Rouen - Lyon (16 octobre 1999)

 

Match comptant pour la onzième journée du Championnat de France Elite.

Il a fallu beaucoup de travail aux Rouennais pour venir à bout des Lyonnais. Pourtant, ces derniers se présentaient sans Pixner, Tiitinen, Bellerose, Vinogradov et Alexouchine, soit un bloc complet ! Tous ont été congédiés lors des semaines précédentes. En outre, il manquait Steve Michou (blessé) et leur coach Christer Eriksson (suspendu), c'est M. Dinet qui assura l'intérim. On pouvait alors penser que le lion serait une proie facile au vu de la forme affichée par les Dragons à Anglet. Il n'en fut rien. C'est d'abord Richard Aimonetto, puis Laurent Meunier qui inquiétaient Phil Groeneveld à la faveur d'une supériorité numérique. Ensuite, Guillaume Besse se montra dangereux, traduisant ainsi l'emprise des Dragons sur le jeu. Après une explication entre Guillaume Besse, Benjamin Agnel et Tomas Ring qui écopèrent d'un coup de 24' à eux trois, Eric Doucet pouvait remiser le palet derrière lui sur Eric Pinard qui, solide sur ses patins, résistait à un défenseur. Il put passer le palet à Franck Pajonkowski démarqué qui, d'un lancer court de volée, trompait Ola Persson (1-0). Par la suite, les Normands dominaient leur sujet. Ils auraient pu espérer mieux des tentatives d'Eric Doucet, d'Eric Pinard ou encore de Nemo Nokkosmaki. Après, ce fut au tour des Lions de se montrer plus performant. D'abord par Tomas Ring au slap, ensuite par Sami Wahlsten dans l'enclave et enfin par Stéphane Balmat seul en échappée devant un Phil Groeneveld intransigeant en cette fin de première période.

Le retour sur la glace fût difficile pour les jaunes et noirs. Bousculés, ils laissaient Sami Wahlsten trouver un poteau. Le Finlandais échoua de nouveau quelques secondes plus tard sur le gardien néerlandais. Guillaume Besse et son alignement donnèrent du punch à l'offensive des patineurs locaux. Néanmoins, Gérald Maréchal et Laurent Meunier, à leur tour, eurent chacun l'opportunité d'égaliser. Mais, il leur aurait fallu respectivement plus de sang froid et de précision pour marquer. Les Lyonnais avaient manqué leurs chances car les Dragons, désormais, reprenaient le dessus. Certes, parfois maladroitement, mais ils montraient plus d'envie de jouer que les Rhodaniens. Ce fut Patrick Caron, Eric Doucet, Stephen Dugas et Patrick Genest qui conclurent les bons mouvements rouennais. Tantôt sauvé par Ola Persson, tantôt par une crosse ou un défenseur. Les Lions rugirent grâce à un slap de Baptiste Amar. Eric Pinard lui répondait, avant que Sami Wahlsten n'envoya le disque que Phil Groeneveld se chargea de stopper. Le caoutchouc allait bien finir par rentrer dans l'une des cages. Il restait à savoir laquelle... Guillaume Besse se faufilait et lançait. Mais Ola Persson se montrait intraitable. Une nouvelle accélération d'Eric Doucet permettait, enfin, à Eric Pinard, de près, de trouver l'ouverture (2-0). La cassure était réalisée. Le piège des Lyonnais devait être évité. Surtout que quelques minutes plus tard, une grossière erreur défensive, permettait à Stephen Dugas de tripler la marque à 23 secondes de la fin du deuxième tiers (3-0).

La rencontre était pliée, devaient estimer les joueurs rouennais à l'instar de leurs partisans. C'est pourquoi, ils se firent surprendre, en infériorité, par Richard Aimonetto qui reprit un rebond suivant un puissant lancer court de Franck Guillemard (3-1). Ce retour à la marque ne pu effacer la fatigue des quinze Lions. Ils étaient trop peu pour venir à bout des Dragons qui, pour la première fois de la saison, semblaient prenables. Guillaume Besse, omniprésent, ne laissait pas la défensive lyonnaise tranquille. Son coéquipier Eric Pinard, lui aussi, veillait à ce que chaque occasion de but puisse élever l'avantage au tableau d'affichage. Sans succès pour ces gaillards. Les Lions ne voulaient pas mourir sans montrer de quoi ils étaient capables. Sami Wahlsten, derechef, et Franck Guillemard tentèrent chacun leur tour de tromper la vigilance de Phil Groeneveld. Cependant, celui-ci ne relâchait pas ses efforts. Tout comme Stephen Dugas qui, par deux fois en contre, lançait sur le portier visiteur. Finalement, un relais entre Doucet et Pinard décalait Franck Pajonkowski qui bouclait le score en faveur des Rouennais devant un public conquis.

L'arbitrage de M. Forget à été mauvais, omettant des fautes flagrantes et sanctionnant parfois pour des peccadilles. En outre, ses assesseurs ont oublié de siffler de nombreux hors-jeu. Ce ne fût pas un très bon match. Les Rouennais ont commis beaucoup d'erreurs techniques, notamment les passes, rendant leur jeu moins fluide qu'à l'habitude. Toutefois, par périodes, ils recouvraient ce jeu alerte et agréable qui séduit et sait être efficace. Si les coéquipiers du capitaine intérimaire Steven Woodburn (Benoît Groulx étant toujours blessé) se sont montrés moins constants, c'est sans doute dû, en partie, à la fatigue engendrée par les 24 heures de car du déplacement à Anglet. A ce constat, il faut aussi associer le jeu défensif des Lyonnais et le rendement de leur gardien Ola Persson bien plus performant qu'au match aller. D'autres Lions sont à faire ressortir du lot, il s'agit de Sami Wahlsten le plus dangereux. A un degré moindre on aura aimé Richard Aimonetto et Franck Guillemard. Il faut signaler, à la décharge des Rhodaniens, qu'ils ne présentaient même pas trois blocs complets. En effet, ils ne disposaient que de cinq défenseurs et de huit attaquants. A Rouen, c'est Eric Doucet qui fut l'animateur numéro un, on citera Eric Pinard et Franck Pajonkowski qui on permit à la première ligne d'être une fois de plus très souveraine. Guillaume Besse fut très actif, mais malheureux à la terminaison de ses fameux enchaînements. On notera aussi l'esprit combatif de Patrick Caron. Nemo Nokkosmaki a fait une partie parfaite tant en défense que dans la relance. Il se trouvait souvent au départ des bons mouvements. Il est à créditer d'une bonne chance et d'une aide sur le second but. Il faut espérer que les Rouennais récupèrent car après Viry mardi soir, ce sera l'autre derby, face à la seule équipe les ayant quelque peu malmenés. On veut parler des Léopards de Caen.

Compte-rendu signé Thierry Frechon

 

Rouen - Lyon 4-1 (1-0, 2-0, 1-1)

1500 spectateurs. Arbitres : M. Forget assisté de MM. Magnier et Phelippe.

Pénalités : 16' + 10' pour Rouen, 10' pour Lyon.

Évolution du score :

1-0 à 08'27" : Pajonkowski assisté de Pinard et Doucet

2-0 à 37'56" : Pinard assisté de Doucet et Nokkosmäki

3-0 à 39'37" : Dugas assisté de Bussat

3-1 à 42'32" : Aimonetto assisté de Guillemard (sup.num.)

4-1 à 59'22" : Pajonkowski assisté de Pinard et Doucet

 

Retour au championnat de France Élite