Mulhouse, le défi de Kévin Hecquefeuille

 

Les Scorpions de Mulhouse ont vécu un exercice 2021-2022 plutôt frustrant, c'est un fait. Handicapés par des sanctions financières et sportives (retrait de 6 points) avant même que la saison commence, ils ont par la suite couru après le score, perdant beaucoup d'énergie pour atteindre l'objectif initial qui était une qualification pour les playoffs.

Ayant mis pas mal de temps (7 journées) avant de recouvrer le déficit de points initial, les Alsaciens se sont ensuite heurtés à un calendrier retouché selon l'actualité sanitaire des clubs concurrents. Difficile dans ce cas de conserver un semblant de rythme et de dynamique positive. L'effectif, jeune et plutôt qualitatif depuis leur retour en Ligue Magnus, était pourtant volontaire, mené par un quintet majeur nord-américain qui n'aura pas beaucoup failli dans ses responsabilités. Il aura sans doute manqué à cette troupe un peu de concentration notamment dans les dernières minutes de certaines parties. Ajoutons que la mise à l'écart prématurée du directeur sportif et entraîneur Alexandre Gagnon n'aura pas non plus aidé, dans un premier temps, à reconcentrer l'effectif.

Au final, sans ces satanés -6 pts, les Haut-Rhinois finissent virtuellement à la neuvième place, à un petit point de Bordeaux dernier qualifié. L'effectif haut-rhinois n'était donc pas à la rue, sportivement parlant, et regrettera sans doute la période de fin d'année 2021 et les matchs reportés pour cause de Covid, comme ceux contre Chamonix alors à la dérive pendant que Mulhouse évoluait lui dans une dynamique nettement plus conquérante.

Qu'importe, Mulhouse finit cette saison laborieuse en avant-dernière place, pas forcément le plus sexy des classements quand on veut ensuite démarcher des sponsors. Qui plus est, avec 530 spectateurs de moyenne (avant-dernier au classement des fréquentations), on ne peut pas dire que l'exercice ait déclenché les passions.

Et pourtant, il y eut quelques satisfactions à relever dans ce cru. Au niveau des performances collectives, les Scorpions finissent 8e attaque, 7e au fair-play.... et avant-dernière défense avec Chamonix et Nice, mais loin devant la lanterne rouge Briançon. Ce qui prouve bien que Mulhouse était sur le fil de la fameuse 8e place, tantôt un poil mieux, tantôt un poil moins bien. 7e en désavantage numérique avec un timide 77,8% mais surtout 3e meilleur powerplay avec 24,5% de réussite, assurément l'une des réussites de cet exercice avec un quintet majeur redoutable (on y reviendra plus loin).

Cette nouvelle saison s'est donc préparée avec de nouveaux repères. Alexandre Gagnon étant parti avant le terme qu'il prévoyait (2 ans au lieu de 3), c'est tout d'abord Erwan Agostini qui l'a remplacé en fin de saison, épaulé par Kévin Hecquefeuille. Pour ce nouvel exercice, le premier monte au poste de manager sportif et assistant-coach. Le second prend sa retraite de joueur pour gérer le banc. C'est donc un nouveau duo qui prend les manettes, à commencer par celles du recrutement. Celui-ci se fera toujours dans un contexte restreint, Hecquefeuille annonçant une stabilisation de la masse salariale, voire une baisse. Il y a donc du renouvellement à prévoir.

À commencer par ceux qui évoluent dans la cage. Le duo Morrone-Charpentier aura, au final, apporté pas mal de satisfactions, même si les débuts des deux gardiens furent un peu laborieux. Difficile pour le jeune Canadien d'évoluer sur la même stratosphère que son prédécesseur Quentin Papillon. Pourtant auteur d'arrêts de grande classe, il aura aussi connu quelques trous d'air regrettables lors de moments clés. Au final, et malgré une blessure en fin de saison, cet exercice aura séduit du monde puisqu'il part pour Ljubljana, club slovène évoluant en ligue élite autrichienne (ICEHL). Sa doublure, Isaac Charpentier, aura eu une fin de saison chargée puisqu'il a remplacé Morrone blessé durant les 10 derniers matchs de saison régulière, puis durant les play-downs, tout en y ajoutant les parties de relégation de Colmar en D2. Cette activité relevée lui permis de prendre progressivement de la bouteille et aussi plus d'assurance sur la glace. Il a signé à Nice pour la saison prochaine.

Le retour de Quentin Papillon

Pour remplacer Charpentier, Jean-Philippe Fontaine, guère plus âgé que lui, arrive des Remparts de Tours (D1) où il a été formé. Il y a disputé sa première vraie saison avec l'équipe fanion la saison dernière, en étant le principal gardien utilisé sur la glace. Gros gabarit, il arrive à l'Illberg pour acquérir de l'expérience, selon la formule consacrée. Le poste de premier gardien reviendra à Quentin Papillon, revenu de son expérience norvégienne, au Grüner Oslo, ce qui est une nouvelle plutôt rassurante pour le staff alsacien, tant ses deux précédentes saisons sous le chandail noir et rouge avaient ébloui à la fois l'Illberg et le hockey français (meilleur espoir puis meilleur gardien de LM). Avec un peu plus de métier dans les bottes et de leadership, on peut donc espérer de nouveaux arrêts ovniens de la part du jeune Normand pour régaler les gradins de Mulhouse... et d'ailleurs !

En défense, on assiste à un grand ménage, où seuls restent les deux minots Ivan Esipov (en progression constante, photo de droite) et Nikita Shalei.

Exit Phil Pietroniro, que l'on pourra qualifier de satisfaction de la saison. 2e pointeur défensif de la ligue, avec notamment une présence et un shoot à la bleue redoutables lors des supériorités, au sein d'une ligne Pistilli-Labelle-Jurik-Desbiens-Pietroniro diabolique d'efficacité. Exit aussi Shawn Morton-Boutin, un temps pressenti pour rester une saison supplémentaire, mais le club avoue avoir un peu trop temporisé, faute de budget suffisant. Le Finlandais Jerry Laakso met fin à sa carrière sportive sur une impression mitigée, tant cette dernière saison ne fut pas aussi concluante et percutante que les deux précédentes. C'est aussi le retour à Strasbourg pour Lélian Vix, où il aura certainement un peu plus de temps de glace pour imposer son grand gabarit dans sa zone défensive.

C'est enfin, et surtout, la fin de la carrière sur glace de Kévin Hecquefeuille, après 20 ans joués au plus haut niveau français et international, dont les 5 dernières à Mulhouse. Merci à lui pour toute l'expérience apportée sur la glace. L'Amiénois d'origine reste toutefois sur le banc mulhousien pour diriger l'équipe et participer au recrutement.

La première recrue défensive n'est pas inconnue puisque Yoan Salve jouait ici il y a deux saisons. Mais le contexte sanitaire instable n'était pas propice à l'éclosion de jeunes pousses, qui plus est lorsqu'on a du mal à vivre la position de septième défenseur. Salve est donc reparti dans sa Normandie pour reprendre un peu de métier et disputer une petite cinquantaine de matches entre Caen et Rouen (dont le beau parcours des Dragons en CHL). Ce gain d'assurance devrait lui permettre d'évoluer plus souvent sur la glace, notamment lors des infériorités numériques.

Le club s'est tourné de nouveau vers l'Amérique du Nord pour compléter la défense. Tout d'abord en recrutant le Canadien Luke Orysiuk, en provenance de l'université de Bentley - où il avait côtoyé l'ancien joker Jonathan Desbiens - avant de finir sa dernière saison en ECHL aux Lions de Trois-Rivières. On attend beaucoup du patinage et de la polyvalence de ce droitier. Il sera rejoint par l'Américain Joshua Ess, décrit comme agressif et polyvalent, anciennement drafté par le club des Blackhawks de Chicago. Il provient lui aussi de NCAA puisqu'il jouait pour l'Université du Wisconsin, une des plus réputées dans le hockey. Enfin, Sami Pharaon, défenseur droitier, complète la triplette. Plutôt orienté défense pure, il continue son périple européen à l'Illberg après avoir fini la saison dernière au Tuto Turku, club de Mestis finlandaise entraîné par Hermanni Vidman (champion de France 2005 avec Mulhouse).

Ajoutons enfin que le poste de 7e défenseur sera occupé vraisemblablement par Félix Rousseau, frère de Samuel, en provenance notamment de l'équipe U20 de Strasbourg, avec qui il aura joué essentiellement, en parallèle avec une dizaine de matches de D2 pour les Titans de Colmar, tout en s'étant préparé une partie de la saison précédente avec l'effectif des Scorpions.

Une grosse ligne nord-américaine à remplacer

Devant, le bilan est mitigé. Si Mulhouse a pu disposer d'une grosse ligne, le reste des alignements a eu du mal à suivre le rythme. Le recrutement des cadres offensifs s'est révélé plutôt satisfaisant : ils ont globalement fait le job qu'on attendait d'eux, de Pistilli qui assuma pleinement son rôle, notamment à partir du départ (à regrets pour le club) de l'excellent Dante Salituro vers l'élite slovaque (Spisska Nova Ves), à Jonathan Desbiens, remplaçant du même Salituro et plutôt convaincant (pas facile de trouver un bon joker à cette période de la saison), en passant par Olivier Labelle, deuxième passeur de l'équipe et auteur d'une belle fin de championnat en boulet de canon pour clore sa carrière de la meilleure façon en mouillant continuellement le maillot.

N'oublions pas la confirmation de Teemu Loizeau et surtout l'éclosion de Philéas Perrenoud (photo de gauche), rapidement surpervisé par Alexandre Gagnon en début de saison. L'entraîneur ne s'était pas trompé, le minot strasbourgeois de 17 ans à peine a du talent à revendre avec déjà un culot, une aisance et une maturité impressionnantes. Résultats : une cinquantaine de matches disputés cette saison dans l'entente Alsace, une présence fréquente en powerplay avec les Scorpions (excusez du peu) pour au final 15 points marqués en 35 rencontres de LM, sans compter les rassemblements en équipe de France U18... Bien peu de jeunes de cet âge ont eu ce palmarès.

De même, on notera la reconduction rapide de Jordan Mugnier, Samuel Rousseau et Antonin Germond, toujours fidèles aux tâches ingrates mais utiles. Mais aussi le retour dans son club formateur dunkerquois de  p'tit Cruchandeau , un peu à la peine pour retrouver son rythme après une blessure, et le départ vers le promu morzinois d'Alexis Hermant, en quête de temps de glace malgré son hockey volontaire et énergique.

Au chapitre des déceptions, peut-être quelques regrets sur le parcours un peu en retrait de Jonathan Lessard, et de Chad Pietroniro (blessé en fin de saison), qu'on aurait sans doute aimé voir à pareille fête que son canonnier de frère. L'intersaison a vu tous les Nord-Américains repartir, mais le fait le plus notable concerne le départ de Milan Jurik, présent depuis 8 ans à l'Illberg. C'est de loin le recordman du nombre de matches joués sous les couleurs noires et rouges (252). Un grand merci donc pour son assiduité, sa constance, sa polyvalence, les buts, les assists et les travaux plus ingrats. Le club a d'ailleurs retiré son numéro, le n37, des attributions.

Seulement voilà, c'est bien beau de compter les départs, il faut ensuite les compenser. En parlant de longévité au club, voici un beau spécimen qui revient chez les Scorpions : Bryan Ten Braak, déjà six saisons disputées ici avant un tiède intermède nantais (élimination prématurée en playoffs de D1), est le troisième plus ancien Mulhousien et possède encore 79 matches de retard pour égaler Jurik. Hockeyistiquement parlant, c'est du travailleur tenace, et reconnu en tant que tel qui revient à l'Illberg. a va gratter dans les bandes avec lui, qu'on se le dise.

Rudy Matima arrive lui d'Amiens. Longtemps considéré comme espoir, sélectionné régulièrement en équipe de France, ce Francilien d'origine a néanmoins plafonné et vécu une dernière saison éprouvante au Coliséum, ponctuée de blessures et déceptions. Il souhaite donc se relancer hors de ses bases traditionnelles. Autre venue nationale, Colin Delatour, pas encore 19 ans, sera supervisé par Mulhouse, en bénéficiant de sa licence bleue strasbourgeoise. Ce petit gabarit affolait déjà les compteurs amiénois (en U17) puis strasbourgeois (en U20 la saison dernière), tout en étant le 2e pointeur colmarien en D2 durant cette même saison dernière. À suivre donc !

L'encadrement s'est aussi intéressé à la filière nord-américaine en attaque. Il y a trouvé l'Américain Alex Berardinelli, joueur de centre, doté d'une bonne vitesse ainsi que d'une polyvalence dans les deux sens de la glace. L'ancien capitaine du Colorado College a effectué quelques piges en ECHL (côtoyant l'ex-Mulhousien Tommy Besinger) en alternance avec la SPHL pendant l'année COVID, avant de disputer la dernière saison uniquement en ECHL à Norfolk. Le Canadien Tyler Welsh vient lui plus directement en provenance du championnat NCAA, où il a joué 4 saisons à l'université de Yale, avant de terminer à celle de Long Island puis de finir par 9 matches en ECHL aux Growlers de Terre-Neuve. Décrit comme très énergique (tel un chien fou !), ce droitier est adroit techniquement et agressif sur la glace.

Deux Russes de métier pour mener les jeunes

Pour compléter les lignes, trois recrues venues de l'Est vont porter le chandail noir et rouge. Tout d'abord Emils Gegeris, jeune Letton de 23 ans, formé dans son pays et ayant essentiellement joué au Dinamo de Riga, soit 153 matchs en KHL, même si ses statistiques sont relativement timides, eu égard à son âge. Il est aussi sélectionné en équipe nationale lettone. C'est donc son potentiel, en partie confirmé la saison dernière à Anglet avant une blessure, qui a intéressé le club alsacien. Et puis les Lettons, ici, on a eu deux bons exemples en tête ! (Sevcenko et surtout Roli Vigners).

L'actualité géopolitique internationale a sans doute un peu chamboulé le cours des choses, au niveau du marché des transferts, notamment au niveau de la disponibilité des Russies évoluant dans les pays de l'Est. C'est ainsi que les Scorpions ont signé le Russe Konstantin Makarov, Cet ailier de 37 ans au gabarit imposant, originaire d'Oufa, a joué 14 saisons dans l'élite russe puis 4 saisons en VHL (Chine et Russie) avant de revenir en Roumanie, puis en Slovaquie au second échelon avec le club de Martin, le tout avec des statistiques de pointeur. C'est donc un joueur d'expérience qui débarque en Alsace, avec une bonne vision du jeu, un sens du but et des passes et un impact attendu, notamment lors des supériorités numériques. Il sera épaulé par Andrei Rychagov, qui n'est pas un inconnu en France puisqu'il était le meilleur pointeur de Chamonix lors de la saison de COVID. Natif et ayant joué essentiellement à Saint-Pétersbourg, ce grand gabarit aime faire des passes (sic). Par l'intermédiaire d'Andrei Esipov, qu'il a connu lorsqu'ils évoluaient tous les deux en Russie, c'est lui qui a contacté les Scorpions. Kévin Hecquefeuille attend de ce centre qu'il soit polyvalent et se comporte en leader d'expérience pour épauler les jeunes.

Au final, cette nouvelle saison repart sur les mêmes bases que la saison 2019-2020, avec un effectif très jeune, de loin le plus jeune de la ligue (24 ans) même en comptant les deux Russes (37 et 39 ans), énormément de paris notamment sur les universitaires nord-américains. Les performances du gardien seront primordiales, mais on sait que jusque là, Papillon fut au rendez-vous. L'attaque semble reposer sur deux grosses lignes de percussion, et deux autres lignes plus affectées au travail ingrat dans les bandes. Inconsciemment, on attendra notamment avec curiosité l'apport et l'impact des deux Russes expérimentés. L'inconnue principale concernera sans doute la défense, très jeune, en quête de solidité et dont on attend de découvrir quels en seront les leaders.

L'objectif premier sera le maintien, et si possible d'accrocher une place pour les play-offs, pour ce qui concerne le côté sportif. Pour le côté administratif, les intersaisons commencent à se ressembler puisque les Scorpions peinent à se qualifier rapidement vis-à-vis de la CNSCG. Le dernier exercice en date a été épinglé par cette même commission, avant d'être validé de nouveau, suite à un recours devant la commission d'appel. Toutefois, cette validation est corrélée à des conditions d'admission relativement lourdes car Mulhouse est sanctionné de 6 points (plus 3 supplémentaires en sursis) et d'une amende de 15 000 , soit le double de la précédente, pour non-respect de 3 alinéas du règlement.

Le début de saison va donc être crucial à mener, afin de ne pas recommencer l'éternelle course aux points si consommatrice d'énergie, comme celle de la saison qui vient de se terminer. Souhaitons à Hecquefeuille de lier rapidement et efficacement tous les éléments de sa première mayonnaise en tant qu'entraîneur, afin de réamorcer une spirale positive au sein du club. La présaison se passe bien. Les Scorpions ont même battu Bâle sans le moindre défenseur nord-américain - Strasbourg ayant prêté Evan Andraud et Joachim Sonnet pour faire le nombre - puis ont gagné à Fribourg-en-Brisgau avec un seul renfort étranger, Orysiuk (car les arrivées d'Ess et Pharaon sont retardées par des soucis administratifs).

Stéphane Rault (photos de Pascal Enault et Thierry Frechon)

 

 

Effectif :

Gardiens

N NOM Prénom             Naissance    cm  kg  Club formateur    Club & Ch 2021/22   MJ   Min   Moy.     %
 1 FONTAINE Jean-Philippe 20/01/2000  186  81  Tours             Tours       FRA-2   18   959   3,38   89,1%
32 PAPILLON Quentin       07/04/1997  177  82  Rouen             Grüner IL   NOR-1   48  2880   3,83   88,7%

Défenseurs

N NOM Prénom             Naissance    cm  kg  Club formateur    Club & Ch 2021/22   MJ   B   A Pts   +/-  Pén
 2 ROUSSEAU Félix         09/02/2003  175  70  Strasbourg        Colmar      FRA-3   13   3   3   6         2'
                                                                 Strasb. U20 FRAjr   19   5   7  12         2'
 4 ESS Joshua             03/04/1999  180  82       (Américain)  U.Wisconsin  NCAA   37   1   5   6   -25   4'
13 ESIPOV Ivan            14/06/2002  179  70  JFL      (Russe)  Mulhouse    FRA-1   49   5  13  18   -7    6'
21 SALVE Yoan             02/03/2000  182  77  Rouen             Rouen       FRA-1   17   1   1   2    0   10'
22 PHARAON Sami           28/05/1999  178  86        (Canadien)  Princeton    NCAA    2   0   0   0   -1    2'
                                                                 TuTo Turku  FIN-2   47   3  10  13   +11  32'
24 SHALEI Nikita          24/06/2001  181  74  Anglet            Mulhouse    FRA-1   38   1   4   5   -11   2'
                                                                 Strasbourg  FRA-2    4   0   0   0   -1    0'
74 ORYSIUK Luke           19/06/1997  183  88        (Canadien)  Bentley U.   NCAA   26   5   7  12   -1   24'
                                                                 3-Rivières   ECHL    8   0   2   2   +2    2'

Attaquants

N NOM Prénom             Naissance    cm  kg  Club formateur    Club & Ch 2021/22   MJ   B   A Pts   +/-  Pén
 3 GERMOND Antonin        12/02/2000  171  79  Rouen             Mulhouse    FRA-1   49   3   6   9   -13   8'
 7 DELATOUR Colin         25/08/2003  173  62  Cergy             Strasbourg  FRA-2   14   0   2   2   -2    2'
                                                                 Colmar      FRA-3   11   5   7  12         8'
10 GEGERIS Emils          23/07/1999  180  84          (Letton)  Anglet      FRA-2   43  10  16  26   +1   10'
12 MATIMA Rudy            08/03/1997  185  85  Athis-Paray       Amiens      FRA-1   29   3   7  10   -3    4'
15 PERRENOUD Philéas      01/10/2004  179  70  Strasbourg        Mulhouse    FRA-1   35   3  12  15   -2   10'
                                                                 Strasbourg  FRA-2    5   0   1   1   -2    2'
17 MUGNIER Jordan         04/07/1996  184  79  Chamonix          Mulhouse    FRA-1   48   5   8  13   -18  18'
19 LOIZEAU Teemu          19/10/1999  190  89  Megève            Mulhouse    FRA-1   47   7  15  22    0   24'
20 ROUSSEAU Samuel        30/11/2000  175  71  Strasbourg        Mulhouse    FRA-1   50   4   5   9   -7   20'
                                                                 Strasbourg  FRA-2   17   2   2   4    0   10'
25 BERARDINELLI Alexander 01/07/1995  178  74       (Américain)  Norfolk      ECHL   10   2   3   5   +2    0'
27 MAKAROV Konstantin     17/09/1985  180  94           (Russe)  HK Martin   SVK-2   28  11  11  22   +3    6'
28 RYCHAGOV Andrei        25/08/1982  181  92           (Russe)  Dynamo St-P RUS-2   40   4  10  14   +4   18'
71 WELSH Tyler            07/03/1997  178  79        (Canadien)  Long Island  NCAA   27   7  18  25   -8   26'
                                                                 Newfoundland ECHL    9   2   1   3   +4    0'
77 TEN BRAAK Bryan        24/02/1990  188  82  Dammarie          Nantes      FRA-2   29  13  15  28   +11  28'

Entraîneur : Kévin Hecquefeuille (37 ans).

Partis : Anthony Morrone (G, 39 MJ à 90,1%, Olimpija Ljubljana, SLO/AUT), Isaac Charpentier (G, 16 MJ à 87,1%, Nice), Phil Pietroniro (D, 23+25, Dukla Trencín, SVK), Kévin Hecquefeuille (D, 4+14, arrêt), Shawn Boutin (D, 5+11, Glasgow, GBR), Jerry Laakso (D, 6+7, arrêt), Matthew Pistilli (A, 16+42, Hanovre Indians, ALL-3), Olivier Labelle (A, 14+33, arrêt), Milan Jurik (A, 15+18, Liège, BEL), Jonathan Desbiens (A, 12+18, Amiens), Jonathan Lessard (A, 7+8), Chad Pietroniro (A, 5+10), Timothée Quattrone (A, 5+9, Grenoble), Alexis Hermant (A, 0+3, Morzine-Avoriaz, FRA-2), Corentin Cruchandeau (A, 0+2, Dunkerque, FRA-2).

 

Revoir la présentation 2021/22

 

 

Retour à la Ligue Magnus 2022/23