Grenoble - Briançon (27 mars 2009)

 

Ligue Magnus - Finale - Match n░3.

En remportant mercredi la deuxième manche de la finale dans l'antre des Diables Rouges, les Brûleurs de Loups ont repris la main dans la série. L'équation est simple : si Grenoble remporte ses deux matchs à domicile, alors la Coupe Magnus s'installera sur les bords de l'Isère. Pour Briançon en revanche, l'objectif est de remporter au moins une rencontre à Pôle Sud pour retourner disputer une cinquième manche décisive dans les Hautes-Alpes. Bref la rencontre de ce soir est capitale pour la suite de la série puisque le vainqueur aura l'occasion de décrocher le titre dès demain. Les débats s'annoncent musclés.

Grenoble plie mais ne rompt pas

Briançon prend le meilleur départ. Manavian se fait sanctionner après seulement une minute de jeu pour avoir accroché Edo Terglav, auteur d'une bonne conduite de palet dans la zone offensive. Une faute peu évidente de Rouleau dans un duel contraint les Brûleurs de Loups à évoluer à trois contre cinq dès les premiers instants de la partie. L'occasion est belle pour les visiteurs d'ouvrir le score mais la défense grenobloise tient le choc à l'image d'Eddy Ferhi qui s'interpose sur un puissant lancer de Groleau. La première occasion grenobloise sera à mettre à l'actif de Forsander mais le lancer de l'attaquant suédois n'est pas cadré. Dans la foulée de leur avantage numérique, les Diables Rouges monopolisent la rondelle et effectuent une grosse pression devant la cage de Ferhi. Un tir de Szelig de la bleue est dévié tandis que Chauvel manque le coche en bonne position devant la cage grenobloise. Briançon multiplie les mises en échec, tentant de s'imposer physiquement dans la rencontre.

Une pénalité sévère à l'encontre de Johan Larsson donne le ton d'une rencontre où M. Barbez se montre intransigeant dès que la crosse est portée trop haut dans le but d'accrocher. Pour leur premier power-play de la rencontre, les Grenoblois installent bien leur jeu de puissance avec notamment deux gros slap d'Amar à la ligne bleue, repoussés avec difficulté par Satosaari. Sur un palet relâché par ce dernier, Damien Fleury est en excellente position pour reprendre le rebond mais il met le palet au-dessus. Un lancer de Manavian trouve Satosaari sur sa trajectoire mais la bonne période grenobloise est interrompue par une pénalité contre Krayzel. Les Diables Rouges mettent la pression sur Ferhi : Dufour, démarqué devant la cage, ne parvient pas à tromper Ferhi du revers alors que Marton Vas échoue à son tour à bout portant. Un grand Ferhi permet à Grenoble de rester à égalité à la pause, tandis que Fleury fait admirer sa technique avec un joli tir en pivot dans les ultimes secondes du tiers.

Une affaire de supériorités numériques

Si la première période s'était plutôt bien terminée pour Briançon, la suivante commence en revanche plutôt mal. Szelig accroche Krayzel et offre à Grenoble une nouvelle supériorité numérique. Les Brûleurs de Loups portent très vite le danger devant la cage de Satosaari par Rouleau sur un slap mais Briançon parvient à se dégager. Sur un tir de Krayzel stoppé par Satosaari, Milovanovic commet un cinglage laissant ses coéquipiers à trois sur la glace. L'occasion est belle pour Grenoble : Broz décale Bergström qui s'avance et place un tir au ras du poteau qui ne laisse aucune chance à Satosaari (1-0, 23'22"). Dans la foulée de l'ouverture du score, les hommes de Mats Lusth essaient d'enfoncer le clou à cinq contre quatre. Bergström puis Wallin, en bons canonniers à la ligne bleue, bombardent le portier briançonnais mis sous pression.

Le 2-0 n'est pas loin et Grenoble poursuit sa domination jusqu'à ce que Ludek Broz soit à son tour victime de la sévérité de M. Barbez. Les locaux commencent à subir même si Jan Hammar place un contre rapide conclu par un tir non cadré. Groleau fait office d'artificier à la ligne bleue sur le power-play et Ferhi doit s'employer pour détourner les tirs du défenseur briançonnais. Briançon est tout près de se faire contrer par Forsander mais le palet revient vite devant Ferhi et plus précisément dans la crosse de Brice Chauvel qui bute sur le portier international. S'ensuit un petit brassage devant la cage, signe de la tension qui monte dans la rencontre. Avant la fin du power-play, Tartari rejoint Broz en prison pour une faute encore une fois plutôt discutable, offrant ainsi un 5 contre 3 à Briançon. Cette fois, les Diables Rouges saisissent leur chance et Balazs Ladanyi profite du trafic devant la cage de Ferhi pour placer un lancer victorieux (1-1, 30'04").

Briançon maîtrise désormais les débats d'autant que Nilsson est envoyé à son tour en prison. La pression est énorme sur la cage grenobloise, la défense locale est mise à mal mais Ferhi, héroïque, se sort de ce mauvais passage sans prendre de but. Le vent tourne enfin en faveur de Grenoble avec une obstruction d'Owen sur Krayzel. Quelques instants plus tard, Anders Nilsson est sonné suite à un contact avec... Alexandre Rouleau. Les débats sont âpres derrière la cage de Satosaari mais c'est ce dernier qui se fait sanctionner par l'arbitre pour avoir dissimulé le palet. Passablement irrité, le portier briançonnais reste malgré tout concentré en stoppant un tir de Krayzel sur l'engagement. Grenoble ne tirera pas profit de ces deux power-play successifs, malgré une bonne opportunité de Mitja Sivic. La fin du tiers est compliquée pour les coéquipiers de Baptiste Amar qui finissent à trois contre cinq suite à un cross check de Masa en zone offensive et à une charge genou contre genou de Rouleau sur Terglav, lequel sort de la glace en titubant. Mais à l'exception d'un tir de Vas au-dessus, Ferhi n'est guère inquiété jusqu'au coup de sirène.

Une indiscipline qui coûte cher à Briançon

Briançon débute la troisième période à cinq contre trois. Pas étonnant dès lors de voir les Diables Rouges se ruer à l'attaque. Le palet circule bien dans la zone grenobloise, Ladanyi s'avance et place un lancer sous la barre mais le palet ressort aussitôt et personne ne signale le but, y compris les arbitres. Un but briançonnais à ce moment du match aurait pu faire basculer la rencontre mais les deux équipes restent dos-à-dos et Grenoble finit de tuer l'infériorité numérique. Le K.O. semble proche d'un côté comme de l'autre et l'importance du prochain but est évidente. Un tir de Manavian est repoussé du bouclier par Satosaari tandis que le duo Terglav - Dufour s'approche très près des buts de Ferhi.

Une première pénalité de Roussin sera la première d'une longue série fatale aux Diables Rouges. Car Brian Lee va suivre rapidement son coéquipier en prison pour une charge derrière les buts sur Ludek Krayzel. Grenoble bénéficie à son tour d'une double supériorité numérique mais se montre trop statique pour faire la décision. Masa devant la cage de Briançon butte sur Satosaari puis Rouleau échoue de loin. Roussin en profite pour s'enhardir mais sa contre-attaque échoue sur Ferhi. Deuxième chance pour Grenoble, avec cette fois Chauvel sanctionné pour une obstruction sur Manavian. Les fautes s'enchaînent chez les Diables devenus nerveux avec une minute plus tard une obstruction de Milovanovic sur une contre-attaque de Masa. Le pression grenobloise est énorme sur le but de Satosaari qui s'impose avec brio sur un tir de Rouleau alors que Broz trouve une passe géniale pour Forsander qui est tout près de reprendre au second poteau.

La cinquième pénalité sera la bonne pour Grenoble : une crosse haute superflue de Brian Lee le long de la bande et Briançon prolonge son bail à trois contre cinq. Calle Bergström règle de nouveau la mire et signe un doublé personnel, le palet passant une nouvelle fois sous le bras de Satosaari (2-1, 50'54"). Briançon accuse le coup, Masa et Sivic profitent de la période de flottement des Diables Rouges pour menacer Satosaari. Finalement, les hommes de Luciano Basile auront leur chance de revenir suite à des pénalités de Wallin et Krayzel en fin de partie. Mais sur les deux power-plays, les Haut-Alpins se montrent peu efficaces avec des passes mal assurées, à l'inverse du killing-play grenoblois, remarquablement bien organisé. Ladanyi, l'attaquant briançonnais le plus en vue ce soir, est contré à plusieurs reprises dans ses tentatives. Les défenseurs grenoblois se sacrifient, Ferhi tient bon, les minutes passent : Grenoble tient son succès. La sortie de Satosaari dans les ultimes secondes ne changera rien si ce n'est qu'elle permettra à Jan Hammar de marquer en cage vide à trois secondes de la fin après avoir effectué un joli tir en pivot le long de la bande en zone neutre (3-1, 59'57"). Satosaari, excédé par les décisions arbitrales, fera connaître son opinion à M. Barbez et écopera de dix minutes de méconduite avant de rentrer au vestiaire.

Les Brûleurs de Loups ont remporté une manche longtemps indécise qui n'a choisi son vainqueur qu'à dix minutes de la fin. Les unités spéciales auront été un facteur déterminant dans cette rencontre avec beaucoup de pénalités sifflées par l'intransigeant M. Barbez et peu de phases de jeu à cinq contre cinq. Avec au total près d'un tiers-temps entier disputé en supériorité, Briançon n'a marqué qu'une seule fois et pourra regretter après coup que le deuxième but de Ladanyi n'ait pas été vu par l'arbitre.

Grenoble, pour sa part, a dû recourir à deux doubles avantages numériques pour faire la différence. Pas forcément très glorieux non plus. Du coup, les stars du jour se nomment Ferhi, très sûr, et surtout Satosaari qui a été par moments bombardé par les Grenoblois. N'oublions pas non plus le killing play, très bien en place de part et d'autre. Sur le plan individuel, Calle Bergström, auteur d'un doublé, trouve enfin l'efficacité au bon moment avec son tir de mule. Sa montée en puissance depuis le début des play-offs se confirme. Côté briançonnais, Balazs Ladanyi s'est plus illustré que Dufour ou Terglav, ce dernier étant incertain pour le match de demain suite à deux chocs dont un au genou semble-t-il assez sérieux. Cette manche-là s'est jouée sur quelques détails, Grenoble prend la tête dans la série et peut s'offrir le titre demain. Toujours est-il que les deux équipes savent ce qui leur reste à travailler d'ici là : le power-play et...la discipline !

Désignés meilleurs joueurs du match : Calle Bergström (Grenoble) et Tommi Satosaari (Briançon).

Compte-rendu signé Christophe Laparra

 

Commentaires d'après-match (d'après Le Dauphiné Libéré) :

Eddy Ferhi (gardien de Grenoble) : "Calle [Bergström] est fantastique dans ces play-offs. Il monte en puissance, il reste très solide défensivement. Il s'occupe beaucoup des rebonds devant moi. Il mérite qu'on parle de lui. Et le prix de ce soir est mérité. [...] Chaque match est accroché et je ne m'attendais pas à autre chose. C'est une finale digne de ce nom, engagée et énorme... Un vrai régal pour le public. L'arbitre a été généreux, et ce des deux côtés. Les unités spéciales sont les facteurs clés de cette finale. Mais attention, tout peut changer très vite. On a pris une longueur d'avance et on ne veut surtout pas retourner là-bas."

Calle Bergström (défenseur de Grenoble) : "J'espère qu'on va fêter ça devant notre public ! Il y avait beaucoup de pression et les power-plays ont été importants. C'était un match pour les costauds. En play-offs, on sait élever notre niveau. C'est ce qu'on attend tout au long de la saison [...] C'est comme ça depuis tout petit. Quand j'étais jeune, je shootais tout le temps !"

Sébastien Rohat (attaquant de Briançon) : "Jusqu'à la fin du deuxième tiers, le match se tient et les deux équipes ont leur chance à tour de rôle. On joue tout le troisième tiers en infériorité : on joue au hockey, on ne fait pas du tricot ou du curling ; il ne faut pas s'étonner que l'équipe de France prenne des branlées au niveau international si on n'a pas le droit de se toucher. On veut revenir chez nous."

 

Grenoble - Briançon 3-1 (0-0, 1-1, 2-0)

Vendredi 27 mars 2009 à 20h00 à la patinoire Pôle Sud de Grenoble. 3500 spectateurs.

Arbitrage de Nicolas Barbez assisté d'Éric Bouguin et Pierre Dehaen.

Pénalités : Grenoble 20' (6', 10', 4'), Briançon 40' (4', 6', 10'+10'+10').

Tirs cadrés : Grenoble 41 (11, 17, 13), Briançon 26 (13, 8, 5).

Engagements gagnés : Grenoble 41 (15, 14, 12), Briançon 34 (9, 15, 10).

Évolution du score :

1-0 à 23'22" : Bergström assisté de Broz et Krayzel (double sup. num.)

1-1 à 30'04" : Ladanyi assisté de Milovanovic et Vas (sup. num.)

2-1 à 50'54" : Bergström assisté de Broz et Rouleau (double sup. num.)

3-1 à 59'57" : Hammar assisté de Amar (cage vide)

 

Grenoble

Gardien : Eddy Ferhi.

Défenseurs : Alexandre Rouleau - Calle Bergström ; Viktor Wallin - Antonin Manavian ; Baptiste Amar (C) - Teddy Trabichet.

Attaquants : Martin Masa - Mitja Sivic - Damien Fleury ; Ludek Krayzel - Ludek Broz (A) - Johan Forsander ; Jan Hammar - Christophe Tartari (A) - Anders Nilsson.

Remplaçants : Lucas Normandon (G), Jason Crossman, Maxime Moisand, Julien Baylacq, Raphaël Papa, Nicolas Arrossamena. Absents : Martin Jansson (genou, saison terminée).

Briançon

Gardien : Tommi Satosaari [sorti de 58'48" à 59'57"].

Défenseurs : Brian Lee - François Groleau ; Viktor Szelig - Jakob Milovanovic ; Gary Levêque - Johan Larsson.

Attaquants : Jean-François Dufour (A) - Timo Seikkula - Edo Terglav (C) ; Balazs Ladanyi - Marton Vas - Cédric Boldron (A) ; Mickaël Perez - Damien Raux - Dany Roussin ; Brice Chauvel - Greg Owen - Sébastien Rohat.

Remplaçants : Andy Foliot (G), Sébastien Dermigny, Jérémy Gonnet.

 

Retour à la Ligue Magnus