Championnats du monde 1993

 

Mondial A (du 18 avril au 2 mai 1993 à Munich et Dortmund, Allemagne)

L'organisation de ces championnats du monde allemands, souvent peu regardante sur ses dépenses de personnel, est critiquée, notamment en raison du prix élevé des places qui fait fuir le public et empêche d'atteindre l'objectif avoué des 200 000 spectateurs. Des billets sont ainsi vendus au rabais en catastrophe avant certains matches, ce qui a de quoi énerver ceux qui ont acheté leurs places depuis longtemps.

Groupe A (à Munich)

18 avril
Italie - Russie 2-2 (0-0,1-0,1-2)
Suède - Autriche 1-0 (1-0,0-0,0-0)
19 avril
Canada - Suisse 2-0 (1-0,1-0,0-0)
Russie - Autriche 4-2 (0-1,2-0,2-1)
20 avril
Suède - Canada 1-4 (0-0,1-1,0-3)
Suisse - Italie 0-1 (0-0,0-1,0-0)
21 avril
Italie - Suède 2-6 (0-1,1-2,1-3)
22 avril
Suisse - Russie 0-6 (0-2,0-1,0-3)
Autriche - Canada 0-11 (0-6,0-2,0-3)
23 avril
Suisse - Autriche 5-1 (1-0,2-1,2-0)
24 avril
Russie - Suède 2-5 (0-0,1-3,1-2)
Canada - Italie 11-2 (5-0,2-0,4-2)
25 avril
Suède - Suisse 4-6 (0-3,3-1,1-2)
Russie - Canada 1-3 (0-2,1-1,0-0)
26 avril
Autriche - Italie 1-1 (1-0,0-1,0-0)

Classement : 1 Canada 10, 2 Suède 6, 3 Russie 5, 4 Italie 4, 5 Suisse 4, 6 Autriche 1.

Le Canada confirme son statut de favori, et Eric Lindros, que tout le monde considère outre-Atlantique comme la future superstar du hockey, engrange les buts contre l'Autriche et l'Italie, ce qui lui vaudra au final le titre de meilleur marqueur. Après sa fantastique quatrième place de l'an passé, la Suisse fait en battant la Suède une nouvelle démonstration de son potentiel, mais sa défaite 0-1 contre une équipe italienne renforcée de nombreux Italo-Canadiens dans la perspective des championnats du monde à domicile lui coûte une place en quarts de finale.

 

Groupe B (à Dortmund)

18 avril
Allemagne - Norvège 6-0 (1-0,2-0,3-0)
États-Unis - République Tchèque 1-1 (0-0,0-0,1-1)
19 avril
Finlande - France 2-0 (0-0,0-0,2-0)
Allemagne - République Tchèque 0-5 (0-0,0-3,0-2)
20 avril
Finlande - États-Unis 1-1 (0-0,1-0,0-1)
21 avril
Allemagne - France 5-3 (3-1,1-1,1-1)
République Tchèque - Norvège 2-0 (1-0,0-0,1-0)
22 avril
États-Unis - France 6-1 (3-1,1-0,2-0)
Norvège - Finlande 0-2 (0-0,0-0,0-2)
23 avril
Allemagne - Finlande 3-1 (1-0,2-0,0-1)
République Tchèque - France 6-2 (1-0,2-1,3-1)
24 avril
États-Unis - Norvège 3-1 (0-1,2-0,1-0)
25 avril 
Finlande - République Tchèque 1-3 (0-0,1-1,0-2)
Allemagne - États-Unis 6-3 (5-0,0-0,1-3)
26 avril
France - Norvège 4-5 (2-1,1-1,1-3)

Classement : 1 République Tchèque 9, 2 Allemagne 8, 3 États-Unis 6, 4 Finlande 5, 5 Norvège 2, 6 France 0.

Derrière une République Tchèque qui prouve qu'elle a digéré sans problème la partition de la Tchécoslovaquie, l'Allemagne est la grosse attraction du tournoi et enflamme Dortmund avec deux victoires sur la Finlande puis sur les États-Unis de Mike Modano, avec un sensationnel 5-0 au premier tiers-temps. L'équipe finlandaise engoncée dans sa tactique prudente livre des prestations très médiocres, et doit attendre les cinq dernières minutes pour venir à bout du système défensif mis en place en équipe de France par Kjell Larsson.

 

Quarts de finale (les 27 et 28 avril 1993 à Munich)

Suède - États-Unis 5-2 (2-1,0-1,3-0)
Allemagne - Russie 1-5 (1-0,0-1,0-4)

Canada - Finlande 5-1 (1-0,1-1,3-0)
République Tchèque - Italie 8-1 (2-0,2-0,4-1)

Pas de chance pour l'Allemagne, qui se retrouve face à une équipe russe qui a raté sa première phase mais qui retrouve son jeu, à l'image du duo de Fribourg-Gottéron, Bykov et Khomutov, enfin au mieux après avoir trouvé un bon partenaire de ligne en la personne de Vyatcheslav Butsaïev. Après l'élimination, et malgré la meilleure performance historique égalée (cinquième), l'entraîneur Ladek Bukac appelle de ses vux un style plus moderne et plus robuste, ce qui vise implicitement les deux artistes, le capitaine Gerd Truntschka - qui prendra sa retraite à la fin de l'été - et Dieter Hegen.

Outre les États-Unis, la principale déception de la compétition est la trop défensive Finlande, ce qui coûtera sa place à l'entraîneur Pentti Mattikainen. Pour celui qui avait amené son pays à la finale des JO de Calgary, la pilule sera d'autant plus amère à avaler qu'il sera remplacé par Curt Lindström, un homme sans grandes références, et, qui plus est, suédois !

 

Demi-finales (le 30 avril 1993 à Munich)

Suède - République Tchèque 4-3 a.p. (1-2,1-0,1-1,1-0)
Canada - Russie 4-7 (1-1,2-4,1-2)

La République Tchèque a été l'équipe la plus constante de ce championnat, mais elle est éliminée sur une erreur de son gardien, le par ailleurs impeccable Petr Briza, qui laisse passer un tir de Thomas Rundqvist après 8'38" de prolongation. L'autre formation invaincue, le Canada, part fort et mène 3-1 après vingt-deux minutes, mais s'éteint peu à peu tout comme son leader Eric Lindros. Lorsque celui-ci sera élu meilleur attaquant à la fin du tournoi, le public sifflera d'ailleurs copieusement ce choix, justifié pour la première semaine mais pas pour la seconde.

 

Match pour la troisième place (le 1er mai 1993 à Munich)

République Tchèque - Canada 5-1 (1-1,2-0,2-0)

Le Canada revient sans médaille de ces championnats du monde ratés. Eric Lindros s'est décomposé dans les matches décisifs et n'était pas à la hauteur de l'enjeu. Logique pour une équipe qui s'est trop dispersée, entre les parties de golf pendant la première phase et la sortie dans la nuit munichoise le soir du quart de finale. Leur coach Mike Keenan a été victime d'une réaction allergique épidermique - on l'avait maquillé pour une interview télé - qui l'a le plus souvent cloué à l'hôtel sans pouvoir assister aux entraînements, et il n'a pas pu faire grand-chose pour redresser la situation.

 

Finale (le 2 mai 1993 à Munich)

Suède - Russie 1-3 (0-2,0-1,1-0)

Malgré l'explosion de l'URSS puis de la CEI, malgré les départs massifs en NHL, la jeune équipe russe de Boris Mikhaïlov réussit à retrouver sa couronne mondiale, et on se dit alors qu'elle possède un réservoir et un savoir-faire suffisant pour demeurer une valeur sûre des podiums internationaux. La discussion concerne plutôt les mérites de la victoire. Pour expliquer la réaction des Russes à partir des quarts de finale, il se dit que le pouvoir a changé de mains, et que Mikhaïlov a dû le céder, avec la complicité de son assistant Piotr Vorobiev, au leader de l'équipe, le vétéran Vyacheslav Bykov, qui a rameuté les vestiaires et ranimé la flamme de l'équipe autour de sa personne.

Néanmoins, le niveau de ces championnats du monde, remportés par une formation russe incapable des splendides combinaisons de ses prédécesseurs soviétiques, a été globalement décevant.

 

Barrages croisés de maintien (29 avril 1993 à Munich)

Suisse - France 1-3 (1-1,0-0,0-2)
Norvège - Autriche 2-6 (2-3,0-2,0-1)

Barrage de relégation (1er mai 1993 à Munich)

Suisse - Norvège 2-5 (0-1,1-2,1-2)

Trop sûrs d'eux, les Suisses retombent dans leurs vieux travers : capables de gêner les meilleures nations, ils ne savent pas abordent les matches présumés faciles et manquent cruellement d'un leader sur la glace, alors que sur le banc Bill Gilligan et John Slettvoll (dont on avait inversé les positions de coach principal et d'assistant, choix psychologiquement discutable) semblaient parfois se tirer dans les pattes. Ils ne s'attendaient pas à devoir lutter pour le maintien, et mordent la poussière face aux Français et aux Norvégiens, beaucoup plus motivés. La Suisse chute donc directement du perchoir de sa demi-finale mondiale jusque dans les abîmes du groupe B.

 

Meilleurs marqueurs

                           B  A Pts
 1 Eric Lindros      CAN  11  6  17
 2 Andreï Khomutov   RUS   5  7  12
 3 Shayne Corson     CAN   3  7  10
   Dave Manson       CAN   3  7  10
 5 Petr Rosol        TCH   4  5   9
   Valeri Karpov     RUS   4  5   9
 7 Paul Kariya       CAN   2  7   9
 8 Dieter Hegen      ALL   6  2   8
 9 Mikael Renberg    SUE   5  3   8
10 Martin Hosták     TCH   4  4   8

Meilleur gardien : Petr Briza (République Tchèque).

Meilleur défenseur : Dmitri Yushkevich (Russie).

Meilleur attaquant : Eric Lindros (Canada).

Trophée du fair-play : Suisse.

Meilleure équipe en supériorité : Canada (38,0 %).

Meilleure équipe en infériorité : République Tchèque (92,6 %).

Activité défensive : 1 Leo Gudas (TCH) 55, 2 Gerry Galle (CAN et Aleksandr Karpovtsev (RUS) 47.

Équipe-type élue par les journalistes : Petr Briza (TCH) ; Ilya Byakin (RUS) - Dave Manson (CAN) ; Ulf Dahlén (SUE) - Eric Lindros (CAN) - Mikael Renberg (SUE).

Deuxième équipe-type : Bill Ranford (CAN) ; Leo Gudas (TCH) - Drahomir Kadlec (TCH) ; Andreï Khomutov (RUS) - Vyacheslav Bykov (RUS) - Mark Recchi (CAN).

 

 

 

Mondial B (du 25 mars au 4 avril 1993 à Eindhoven, Pays-Bas)

25 mars
Pologne - Grande-Bretagne 3-4 (0-1,2-1,1-2)
Danemark - Bulgarie 5-1 (2-1,3-0,0-0)
Japon - Roumanie 8-1 (2-1,2-0,4-0)
Pays-Bas - Chine 15-1 (5-0,6-0,4-1)

26 mars
Chine - Pologne 1-21 (0-7,0-8,1-6)
Pays-Bas - Roumanie 4-2 (1-0,1-2,2-0)
27 mars
Danemark - Grande-Bretagne 0-4 (0-2,0-0,0-2)
Bulgarie - Japon 1-7 (0-1,0-4,1-2)

28 mars
Pologne - Roumanie 13-0 (6-0,4-0,3-0)
Japon - Grande-Bretagne 4-5 (0-2,2-1,2-2)
Pays-Bas - Bulgarie 14-0 (3-0,5-0,6-0)

29 mars
Roumanie - Chine 5-3 (2-0,2-3,1-0)
Pologne - Danemark 7-3 (4-0,1-2,2-1)
30 mars
Grande-Bretagne - Bulgarie 10-0 (5-0,2-0,3-0)
Danemark - Chine 13-0 (6-0,1-0,6-0)
Pays-Bas - Japon 5-3 (0-1,4-1,1-1)

31 mars
Bulgarie - Pologne 2-13 (2-2,0-5,0-6)
Pays-Bas - Grande-Bretagne 2-3 (1-0,1-1,0-2)
1er avril
Roumanie - Danemark 3-4 (0-0,3-1,0-3)
Chine - Japon 3-8 (0-5,1-2,2-1)

2 avril
Japon - Pologne 1-7 (0-2,0-3,1-2)
Pays-Bas - Danemark 6-4 (3-2,0-0,3-2)
3 avril
Grande-Bretagne - Roumanie 10-4 (2-3,8-1,0-0)
Chine - Bulgarie 4-3 (1-2,0-0,3-1)

4 avril
Japon - Danemark 3-9 (1-2,0-5,2-2)
Pays-Bas - Pologne 1-7 (0-3,0-1,1-3)
Bulgarie - Roumanie 2-5 (0-0,1-2,1-3)
Grande-Bretagne - Chine 14-0 (4-0,4-0,6-0)

Classement (7 matches)

                   Pts   V  N  D   BP-BC  Diff
1 Grande-Bretagne   14   7  0  0   50-13  +37
2 Pologne           12   6  0  1   71-12  +59
3 Pays-Bas          10   5  0  2   47-20  +27
4 Danemark           8   4  0  3   38-24  +14
5 Japon              6   3  0  4   34-31  +3
6 Roumanie           4   2  0  5   20-44  -24
7 Chine              2   1  0  6   12-79  -67
8 Bulgarie           0   0  0  7    9-58  -49

Quatre ans après avoir rompu son isolement et être revenue dans les compétitions internationales, la Grande-Bretagne, tout juste promue dans le groupe B, s'impose pour ce coup d'essai et monte à la surprise générale dans le groupe A. Grande favorite, la Pologne s'est fait surprendre d'entrée par les Britanniques à l'issue d'un match controversé. Alors que le score est de 3-3 et que son équipe n'arrive pas à profiter d'un jeu de puissance, l'entraîneur Alex Dampier est pris d'une "intuition géniale" et demande à mesurer la crosse du gardien adverse Marek Batkiewicz. La chose est assez courante dans son Canada natal ainsi que dans le championnat britannique, mais absolument pas dans les habitudes européennes où ce comportement est perçu comme un coup bas. La crosse est légèrement en dehors des dimensions réglementaires, d'où une pénalité de deux minutes. La Grande-Bretagne joue alors à cinq contre trois et Tim Cranston marque le but vainqueur. La Bulgarie est reléguée dans le groupe C.

 

Meilleurs marqueurs

                           B  A Pts
1 Waldemar Klisiak   POL   9 15  24
2 Søren True         DAN   9 10  19
  Dave Livingston    HOL   9 10  19
4 Kevin Conway       GBR   8 11  19
5 Richard Fera       GBR   6 13  19

Meilleur gardien : Marek Batkiewicz (Pologne).

Meilleur défenseur : Stephen Cooper (Grande-Bretagne).

Meilleur attaquant : Waldemar Klisiak (Pologne).

Trophée du fair-play : Chine.

 

 

 

Mondial C (du 12 au 21 mars 1993 à Ljubljana et Bled, Slovénie)

Groupe A (12, 13, 15, 16 et 18 mars 1993 à Bled)

Corée du Nord - Israël 14-2 (7-0,3-0,4-2)
Ukraine - Corée du Sud 16-1 (9-0,3-0,4-1)
Lettonie - Belgique 26-3 (7-1,8-1,11-1)
Corée du Sud - Israël 8-5 (3-1,3-1,2-3)
Belgique - Ukraine 2-37 (0-12,0-10,2-15)
Corée du Nord - Lettonie 0-4 (0-1,0-2,0-1)
Belgique - Corée du Sud 5-3 (2-1,1-0,2-2)
Israël - Lettonie 0-32 (0-4,0-14,0-14)
Ukraine - Corée du Nord 15-2 (6-0,4-0,5-2)
Belgique - Israël 8-1 (5-0,0-0,3-1)
Corée du Sud - Corée du Nord 4-7 (2-3,1-2,1-2)
Lettonie - Ukraine 5-5 (3-0,2-1,0-4)
Corée du Sud - Lettonie 0-27 (0-11,0-9,0-7)
Israël - Ukraine 0-29 (0-12,0-9,0-8)
Corée du Nord - Belgique 7-1 (3-0,3-1,1-0)

Classement : 1 Ukraine 9 (+92), 2 Lettonie 9 (+86), 3 Corée du Nord 6, 4 Belgique 4, 5 Corée du Sud 2, 6 Israël 0.

Groupe B (12, 13, 15, 16 et 18 mars 1993 à Ljubljana)

Afrique du Sud - Hongrie 2-20 (0-8,2-4,0-8)
Kazakhstan - Espagne 14-0 (0-0,6-0,8-0)
Slovénie - Australie 15-2 (6-1,4-0,5-1)
Hongrie - Kazakhstan 1-7 (0-2,0-2,1-3)
Slovénie - Espagne 12-0 (2-0,5-0,5-0)
Australie - Afrique du Sud 9-3 (3-1,3-1,3-1)
Kazakhstan - Australie 23-1 (5-1,7-0,11-0)
Hongrie - Espagne 6-5 (2-3,2-2,2-0)
Slovénie - Afrique du Sud 29-0 (8-0,8-0,13-0)
Espagne - Australie 3-4 (3-1,0-2,0-1)
Afrique du Sud - Kazakhstan 0-32 (0-15,0-7,0-10)
Slovénie - Hongrie 14-2 (4-1,7-0,3-1)
Espagne - Afrique du Sud 10-3 (1-2,4-0,5-1)
Australie - Hongrie 3-7 (0-3,1-1,2-3)
Slovénie - Kazakhstan 4-0 (0-0,0-0,4-0)

Classement : 1 Slovénie 10, 2 Kazakhstan 8, 3 Hongrie 6, 4 Australie 4, 5 Espagne 2, 6 Afrique du Sud 0.

 

Demi-finales (19 mars à Ljubljana)

Ukraine - Kazakhstan 3-2 (0-1,2-0,1-1) [à Bled]
Slovénie - Lettonie 1-5 (0-3,1-1,0-1)

Finale (21 mars à Ljubljana)

Ukraine - Lettonie 0-2 (0-1,0-0,0-1)

Match pour la troisième place (21 mars à Ljubljana)

Slovénie - Kazakhstan 3-7 (0-3,0-1,3-3)

 

Barrage de maintien (match de classement pour la neuvième place, le 21 mars à Ljubljana)

Corée du Sud - Espagne 7-3 (1-1,2-1,4-1)

Ce match devait initialement déterminer l'équipe qui devrait repasser par une qualification, mais il sera finalement caduc car le Mondial C sera divisé en groupes C1 et C2.

 

Meilleurs marqueurs

                               B  A Pts
1 Sergejs Boldovesko    LET   13 11  24
2 Vadim Kulabukhov      UKR   16  7  23
3 Ramil Yuldashev       UKR   15  7  22
4 Aleksandrs Kercs      LET    8 13  21
5 Matjaz Kopitar        SLO   11  8  19

Meilleur gardien : Sergejs Naumovs (Lettonie).

Meilleur défenseur : Vadim Tunikov (Kazakhstan).

Meilleur attaquant : Ramil Yuldashev (Ukraine).

Trophée du fair-play : Afrique du Sud.

 

 

 

Qualifications pour le Mondial C

Groupe A (du 6 au 8 novembre 1992 à Riga, Lettonie)

Estonie - Lituanie 6-1 (2-1,1-0,3-0)
Lettonie - Lituanie 13-2 (6-0,1-1,6-1)
Lettonie - Estonie 6-3 (2-1,3-0,1-2)

Classement : 1 Lettonie 4, 2 Estonie 2, 3 Lituanie 0.

La Lettonie s'était ainsi qualifiée pour le Mondial C.

Meilleur marqueur : Igor Ossipenkov (Estonie), 5 points (3 buts, 2 assists).

 

Groupe B (du 6 au 8 novembre 1992 à Minsk, Belarus)

Kazakhstan - Ukraine 5-4 (2-0,2-2,1-2)
Belarus - Ukraine 1-4 (0-0,0-1,1-3)
Belarus - Kazakhstan 3-1 (2-0,0-1,1-0)

Classement : 1 Ukraine 2 (+2), 2 Kazakhstan 2 (-1, 6 buts marqués), 3 Belarus 2 (-1, 4 buts marqués).

Les trois plus grandes républiques se retrouvaient face-à-face à Minsk, et c'est le Belarus qui doit ronger son frein une année de plus avant de faire son entrée en championnat du monde, alors que l'Ukraine et le Kazakhstan se qualifient pour le Mondial C. Initialement inscrit dans ce groupe par l'IIHF, l'Azerbaïdjan, affilié mais sans équipe nationale, était forfait.

Meilleur marqueur : Evgeni Shastin (Ukraine), 4 points (1 buts, 3 assists).

 

Groupe C (les 7 et 8 novembre 1992 à Zagreb et Ljubljana)

Croatie - Slovénie 1-15 (0-5,1-4,0-6)
Slovénie - Croatie 7-2 (5-2,1-0,1-0)

La Slovénie s'était ainsi qualifiée pour le Mondial C. Le Luxembourg, initialement inscrit dans ce groupe, s'était désisté.

 

Groupe D (du 6 au 8 novembre 1992 à Ankara)

Turquie - Grèce 2-10 (0-4,2-2,0-4)
Grèce - Israël 2-8 (0-2,1-3,1-3)
Turquie - Israël 4-14 (1-7,0-4,3-3)

Classement : 1 Israël 4, 2 Grèce 2, 3 Turquie 0.

Israël s'était ainsi qualifié pour le Mondial C. L'Afrique du Sud, initialement inscrite dans ce groupe, s'était désistée.

 

 

L'année précédente (1992)

L'année suivante (1994)

 

Retour aux archives