Viry - Reims (13 janvier 2001)

 

Match comptant pour la vingt-quatrième journée du Championnat de France Elite.

Le match est à sens unique dans les premières minutes : à la troisième minute, Zwikel récupère le palet sur une approximation défensive de Rousselin et Aubry et fusille Ménard. Une minute plus tard, Trabichet rate une grosse occasion avec un tir en pivot dans le slot. Il est pénalisé peu après pour accrocher, et Zwikel double la mise pendant la supériorité. Ménard semble capter facilement son slap à hauteur de genou... mais la savonnette lui glisse entre les doigts. Deux grossières erreurs, une de défense, l'autre de gardien, et voilà Viry mené de deux buts. Et de trois à 6'59" sur un contre de Mickaël Brodin. Après dix minutes, ce même Mickaël Brodin vendange un 2 contre 1. Mais c'est aussi le cas de Trabichet, qui avait Vannienwenhove démarqué, sur une action qui voit tout de même Guennelon pénalisé pour un geste de mauvaise humeur évitable. L'avantage numérique est marqué par un tir de Frédéric Brodin sur le poteau : Viry ne parviennent pas à concrétiser. A peine sorti de prison, Guennelon y retourne pour avoir empêché un départ en contre-attaque en faisant trébucher un Castelvirois. En supériorité, le palet passe devant Aubry devant le but, mais il n'est pas attentif sur cette passe du coin. Outre les incompréhensions, il faut compter avec les imprécisions, et Roger, en position parfaite, trouve le moyen de rater la cible, ce qui fait exploser Ryser sur le banc : "P..., je peux pas la mettre au fond à votre place". Nouvelle supériorité numérique, et échappée de Trabichet, mais de nouveau les bras tremblent à l'approche du but et Hätinen s'empare de la rondelle.

La pression castelviroise reprend de plus belle en deuxième période, mais elle se révèle toujours inefficace : c'est Trabach face à la cage dont le tir est détourné par Hätinen, puis Roger qui manque encore le cadre. Un contre défavorable annonce une contre-attaque, mais les Castelvirois aux jambes lourdes préfèrent sortir de suite plutôt que se replier. Le surnombre rémois est exploité : Ménard joue bien le rôle de la muraille, mais c'est un défenseur de Viry qui, en revenant vers son but, pousse involontairement le palet dans ses filets. Ce n'est pas la dernière infortune : sur un jeu de puissance castelvirois, Dermigny évite la sortie de zone, mais le juge de ligne signale un hors-jeu inexistant. Sur l'engagement, Reims part en contre-attaque et Segla signe le 5-0. En supériorité numérique, Trabichet réussit une déviation sur le poteau, mais la poussée s'avère à nouveau vaine. A la trente-troisième minute, enfin, Mô s'échappe, et même retenu par Segla, finit par conclure. Dans les dernières minutes du tiers, Hätinen bénéficie d'un entraînement particulier et capte les palets dans toutes les positions sans lâcher aucun rebond. Zwikel n'est toutefois pas loin de quitter la glace avec un but supplémentaire à son escarcelle.

La réussite est enfin au rendez-vous en début de troisième tiers quand Berges prend le rebond après une tentative repoussée de Mô. Dans ce début de période, Reims réalise quelques beaux mouvements, mais Ribanelli manque le dernier geste, et Archambault n'est pas heureux sur une déviation. Sur un changement de ligne de Viry en supériorité numérique, le Tchèque David Vorel est beaucoup trop lent pour aller chercher le palet, et Ribanelli beaucoup plus prompt le devance et retrouve au centre Mortas, qui conclut facilement du revers. Le tiers, qui avait commencé par de belles actions de part et d'autre, voit le jeu se déliter peu à peu à la faveur des approximations des deux équipes. Ribanelli inscrit un septième but, et après une nouvelle batterie d'occasions vendangées par Viry, dont une dernière percée non conclue par Danton, Loïc Sadoun ajoute un huitième but. Les supporters rémois peuvent fêter l'anniversaire de Mathieu Bouché (22 ans).

C'est la plus grosse défaite de la saison pour Viry (je sais, je l'ai déjà dit la semaine dernière, mais le record est de nouveau battu). Le match a été plié par les Rémois dans les dix premières minutes au cours desquelles Viry aura été inexistant. Pourtant, les Castelvirois ont complètement dominé le deuxième tiers, mais ont fait preuve d'un incroyable manque de réalisme criant : outre les deux poteaux, on retiendra surtout le nombre impressionnant de tirs non cadrés. Quant au jeu de puissance, il est toujours aussi inefficace, et perd en général tout danger au-delà des deux premières supériorités numériques. Belle journée en revanche pour Reims, où Zwikel tire son équipe vers l'avant, et où le jeune Mickaël Brodin aura eu l'occasion de montrer ses talents.

Compte-rendu signé Marc Branchu

 

Patinoire de Viry-Châtillon, le 13 janvier 2001 à 20h00.

Viry - Reims 2-8 (0-3, 1-2, 1-3)

Arbitres : MM. Bachelet, Bliek, Juret.

580 spectateurs.

0-1 à 02'56" : Zwikel (sup. num.)

0-2 à 05'48" : Laflamme assisté de Zwikel (sup. num.).

0-3 à 06'59" : M. Brodin assisté de Guennelon.

0-4 à 26'49" : Ribanelli assisté de L. Sadoun.

0-5 à 28'41" : Segla assisté d'Aimonetto et Y. Sadoun (inf. num.).

1-5 à 32'10" : Mô assisté de F. Brodin

2-5 à 44'48" : Bergès assisté de Mô et Aubry.

2-6 à 51'12" : Mortas assisté de Ribanelli (inf. num.).

2-7 à 53'38" : Ribanelli assisté de Mortas et L. Sadoun.

2-8 à 57'07" : L. Sadoun assisté de Ribanelli et Mortas.

Pénalités :

Viry 12' : Kivakka 2', Trabichet 4', Roger 2', Vorel 2', Aubry 2'.

Reims 28' : surnombre 2' (purgé par Brodin), Guennelon 6', Pousset 2', Marcelle 2', Mortas 2', Laflamme 2', Zwikel 2', Brunelle 10'.

Viry :

Gardien : Stéphane Ménard.

Défenseurs : Frédéric Brodin - Sébastien Dermigny ; Sébastien Rousselin - David Vorel ; Laurent Veret - Guillaume Jeannette.

Attaquants : Jani Kivakka - Sébastien Roger - Antoine Becaglia (puis Bertrand Danton) ; Nicolas Bergès - Julien Aubry - Jérôme Mô ; Cyril Trabichet - Yann Vannienwenhove - Sébastien Trabach.

Absents : Sébastien Roujon, Yann Lecompère (blessés).

Reims :

Gardien : Markus Hätinen.

Défenseurs : Vincent Bachet - Gérald Guennelon ; Daniel Laflamme - Christophe Marcelle ; Nicolas Pousset - Mathieu Bouché.

Attaquants : François Archambault - Jonathan Zwikel - Jean-François Brunelle ; Loïc Sadoun - Anthony Mortas - David Ribanelli ; Lionel Orsolini - Richard Aimonetto - Yven Sadoun ; (François Archambault) - Mickaël Brodin - n40.

Absent : Romain Carrara.

 

Retour au Championnat de France Elite

Retour au sommaire