Rouen - Anglet (24 mars 2001)

 

Deuxième match de la finale du Championnat de France Elite.

La demoiselle semblerait conquise à la veillée de la deuxième manche. Mais, elle pourrait encore résister, aux avances des Dragons, sur les plages basques de la Barre si l'Hormadi, comme ce soir, parvenait à ouvrir la marque. En effet, il semble plus aisé de défendre sur une petite banquise. Devant leur public, leurs mécènes et leur tonitruante banda, les Angloys auront encore du cur.

Les coéquipiers de Lionel Bilbao ont su faire preuve d'opportunisme, juste après une chance de Guillaume Besse, par l'intermédiaire de Stanislas Solaux. Le ch'ti du sud-ouest marquait de loin à ras la glace dans une cage ouverte (0-1 à 9'20). Les Basques, combatifs, avaient annihilé une première pénalité (5'52). Ils faisaient illusion pendant les trois quart du premier tiers jusqu'à ce qu'ils paient une erreur de marquage à la bleue. En deux contre un, avec Juha Jokiharju à la baguette magique et Daniel Carlsson le soliste à la finition. Éric Raymond s'inclinait concédant l'égalisation (1-1 à 15'32). Néanmoins, les visiteurs puisaient dans leurs ressources pour contrecarrer une deuxième infériorité. Agile et sémillant le jeu était aussi plus constant que la veille. La patinoire comble raisonnait aussi mieux. Enfin !

Le fait qu'Anglet résiste donnait un peu plus de piment, s'il en fallait, à cette finale. Mais l'assaisonnement fût périssable à partir du moment où Simon Lacroix, de près, reprenait son propre rebond pour faire mener le RHE (2-1 à 22'27). La défensive de l'Hormadi avait preuve d'un trop grand laxisme sur ce coup pour espérer combler son déficit. Alors, Simon Lacroix repassa le plat pour Eric Doucet qui trouvait superbement Heikki Riihijärvi. L'arrière finlandais concluait de fort belle manière le joli mouvement préparatoire des ses compères de lignes altruistes (3-1 à 29'12). La cassure faite, le public allait se faire plaisir en rendant hommage au prochain buteur de son équipe favorite. Franck Pajonkowski aggravait la marque d'un petit lob, involontaire, au dessus d'Éric Raymond (4-1 à 32'45). L'histoire retiendra, peut-être, que c'était le dernier but, sur l'île, de l'emblématique "Pajon" (?). L'histoire était entendue et les Hockeyeurs des sables ne faisaient pas fructifier un jeu de puissance. Cependant, les "boys" de Guy Fournier ne semblaient pas vouloir en rester là comme pour remercier les spectateurs de leurs soutiens parcimonieux.

Au dernier engagement, le jeu était toujours aussi limpide à suivre et aussi mal arbitré. Après avoir "tué" un désavantage numérique, les Angloys allaient gâcher deux ou trois opportunités de cages ouvertes. Soit Phil Groeneveld est un héros invincible, soit les attaquants basques sont particulièrement maladroits, tellement on pensait bien qu'Anglet aurait fini par réduire la marque. C'est sans doute un peu des deux qui sauvait les Dragons. La fraîcheur physique faisait défaut aux visiteurs et ils devaient s'incliner une dernière fois "pour la route" sur un lancer de Simon Lacroix. L'ailier apportait un addendum de bonheur dans les rangs mélancoliques de partisans partagés entre l'envie de voir ici un cinquième match victorieux des Dragons et le risque de voir la Magnus surfer dans les bras basques.

Thierry Frechon

Commentaires d'après-match (dans l'Équipe)

Guillaume Besse (attaquant de Rouen) : "C'est vrai que nous venons de gagner deux gros matches à la maison. Nous sommes donc en bonne voie pour remporter le titre. Mais on se méfie énormément des Angloys, car tout le monde garde en tête l'exploit qu'ils ont réussi contre Reims. De plus, il est toujours très difficile de jouer sur la petite patinoire basque. À nous maintenant de ne pas tomber dans le piège. Je tourne bien car j'ai la chance de jouer avec Juha Jokiharju qui est un sacré buteur lui aussi. De plus, Patrick Genest est mon ailier droit depuis deux ans. C'est un super copain en dehors de la glace. Du coup, la cohésion entre nous est parfaite pendant les matches. On pourrait presque jouer les yeux fermés."

Stanislas Solaux (attaquant d'Anglet) : "Je suis sûr que nous allons offrir une bien meilleure résistance car dans notre esprit, rien n'est encore perdu. Vous connaissez la forte mentalité basque. On ne va pas lâcher le morceau comme ça, surtout devant nos supporters ! Nous allons donc jouer le tout pour le tout en patinant à fond. Pour que les Rouennais remportent une troisième victoire d'affilée, il faudra qu'ils viennent la chercher ! Nous sommes avant tout une bande de copains. On s'amuse beaucoup tout en jouant sérieusement au hockey. Comme on n'a pas le sentiment d'aller à la mine, notre plaisir se ressent forcément sur la glace."

  

Rouen - Anglet 5-1 (1-1, 3-0, 1-0)
Arbitrage de M. Bachelet assisté de MM. Bliek et Hauchart.
Pénalités : Rouen 10' (0, 4', 6') ; Anglet 8' (4', 2', 2').

Évolution du score :
0-1 à 09'20" : Solaux assisté de Izaguirre
1-1 à 15'32" : Carlsson assisté de Jokiharju et Genest
2-1 à 22'27" : Lacroix assisté de Doucet
3-1 à 29'12" : Riihijärvi assisté de Doucet et Lacroix
4-1 à 32'45" : Pajonkowski assisté de Besse
5-1 à 59'09" : Lacroix assisté de Rhéaume et Doucet
 

Rouen

Attaquants :
Éric Doucet (C) - Dominic Rhéaume - Simon Lacroix
Thomas Bussat - Franck Pajonkowski - Stephen Dugas
Guillaume Besse - Juha Jokiharju - Patrick Genest

Défenseurs :
Daniel Carlsson - Heikki Riihijärvi
Baptiste Amar - Allan Carriou

Gardien :
Phil Groeneveld

Remplaçant : Christophe Burnet (G). Absent : Miikka Ruokonen (genou).

Anglet

Attaquants :
Stanislas Solaux - Marko Lapinkoski - Iñaki Izaguirre
Édouard Manson - Jean-Michel Larroque - Jérôme Patard
David Dostal - Lionel Bilbao (C) - Antoine Amsellem

Défenseurs :
Denis Perez - Vesa Lahtinen
Roberto Baldris - Olivier Dimet
Nicolas Carry - Aymeric Gillet

Gardien :
Éric Raymond

Remplaçant : Christophe Latxague (G). Absents : Slavomir Vorobel (suspendu), Pierre-Hervé Coulombeix (côtes fracturées).

 

>Retour au Championnat de France Élite