Championnats du monde 1957

 

Après les JO de Cortina, les Canadiens avaient envisagé de mettre sur pied une véritable équipe nationale, au lieu d'envoyer une équipe de club, afin d'affirmer leur suprématie en terrain ennemi, à Moscou. Mais les circonstances politiques vont se mêler de ces premiers championnats du monde organisés en URSS.

En 1956, l'insurrection de la Hongrie, qui semblait aboutir au retrait de ce pays du Pacte de Varsovie, est étouffée dans le sang par les blindés soviétiques. La répression meurtrière de Budapest déclenche la réprobation quasi-unanime de la communauté internationale. Répercussion quelques mois plus tard, le Canada et les États-Unis refusent de se rendre à Moscou, bientôt imités par la Norvège, l'Allemagne de l'ouest, l'Italie et la Suisse. Du coup, l'Allemagne de l'est participe pour la première fois.

 

24 février
Finlande - Pologne 5-3 (2-1,1-1,2-1)
Tchécoslovaquie - Autriche 9-0 (4-0,2-0,3-0)
Suède - Allemagne de l'est 11-1 (5-0,5-0,1-1)
URSS - Japon 16-0 (4-0,6-0,6-0)

25 février
Tchécoslovaquie - Allemagne de l'est 15-1 (6-1,5-0,4-0)
Suède - Pologne 8-3 (1-1,3-0,4-2)
URSS - Finlande 11-1 (4-0,4-0,3-1)
26 février
Autriche - Japon 3-3 (2-0,0-3,1-0)

27 février
Pologne - Japon 8-3 (3-0,2-1,3-2)
Finlande - Allemagne de l'est 5-3 (3-1,1-1,1-1)
URSS - Autriche 22-1 (9-0,10-0,3-1)
Suède - Tchécoslovaquie 2-0 (0-0,1-0,1-0)

28 février
Tchécoslovaquie - Finlande 3-0 (0-0,1-0,2-0)
URSS - Pologne 10-1 (1-0,4-1,5-0)
1er mars
Allemagne de l'est - Japon 9-2 (3-0,2-1,4-1)
Suède - Autriche 10-0 (3-0,2-0,5-0)

2 mars
Finlande - Autriche 9-2 (4-2,4-0,1-0)
Allemagne de l'est - Pologne 6-2 (2-1,3-0,1-1)
Suède - Japon 18-0 (5-0,10-0,3-0)
URSS - Tchécoslovaquie 2-2 (0-0,1-1,1-1)

3 mars
Pologne - Autriche 5-1 (3-0,1-1,1-0)
4 mars
Tchécoslovaquie - Japon 25-1 (11-0,7-0,7-1)
Suède - Finlande 9-3 (2-1,3-1,4-1)
URSS - Allemagne de l'est 12-0 (1-0,5-0,6-0)

5 mars 
Allemagne de l'est - Autriche 3-1 (0-1,1-0,2-0)
Finlande - Japon 5-2 (0-1,3-1,2-0)
Tchécoslovaquie - Pologne 12-3 (3-1,6-1,3-1)
URSS - Suède 4-4 (0-2,4-0,0-2)

Classement (7 matches)

                   Pts   V  N  D   BP-BC  Diff
1 Suède             13   6  1  0   62-11  +51
2 URSS              12   5  2  0   77-9   +68
3 Tchécoslovaquie   11   5  1  1   66-9   +57
4 Finlande           8   4  0  3   28-33  -5
5 RDA                6   3  0  4   23-48  -25
6 Pologne            4   2  0  5   25-45  -20
7 Autriche           1   0  1  6    8-61  -53
8 Japon              1   0  1  6   11-84  -73

Le froid qui règne à Moscou permet d'envisager de disputer les rencontres en extérieur, en installant de la glace sur des terrains de football. Le match Suède-Tchécoslovaquie se déroule ainsi dans le stade du Dynamo, devant 34000 spectateurs. Mais pour le match décisif du tournoi mondial entre l'URSS et la Suède, cette enceinte est encore insuffisante. On fait donc disputer cette finale de fait dans le stade Lénine du parc Luzhniki. Les 50000 ou 65000 spectateurs recensés en cette occasion constituent un record mondial pour un match de hockey sur glace au vingtième siècle.

Ce match de 1957 est quand même d'abord un évènement sportif, puisque le titre mondial est en jeu. La Suède est en position de force, car elle a réalisé une démonstration tactique contre la Tchécoslovaquie, remportant le match 2-0 avec comme héros Vilgot Larsson : ce défenseur réputé pour son excellent patinage arrière a fait une... tête (!) pour arrêter un palet, une action pour le moins téméraire qui lui vaudra quelques points de suture (on jouait alors sans casque) et le rendra célèbre. Contre ce même adversaire, les Soviétiques n'ont obtenu qu'un match nul, arraché à quatre minutes de la fin par Guryshev.

Les Scandinaves mènent 2-0 à l'issue du premier tiers-temps. Mais à la reprise, les Soviétiques haussent le rythme et font craquer la défense suédoise jusqu'alors imprenable, en lui passant quatre buts. La hiérarchie semble rétablie mais la Tre Kronor revient à la marque au troisième tiers, grâce à des buts d'Eilert Määttä et d'Erling (Eje) Lindström, qui signe là un doublé. Malgré dix dernières minutes d'intense pression sur la cage d'un Thord Flodqvist en transe, et même si elle sort son gardien pour un sixième joueur de champ en fin de match, une première et un fait très rare à l'époque dans le monde du hockey, l'URSS ne peut prendre l'avantage.

Ce deuxième titre mondial de la Suède est sans doute plus valorisant que le premier, obtenu en 1953 dans un championnat du monde tronqué. Certes, ce tournoi-ci a été dévalorisé par les absences, mais battre l'URSS chez elle est déjà un exploit, car tout le monde l'avait donnée grande favorite après les forfaits des Nord-Américains, en oubliant peut-être que ses joueurs-cadres historiques commencent à prendre de l'âge. Le public soviétique ne s'y trompe pas et fait une ovation aux joueurs suédois, notamment à Sven "Tumba" Johansson, pour la qualité de leur jeu.

 

Meilleurs marqueurs

                             B  A Pts
 1 Konstantin Loktev   URS  11  7  18
 2 Nils Nilsson        SUE  10  6  16
 3 Roland Petersson    SUE   9  7  16
 4 Vsetvolod Bobrov    URS  13  1  14
 5 Alekseï Guryshev    URS   8  5  13
 6 Nikolaï Sologubov   URS   9  3  12
 7 Sven Johansson      SUE   7  5  12
 8 Nikolaï Khlistov    URS   4  8  12
 9 Miroslav Vlach      TCH   9  2  11
10 Erling Lindström    SUE   8  3  11

Meilleur gardien : Karel Straka (Tchécoslovaquie).

Meilleur défenseur : Nikolaï Sologubov (URSS).

Meilleur attaquant : Sven "Tumba" Johansson (Suède).

 

 

Les précédents championnats du monde "seuls" (1955)

Les Jeux Olympiques 1956 (qui comptent également comme championnats du monde)

Les championnats du monde suivants (1958)

 

Retour aux archives