Rouen - Caen (30 novembre 1999)

 

Match comptant pour la dix-neuvième journée (première journée de la deuxième phase) du championnat de France Élite.

On commence à être habitué : tout part vite dans ce match, et beaucoup d'action dans les dix premières minutes. Tout d'abord un raid en solitaire de Besse, puis de Nokkosmaki, mais Virenius garde (1'10"). Cela repart de plus belle de l'autre côté, avec un sauvetage sur la ligne de but de Tuomisto, très en jambes ce soir. La patinoire est comble et le match promet, tout pour passer une bonne soirée ! Une première prison contre Rouen pour le Wood (2'45") pour obstruction. Sur cette supériorité, les Caennais vont faire trembler toute la patinoire par deux fois : en effet, deux slapshots de Rautio et Paananen touchent le poteauv! Groenveld est verni. Pat Caron tuera la suite de cette pénalité à lui tout seul en slalomant et en gagnant beaucoup de temps. Vient ensuite une bonne phase de jeu dite "statique" des Rouennais : le centre Doucet derrière le but, tel Gretzky, une passe millimétrée pour Paj et la lucarne : 1-0 pour Rouen (5'06"). Quarante secondes plus tard, Leroy trompe Groenveld en contre-attaque suite à un palet perdu en zone neutre par les Dragons (1-1, 5'46"). À 7'03", une attaque "française" : Filippin pour Chauvel, centre et Margerit adroit trompe de nouveau Philou, bien malheureux sur ce coup-là, pour le 1-2.

Rouen riposte, mais souvent par des gestes individuels, comme Nokkosmaki (on est habitué) qui dribble trois joueurs, mais son tir du poignet trouve le poteau droit de Virenius. Les supériorités numériques sont très mal négociées par Rouen, incapable de s'installer en zone offensive, alors que les Caennais l'ont très bien fait dans ce match. Pendant une prison de Garnier, victime d'un plongeon d'Agnel (spécialiste de cette figure), c'est même Margerit qui a une bonne contre-attaque. On peut retenir sur ce premier tiers un jeu assez équilibré, un très mauvais jeu de puissance de Rouen et de bonnes contre-attaques de Caen. Mais Rouen ne semble pas avoir (encore) la rage que l'on connaît, qui lui permettrait de remonter au score.

Rouen pousse à la reprise, comme on pouvait s'y attendre. Un bon tir de Paj, mais le rebond est loupé par Doucet. Puis un très bon slap à la bleue de Boman (22'45"). Groenveld laisse ensuite un rebond incroyable après un missile de Pousse : le palet devant la cage et lui décalé sur le côté ! Il laisse un nombre de rebonds incalculable depuis quelques temps... Heureusement, il fait un plongeon pour arrêter le rebond de Pousse au dernier moment (23'30"). Légère altercation à 24'50". Résultat : 2' pour Dugal, 2' pour Patard et 2' pour le n17 de Caen. Puis Groenveld est sanctionné pour obstruction (26'51"). C'est Fort Alamo sur la cage de Philou, qui tient bon sur les slaps de Rautio, Paananen et Garnier.

Rouen est dominé et n'arrive pas à sortir de sa zone. Résultat : une superbe reprise de volée de Jimmy Provencher en lucarne droite à deux mètres du but de Groenveld (1-3, 30'34"). Jusqu'à la fin de ce tiers, Rouen nous montrera son plus mauvais visage : relances imprécises, palets perdus en zone neutre, et attaques individuelles sans grand danger. Au contraire, un 2 contre 1 pour Caen, mais le grand Paj intercepte la passe au milieu des deux attaquants. Encore un autre entre Provencher et Paananen, seuls contre Philou, mais celui-ci s'impose cette fois avec brio. Bref, de multiples tirs et occasions pour Caen, mais rien du tout pour Rouen. Il m'a semblé entendre quelques sifflets à la fin de ce tiers à destination des jaunes et noirs, par un public à la fois surpris de leur prestation et endormi par un tiers assez médiocre, avec beaucoup de prisons de part et d'autre. À ce moment, le score est plutôt flatteur pour les Dragons. C'est là que Caen aurait dû faire la différence.

On attendait le réveil des Dragons : on ne fut pas déçu ! Rouen fut aidé en cela par une prison caennaise : un bon centre de Paj pour Agnel, légèrement dans la zone du gardien, mais qui compte (2-3, 42'16"). On retrouvait l'équipe de Rouen de ce début de saison. Agnel suite à son but motiva ses troupes ainsi que le public. Les "Allez Rouen" retentissaient de plus belle dans la patinoire. Ce qui porta Guillaume Besse en état de grâce : superbe slapshot entre les jambières de Virenius (3-3, 43'54"). L'espoir revenait par ce but libérateur, pour le public, mais surtout pour l'équipe.

Mais tout s'écroula de nouveau quand ce diable de Provencher déviait un palet de Paananen dans le but de Groenveld (3-4, 44'46"). Et tout le monde se posa cette question dans les tribunes : tout ça pour ça ? Remonter au score, tout ça pour faire encore une erreur défensive derrière ? Et bien non. Rouen continua son pressing offensif. Caron manqua son contrôle de palet à 47'03", alors qu'il était seul devant Virenius. Puis encore et toujours Nokkosmaki, toujours à porter l'attaque dès qu'il le peut. Une belle frayeur pour Rouen à 48' avec un 2 contre 0 pour Caen, mais Groenveld sort le grand jeu. L'égalisation est venue par le jeune Bussat qui, en se retournant suite à une passe de Genest, trompa la vigilance de Virenius (4-4, 51'51").

Le reste du tiers est équilibré avec un bon jeu dans l'ensemble à regarder : Tuomisto sauve sur sa ligne à nouveau devant Provencher, tandis que Philou arrête le slap de Rautio. Le jeune Patard a son occasion, ainsi qu'Éric Pinard qui, suite à un dribble et une double feinte, voit son tir du revers passer à quelques centimètres du but : c'était incontestablement la balle de match, comme on dit chez nous ! Il y aura encore deux minutes de pénalité contre Rouen pour surnombre à 56'01" : M. Macron était à l'affût ce soir. Mais rien de bien dangereux pour les jaunes et noirs.

À 4-4, il y aura bien sûr une prolongation, qui sera entièrement dominée par Rouen. Paj, Besse et Agnel auront leur chance, mais sans réussite.

Dans l'ensemble, un bon match de Caen, qui aurait pu (dû ?) faire la différence beaucoup plus nettement dans le deuxième tiers, au moment ou les Dragons étaient fébriles. Concernant Rouen, on aura vu finalement deux équipes différentes dans les deux derniers tiers : celle manquant d'assurance comme dans ses derniers matchs, et le Rouen dominateur du début de saison. Une certaine fatigue mentale et physique semble les accabler, et peut-être étaient-ils en sur-régime depuis le début ?

Compte-rendu signé Pierre Lachèvre

 

Rouen - Caen 4-4 après prolongation (1-2, 0-1, 3-1, 0-0)

Mardi 30 novembre 1999 à l'île Lacroix. 2500 spectateurs.

Arbitres : MM. Macron, Juret et Rousselin.

Pénalités : Rouen 18', Caen 12'.

Évolution du score :

1-0 à 05'06" : Pajonkowski assisté de Doucet

1-1 à 05'46" : Leroy

1-2 à 07'03" : P. Margerit assisté de L. Chauvel et Lahtinen

1-3 à 30'34" : Provencher assisté de Paananen et Garnier

2-3 à 42'16" : Agnel assisté de Pajonkowski et Besse

3-3 à 43'54" : Besse assisté d'Agnel

3-4 à 44'46" : Provencher assisté de Paananen et Leroy

4-4 à 51'51" : Bussat assisté de Caron

Absents à Rouen : Groulx, Dugas et Dermigny.

Absents à Caen : Melong et Mikkonen.

 

Retour au championnat de France Élite