ; Michal Mikeska - Josef Vašícek - Radek Duda ; Petr Koukal - Jaroslav Hlinka - Jakub Klepis.

 

Retour aux matches internationaux