Rouen - Anglet (9 janvier 2001)

 

Match comptant pour la vingt-troisième journée du Championnat de France Elite.

Certes, et c'est l'essentiel, les Dragons ont remporté la victoire face aux Angloys, mais ce ne fut pas en chantant. A l'image de la lune de cette nuit, le bon jeu des Rouennais s'est éclipsé, laissant la place à un relâchement certain face à des adversaires qui, très diminués, affaibli par les absences de quatre titulaires (Carry, Larroque, Coulombeix et Bilbao), de deux remplaçants (Gillet et Patard), conjugué aux convalescences de Lahtinen et Dostal, ainsi qu'à l'état grippal d'Eric Raymond, auraient pu ramener un point justifié de leur voyage en Seine-Maritime, tant les leaders ont déjoué pendant le match.

Les Normands auront pratiqué "facile" devant, comme le fut l'acquisition de leur premier but sur leur deuxième avantage numérique de la soirée. Le tir-passe d'Heikki Riihijärvi était complété par Mikka Ruokonen devant la cage (1-0 à 9'04). Cette ouverture traduisant une domination molle du RHE permettant, tout de même, quelques coups d'éclats de Patrick Genest (1'05), Eric Doucet (3'56), Heikki Riihijärvi (12'47) et Juha Jokiharju (13'30), le plus souvent enrayés par l'ancien gardien d'ici, Eric Raymond. Puis, trop dilettantes derrière, en infériorité, ils encaissaient l'égalisation par celui-là même qui, auparavant, s'était procuré la seule belle opportunité basque (3'10), David Dostal (1-1 à 15'17). En fin de période, Franck Pajonkowski manquait une échappée seul face au gardien des visiteurs, alors que Rouen jouait une quatrième fois à un homme de moins (18'18).

Au retour, même si Eric Doucet voulait accélérer d'entrée, se procurant, là, une bonne chance (20'40). Le faux rythme du premier vingt était toujours à la mode sur le glaçon du centre Duchene. Au ralenti, les Rouennais se faisaient parfois surprendre par leurs adversaires. Ils devaient à présent compter sur leur intuition défensive pour éloigner le danger vert, comme le fit Baptiste Amar, clairvoyant (21'35). Quelques minutes plus tard, Rouen était installé dans le territoire basque. Eric Doucet trouvait parfaitement Heikki Riihijärvi infiltré dans le slot, au milieu d'un carré curieusement passif d'arrières angloys. De près, Monsieur Riihijärvi, après un gri-gri, levait le palet dans le haut des filets, remarquable (2-1 à 23'47). Plus tard, grâce à un Baptiste Amar considérable (26'00), les Dragons tuaient une nouvelle infériorité (27'23). Au sortir de sa prison, Franck Pajonkowski se créait une occasion détournée par Eric Raymond qui, même souffrant, jouait parfaitement (27'41). Puis, il fallut un nouvel exploit individuel afin que les joueurs de Guy Fournier créent la cassure. De sa zone, Phil Groeneveld trouvait au coin droit de la bleue basque, Guillaume Besse. L'ailier international exécutait un frappé long à ras la banquise qui trompait le portier d'en face (3-1 à 28'55). Après un nouveau jeu de puissance Basque improductif (33'12), les Normands eurent une négligence coupable dans la relance. Iñaki Izaguirre slalomait le palet sans beaucoup de difficulté aux abords du demi-cercle du gardien jusqu'à le glisser juste derrière la ligne de but (3-2 à 37'57). Les Rouennais allaient terminer le second tiers en power play et réengager la dernière période toujours en avantage numérique.

Sur ce jeu de puissance, Stanislas Solaux allait surprendre une défensive naïve et coulante. Le pointeur gauche, en breakaway, jouait bien le coup et, d'un "contre-patin" doctoral, il bougeait les filets pour faire la parité au tableau (3-3 à 43'25). L'opportunisme d'Anglet permettait aux Hockeyeurs des sables d'égaliser légitimement. Même si intrinsèquement le potentiel rouennais semblait supérieur, il restait encore aux Normands, trop confiants, à le démontrer sur un match qu'ils jouaient, depuis le début, petit bras. Heureusement, les Dragons reprenaient l'avantage assez rapidement après un débordement hâtif par la droite de Patrick Genest. L'ailier canadien remisait fort devant le but où se trouvait Guillaume Besse, à la déviation géniale, qui inscrivait, comme souvent, le but gagnant (4-3 à 45'12). Seulement le mal était fait. Présentement, avec son troisième but l'Hormadi y croyait. Comme le très faible tempo de la partie les avait à peine émoussé, les Basques, motivés, étaient désormais de rudes combattants offensifs. Edouard Manson héritait d'une chance incroyable. Il mettait tout son cur, un peu trop, hélas, car il fut imprécis dans son slap (49'25). Tout comme Slavomir Vorobel exécutant un lourd lancer frappé long en dehors du cadre (50'47). Alors que celui de Miikka Ruokonen heurtait le poteau de la nasse d'Anglet (51'42). Les visiteurs jouant à l'outrance laissaient partir Guillaume Besse seul en échappée. Néanmoins, Eric Raymond s'interposait magistralement devant le joueur qui l'avait déjà trompé deux fois dans la soirée (52'10). Après, Denis Perez se montrait volubile envers l'arbitre, incompétent tout au long du match, et se retrouvait sur le banc des pénalités pour dix minutes (52'55). Ensuite, Marko Lapinkoski eut deux possibilités simultanées d'égaliser. A chaque fois, le Finlandais n'ajustait pas assez (56'10 & 56'27). Huit secondes plus tard, Rouen écopait d'une pénalité mineure (56'35). Ça chauffait. Puis, Karlos Gordovil demandait un temps mort enlevant son gardien au profit d'un attaquant supplémentaire, créant ainsi un court double avantage numérique de 24 secondes (58'11). Le palet circulait en pays basque mais il était promptement contré par Eric Doucet. Le capitaine rouennais permettait à Simon Lacroix de marquer en cage vide (5-3 à 59'53).

On ne retiendra de la partie que la victoire car l'habituel enthousiasme offensif et collectif des Dragons s'est éclipsé avec la lune. Le public, frustré, sera resté sur sa faim ce soir. Néanmoins, nous pouvons penser que Rouen s'est adapté au non-jeu d'Anglet. Tactique qui aura bien failli fonctionner. Si tel avait été le cas, l'équipe de Guy Fournier aurait eu des regrets de n'avoir pas joué à fond. En outre, espérons que le bras de fer engagé entre les dirigeants du RHE et la fédération, au sujet de la rémunération des arbitres, ne gaspille pas sur tapis vert les points gagnés sur le miroir blanc.

Compte-rendu signé Thierry Frechon

En savoir plus ? Les réactions d'après match et des photos : http://www.7emedragon.com

 

Rouen - Anglet 5-3 (1-1, 2-1, 2-1).

2009 spectateurs. Arbitres : M. Calamoneri assisté de MM. Baude et Bataillie.

Pénalités : Rouen 14' (8', 4', 2'), Anglet 12' + 10' (6', 4', 2'+10').

Évolution du score :

1-0 à 09'04" : Ruokonen (sup. num.) assisté de Riihijärvi et Jokiharju.

1-1 à 15'17" : Dostal (sup. num.) assisté de Manson et Vorobel.

2-1 à 23'47" : Riihijärvi assisté de Doucet et Jokiharju.

3-1 à 28'55" : Besse assisté de Groeneveld.

3-2 à 37'57" : Izaguirre assisté de Manson et Dostal.

3-3 à 43'25" : Solaux (inf. num.)

4-3 à 45'12" : Besse assisté de Genest.

5-3 à 59'53" : Lacroix (cage vide) assisté de Doucet.

Rouen :

Gardiens : Phil Groeneveld ; Christophe Burnet.

Défenseurs : Heikki Riihijärvi - Mikka Ruokonen ; Allan Carriou - Baptiste Amar ; Daniel Carlsson.

Attaquants : Simon Lacroix - Juha Jokiharju - Eric Doucet ; Patrick Genest - Dominic Rhéaume - Guillaume Besse ; Stephen Dugas - Franck Pajonkowski - Thomas Bussat. 

Anglet :

Gardiens : Eric Raymond ; Christophe Latxague. 

Défenseurs : Vesa Lahtinen - Denis Perez ; Slavomir Vorobel - Roberto Baldris.

Attaquants : Inaki Izaguirre - Marko Lapinkoski - Stanislas Solaux ; David Dostal - Edouard Manson - Antoine Amsellem, Olivier Dimet - Julien Hitze.

 

Retour au Championnat de France Elite

Retour au sommaire