Angers - Amiens (11 mars 2000)

 

Match comptant pour la trente-sixième et dernière journée du Championnat de France Élite.

La quinzaine de supporters amiénois me disaient avant le match : "Angers va perdre car Derek Haas a dit qu'il préférait rencontrer Rouen en play-offs". Or quand on vit arriver les Ducs avec leur nouvelle culotte, Christophe Jourdrain me dit : "Les nouvelles culottes seront-elles signes de la déculottée d'Amiens ?", et en effet, sitôt le coup de sifflet donné, les Ducs tiraient par deux fois au but et la première pénalité pour Martineau n'empêchait nullement les Ducs d'aller de l'avant. Quelques petites imperfections dans la défense angevine faisaient pousser des soupirs aux 1300 (!) spectateurs mais Rodrigue relançait ses troupes et Toronen trouvait la faille en exploitant un rebond de Tuominen (1-0). Amiens se refaisait piéger trois minutes plus tard par Pihant qui récupérait un rebond magnifique sur un tir de Pourtanel à la ligne bleue. Suite à une nouvelle faute du n9 local, Amiens en profite pour bousculer la défense mais Sylvain Rodrigue "le Roi des Ducs" évite le pire en réalisant un arrêt à la Ramé.

On pensait que la pause permettrait aux Gothiques de remettre les pendules à l'heure. Pensez donc ! Malgré une jolie action sauvée par Rodrigue d'un arrêt réflexe où Vuoti feintait un tir pour laisser en retrait à un de ses camarades qui envoyait un véritable boulet de canon, les Ducs reprenaient une nouvelle fois les choses en main et Pourtanel reprenait une passe de Tuominen pour tromper Mindjimba impuissant, masqué par sa défense. Qu'avaient donc les Gothiques pour ne pas profiter de la double pénalité appliquée à deux défenseurs angevins pendant près de 2 minutes ? Était ce l'absence de leur buteur spécialisé en supériorité numérique, Riihijärvi, ou bien Maurice Rozenthal était-il perturbé par l'absence de son frère ? Toujours est-il que ça n'allait pas : aucune passe, aucun tir, pas le moindre soupçon de chance, à croire qu'ils cherchaient à perdre pour éviter le cauchemar du tournoi franco-italien. Sitôt l'infériorité terminée, les Ducs renfonçaient l'accélérateur, bien décidé à se mettre à l'abri profite du manque de forme de Mindjimba par Rhéaume qui dévie un tir très lointain de Jokinen.

À 34'30", Rodrigue doit s'avancer jusqu'à la bleue pour contrer un palet perdu ; il est bousculé par un Amiénois mais Martineau, l'homme de main des Ducs lui vient en aide. Il part en prison pour la troisième fois de la soirée. Il vient tout juste de sortir de prison et se trouve donc dans le dos de la défense amiénoise quand il reçoit un palet de Tuominen, il a tout son temps et, seul face au gardien, il inscrit facilement son but ; il en profite pour faire son show en se déplaçant devant toutes les tribunes pendant que Richer en profite remplacer son gardien par Bochatay. Amiens a encore une supériorité numérique mais à 3 contre 4, Angers attaque toujours et le défenseur Toronen (!) rate le 1 contre 1.

Les Ducs, soulagés par cette solide avance, commencent à lever le pied dans le troisième tiers, mais les Amiénois, même s'ils n'y croient plus, n'ont pas dit leur dernier mot, et il faut toute l'adresse de Sylvain pour sauver les Ducs qui jouent avec le feu. Les Angevins réalisant que la défense passe par l'attaque essayent de mieux contenir les assauts des Gothiques est se trouvent même quelques belles occasions mais Bochatay est plus concentré que son prédécesseur et évite le pire. Les Angevins ont cependant le dernier mot par Ferrari le "Sorcier" des Ducs qui enfourchera sa crosse comme un balai de sorcière une fois le coup de sifflet donné.

Sylvain, qui venait d'être élu dans la dream team de Hockey Magazine, a bien mérité son titre de meilleur gardien en réalisant à 4 jours d'intervalle son second blanchissage à 6-0 (6-0 contre Viry le 7 mars) et son quatrième blanchissage de la saison).

Les Angevins possèdent maintenant un sérieux ascendant psychologique sur les Amiénois en vue des play-offs, ils savent maintenant comme le disait Paul Mc Callion que lorsqu'on titille des stars comme celles que possèdent les grosses équipes, ils ne mettent pas longtemps à péter les plombs.

En tout cas, Amiens est heureux : ils ont évité le tournoi franco-italien.

Compte-rendu signé François-Xavier de Boismenu

 

Angers - Amiens 6-0 (2-0, 3-0, 1-0)

Samedi 11 mars 2000 à 18h30. 1300 spectateurs.

Arbitres : M. Forget.

Pénalités Angers : 14', Amiens : 26'.

1-0 à 08'59" : Toronen assisté de Tuominen

2-0 à 12'00" : Pihant assisté de Pourtanel

3-0 à 23'41" : Pourtanel assisté de Tuominen

4-0 à 33'54" : Rhéaume assisté de Jokinen et Pourtanel

5-0 à 36'39" : Martineau assisté de Tuominen

6-0 à 59'12" : Ferrari assisté de Tuominen et Martineau

 

Retour au championnat de France Elite