Rouen - Angers (20 novembre 1999)

 

Match comptant pour la dix-septième journée du championnat de France Elite.

Absents à Rouen : Dermigny, Groulx, Dugas et Caron (suspendu et blessé)

Entrées à Rouen : Amsellem et Billard (junior)

Ce n'est pas une surprise de voir Phil Groenveld et Sylvain Rodrigue figurer dans le rôle de cerbère dans ce match, qui débute d'ailleurs sur un rythme endiablé. Le premier tir de chaque équipe fait mouche. C'est d'abord Nokkosmäki qui trouve la lucarne de Rodrigue suite à une ouverture lumineuse d'Éric Pinard. Les Angevins trouvent la parade peu de temps après avec Girard. Le reste de ce premier tiers est légèrement dominé par les Ducs, souvent en possession de palet en zone neutre ou en zone offensive, mais en fin de compte il se produit peu d'occasions dangereuses des deux côtés, mis à part quelques bons slaps de Pinard, Doucet ou Woodburn.

La deuxième partie de match va mettre à profit la tactique décidée par Angers : la contre-attaque. En effet, Rouen démarre sur les chapeaux de roue, Besse s'échappe seul et décide de faire un slapshot au ras du montant droit de Rodrigue, qui passe tout juste à côté. Vient ensuite une succession de trois pénalités pour Angers, dont une charge très incorrecte sur Genest et un plongeon d'Agnel. Les Dragons ne trouveront pas la faille, malgré les occasions de Doucet et Pinard, très en jambes ce soir. Ce sont au contraire les Ducs qui en contre-attaquant trouvent le filet par le super buteur Julien Pihant, très bien servi au centre par Jokinen. C'est ensuite au tour de Rouen de jouer en infériorité deux fois de suite (Dugal puis Woodburn), mais les Dragons négocient bien ce passage. Seulement, deux minutes après le Wood, c'est au tour de Tuomisto d'aller en prison pour dureté. Cette fois, les Ducs trouvent la faille par l'arrière canadien Martineau.

Les Dragons, piqués au vif, commencent à se déchaîner : deux exploits personnels de Besse, un superbe slap à la bleue de Boman puis Pinard, toujours lui, mais Rodrigue montre d'excellents arrêts. À noter que l'équipe de Rouen joue avec ses deux premières lignes seulement depuis qu'elle est menée. Et c'est une superbe contre-attaque d'Angers, construite très rapidement par Jokinen, avec un relais de Viherva et une finition impeccable de Pihant. Les Rouennais prennent un sérieux coup au moral, mais même à 1-4, ils semblent quand même montrer des signes de rébellion. Et l'espoir va revenir par Genest, alors qu'il reste sept secondes avant la pause, pour le 2-4.

Le troisième tiers sera noir et jaune, les Ducs toujours enfermés dans leur zone défensive auront très peu d'occasions d'aller porter le danger devant Groenveld. Ils souhaitaient sans doute conserver le score... Ce sera Fort Alamo pour Rodrigue, impeccable jusqu'à présent. C'est Nokkosmäki qui sonnera la charge en début de tiers, mais sans succès. Vient ensuite un jeu à 4 contre 4, suite à une double pénalité mineure de Agnel et Tuominen. Angers domine ce passage avec notamment trois slaps à la bleue, mais Philou veille. Et là, Rouen contre-attaque et Doucet compte pour le 3-4. Les Dragons sont en feu ! Doucet motive ses partenaires et le public qui s'était éteint. Toute la patinoire retrouve l'espoir et c'est dans une ambiance des grands soirs que se termine ce match. Trente secondes plus tard, le grand Paj ramène les deux équipes à 4-4 dans un vent de folie. Besse voit son but refusé logiquement par l'arbitre (le palet ayant frappé le casque de Rodrigue). S'ensuit encore une supériorité pour Rouen qui ne donne rien, malgré les deux minutes passées par les joueurs de Guy Fournier dans la zone offensive.

La prolongation ne donne pas grand chose, mise à part une bagarre générale sur la glace suite à une charge sur Philou, où Tuomisto ira punir ce joueur angevin qui a osé toucher à son gardien. Il ira en prison mais Angers ne montrera rien sur cette supériorité.

Commentaire :

La première partie du match est pour Angers, la seconde sans contestation possible est pour Rouen. On apprécie la réaction d'orgueil des joueurs rouennais ainsi que leur fabuleuse remontée au score. De plus, ils n'ont amassé que 12 minutes de pénalité sur ce match, c'est peu, vu la moyenne depuis le début de l'année ! (l'ami Caron ne jouait pas, ceci explique peut-être cela).

Les meilleurs joueurs à Rouen : Pinard (malheureux dans la finition, mais a créé de bons jeux et a été très bon en infériorité), Doucet pour sa rage de vaincre, et en défense Nokkosmaki et Dugal. Pour Angers, Pihant et Jokinen sont une menace constante, avec Ferrari.

Les Rouennais auraient pu l'emporter s'ils avaient été meilleurs en supériorité et si Groenveld avait été dans un bon jour (deux buts pour lui et un nombre de rebonds incalculable) Il manque aussi à l'évidence une ligne à Rouen : Caron, Groulx, Dugas. Et Rodrigue a fait un superbe match, repoussant à lui tout seul un bon nombre de tirs cadrés rouennais.

À l'arrivée, donc, un score logique, avec un match plaisant dans son ensemble.

Compte-rendu signé Pierre Lachèvre

 

Commentaires d'après-match (dans L'Équipe)

Derek Haas (entraîneur d'Angers) : "Lorsque les Rouennais sont venus jouer chez nous, ce sont eux qui ont mené avant que mon équipe égalise en marquant trois buts vers la fin. Cette fois, c'est exactement l'inverse qui se produit. Malheureusement, l'équipe est jeune et inexpérimentée. Elle a subitement joué trop défensivement, elle s'est crispée. Ce scénario n'était pas prévu puisque nous devions continuer à forcer avec deux joueurs en pointe. Mais il est vrai que, face à la redoutable ligne Doucet-Pajonkowski-Pinard, il est très difficile de lutter. Je suis donc satisfait que nous ayons réussi à revenir de Rouen avec un point. À mon avis, il n'y a pas beaucoup d'équipes qui pourront faire la même chose cette saison."

 

Rouen - Angers 4-4 après prolongation (1-1, 1-3, 2-0, 0-0)

Arbitrage : M. Forget assisté de MM. Bataillie et Phélippe.

Pénalités : Rouen 12', Angers 12'.

Évolution du score :

1-0 à 00'41" : Nokkosmaki assisté de Pinard et Doucet

1-1 à 02'06" : Girard assisté de Berges

1-2 à 29'57" : Pihant assisté de Jokinen et Pourtanel

1-3 à 34'47" : Martineau assisté de Pourtanel et Vogin (sup. num.)

1-4 à 38'27" : Pihant assisté de Viherva et Jokinen

2-4 à 39'53" : Genest assisté d'Agnel et Pajonkowski

3-4 à 48'03" : Doucet assisté de Pajonkowski et Tuomisto

4-4 à 48'39" : Pajonkowski assisté de Doucet et Boman

 

Retour au championnat de France Elite