Championnats du monde 1981

 

Mondial A (du 12 au 26 avril 1981 à Göteborg et Stockholm, Suède)

Groupe A (12, 13 et 15 avril à Stockholm)

URSS - Pays-Bas 10-1 (1-0,4-1,5-0)
Canada - Finlande 4-3 (2-0,0-0,2-3)
Pays-Bas - Canada 1-8 (0-2,0-2,1-4)
Finlande - URSS 1-7 (0-2,0-3,1-2)
URSS - Canada 8-2 (1-0,5-1,2-1)
Finlande - Pays-Bas 12-3 (1-1,8-1,3-1)

Classement : 1 URSS 6, 2 Canada 4, 3 Finlande 2, 4 Pays-Bas 0.

Humiliée aux Jeux Olympiques de Lake Placid par une bande d'universitaires américains, l'URSS doit retrouver sa crédibilité internationale, mais Boris Mikhaïlov, qui avait pris sa retraite internationale après la débâcle de 1980, refuse de revenir sur sa décision. Le Canada fait venir la légende québécoise Guy Lafleur, et l'entraîneur Don Cherry décide de l'aligner le soir même de son arrivée face aux Pays-Bas, un adversaire facile pour s'échauffer. Sauf que Lafleur est cueilli dès sa première présence par une tonitruante mise en échec de Rick van Gogh, un natif d'Edmonton naturalisé néerlandais. Il s'en remettra mais ne marquera qu'un seul but dans tout le tournoi.

 

Groupe B (12, 14 et 15 avril à Göteborg)

Tchécoslovaquie - États-Unis 11-2 (4-1,3-0,4-1)
Suède - Allemagne de l'ouest 4-2 (1-1,3-0,0-1)
Allemagne de l'ouest - Tchécoslovaquie 2-6 (1-1,0-2,1-3)
Suède - États-Unis 4-2 (1-1,1-1,2-0)
Allemagne de l'ouest - États-Unis 6-10 (3-2,3-2,0-6)
Suède - Tchécoslovaquie 3-3 (0-1,0-1,3-1)

Classement : 1 Tchécoslovaquie 5 (+13), 2 Suède 5 (+4), 3 États-Unis 2, 4 RFA 0.

La première compétition internationale des États-Unis depuis leur victoire olympique est particulièrement attendue. Le coach du miracle, Herb Brooks (Université de Minnesota), n'est plus là. Il a fait fructifier sa nouvelle renommée en organisant un camp d'été rassemblant près de deux mille jeunes hockeyeurs. Il est remplacé à la tête de la sélection par son grand rival (les deux hommes se détestent cordialement) Bob Johnson, coach de l'Université du Wisconsin et père du meilleur joueur américain à Lake Placid, Mark Johnson, toujours présent dans l'équipe. Mais les Américains prennent une douche froide d'entrée : 11-2 contre les Tchécoslovaques dans un match éclaboussé par la qualité de patinage et de tir du jeune ailier Jirí Lala, auteur de quatre buts. Pour les États-Unis, il n'est plus de question de miracle, mais de maintien, dont ils jettent les bases en se réveillant au troisième tiers contre les Allemands.

Ces derniers se sont ridiculisés d'entrée par leur méconnaissance des règles. Pour la première fois, les équipes peuvent amener trois gardiens aux championnats du monde. Le sélectionneur allemand Hans Rampf promet à Siegmund Suttner qu'il sera le numéro un, mais souhaite le ménager au premier match, avant qu'il joue le suivant. Seulement, le staff a mal lu le règlement : seuls les deux gardiens inscrits sur la première feuille de match peuvent jouer la suite de la compétition, le troisième ne servant que de recours en cas de blessure. La fédération veut que Suttner reste discret sur l'incident, mais celui-ci refuse. Il ne veut plus jamais remettre les pieds en équipe d'Allemagne et s'épanche dans l'Aktuelle Sportstudio, la grande émission sportive du samedi soir sur la ZDF.

 

 

Poule finale (18, 20, 22, 24 et 26 avril à Göteborg)

Rappel : URSS - Canada 8-1
         Suède - Tchécoslovaquie 3-3
Canada - Tchécoslovaquie 4-7 (1-4,2-1,1-2)
Suède - URSS 1-4 (0-0,0-2,1-2)
Suède - Canada 3-1 (0-1,2-0,1-0)
URSS - Tchécoslovaquie 8-3 (5-1,0-1,3-1)
Suède - Tchécoslovaquie 4-2 (2-1,1-0,1-1)
Canada - URSS 4-4 (2-1,1-3,1-0)
Tchécoslovaquie - Canada 4-2 (0-1,2-1,2-0)
Suède - URSS 1-13 (0-0,0-6,1-7)
Suède - Canada 4-3 (3-1,1-2,0-0)
Tchécoslovaquie - URSS 1-1 (0-1,1-0,0-0)

Classement (6 matches)

                   Pts   V  N  D   BP-BC  Diff
1 URSS              10   4  2  0   38-12  +26
2 Suède              7   3  1  2   16-26  -10
3 Tchécoslovaquie    6   2  2  2   20-22  -2
4 Canada             1   0  1  5   16-30  -14

Même s'il ne reste que Petrov de la "super-troïka" amputée de Kharlamov et Mikhaïlov, l'URSS s'est déjà trouvée une nouvelle première ligne au niveau de la précédente, avec Krutov, Larionov et Makarov en attaque (la "KLM"), Fetisov et Kasatonov en défense. Sa supériorité est démontrée par un 13-1 qui se passe de commentaires dans le match décisif pour l'attribution du titre face à la Suède. L'URSS redevient championne du monde et redore son blason.

Les louanges les plus inattendus, les Soviétiques les reçoivent de l'entraîneur canadien Don Cherry, pourtant europhobe réputé : "C'est la meilleure équipe russe que j'ai jamais vue. Ils sont meilleurs qu'avant parce qu'ils ont un truc nouveau en plus. Ils jouent avec émotion - ce type d'émotion forte que l'on s'attend à trouver chez les équipes professionnelles en finale de la Coupe Stanley.".

 

Poule de maintien (17, 19, 21, 23 et 25 avril à Göteborg)

Rappel : Finlande - Pays-Bas 12-3
         Allemagne de l'ouest - États-Unis 6-10
Pays-Bas - États-Unis 6-7 (3-2,1-4,2-1)
Finlande - Allemagne de l'ouest 6-3 (3-1,1-1,2-1)
Pays-Bas - Allemagne de l'ouest 2-9 (1-4,0-4,1-1)
Finlande - États-Unis 4-6 (1-1,2-2,1-3)
États-Unis - Allemagne de l'ouest 2-6 (0-3,1-0,1-3)
Finlande - Pays-Bas 4-2 (2-1,1-1,1-0)
États-Unis - Pays-Bas 7-3 (2-1,3-1,2-1)
Allemagne de l'ouest - Finlande 4-4 (0-3,2-1,2-0)
Allemagne de l'ouest - Pays-Bas 12-6 (2-2,3-1,7-3)
États-Unis - Finlande 3-3 (1-0,1-1,1-2)

Classement (6 matches)

                    Pts  V  N  D   BP-BC  Diff
1 États-Unis         9   4  1  1   35-28  +7
2 Finlande           8   3  2  1   33-21  +12
3 RFA                7   3  1  2   40-30  +10
4 Pays-Bas           0   0  0  6   22-51  -29

Les Pays-Bas sont relégués en groupe B. Ils ont été tout proches d'accrocher au moins un point dans l'élite mondiale car ils tenaient encore un score nul contre les Américains à onze secondes de la fin. Mais l'arbitre tchèque Miroslav Subrt les a sanctionnés d'un tir de pénalité pour avoir volontairement bougé leur cage, et le champion olympique Dave Christian les a alors privés d'exploit en marquant son troisième but du match.

 

 

Meilleurs marqueurs

                             B  A Pts  Pén
 1 Holger Meitinger    RFA   8 12  20   4'
 2 Ernst Höfner        RFA   9  5  14   6'
 3 Aleksandr Maltsev   URS   6  7  13   2'
 4 David Christian     USA   8  3  11   6'
 5 Vladimir Golikov    URS   6  5  11   2'
 6 Nikolaï Drozdetsky  URS   5  6  11   4'
 7 Jirí Lala           TCH   7  3  10   2'
 8 Vladimir Petrov     URS   4  6  10   6'
 9 Vladimir Krutov     URS   6  3   9   8'
10 Robert Miller       USA   5  4   9   4'
   Dave Debol          USA   5  4   9  14'

Meilleur gardien : Vladislav Tretiak (URSS).

Meilleur défenseur : Larry Robinson (Canada).

Meilleur attaquant : Aleksandr Maltsev (URSS).

Équipe-type élue par les journalistes : Peter Lindmark (SUE) ; Valeri Vassiliev (URSS) - Larry Robinson (CAN) ; Sergueï Kapustin (URSS) - Aleksandr Maltsev (URSS) - Sergueï Makarov (URSS).

Trophée du fair-play : Tchécoslovaquie.

Meilleure équipe en supériorité : Suède (30,5 %).

Meilleure équipe en infériorité : Suède (96,2 %).

 

 

 

Mondial B (20, 21, 23, 24, 26, 28 et 29 mars 1981 à Selva di Val Gardena, Italie)

Allemagne de l'est - Japon 4-3 (0-2,0-0,4-1)
Roumanie - Pologne 5-6 (2-3,2-2,1-1)
Suisse - Norvège 5-2 (3-1,1-0,1-1)
Italie - Yougoslavie 6-4 (2-1,4-2,0-1)

Suisse - Pologne 3-3 (2-1,0-2,1-0)
Japon - Norvège 0-2 (0-1,0-0,0-1)
Allemagne de l'est - Yougoslavie 11-3 (4-0,3-0,4-3)
Italie - Roumanie 3-2 (0-0,2-1,1-1)

Roumanie - Allemagne de l'est 1-6 (0-1,0-0,1-5)
Pologne - Norvège 13-4 (2-2,6-2,5-0)
Japon - Yougoslavie 7-3 (1-2,4-0,2-1)
Italie - Suisse 4-2 (0-1,3-1,1-0)

Japon - Pologne 2-11 (1-4,0-6,1-1)
Yougoslavie - Roumanie 3-2 (1-1,1-1,1-0)
Italie - Norvège 6-1 (2-0,3-1,1-0)
Suisse - Allemagne de l'est 2-1 (0-0,1-1,1-0)

Yougoslavie - Suisse 4-4 (1-3,2-0,1-1)
Roumanie - Japon 5-1 (3-0,1-1,1-0)
Norvège - Allemagne de l'est 3-6 (2-3,1-0,0-3)
Italie - Pologne 4-1 (2-1,1-0,1-0)

Norvège - Yougoslavie 6-2 (3-0,2-0,1-2)
Suisse - Roumanie 8-3 (3-1,3-0,2-2)
Allemagne de l'est - Pologne 3-7 (1-2,1-2,1-3)
Italie - Japon 9-2 (5-0,3-2,1-0)

Yougoslavie - Pologne 4-8 (1-1,1-5,2-2)
Norvège - Roumanie 3-7 (1-2,2-4,0-1)
Suisse - Japon 4-3 (1-0,0-3,3-0)
Italie - Allemagne de l'est 6-6 (2-2,2-2,2-2)

Classement (7 matches)

                   Pts   V  N  D   BP-BC  Diff
1 Italie            13   6  1  0   38-18  +20
2 Pologne           11   5  1  1   49-25  +24
3 Suisse            10   4  2  1   28-20  +8
4 RDA                9   4  1  2   37-25  +12
5 Roumanie           4   2  0  5   25-30  -5
6 Norvège            4   2  0  5   21-39  -18
7 Yougoslavie        3   1  1  5   23-44  -21
8 Japon              2   1  0  6   18-38  -20

L'Italie suit "l'exemple" des Pays-Bas et se renforce de Canadiens d'ascendance italienne, comme Wayne Bianchin qui jouait encore l'année précédente en NHL. Elle réussit ainsi le même parcours avec une progression fulgurante du groupe C jusqu'au groupe A, via deux montées consécutives. La Yougoslavie et le Japon sont relégués en groupe C.

 

Meilleurs marqueurs

                             B  A Pts
 1 Wieslaw Jobczyk     POL  12  7  19
 2 Detlef Radant       RDA   6  7  13
 3 Cary Farelli        ITA   7  5  12
 4 Wayne Bianchin      ITA   3  9  12
 5 Andrzej Zabawa      POL   9  3  12
 6 Rick Bragnalo       ITA   4  7  11
 7 Leszek Kokoszka     POL   8  1   9
 8 Bogdan Dziubinski   POL   5  4   9
 9 Traian Cazacu       ROU   4  4   8
10 Giovanni Conte      SUI   3  5   8

Trophée du fair-play : Norvège.

 

 

 

Mondial C (6, 7, 9, 10, 12, 13 et 15 mars 1981 à Pékin, Chine)

Autriche - Corée du nord 10-0 (4-0,2-0,4-0)
Hongrie - Grande-Bretagne 8-0 (2-0,3-0,3-0)
France - Bulgarie 7-0 (5-0,1-0,1-0)
Chine - Danemark 5-1 (2-0,1-0,2-1)

Grande-Bretagne - France 2-11 (0-4,1-4,1-3)
Chine - Bulgarie 6-2 (3-1,1-1,2-0)
Corée du nord - Danemark 5-9 (0-1,2-4,3-4)
Autriche - Hongrie 7-0 (3-0,2-0,2-0)

Hongrie - Corée du nord 10-3 (1-0,7-1,2-2)
Danemark - Bulgarie 4-6 (1-0,1-3,2-3)
France - Autriche 1-7 (0-2,0-4,1-1)
Chine - Grande-Bretagne 12-2 (2-0,6-1,4-1)

Hongrie - France 11-6 (5-2,1-2,5-2)
Corée du nord - Bulgarie 2-9 (0-2,1-1,1-6)
Grande-Bretagne - Danemark 2-13 (1-5,1-4,0-4)
Chine - Autriche 0-3 (0-0,0-1,0-2)

Bulgarie - Grande-Bretagne 4-2 (2-1,1-0,1-1)
France - Corée du nord 17-1 (4-1,5-0,8-0)
Autriche - Danemark 4-2 (1-2,2-0,1-0)
Chine - Hongrie 3-1 (1-1,2-0,0-0)

Chine - France 10-3 (2-2,5-0,3-1)
Grande-Bretagne - Corée du nord 1-5 (0-1,0-2,1-2)
Hongrie - Danemark 2-2 (0-0,1-1,1-1)
Autriche - Bulgarie 5-0 (1-0,2-0,2-0)

Autriche - Grande-Bretagne 7-2 (1-1,3-0,3-1)
Bulgarie - Hongrie 1-6 (0-0,0-3,1-3)
France - Danemark 3-5 (0-0,2-2,1-3)
Chine - Corée du nord 10-2 (3-1,3-1,4-0)

Classement (7 matches)

                   Pts   V  N  D   BP-BC  Diff
1 Autriche          14   7  0  0   43-5   +38
2 Chine             12   6  0  1   46-14  +32
3 Hongrie            9   4  1  2   38-22  +16
4 Danemark           7   3  1  3   36-27  +9
5 France             6   3  0  4   48-36  +12
6 Bulgarie           6   3  0  4   22-32  -10
7 Corée du nord      2   1  0  6   18-66  -48
8 Grande-Bretagne    0   0  0  7   11-60  -49

Ce Mondial C à Pékin est un succès inégalé avec une moyenne de dix mille spectateurs. Forte de ce succès populaire, l'équipe chinoise, au jeu très rapide, parvient à monter dans le groupe B en compagnie de l'Autriche. Chez celle-ci, le nouvel entraîneur suisse Rudolf Killias entame un excellent mandat alors qu'il trouve des conditions bien moins faciles que dans son pays d'origine, avec une formation des joueurs et des entraîneurs presque au point mort, 3000 licenciés et seulement une douzaine de patinoires couvertes.

Sans préparation digne de ce nom (Den Bosch et Caen avaient remplacé comme adversaires la Hongrie et la Roumanie...), les Français n'arrivent pas à sortir du train-train de leur championnat, ne vont pas assez au contact, et sont surpris par l'engagement de leurs adversaires.

 

Meilleurs marqueurs

                              B  A Pts  Pén
 1 André Péloffy        FRA   7  8  15   6'
 2 Xiguang Chen         CHI  10  4  14   6'
 3 Richard Cunningham   AUT  11  5  16  12'
 4 Chungjiang Wang      CHI   9  7  16   0'
 5 Frits Nielsen        DAN   3  7  10   2'
 6 Guy Dupuis           FRA   7  2   9   4'
 7 Thomas Cijan         AUT   6  3   9  14'
 8 Jingang Wong         COR   4  5   9   4'
 9 Garry Brown          FRA   3  6   9   2'
10 Per V. Jacobsen      DAN   8  0   8  10'
11 Marc Audisio         FRA   7  1   8   4'

Équipe-type : Robert Mak (AUT) ; Youke Yang (COR. N.) - Walter Schneider (AUT) ; Rick Cunningham (AUT) - André Péloffy (FRA) - Xiguang Chen (CHI).

Trophée du fair-play : Grande-Bretagne.

 

 

Les précédents championnats du monde (1979)

Les championnats du monde suivants (1982)

 

Retour aux archives