Lugano - Berne (10 avril 2004)

 

Finale de la LNA suisse, cinquième manche.

Ultime acte de la saison suisse. Alors qu'ils menaient la série deux victoires à zéro, les Ours bernois se sont vus remontés à deux victoires partout par des Luganais visiblement à l'aise dès qu'ils se retrouvent dos au mur (n'oublions pas qu'au sixième match des demi-finales, Zurich était encore finaliste à trois minutes de la fin du match avant que Lugano n'égalise, puis ne gagne le match en prolongation, puis ensuite la série). Les hommes de Kent Runhke évoluent ce soir dans une Resega bondée, les supporters locaux assistent d'ailleurs au retour effectif d'Olivier Keller et Mike Maneluk, deux pièces maîtresses du HCL, autant dire que la partie risque d'être disputée.

Et pourtant, on remarque que les duels ont un peu perdu en intensité comparé au quatrième match. Un peu moins de rapidité dans les attaques, mais par contre, on joue dans un registre un peu plus physique. Non pas que l'on tombe dans le malsain, juste quelques intimidations de bonne guerre à ce stade de la compétition, mais par contre, chaque boîte est appliquée "jusqu'au bout", histoire de neutraliser durablement l'adversaire.

C'est à Krister Cantoni de déclencher les hostilités d'un tir en entrée de zone, histoire de chauffer la mitaine de Marco Bührer (2'01"), avant que Martin Steinegger n'ouvre le bal pour Berne du revers (4'00"). La prochaine salve intervient un peu plus tard, lors de la première supériorité du match, bernoise. Après une lente mise en route, c'est le duo Dubé-Rüthemann qui se signale devant Ronnie Rüeger (8'50"), mais dans l'ensemble, les joueurs de la capitale cherchent trop à fignoler. Une seconde chance leur est offerte quand Keith Fair accroche Dubé, les Ours vont pouvoir évoluer à cinq contre trois. Kent Ruhnke fait rentrer ses "armoires" pour mieux masquer Rüeger, qui laisse un rebond sur un tir de David Jobin, rebond que ne laisse pas passer Rolf Schrepfer, son erreur "dramatique" qui occasionna la victoire de Lugano lors du match précédent est alors oubliée (0-1 à 9'38"). Berne continue alors sur sa lancée, en pressant un peu plus haut Lugano. Les hommes de Larry Huras reprennent un peu d'initiative en fin de tiers, notamment en supériorité grâce à leur star Petteri Nummelin, et ses rockets de la bleue. C'est d'ailleurs sur un envoi lointain, mais de Noël Guyaz cette fois-ci et dévié par Jeannin, que Lugano croit pouvoir revenir au score. La lumière des buts vient de s'allumer (19'33"), mais M. Reiber fait signe de continuer à jouer avant d'aller vérifier à la caméra son jugement : en fait, l'envoi luganais heurte la base du poteau puis frôle le patin de Bührer tout en longeant le but sans pénétrer dans la cage, le portier bernois peut s'estimer heureux sur cet essai, tout comme dans la foulée sur celui de Steve Hirschi qui heurte le coin droit de la même cage (19'50"). Il est peut être temps de rentrer aux vestiaires.

Le deuxième tiers est, on peut s'en douter, plus à l'avantage des Luganais. Pourtant, ils pèchent encore en finition, à l'image de cette percée solo de Mike Maneluk (23'20"). Des locaux qui semblent d'ailleurs douter au point d'être tentés d'attaquer seuls, contrairement aux Bernois, plus prudents mais plus collectifs dans la conduite du palet, comme lors de cette remontée à trois où un tir de Dominic Meier frôle la base du poteau de Rüeger (28'04"). C'est oublier que la première ligne luganaise, même si elle est en perte d'efficacité depuis le début des séries, reste dangereuse : une transversale de Ryan Gardner permet à Ville Peltonen de se retrouver décentré sur la droite de Bührer et de remonter à 1-1 dans un angle très réduit, tout ceci vingt minutes exactement après le 0-1 bernois (29'38"). Puis sur le même schéma tactique, c'est Petteri Nummelin qui décentre Mike Maneluk pour donner l'avantage aux locaux (2-1 à 32'18"), avant que Régis Fuchs ne bute sur un réflexe de Bührer (33'33"). Le jeu se durcit quelque peu, à l'image de cette charge dans le dos de Steinegger qui laisse Jeannin momentanément KO (34'02"). Lugano continue de dominer, et Bührer voit un ricochet le long de la bande frôler dangereusement son poteau (34'44"), avant que le rythme de la partie ne diminue sensiblement. Encore un envoi brûlant de Peltonen qui bute sur le portier visiteur (37'00"), et sur le contre, le tir lointain de Thomas Ziegler est renvoyé sur la crosse de Marc Weber, avant de ricocher victorieusement sous le patin de Rüeger pour le 2-2 (37'07").Berne s'est repositionné pour le dernier tiers.

Une ultime période assez crispante d'ailleurs. Après une entame emmenée par Berne (Dubé puis Rüthemann à 40'50"), et une réponse d'Andy Näser (44'10"), c'est de nouveau Berne qui marque, sur un énième travail de Christian Dubé derrière la cage, qui envoie devant pour Bordeleau mollement surveillé (2-3 à 44'45"). Le match est alors longuement interrompu pour un changement de plexiglas, où l'on peut admirer l'étendue des moyens mis à disposition par la patinoire (monte-charge, palans...). C'est en tout cas l'occasion de se reposer un peu pour mieux aborder le reste de cet ultime acte, à l'image de ce tir à bout portant de "JJ" Aeschlimann (45'45"). Berne reste concentré, mais Lugano exploite la moindre occasion en rupture, comme cette remontée à deux joueurs alors qu'ils évoluent pourtant en infériorité (50'32"). On s'achemine vers la fin du match et Bührer se voit une troisième fois suppléé par son poteau face à Flavien Conne (58'46"), avant que Steinegger, en capitaine pas très exemplaire, ne charge Gardner devant la cage bernoise (59'10"). La pénalité est importante car engagée en zone visiteuse, Larry Huras sort son gardien, le palet circule, et de nouveau, Petteri Nummelin de sa bleue décentre Mike Maneluk sur la droite de Bührer pour une égalisation de dernière minute (59'27"). Il y a quand même un petit vide à combler de ce côté de la zone de l'infortuné portier bernois, d'où sont venus les trois buts du HCL.

On assiste alors à des prolongations où une seule tactique prévaut : tirer sur le gardien en espérant un rebond le cas échéant. À ce jeu, les Bernois mettent une pression infernale sur Rüeger dont les coéquipiers semblent d'un coup plus timorés : revers de Weber (62'58"), Schrepfer qui profite d'une hésitation de la défense adverse (63'34"), Cereda qui bute au dessus du but (66'40") ou Sarault de près (70'14"), autant de brûlots auxquels Lugano ne répond que timidement, hormis cette percée de Peltonen (64'00"). Les Luganais semblent vouloir en découdre lors de la séance de "fusillade" des tirs aux buts alors que Berne fusille d'actions collectives la cage de Rüeger, et conclut enfin la partie sur une lumineuse ouverture de la défense vers Marc Weber qui part seul et s'en va marquer pour la dernière fois de la saison, d'un tir à mi-zone qui ricoche sous le gardien adverse (74'19").

Kent Ruhnke peut faire ses valises sereinement (on parle de sa venue à Bâle), il vient d'apporter le onzième titre à la capitale suisse, sept ans après le précédent. Les prolongations, et ensuite la partie, sont revenues à celui qui en voulait le plus, et à ce jeu, Berne a montré plus de gnac face à des Luganais un peu plus attentistes (et peut-être fatigués). La partie fut assez palpitante, même si les actions chaudes étaient moins nombreuses qu'au match précédent.

Du côté bernois, on aura remarqué l'excellent duo Dubé (passeur) - Rüthemann (marqueur et top scorer, ce qui est suffisamment rare pour être signalé pour un joueur suisse), un jeu physique et un excellent gardien. Du côté de Lugano, Petteri Nummelin, pièce maîtresse en défense et en attaque, et trois lignes d'attaques travailleuses. La seule déception, relative, est la panne d'efficacité de la première ligne (mais pas durant cette partie !), notamment d'un Ville Peltonen qui tournait à 1,5 pts par match durant la saison régulière pour s'écrouler à 0,5 pts durant les séries. Peut-être le résultat d'une utilisation abusive en saison, peut-être aussi un manque de conviction comme le suggérait le consultant de la télévision suisse romande.

Élus meilleurs joueurs du match : Mike Maneluk pour Lugano et Marco Bührer pour Berne.

Compte-rendu signé Stéphane Rault

 

Commentaires d'après-match

Larry Huras (entraîneur de Lugano) : "Je suis fier de mes hommes qui se sont bien battus. Ils méritaient mieux que la médaille d'argent. C'est pourtant un beau prix, mais en toute franchise je ne me sens pas le cur de le fêter à l'heure actuelle. Je le ferai probablement, mais seulement dans quelques jours, quand l'amertume de la finale aura laissé la place à la satisfaction du parcours réalisé dans ce championnat et dans ces play-offs."

Christian Dubé (attaquant de Berne) : "Nous avons bien abordé le match, nous étions moins crispés que Lugano. En deuxième période, ils ont été supérieurs, mais notre égalisation, avec un soupçon de réussite, a peut-être été le tournant de la partie. Je pense que c'était un très beau match avec beaucoup d'intensité et de suspense. Quand ils sont revenus à trente secondes de la fin, le ciel nous est tombé sur la tête. Je me suis quand même posé des questions, je me suis demandé ce que j'avais encore fait. J'en avais vraiment marre d'entendre que j'étais bon mais que je ne gagnais rien. Maintenant, c'en est fini de ces conneries. Nous avons repris nos esprits pour nous imposer. Nous avons su rester disciplinés du premier au dernier match même s'ils étaient peut-être meilleurs techniquement."

Luca Cereda (attaquant de Berne) : "Ma décision de quitter l'AHL et de retourner en Suisse dès cette saison s'est révélée être un choix judicieux. Je suis très heureux d'avoir remporté le titre pratiquement à ma première tentative. C'est l'apothéose pour moi."

 

Lugano - Berne 3-4 a.p. (0-1, 2-1, 1-1, 0-1)

Samedi 10 avril 2004 à 20h00 au Resega de Lugano. 8000 spectateurs.

Arbitrage de Brent Reiber assisté de Peter Küng et Karol Popovic.

Pénalités : Lugano 8' (6', 0', 2', 0'), Berne 14' (4', 6', 4', 0').

Tirs : Lugano 32 (8, 10, 10, 4), Berne 37 (10, 6, 11, 10).

Évolution du score :

0-1 à 09'38" : Schrepfer assisté de Jobin et Meier (double sup. num.)

1-1 à 29'38" : Peltonen assisté de Gardner et Maneluk

2-1 à 32'18" : Maneluk assisté de Nummelin et Sutter (sup. num.)

2-2 à 37'07" : Weber assisté de T. Ziegler

2-3 à 44'45" : Bordeleau assisté de Dubé et Steinegger

3-3 à 59'28" : Maneluk assisté de Nummelin et Peltonen (sup. num.)

3-4 à 74'19" : Weber

 

Lugano

Gardien : Ronnie Rüeger

Défenseurs : Steve Hirschi - Petteri Nummelin ; Patrick Sutter - Noël Guyaz ; Olivier Keller - Andreas Hänni.

Attaquants : Mike Maneluk - Ryan Gardner - Ville Peltonen ; Adrian Wichser - Flavien Conne - Sandy Jeannin ; Keith Fair - Jean-Jacques Aeschlimann - Andy Näser ; Krister Cantoni - Régis Fuchs (C) - Raffaele Sannitz.

Remplaçants : David Bochy (G), Daniel Peer, Ralph Bundi. Absents : Mark Astley (suspendu), Éric Lecompte, Mike Fountain (étrangers surnuméraires).

Berne

Gardien : Marco Bührer (sorti de sa cage de 58'54" à 59'28").

Défenseurs : Sylvain Lefèbvre - Martin Steinegger (C) ; David Robin - Rolf Ziegler ; Dominic Meier - Beat Gerber ou Marc Leuenberger.

Attaquants : Ivo Rüthemann - Sébastien Bordeleau - Christian Dubé ; Marc Weber - André Rötheli - Yves Sarault ; Rolf Schrepfer - Luca Cereda - Thomas Ziegler ; Alex Châtelain - Vjeran Ivankovic.

Remplaçants : Marc Eichmann (G), Steven Tschannen. Absents : Philippe Furrer (hanche), Patrik Juhlin (fracture du poignet), Philippe Wetzel (épaule), Caryl Neuenschwander (genou), Igor Chiriaev (étranger surnuméraire).

 

Retour au championnat de Suisse