Nice a retrouvé des certitudes

 

C'est à sa quatrième saison de Ligue Magnus que Nice a vécu ses semaines les plus difficiles depuis son entrée dans l'élite du hockey français. Avec 1 victoire sur leurs 18 premières rencontres, les Aigles étaient en pleine crise. Stan Sutor étant déjà coutumier des ajustements dans son effectif en temps normal, on imaginait bien qu'une telle situation ne le laisserait pas sans réaction. Il a d'abord fait revenir Peter Hrehorcak, son ancien leader offensif, dans un échange avec Chamonix contre Fabien Kazarine, joker arrivé après l'exclusion de Lyon.

Les changements les plus importants ont eu lieu lors de la trêve de novembre. Emil Bagin a été engagé en défense pour pallier l'absence de Quentin Scolari (fracture du péroné). Pour pouvoir aligner ce joueur étranger en plus, l'idée initiale était de passer à un duo français dans les cages, via un nouveau changement de gardien en cours de saison. Maxime Baud, le gardien morzinois qui joue en Suisse, arrivait à la place de Nechvatal. Cela signifiait que Julian Barrier-Heyligen devenait de facto le numéro 1 dans les cages. Mais il était finalement jugé trop peu constant pour assumer ce statut. Deux semaines plus tard, Baud repartait sans avoir joué un match. Sutor préférait sacrifier un joueur étranger en attaque (départs des décevants Illes et Vaclav et arrivée du centre américain Joseph Widmar qui aura finalement affiché un comportement trop individualiste) et engager un gardien slovène.

Ce portier n'était pas un inconnu : Rok Stojanovic avait déjà joué le rôle de joker en cours de saison à son arrivée en France, à Lyon, et il avait été performant dès ses premières apparitions toutes soldées par une victoire. Le scénario se répétait sur la Côte d'Azur : tout de suite en place, Stojanovic amenait de la sérénité aux Aigles, qui renouaient avec le succès en remportant 4 victoires en 5 journées jusqu'à la trêve de décembre. Sutor s'empressait alors de vouloir le prolonger, mais le géant slovène temporisait, conscient d'avoir pris de la valeur. Il venait en effet de changer le cours de la saison de Nice, qui allait terminer à 4 points des play-offs et même prendre la neuvième place lors de la poule de classement. Une position presque inespérée au vu du retard pris à l'automne. Stan Sutor, qui apprécie la pureté technique du Slovène, a fini par trouver un terrain d'entente en mai après de longues négociations.

Avoir conservé Stojanovic est probablement la principale réussite de l'intersaison. Même si quatre joueurs français sont partis à Cergy pour des raisons variées, Nice a réussi à conserver la grande majorité de son effectif. Pour y parvenir, Stan Sutor savait par avance qu'il devrait sacrifier Mike Aviani, son joueur offensivement le plus dangereux, qui ne rentrerait plus dans le budget. Il n'a même pas essayé de le retenir. Il a en revanche tenté de proposer un contrat à Olivier Dame-Malka, mais celui-ci se doutait que son avenir ne s'inscrirait plus en Ligue Magnus avec des budgets contraints par la crise économico-sanitaire. Aviani et Dame-Malka ont tous deux signé dans la ligue commune à la Hongrie et à la Roumanie, un championnat au niveau pas plus élevé mais qui leur a offert 30% de salaire en plus (à une époque où l'Europe centrale et les Balkans se pensaient un peu à l'abri de la contagion).

Nice se réjouissait en revanche de conserver sa première paire défensive. Martin Matejicek avait connu des difficultés initiales compréhensibles car il était arrivé peu avant le début de saison (pour remplacer Dinda hors de forme) en devant assumer des responsabilités offensives qui n'étaient pas les siennes. Le Tchèque préfère être dans l'ombre, se sacrifier devant les lancers. Il a été soulagé de reprendre le rôle de celui qui reste derrière quand il a vu Emil Bagin arriver à ses côtés et diriger la relance. Le revenant slovaque a en effet été une grande satisfaction, bien meilleur que dans son premier passage à Nice deux ans plus tôt. Encore jeune, il s'est développé entre-temps et a gagné en présence et en maturité.

La stabilité de l'effectif des Aigles, inédite depuis leur arrivée en Ligue Magnus, a toutefois connu une anicroche, et pas n'importe laquelle. Radek Deyl avait été le premier à resigner. Il était considéré comme un modèle de fiabilité, au point d'être nommé capitaine en cours de championnat pour "soulager" Dame-Malka (qui n'avait rien demandé). Mais il est finalement resté en Slovaquie pour raisons familiales, sa femme craignant ce retourner en France avec un tout jeune bébé. Il faut dire aussi qu'il a pu trouver une place dans son club formateur Košice, géant du hockey slovaque sauvé in extremis. Kristjan Cepon, appelé en équipe de Slovénie pour la préqualification olympique en février dernier, a donc été recruté à sa place. C'est un gabarit impressionnant (1m95 pour 100 kg) mais il est mobile pour sa taille.

Les Niçois ont aussi recruté deux arrières français qui ont pour point commun d'avoir dû trouver un club en urgence en septembre dernier lorsque Lyon a été expulsé de la Ligue Magnus puis liquidé financièrement. Alexandre Pascal, joueur physique selon une tradition bien ancrée dans la défense azuréenne, s'était alors recasé à Gap. Jules Breton, qui fut le Lyonnais le plus fidèle pendant sept saisons, était retourné à Neuilly, le club qui lui avait donné sa chance initiale en Ligue Magnus, mais avait envie de retrouver l'élite. L'escouade JFL est complétée par Boris Brincko, qui n'est plus prêté mais définitivement cédé par Poprad. Blessé à l'épaule pendant la mauvaise passe de l'équipe, il est revenu au moment où les Aigles se remettaient à gagner et a fini avec une fiche positive. Ses qualités de patinage le distinguent et il a démontré par sa progression le potentiel que son coach voyait en lui.

Le NHE peut donc s'en remettre à ces six défenseurs, tout comme il peut compter sur douze purs attaquants. Mais pour que Stan Sutor puisse avoir un recours à tous les postes en match, il souhaite toujours avoir un joueur capable de jouer à l'arrière ou à l'avant. Il s'agissait par le passé de Brejka ou de Lacheny, il s'agira dorénavant de Jakub Matai. Ce Tchèque fut un attaquant prometteur dans sa jeunesse, centre ou ailier gauche, international U18 et même joueur de KHL qui alla jusqu'en finale de la Coupe Gagrine avec l'éphémère "Lev" de Prague. Il rejoignit ensuite Olomouc en Extraliga tchèque, mais au tout début de sa deuxième saison, après seulement huit minutes de jeu dans le premier match amical fin juillet 2015, il fut victime d'une grave blessure au genou (rupture du ligament latéral et déchirure du ligament croisé antérieur). Après une longue convalescence, il s'est reconverti à l'arrière, depuis un peu plus de quatre ans.

L'attaque azuréenne a conservé son trio Kopta-Dusek-Hrehorcak, qui a révélé son efficacité en fin de championnat. Antonin Dusek est un vrai centre, qui privilégie toujours la passe au tir et ne s'intéresse guère à ses statistiques. Il applique les consignes sans broncher et c'est pour cela qu'il a mis un petit temps d'adaptation pour utiliser la liberté qu'on lui donnait, et que ses ailiers requéraient. Joueur plus naturellement offensif, Ondrej Kopta a souffert au début quand Nice subissait le jeu mais a effectué une très bonne seconde moitié de saison pour devenir le meilleur buteur de l'équipe.

Quant à Peter Hrehorcak jr, il a pleinement retrouvé l'envie de jouer en revenant à Nice. Les petites divergences antérieures se sont donc apaisées entre ce joueur attiré vers le but et un entraîneur à cheval sur le repli défensif. Comme Deyl a fait défection, Hrehorcak a même été nommé capitaine. Il peut faire le lien entre tout le vestiaire puisqu'il parle français, anglais et slovaque. Il a été préféré pour le "C" à l'ex-capitaine Valère Vrielynck, qui a souhaité revenir à Nice après une saison de division 1 et qui sera un de ses assistants.

Une des forces des Aigles est de pouvoir compter sur des hommes de confiance. C'est le cas de Radomir Heizer, le centre complet qui ne pose jamais de problèmes, et de son ailier désormais attitré, Romain Carpentier. Le Français a pratiqué un jeu d'équipe comme l'aime son coach sans que ses stats en pâtissent tellement. Il a réussi au contraire sa meilleure saison avec à la fois bon pointage et la meilleure fiche des attaquants (+7 en saison régulière). Ce sera l'autre "A", un cadre qui a même déjà hérité du capitanat en janvier/février dernier en l'absence de Deyl.

Nice avait quand même besoin de trouver de bons renforts étrangers pour doper l'offensive, surtout après le départ d'Aviani. TomᚠKnotek a un beau CV. À l'époque où il était capitaine de son équipe de junior majeur (les Mooseheads de Halifax), il fut même le meilleur marqueur de la République tchèque au Mondial junior 2010. Il compte 149 points en 443 rencontres d'Extraliga tchèque, et seule sa dernière saison délicate, achevée en Oberliga allemande où il a formé un duo prolifique avec Tomas Rubes (ex-Anglet, Bordeaux et Mulhouse), explique qu'il soit devenu abordable. Le patinage rapide de Michal Popelka est sa qualité majeure. Il n'avait jamais quitté son club formateur Zlín sinon pour des prêts en division inférieure, et c'est donc une première expérience à l'étranger pour lui à 27 ans.

Plus aventureux, Sacha Guillemain - le frère de Léo - est parti en Amérique du Nord à 15 ans et est rentré en France en février dernier. Nice lui a immédiatement donné un rôle important en le plaçant aux côtés des joueurs les plus offensifs. Sa bonne lecture du jeu et sa qualité de passe lui ont permis de bien s'intégrer au jeu collectif d'inspiration tchéco-slovaque pratiqué à Nice, en plus de son tempérament de compétiteur forgé outre-Atlantique. Il peut être un de ces joueurs français qui se développent sur la Côte d'Azur.

Ce qui distingue en effet Nice, c'est de n'avoir eu aucune déperdition au fond du banc. La quatrième ligne, même sans beaucoup marquer, a réussi à finir la saison régulière avec un bilan +/- neutre. Ce n'était pas le cas chez les concurrents directs Chamonix ou Anglet par exemple. Le technique Loïc Chabert, qui avait toujours été "négatif" dans ses précédents clubs, a ainsi appris ce rôle défensif en sacrifiant un peu son impact offensif, qui existe toujours. Rémi Thomas a toujours eu ce travail défensif en lui, il doit mettre plus de hargne dans la zone offensive pour franchir encore un palier. On ne s'étonnera pas que "l'héritier" Alexis Sutor ait un sens atavique du hockey, il a d'ailleurs déjà commencé à passer ses diplômes d'entraîneur. Mais son père attendait qu'il mérite sa place pour l'aligner. Ses stats déjà très honnêtes dissipent toute éventuelle critique.

Le groupe se connaît déjà bien, y compris les entraîneurs qui ont appris à travailler en trio, et il y aura moins de difficultés d'intégration que l'an passé. C'est un atout important au moment où la Covid-19 perturbe la préparation de tout le monde. Nice a eu deux malades le lundi 7 septembre, et a annulé deux matches amicaux, mais a pu reprendre à temps pour la Riviera Cup à domicile. Les Aigles ont même gagné le tournoi contre deux adversaires de Magnus (Gap et Mulhouse, qui avait perdu ses habituels adversaires étrangers de pré-saison et a remplacé Marseille à son tour frappé par un cas de Covid). Nice est donc plutôt plus prêt que la moyenne, alors que d'autres équipes ont été touchées plus tard.

La ville de Nice a récemment été placée en "zone d'alerte renforcée" comme à peu près toutes les métropoles de France, ce qui entraîne une limitation à 1000 spectateurs des rassemblements. C'est évidemment sans effet dans la petite patinoire Jean-Bouin, dont on attend le remplacement toujours à l'étude à la municipalité. La jauge est ici contrainte par les mesures de distanciation sociale, et le plan d'accueil approuvé par la préfecture prévoit donc 463 places en vente pour le premier match. Les Aigles, qui avaient la plus faible affluence de la ligue (655 spectateurs de moyenne), ne sont pas les plus affectés par la situation. Pour toutes ces raisons, même - ou surtout - dans cette saison très spéciale, ils restent des candidats tout à fait crédibles à la qualification en play-offs. Chacun sait que tout est possible derrière le top-5.

Marc Branchu

 

 

Effectif :

Gardiens

N°                      Naissance    cm  kg  Club formateur    Club & Chpt 2019/20  MJ   Min   Moy.     %
31 BARRIER Julian       28/01/1993  180  82  Saint-Nazaire     Nice         FRA-1   12   637   3,20   89,1%
39 STOJANOVIC Rok       11/08/1990  197  80         (Slovène)  Nice         FRA-1   23  1374   2,71   90,7%

Défenseurs

N°                      Naissance    cm  kg  Club formateur    Club & Chpt 2019/20  MJ   B   A Pts   +/-   Pén
 9 CEPON Kristjan       12/11/1995  195 100         (Slovène)  Kalmar       SUE-3   10   0   1   1    0     4'
                                                               Olimpija Lj. AUT-2   25   8   7  15   +18   24'
15 MATEJICEK Martin     04/09/1991  188  91         (Tchèque)  Nice         FRA-1   44   0   5   5   -1    52'
18 MATAI Jakub          09/05/1993  180  80         (Tchèque)  Havirov      TCH-2   36   0   6   6   -9    14'
19 PASCAL Alexandre     15/12/1998  188  95  Grenoble          Gap          FRA-1   16   2   0   2   -3    16'
41 BRETON Jules         30/01/1991  185  82  Grenoble          Neuilly      FRA-2   26   0   2   2   +2    16'
76 BAGIN Emil           08/09/1993  176  80        (Slovaque)  Dubnica      SVK-2   17   2   8  10   +8     6'
                                                               Nice         FRA-1   29   3  16  19   +12    6'
77 BRINCKO Boris        13/04/1999  188  83  JFL   (Slovaque)  Nice         FRA-1   30   1   4   5   +2    10'

Attaquants

N°                      Naissance    cm  kg  Club formateur    Club & Chpt 2019/20  MJ   B   A Pts   +/-   Pén
 4 VRIELYNCK Valère     21/12/1987  180  92  Reims             Neuilly      FRA-2   29  16  12  28   +9    24'
 7 GUILLEMAIN Sacha     22/06/1999  183  79  Rouen             LS/Aus./C.Ch. NAHL   31   0   8   8   -8    10'
                                                               Nice         FRA-1    7   1   4   5   +2     4'
14 CHABERT Loïc         14/10/1991  186  88  Dijon             Nice         FRA-1   44   5  12  17   -2    18'
16 THOMAS Rémi          22/08/1994  186  85  Amiens            Nice         FRA-1   43   3   6   9   -2    10'
17 KOPTA Ondrej         17/04/1995  190  84         (Tchèque)  Nice         FRA-1   43  17  14  31   +2    34'
20 CARPENTIER Romain    21/01/1994  177  85  Amiens            Nice         FRA-1   42  13  15  28   +8    14'
21 HEIZER Radomir       23/11/1987  187  88        (Slovaque)  Nice         FRA-1   44   9  13  22   +1    18'
43 DUSEK Antonin        08/04/1986  184  86         (Tchèque)  Nice         FRA-1   42   7  21  28   +5    42'
47 POPELKA Michal       14/08/1993  184  77         (Tchèque)  Zlin         TCH-1   28   0   4   4   -1     6'
                                                               Prerov       TCH-2   22   3   5   8   +1     4'
71 HREHORCAK Peter      30/05/1994  180  79  JFL   (Slovaque)  Cham./Nice   FRA-1   43  13  19  32   -2    22'
86 SUTOR Alexis         18/02/1999  172  70  Nice              Nice         FRA-1   20   2   2   4   +4     6'
91 KNOTEK Tomas         13/01/1990  185  82         (Tchèque)  K.V. / Pard. TCH-1   25   0   1   1   -4     4'
                                                               Crimmitschau ALL-2    8   2   1   3   -2     2'
                                                               Weiden       ALL-3   12   9   8  17          8'

Entraîneur : Stan Sutor (SVK, 49 ans), assisté de Pascal Margerit (49 ans) et Daniel Babka (SVK, 48 ans).

Partis : Olivier Dame-Malka (D, 10+21, Brasov, ROU), Aurélien Dorey (D, 3+9, Cergy), Radek Deyl (D, 1+7, Kosice, SVK), Mike Aviani (A, 18+18, UTE Budapest, HON), Norbert Abramov (A, 12+12, Cergy), Yoanne Lacheny (A, 3+8, Cergy), Joseph Widmar (A, 6+3, Cracovie, POL), Louis Petit (A, 3+3, Cergy).

 

Revoir la présentation 2019/20

 

 

Retour à la Ligue Magnus 2020/2021