Championnats du monde 1931

 

La ville de cure de Krynica, située dans les Carpates au sud de la Pologne, accueille les championnats du monde sur une nouvelle patinoire (à ciel ouvert) de 60 x 40 m, inaugurée deux mois plus tôt, avec des tribunes de trois mille places. En décembre 1930, la première patinoire couverte du pays (la Torkat) a ouvert à deux cents kilomètres de là, à Katowice. Cette solution de repli en cas de mauvais temps était une condition pour l'organisation de la compétition, pour ne pas vivre la même situation que l'année précédente à Chamonix.

En raison de ses relations politiques tendues avec la Pologne dues au corridor de Dantzig, l'Allemagne est forfait pour le tournoi, de même que la Suisse dont beaucoup de joueurs n'ont pas été libérés par leurs employeurs.

Les États-Unis ont aussi failli déclarer forfait : le Boston Hockey Club, choisi par le président de l'A.A.U. (la fédération américaine du sport amateur) Avery Brundage pour représenter son pays, annonce qu'il n'a pu rassembler assez d'argent pour le voyage. Mais le soir même, Charles Adams, le propriétaire des Boston Bruins (NHL), fait savoir qu'il prendra toutes les dépenses à sa charge.

 

Premier tour (1er février 1931)

Tchécoslovaquie - Hongrie 4-1 (2-0,1-1,1-0)
  Dorasil 2, Tozicka, Hromádka / Miklós
Autriche - Grande-Bretagne 1-0 a.p. (0-0,0-0,0-0,1-0)
  Brück

Après un voyage éreintant, les Britanniques sont cueillis à froid d'entrée par l'Autriche.

 

Deuxième tour (2 février 1931)

Canada - France 9-0 (1-0,4-0,4-0) [le 1er février]
  McCallum 2, Morris, Watson 4, McKenzie 2
Pologne - Tchécoslovaquie 1-4 (0-0,0-3,1-1)
  Tupalski / Malecek 3, Tozicka
Suède - Autriche 3-1 (0-1,2-0,1-0)
  Linde 2, Lindgren / Tatzer
États-Unis - Roumanie 15-0 (7-0,5-0,3-0)
  Anderson 3, Smith 3, Ramsey 3, Sanford 2, Thayer, Shepler, Dagnino, Elliot

C'est la première participation à une compétition internationale pour la Roumanie, dont plusieurs joueurs ont appris le hockey en étudiant à l'étranger. Parmi eux, le comte Constantin Cantacuzino, qui a découvert ce sport à Vienne et a joué deux saisons en Suisse à Rosey. Playboy charismatique et bon vivant, il deviendra célèbre comme pilote pour ses acrobaties aériennes et abattra nombre d'avions des deux camps pendant la seconde guerre mondiale (la Roumanie quittant l'Axe pour rejoindre les Alliés en 1944). Les Américains leur donnent une véritable leçon de hockey, et s'arrêtent à 15-0 au grand soulagement des organisateurs dont le tableau d'affichage n'avait pas prévu de score supérieur. À la fin de la rencontre, le capitaine roumain Cantacuzino, surnommé "Bâzu", demande aux arbitres d'inscrire sur la feuille de match officielle ce message : "Merci d'avoir joué contre nous, nous avons beaucoup appris."

 

Barrages (3 février 1931)

Autriche - Roumanie 7-0 (4-0,0-0,3-0)
  Göbel, Brück, Demmer, Tatzer, Brück, Dietrichstein, Kirchberger
Pologne - France 2-1 a.p. (1-0,0-0,0-1,0-0,1-0)
  Kowalski, Tupalski (Sokolowski) / Delesalle

C'est la dernière chance pour les perdants du deuxième tour de se qualifier pour la finale, et la Pologne et l'Autriche la saisissent.

 

 

Poule finale (du 4 au 8 février 1931)

États-Unis - Autriche 2-1 (2-0,0-1,0-0)
  Shefler, Elliott (Dagnino) / Tatzer
Canada - Tchécoslovaquie 2-0 (1-0,0-0,1-0)
  McVey, Watson
Pologne - Suède 2-0 (1-0,0-0,1-0)
  Krygier

Tchécoslovaquie - Autriche 2-1 (2-0,0-0,0-1)
  Malecek, Hromádka / Demmer
États-Unis - Suède 3-0 (3-0,0-0,0-0)
  Smith, Ramsey 2
Pologne - Canada 0-3 (0-3,0-0,0-0)
  Hill, Williamson, Morris

États-Unis - Tchécoslovaquie 1-0 (0-0,1-0,0-0)
  Smith (Ramsey)
Suède - Canada 0-0 (0-0,0-0,0-0)
Pologne - Autriche 1-2 (0-0,1-0,0-2)
  Materski / Demmer, Göbel

Suède - Tchécoslovaquie 1-0 (0-0,0-0,1-0)
  Gustaf "Lulle" Johansson
Canada - Autriche 8-0 (0-0,7-0,1-0)
  Watson 2, Williamson, Morris 2, Pidcock 2, Hill
Pologne - États-Unis 0-1 (0-0,0-1,0-0)
  Dagnino (Ramsey)

Autriche - Suède 1-0 (0-0,1-0,0-0)
  Lederer
Pologne - Tchécoslovaquie 0-0 (0-0,0-0,0-0)
Canada - États-Unis 2-0 (1-0,0-0,1-0)
  Watson, Morris

Classement : 1 Canada 9, 2 États-Unis 8, 3 Autriche 4, 4 Pologne 3 (-3, 3 buts marqués), 5 Tchécoslovaquie 3 (-3, 2 buts marqués), 6 Suède 3 (-5).

Même si leur gardien Art Puttee n'a pas encaissé le moindre but de tout le tournoi, les Manitoba Grads (les "diplômés" de l'Université du Manitoba) ont lâché un point contre la Suède. Ils se doivent de gagner contre les Américains emmenés par Charles Ramsey pour garder le titre mondial au Canada. Le 2-0 est inscrit à cinq secondes de la fin par Frank Morris, qui travaille à Londres pour la célèbre Compagnie de la Baie d'Hudson (HBC), mais le but décisif est auparavant marqué après neuf minutes de jeu par le joueur-vedette Blake Watson, étudiant en médecine qui avait remporté la Coupe Allan et la Coupe Memorial en 1923 avec déjà Puttee dans les cages. Cela fait plusieurs années que le Docteur Watson, rapide attaquant à la technique assurée, se joue de ses adversaires européens avec toute sa classe, puisque, après Vienne, il a rejoint le LTC Prague, contribuant plus que quiconque au développement du hockey sur le Vieux Continent. Il jouera encore deux ans avec les Grasshoppers de Zurich avant de retraverser l'Atlantique et de devenir un gynécologue réputé à Hollywood et consulté par Greta Garbo et Rita Hayworth.

 

Poule pour la septième place (du 4 au 7 février 1931)

Hongrie - Grande-Bretagne 3-1 (2-1,1-0,0-0)
  Minder, Jeney, Weiner / Magwood
France - Roumanie 7-1 (3-0,2-0,2-1)
  Quaglia 3, Muntz (Quaglia), Hassler (Quaglia), R. Couvert, Delesalle
Hongrie - Roumanie 9-1 (4-0,3-0,2-1)
  Wiener 3, Jeney 2, Miklós, Bethlen, Minder, Blazejovski / Botez
Grande-Bretagne - France 2-1 (0-0,0-1,2-0)
  Carr-Harris, Magwood / Muntz
Grande-Bretagne - Roumanie 11-0 (3-0,3-0,5-0)
  Magwood 3, Carr-Harris 3, Melland 3, Erhardt 2
Hongrie - France 1-0 (0-0,0-0,1-0)
  Minder

Classement : 1 Hongrie 6, 2 Grande-Bretagne 4, 3 France 2, 4 Roumanie 0.

Alecsandru Botez marque les deux premiers buts de la jeune histoire internationale de la Roumanie.

 

Trophée du fair-play : Autriche.

 

 

Les précédents championnats du monde (1930)

Les Jeux Olympiques 1932 (qui comptent également comme championnats du monde)

Les championnats du monde "seuls" suivants (1933)

 

Retour aux archives