Anglet veut éviter la submersion

 

Les ambitions étaient élevées l'été dernier pour l'Hormadi et tout Anglet croyait fort aux play-offs. La déception n'en a été que plus grande avec une dixième place finale. Première cause évidente : sur les 9 étrangers du début de saison, 4 ne l'ont pas finie ! Deux sont partis à la faveur d'une clause dans le contrat : l'international letton Oskars Batna et le défenseur à la très - voire trop - grande facilité technique Kevin Massy. Deux autres se sont blessés : le défenseur Patrik Luza blessé dès la préparation et l'attaquant Juho Mäkelä souffrant de problèmes musculaires au psoas. Quant à Tadeas Jaros, s'il est resté jusqu'au bout, il a vite été classé dans la catégorie "erreur de casting".

Ce n'est pourtant pas la seule explication. Les jokers qui ont remplacé ces joueurs ont donné plus satisfaction, à l'exception de Kalvis Ozols, vite renvoyé à cause de son comportement extrasportif. Cette équipe semblait bien avoir du potentiel, et pas uniquement sur le papier. L'Hormadi a remporté sa première victoire sur Grenoble depuis 2000 (si l'on compte un succès aux tirs au but comme une victoire, ce qui est une convention statistique discutable surtout en remontant les comparaisons vers des saisons avec match nul) et a obtenu en fin de saison un succès "vengeur" sur Rouen dans un contexte conflictuel avec le club normand (réclamation des Dragons sur le résultat du premier match et accusation de propos racistes qu'aurait tenus David Gilbert à l'encontre de C.J. Garcia).

En y ajoutant Angers, les trois meilleures équipes du championnat sont donc tombées à La Barre. Mais ce n'était pas suffisant pour une équipe qu'on accuse souvent de ne pas assez exploiter l'avantage de sa petite glace à domicile... mais qui a surtout pâti de performances insuffisantes à l'extérieur, où elle n'a enfin remporté une victoire dans le temps réglementaire qu'au dernier déplacement de la saison régulière (à Briançon).

La saison était à peine terminée que le départ de l'entraîneur David Dostal était officialisé. Il était acté des deux côtés. Le Franco-Tchèque confiait à Mediabask avoir "fait le tour du hockey en France" en livrant comme constat "qu'il faut surtout renouveler l'équipe au niveau des joueurs français". Il envisageait de s'éloigner un peu du hockey pour une reconversion professionnelle, en utilisant sa connaissance du français pour une société tchèque implantée à l'export. Le courant ne passait plus entre Dostal et une grande partie du vestiaire. Les dirigeants angloys se mettaient donc en quête d'un coach "plus humain", plus réactif et plus à l'écoute des joueurs.

Il s'agit d'un homme qui comprend mieux la jeune génération... pour en faire lui-même partie ! Déjà investi comme superviseur du hockey mineur, Pierrick Rézard a gravi les échelons très vite comme entraîneur en senior après avoir raccroché les patins à 26 ans : un an comme adjoint en D1 (Clermont), deux ans comme coach en D2 (Amnéville), un an comme adjoint en Magnus (Gap), puis de nouveau deux ans comme entraîneur-chef en D1 (Dunkerque). Ce parcours peut donner l'impression d'un plan de carrière tout tracé, exécuté presque à la perfection. L'intéressé répond que "c'est le cas ! J'en suis très satisfait. Je suis très conscient qu'il y a une part de chance et une part d'opportunité. Je ne crache pas dans la soupe et j'en suis reconnaissant." À la tête d'une formation de Ligue Magnus à seulement 32 ans, le coach clermontois a l'habitude de diriger des joueurs plus âgés que lui : "C'était plus difficile avec des semi-pros, il faut être très bon pour qu'ils suivent tes demandes. C'est plus facile avec les pros, ils sont si avides de progresser."

Une boîte de pur caviar et une boîte d'œufs de lump

Le staff de l'Hormadi se montre aujourd'hui plus prudent à l'heure d'énoncer ses objectifs, pour ne plus susciter d'attentes démesurées. Mais si la progression individuelle et collective est au centre de l'attention, le club n'a pas pour autant renoncé au recrutement de "gros poissons". On pourrait même dire d'esturgeons, car la nouvelle mode est au caviar...

L'attaque d'Anglet a été nettement dynamisée la saison dernière par deux joueurs russes arrivés en décembre qui ont apporté leurs qualités techniques, leur vitesse et leur créativité. Ils présentaient déjà quelques belles lignes sur leur CV : avec 223 points carrière, Anton Vasilyev est le meilleur marqueur de l'histoire de la MHL (la ligue junior de la KHL). Aleksei Polodyan a marqué 3 buts dans un Mondial junior pour la Russie en 2018. Mais on n'avait encore rien vu. Polodyan, qui conserve et distribue bien la rondelle, avait été aligné au centre sans que ce soit son poste naturel. Pour servir encore mieux la doublette russe, l'Hormadi avait prévu cet été de leur adjoindre deux purs centres, des compatriotes au cursus encore plus impressionnant.

Les centres Ilya Zubov et Aleksandr Nikulin sont des noms très célèbres en KHL. Ils y ont connu une longue et riche carrière, ils ont joué dans les plus grands clubs russes, et ils ont tous deux été sélectionnés avec la Sbornaïa dans plusieurs tournois de l'Euro Hockey Tour. En plus, ils n'en sont pas à leur première expatriation. Zubov jouait en Tchéquie et Nikulin - après une saison blanche - restait sur une très belle saison en Finlande au TuTo... où Vasilyev n'avait même pas été gardé après sa période d'essai ! C'est dire si le recrutement semblait être monté en gamme. Mais si Zubov et Nikulin sont d'un calibre supérieur à Vasilyev et Polodyan, ils ont aussi un âge bien plus avancé. Or, on prétend parfois que recruter un joueur russe de plus de 35 ans est une loterie...

À ce jeu de la roulette russe, Anglet a réussi un coup sur deux. Ilya Zubov est arrivé dans une condition physique déplorable, de celles que les entraîneurs russes rattrapent dans des camps de présaison interminables, mais qui ne sont pas compatibles avec la préparation courte de l'Hormadi. Pierrick Rézard en tire un constat posé mais pas caricatural : "J'aime beaucoup voyager, je m'intéresse beaucoup aux différentes cultures. J'ai connu un paquet de Russes, il n'y en a pas un qui soit tout à fait pareil. Pendant sa carrière, Zubov a perdu de le goût de l'effort. C'est une super personne, avec des valeurs humaines, il n'est pas arrivé en nous crachant à la gueule. Il le dit lui-même, il n'a pas fait les petites choses à côté. Comme d'habitude, il n'a rien fait hors saison. Mais, et c'est la preuve qu'on ne peut jamais généraliser, Nikulin est arrivé très en forme, il respire le hockey."

Avec Aleksandr Nikulin, l'Hormadi tient un homme capable de bien construire le jeu, notamment en avantage numérique. Mais là où on imaginait un jeu de puissance redoutable emmené par quatre Russes, il n'en restait plus que deux pour le début de saison. Comme si l'éviction de Zubov n'était pas un problème suffisant, Polodyan s'est déchiré les ligaments de la cheville à l'entraînement et sera absent cinq à six semaines. Les faiblesses d'Anglet, qui a misé gros sur les Russes mais a une profondeur de banc plus limitée, se trouvent donc cruellement exposées.

De la montagne à la mer

Dans le contingent JFL, la principale nouveauté est le remplacement de Peter Hrehorcak, dont on ne ressentait plus l'implication collective, par Fabien Kazarine. Décidément, ces joueurs ont l'habitude de se succéder, après leur échange entre Nice et Chamonix à l'automne 2019. Même s'il restait volontaire, Kazarine a vu son efficacité décliner et n'a pas été reconduit chez les Pionniers. Mais il reste un joueur rapide et adroit, capable de gestes techniques qui le prédisposent à une ligne à vocation offensive.

Malgré son patronyme qui semble d'origine russe, ce n'est pas Kazarine qui a été placé en première ligne avec les deux Russes en début de saison, mais une autre recrue que l'on attendait moins : Bastien Zago. Le Haut-Savoyard avait démontré sens du but en juniors, en D2 et en D1, mais pas encore en Magnus lors de son prêt à Chamonix. Pierrick Rézard mise sur sa révélation : il l'avait déjà contacté pour le faire venir à Dunkerque et apprécie sa force de travail. Zago était donc bien parti, mais malheureusement pour lui, il s'est blessé au tendon de l'épaule après seulement deux matches (et 2 points marqués).

L'Hormadi peut toujours compter sur Thomas Decock, qui aura quand même inscrit 23 buts (dont 8 dans la poule de maintien sans enjeu) la saison dernière, largement plus que les autres joueurs basques. Même s'il a connu des phases de creux comme toute l'équipe, il a su rebondir grâce à ses valeurs de combativité. C'était une évidence pour Rézard, il redeviendra capitaine après un an de pause, accompagné de Nicolas Arrossamena qui est le seul à avoir gardé sa lettre (A) par rapport à la saison dernière.

Les joueurs de devoir incluent évidemment Lionel Tarantino, qui n'est certes pas le plus rapide mais qui est toujours utile, notamment en infériorité numérique, et a même parfois dépanné en défense. Il peut jouer centre ou ailier, ce qui est également le cas de Robin Lamboley, qui présente des caractéristiques semblables (puissance physique et aptitudes en infériorité) et qui fait son retour après deux ans à Bordeaux. Rézard ne fait pas grand cas des positions offensives : "Centre ou ailier, ce n'est pas si important dans le jeu, je veux jouer un hockey finlandais hybride, avec cinq joueurs pro-actifs dans toutes les zones. Mais on a besoin de centres dominants aux face-offs, c'est la première bataille du match, c'est important." Justement, les engagements ne sont pas vraiment pas le point fort de Lamboley, et on peut penser qu'il les prendra moins souvent quand la recrue offensive arrivera enfin.

Le centre de la quatrième ligne est inamovible : Victor Ranger tarde toutefois à confirmer et a compilé une fiche catastrophique de -18 la saison dernière. Il n'est pas non plus extrêmement bien entouré. Après la retraite de Florent Neyens, ancien joueur toujours intense et vif au patinage qui s'occupe dorénavant de la préparation physique de l'équipe, le quatrième bloc dépend aussi de la progression des jeunes. Théo Larroque, meilleur marqueur de l'équipe junior, doit franchir le fossé qui existe entre les U20 et le niveau sénior. Hugo Baron a l'avantage d'avoir acquis cette expérience de Ligue Magnus. Et avec le dépeuplement offensif de ce début de saison, Nolan Lussault, qui était le capitaine de l'équipe junior de Nantes, apparaît déjà en Ligue Magnus à tout juste 18 ans.

Charles Schmitt, un grand talent en devenir

Après le départ de Sweeney et Garcia pour un club roumain apte à offrir de meilleures conditions financières, l'Hormadi n'a conservé qu'un seul défenseur étranger, Michal Gutwald. Ce n'était peut-être pas le plus régulier dans ses relances, mais le Tchèque impose une très forte présence dans sa zone défensive. Il travaille fort et amène de la densité, mais il ne faut pas que son temps de jeu soit excessif car il peut alors manquer d'endurance en fin de match. Gutwald s'est vu adjoindre cette saison un compatriote au profil très similaire (grand défenseur défensif désireux de soutenir aussi l'offensive), Matyas Zelingr, passé par les équipes nationales tchèques de jeunes.

Rézard a connu le très bon patineur Charles Schmitt à Montpellier quand celui-ci avait 13 ans, puis à Gap quand il a commencé à percer en Ligue Magnus. Il retrouve aujourd'hui un espoir qui est en passe de devenir un joueur majeur du championnat et qui n'hésite pas à utiliser Anglet comme tremplin après avoir explosé à Briançpn. Quand on lui explique que son prédécesseur Dostal avait expliqué le départ à Bordeaux de Jules Boscq par son besoin de se développer sur grande glace pour intégrer l'équipe de France, Pierrick Rézard répond sans embages : "Je ne comprends pas cet argument. Les nations nordiques jouent énormément dans des petits espaces pour progresser dans la prise de décision, en divisant la glace pour des cross-ice games. Schmitt a des aptitudes incroyables. On participe à son développement, et si l'Hormadi est seulement un passage pour lui, on aura fait notre boulot."

Rézard veut instaurer une concurrence entre ses joueurs pour être à la pointe de la première unité de jeu de puissance. C'est le jeune Schmitt qui a occupé cette place en préparation, mais l'autre recrue Olivier Dame-Malka la convoitait évidemment aussi. L'ancien défenseur de l'équipe de France est en effet aussi connu pour la puissance de son slap que pour ses mises en échec et ses pénalités, qu'il devra limiter car Anglet en avait déjà pris trop l'an passé.

Mathieu Pons n'est plus capitaine mais tient toujours un rôle ingrat sur la glace malgré son manque de précision technique. De jeunes joueurs aquitains ont un potentiel potentiellement supérieur au Grenoblois mais devront d'abord le confirmer par le travail. Comme Andrea Palat avait quitté le club à l'automne dernier pour raisons personnelles, Arthur Larroque et Théo Frémond - deux fils d'anciens joueurs du club - avaient déjà pris pas mal de temps de jeu la saison dernière alors qu'ils étaient encore juniors (Frémond ne l'est plus). Après avoir marqué son premier point en Magnus lors de la dernière poule de maintien, Baptiste Manciot, qui a connu ses premières sélections en équipe de France U20, visera la participation au prochain Mondial junior. Arthur Larroque y sera probablement titulaire avec les Bleuets car c'est le principal espoir de la pépinière de l'Hormadi. Il doit encore gagner en sécurité dans sa zone car il s'y montre parfois nerveux sous pression, mais Pierrick Rezard compte accompagner dans sa progression : "Arthur sera un défenseur offensif dans quelques années. Il faut qu'il développe ses qualités même s'il doit aussi progresser dans sa prise en charge défensive."

Le gardien, le feuilleton de l'été

On savait qu'il y aurait du changement dans les cages. Florian Hardy avait annoncé sa retraite pour pouvoir célébrer comme une fête le dernier match de sa belle carrière. Sa dernière saison n'a certes pas été sa plus mémorable, mais il aura "volé" un match, celui qu'il fallait, pour blanchir 1-0 avec 36 arrêts son ancien club Angers qui l'avait évincé. Léo Bertein a été plus en difficulté dans l'automne difficile d'Anglet, avec beaucoup de fébrilité et quelques mauvais buts.

L'Hormadi ne voulait pas repartir d'une feuille tout à fait blanche et comptait promouvoir le gardien numéro 3 Tonin Caubet comme numéro 2. Mais après avoir connu une blessure, il voulait jouer plus et a choisi de partir loin de sa région, considérant que Rouen offre plus d'opportunités avec sa réserve de D2 et son partenariat avec Caen. Il a donc fallu recruter une nouvelle doublure, Julien Gaubert, qui était normalement destiné à ne jouer que ponctuellement derrière un gardien étranger de bon niveau...

Sauf que ce fut la lauburu et l'ikkurina - la croix et la bannière si vous préférez - pour recruter ce fameux gardien. Anglet avait d'abord déniché en Pologne Clarke Saunders, doté d'une belle présence devant le filet mais aussi très vif dans ses replacements sur les secondes chances. Prétextant une blessure, il s'est désisté à deux semaines de la reprise de l'entraînement.

Dans un délai aussi court, l'Hormadi avait apparemment très bien réagi en recrutant Karolus Kaarlehto, qui a joué un Mondial junior avec la Finlande était un des meilleurs gardiens de Mestis (champion 2019) avant de passer un an en Liiga au SaiPa. On ne lui a pas déroulé le tapis rouge dans ses premières expériences à l'étranger, au Danemark puis en Slovaquie, qui se sont achevées à chaque fois par des ruptures amiables en cours de saison car il n'était plus que troisième gardien. Mais à son retour en Finlande, il a été engagé comme second gardien par les Jukurit Mikkeli (le club d'un certain Oskars Batna) après un essai d'une semaine. Longtemps remplaçant, il fut victorieux sur ses trois titularisations en saison régulière et a même été aligné à la surprise générale pour les deux dernières rencontes du quart de finale (victoire 2-1 au match 6 pour son premier match de playoffs en Liiga et défaite 0-1 au match 7).

Doté de réflexes très rapides, Kaarlehto a connu des débuts compliqués en France avec un terrible 1-11 devant Gap (il s'est fait remplacer à 0-7 après deux périodes) et un 2-4 à Chamonix. Le Finlandais semblait déplorer ouvertement d'être abandonné par moments par sa défense, mais s'il est reparti, c'est pour une raison totalement indépendante du début de saison basque : c'est tout simplement que Jukurit l'a rappelé quand le nouveau second gardien Markus Ruusu s'est blessé pour deux-trois mois en CHL, et qu'il ne voulait pas laisser passer l'opportunité de rejouer en Liiga. Compte tenu de la reprise tardive de l'Hormadi, Kaarlehto était encore en période d'essai et pouvait donc se rétracter.

Après deux semaines sans gardien titulaire, le remplaçant a été annoncé tardivement fin septembre, mais cela valait le coup. Mat Robson a été habitué à être dans des équipes fortes dès son adolescence puisqu'il était coéquipier du prodige Connor McDavid en midget à 15 ans. Après une blessure au genou survenue dans un match de pré-saison en junior majeur, il avait soudain changé d'orientation de carrière en visant une université et en jouant donc dans une ligue junior A (champion OJHL et MVP des play-offs). Comme il avait joué uniquement un match non officiel en junior majeur (ligue où les joueurs reçoivent un peu d'argent), il avait bénéficié d'une "mansuétude" en étant suspendu "seulement" un an et demi par la NCAA si intrangiseante envers toute forme de professionnalisme. Il a donc connu une saison blanche durant laquelle il n'a fait que s'entraîner (à l'université de Clarkson), puis est retourné dans la meilleure ligue junior A du Canada (pour un nouveau titre en BCHL cette fois) avant une carrière NCAA raccourcie mais réussie pour l'université du Minnesota (ses 92,4% d'arrêts en carrière sont le meilleur pourcentage de l'histoire de cette institution prestigieuse !). Après une première année pro correcte en AHL (90,1%), il a connu une saison difficile à Straubing en DEL : neuf titularisations pour une seule victoire, notamment parce qu'il était gêné par une blessure musculaire à la hanche, contractée peu après son arrivée. Sa dernière saison a semblé le relancer : il a signé un blanchissage dès son premier match en ECHL et il a obtenu une majorité de victoires, y compris lors de son rappel en AHL, malgré des stats moyennes. Pour Anglet, il paraît une très bonne recrue : son point fort est sa capacité à utiliser son gabarit pour bien boucher les angles, ce qui constitue une sécurité. Cela méritait que les supporters basques attendent un peu pour ce poste-clé, même si Austin Glover - le remplaçant de Zubov - attend toujours le feu vert pour qu'on débloque sa venue.

Beaucoup de circonstances difficiles se sont accumulées et Pierrick Rezard aurait certainement espéré un meilleur baptême de feu en Ligue Magnus qu'encaisser onze buts à domicile au premier match Il ne faut pas se laisser submerger par les vents contraires de ce début de saison cataclysmique...

Marc Branchu (photos de Thierry et Julien Frechon)

 

 

Effectif :

Gardiens

N°                       Naissance    cm  kg  Club formateur    Club & Chpt 2021/22  MJ   Min   Moy.     %
20 ROBSON Matthew        26/03/1996  191  86        (Canadien)  Rochester     AHL    10   588   3,78   87,7%
                                                                Cincinnati   ECHL    21  1203   2,64   89,9%
33 KAARLEHTO Karolus     01/09/1997  186  80      (Finlandais)  Michalovce   SVK-1   15   903   3,32   88,9%
                                                                Jukurit      FIN-1    6   306   1,76   93,3%
41 LOUBIER Maxime        07/04/2003  187  70  Albertville       Anglet 2     FRA-4    8
54 GAUBERT Julien        14/10/1996  181  80  Niort             Brest        FRA-2    5   113   4,78   88,0%

Défenseurs

N°                      Naissance    cm  kg  Club formateur    Club & Chpt 2021/22  MJ   B   A Pts   +/-   Pén
 5 PONS Mathieu         09/06/1994  180  75  Grenoble          Anglet       FRA-1   49   0   4   4   -12   46'
12 LARROQUE Arthur      31/01/2003  178  70  Anglet            Anglet       FRA-1   41   0   5   5   -11   16'
15 FRÉMOND Théo         15/05/2002  179  79  Anglet            Anglet       FRA-1   19   1   2   3    0     4'
17 GUTWALD Michal       17/06/1993  191 103         (Tchèque)  Anglet       FRA-1   49   9   9  18   -13   38'
21 SCHMITT Charles      17/04/2001  179  75  Montpellier       Briançon     FRA-1   47   6  26  32   -12   28'
24 MANCIOT Baptiste     14/03/2003  184  72  Bordeaux          Anglet       FRA-1    5   0   1   1   +1     2'
                                                               Anglet 2     FRA-4   14   2   4   6         16'
44 DAME-MALKA Olivier   30/05/1990  179  91   (Fra./Canadien)  Rødovre      DAN-1   40   2   4   6   -13  103'
52 ZELINGR Matyas       10/01/1999  191  94         (Tchèque)  Slavia Prag. TCH-2   36   2   2   4   -3    18'
                                                               Kladno       TCH-1    3   0   0   0   +2     2'

Attaquants

N°                      Naissance    cm  kg  Club formateur    Club & Chpt 2021/22  MJ   B   A Pts   +/-   Pén
10 ARROSSAMENA Nicolas  09/01/1990  182  87  Saint-Pierre      Anglet       FRA-1   46  11  15  26   -10   31'
11 DECOCK Thomas        10/08/1986  180  83  Tours             Anglet       FRA-1   49  23  13  36    0    89'
13 LAMBOLEY Robin       07/11/1995  186  89  Grenoble          Bordeaux     FRA-1   38   5   5  10   -14   42'
14 BARON Hugo           14/11/2001  174  74  Anglet            Anglet       FRA-1   42   0   5   5   -9     4'
16 ZAGO Bastien         02/08/2000  186  82  Saint-Gervais     Mont-Blanc   FRA-2   29  10   5  15   -3     6'
                                                               Chamonix     FRA-1   11   0   2   2   -4     2'
18 RANGER Victor        05/05/1999  177  73  Nantes            Anglet       FRA-1   48   6   1   7   -18   10'
19 KAZARINE Fabien      21/07/1995  179  81  Compiègne         Chamonix     FRA-1   48   6   8  14   -15    8'
22 LUSSAULT Nolan       05/07/2004  168  68  Niort             Nantes       FRA-2   14   0   0   0   +1     0'
23 TARANTINO Lionel     14/04/1988  179  88  Toulouse          Anglet       FRA-1   45   4  14  18   -3    38'
25 LARROQUE Théo        16/01/2001  175  68  Anglet            Anglet 2     FRA-4   13  13   7  20         16'
27 POLODYAN Aleksei     30/07/1998  181  76  Anglet            Anglet       FRA-1   34   8  20  28   -3    51'
36 NIKULIN Aleksandr    25/08/1985  186  93           (Russe)  TuTo Turku   FIN-2   51  11  36  47   +20   20'
69 VASILYEV Anton       25/05/1998  176  89           (Russe)  TuTo Turku   FIN-2    4   0   2   2    0     0'
                                                               Sokil Kyiv   UKR-1   13   2   6   8   -2    14'
                                                               Anglet       FRA-1   26   9  15  24   -2    48'
70 GLOVER Austin        15/01/1996  188  85        (Canadien)  Univ. B.C.   CAN-U   23   3   9  12          2'
   GINER Logan          22/05/2004  177  71  ACBB              Anglet 2     FRA-4   15   8   3  11          8'

Entraîneur : Pierrick Rézard (32 ans) assisté de Mathieu Cyr (CAN, 37 ans).

Départs : Florian Hardy (G, 39 MJ à 89,5%, arrêt), Léo Bertein (G, 14 MJ à 86,2%, Dunkerque, FRA-2), Tonin Caubet (G, 0 MJ, Rouen), Jacob Sweeney (D, 3+23, Brasov, ROU), C.J. Garcia (D, 1+12, Brasov, ROU), Peter Hrehorcak (A, 18+15, Épinal, FRA-2), Elias Karvonen (A, 10+20), Emils Gegeris (A, 10+16, Mulhouse), Juho Mäkelä (A, 6+11, Sanok, POL), Jules Gallet (A, 6+5, IPK Iisalmi, FIN-2), Florent Neyens (A, 3+5, arrêt), Tadeas Jaros (A, 2+7, Sokolov, TCH-2).

 

Revoir la présentation 2021/22

 

 

Retour à la rubrique articles