Tours - Amiens (13 janvier 2009)

 

Ligue Magnus - Vingtième journée.

Amiens en pleine forme se déplace chez les Diables Noirs, dans une antre guère inviolable cette saison. Tours s'est bien repris en accrochant Angers et Briançon, mais a quand même perdu deux fois. Cela ne fait donc qu'une seule victoire en dix matches, face à Dijon et dans la douleur en fin de rencontre. Dans le jeu, le niveau pratiqué depuis trois matches laisse quand même un peu plus d'optimisme, avec des prestations convaincantes.

Une minute de silence est dédiée à Monsieur Gérard Colléoni, ancien président des arbitres et du club de Lyon, à qui Robert Millette était très attaché.

Beaucoup d'absents côté amiénois : Pavel Kowalcyk, Jean-Philippe Glaude, Julian Marcos ou encore Brian Henderson. En face, le feu follet Patrick Gannon manque à l'appel, qui se ressent encore de l'épaule et que l'entraîneur a souhaité reposer. La partie débute par un round d'observation ; Tours garde un peu plus la rondelle et obtient le premier lancer, dans une petite ambiance. Une bonne occasion se présente sur une passe transversale ratée d'Anthony Mortas en direction de coéquipiers qui changeaient de ligne : Nicholas Romano en profite pour solliciter le gardien. Adam Russo riposte avec une mitaine solide sur un lancer venu de la bleue et signé Mortas, servi par Thomas Roussel.

Le jeu s'accélère après cinq minutes : les Diables mettent leur vitesse à profit et Olivier Proulx, parti de son camp, se heurte à un arrêt autoritaire d'Henri-Corentin Buysse. Puis, une attaque sur le flanc droit, avec une succession de passes-abandons, est arrêtée par Buysse, qui dessocle sa cage sur le déplacement latéral. Le plus dangereux côté Gothique reste Matt Amado, qui se signale à plusieurs reprises, notamment sur une erreur de relance de Mathieu Wathier. La pression d'Amiens finit par payer. Une autre relance un peu molle, un premier tir contré... Le palet traîne, travail de Miroslav Pazak et Loïc Sadoun, planté au poteau, marque en deux temps (0-1 à 7'43"). Un but créé par deux anciens Diables !

La réplique est immédiate et Buysse sort un 3 contre 2 démarré par Romano. De l'autre côté, Amado met le feu et se heurte encore à Adam Russo. La première pénalité tombe contre Michael Novosad, coupable d'une charge avec la crosse (10'53"). La rondelle ne sort pas de la zone et le danger se rapproche... Nouvelle pénalité, contre Dominic Périard. 5 contre 3 pour les Gothiques. Russo fait des prouesses et la première pénalité est tuée, grâce au travail énorme de Romano. Tours manque de partir en trois contre un à la bleue offensive mais un Amiénois bloque la rondelle et c'est un 2 contre 1, le soutien arrive... Jeu de passe et Steven Kaye sauve miraculeusement le coup, au prix d'une pénalité. Quelques secondes plus tard, Tours revient à quatre. Russo sort la jambière face à une occasion de derrière le but. Les Diables sont à la limite de la rupture, portés par leur gardien, qui se jette sur un palet qui traîne.

Le jeu de puissance est terminé et les Gothiques ont manqué là une énorme chance. Ils frôlent même la catastrophe avec une échappée partielle de Nolan Boike, repris irrégulièrement par Thomas Roussel (15'59"). Tours s'installe, tourne la rondelle et Tessier est mis au sol : 1'14" de 5 contre 3 à venir ! C'est plus compliqué cette fois, la défense parvient à gêner la montée de palet. Tours n'est pas assez audacieux et cherche trop la passe, manquant de bonnes positions de tir : la pénalité ne donne rien non plus. Dans la dernière minute, une partie de billard dans la neutre offre un 2 contre 1 aux Diables : Romano sert Steven Kaye qui vise entre les jambières, vérouillées par Buysse. La pause s'annonce sur ce score de 1-0 à l'issue d'un premier tiers assez équilibré.

Cela commence fort avec un double arrêt de Buysse devant Michaël Tessier, sorti vainqueur d'un duel sur le côté. Sur le contre, Amado trouve le poteau : les intentions des deux camps sont claires ! Cela se traduit au tableau d'affichage peu après : Adrian Saul, le revenant, place en hauteur le rebond d'un tir contré (1-1 à 21'48"). Cela continue, chaque équipe manquant la cage de peu par Martin Paquet d'une part, Kaye de l'autre. À ce bras de fer, Sadoun se montre le plus malin, déviant près du but une passe astucieuse de Maxim Belov, qui avait piégé Russo par anticipation (1-2 à 25'27"). Une passe décisive injustement attribuée à Pazak. Puis, sur une pénalité différée, Mortas rate l'immanquable : seul devant le but vide, à quelques centimètres de la ligne, il ne parvient pas à pousser la rondelle... et Russo finit par le prendre ! Stepan sort donc deux minutes après cette incroyable action, qui a privé les Picards du break.

Tours part en contre à la sortie de Stepan, profitant d'une crosse brisée ; c'est un 2 contre 0 que Tessier conclut d'un tir puissant, arrêté brillamment par Buysse. Ce n'est que partie remise : débordement de Boike, centre devant le but qui n'est pas repris mais sur la continuité, le tir de Radek Stepan de la bleue est contré et repris par Nolan Boike au fond des filets (2-2 à 30'50"). Sur l'engagement, festival de Tessier qui efface deux adversaires mais ne parvient pas à reprendre assez fort. Buysse laisse ensuite un rebond qui ne peut être repris par un attaquant, bien gêné. Cela s'accélère quand un surnombre des Gothiques n'est pas sifflé. Il y a le feu dans la défense picarde et les mises en échec se font plus appuyées. Mais il y a le feu en face aussi ; Russo très avancé sauve un palet et Amado place le rebond à côté d'une cage ouverte. C'est au tour de Novosad de sortir vainqueur d'un duel dans les bandes et de trouver la mitaine de Buysse, excellent ce soir.

Physiquement, Tours paraît plus fort, résistant mieux aux duels et aux contacts... mais il y a vraiment un écart infime entre les deux équipes, qui proposent un superbe spectacle dans un très bon esprit, avec un très bon arbitrage. Michael Novosad, déjà en vue, s'offre alors un énorme exploit personnel, partant de la neutre, effaçant la défense à gauche par un une-deux, pour repiquer vers le but, passer devant Buysse et donner l'avantage aux siens (3-2 à 36'46"). Le public passe par toutes les émotions imméditement après : occasion énorme de Pazak, qui provoque ensuite deux minutes extrêmement sévères contre Stepan. Le jeu de puissance des Gothiques s'installe rapidement mais se heurte à Russo, impérial. Les deux formations rentrent au vestiaire après une période animée et riche en occasions... Amiens peut s'en vouloir de son manque criant de réalisme.

Tours qui remporte le deuxième tiers : voilà une donnée très rare ces derniers temps à domicile... Reste à voir si le court avantage tiendra, les Diables ayant bien souvent gaspillé des matches en dernière période. Un petit délai d'attente doit être observé, la faute à une glace capricieuse. Un premier contact appuyé met Romano au sol, sonné : aucune sanction, à la grande colère de l'attaquant. Attaque-défense encore avec un tir hors cadre de Matt Amado, parti en un contre un, puis un festival Andy Corran pour éliminer un défenseur et trouver Buysse. Après trois minutes, Romano se venge de la meilleure manière : "coast to coast", il part de son camp, efface trois défenseurs et marque en lucarne... Un but spectaculaire qui fait se lever le public (4-2 à 42'55"). Peu après, Yannick Offret doit rentrer au vestiaire, touché au bras. La défense de Tours est à son meilleur niveau, bloquant tirs et passes, provoquant aussi des contres dangereux. Proulx et Corran déboulent, arrêt de Buysse devant l'Américain.

Les Gothiques sont loin de renoncer : la barre pour Hamon, qui manque de tromper un Russo trop avancé. Les Diables exploitent les contres ; une superbe passe de Tessier lance Kaye en échappée... feinte, mais Buysse ne mord pas et s'en sort sur sa ligne. De l'autre côté, Matt Amado manque encore une énorme chance devant Russo. Partie remise : Paquet déborde à droite, centre fort devant le but et Emond marque, en deux temps (4-3 à 47'05"). Un véritable bras de fer qui continue... Emond exploite l'aubaine, s'avançant et offrant l'égalisation à Paquet, entre les jambières (4-4 à 49'42"). Les Gothiques ont pris l'ascendant et Béron, oublié à droite, ne trouve pas l'ouverture.

Les hommes de Millette placent quelques contres, dans une rencontre disputée où personne ne lâche rien au duel. Bras de fer, encore... et Romano sort de sa boîte, nettoyant la lucarne plein axe en profitant d'une percée de Tessier (5-4 à 57'13"). À moins de deux minutes de la fin, Antoine Richer demande son temps mort... Dernier assaut pour arracher un point dans cette partie de manivelle aux occasions gâchées à la pelle ! La cage est vide et les défenseurs se sacrifient pour bloquer les tirs. Deux hommes restent au sol pour le coup, un de chaque côté : si le Diable se relève, Bachet doit rentrer au vestiaire en boitant, aidé par les soigneurs. Le public est debout, portant son équipe et Romano intercepte pour offrir un but cage vide à Adrian Saul (6-4 à 59'54").

Tours s'impose donc à l'issue d'une partie très disputée, s'étant finalement montré le plus réaliste dans un festival d'occasion gâchées. Amiens pourra déplorer son manque flagrant de réalisme avec plusieurs cages ouvertes manquées, mais aussi plusieurs poteaux...

Compte-rendu signé Nicolas Leborgne

 

Commentaires d'après-match

Robert Millette (entraîneur de Tours) : "Les Diables sont de retour, on l'avait vu depuis Angers. Je suis très content du retour d'Adrian Saul, qui met deux buts et a apporté son expérience. On a vu une autre mentalité, une autre équipe ce soir, partie à minuit samedi de Briançon pour 22 heures de bus. Physiquement, on était là. C'était un beau match, avec beaucoup de patinage des deux côtés. On a su rester calme et avec plus de discipline ; samedi à Briançon, 10' de chaque côté, je n'ai jamais vu ça en 7 ans à Tours ! Les joueurs ont su travailler ensemble et, même si on peut mieux jouer à domicile défensivement - on s'excite un peu trop à la maison - on s'améliore de jour en jour. Gannon était un peu fatigué et avait encore mal à l'épaule. Il aurait pu jouer mais on n'a pas pris de chance, il faut surtout se préparer pour les playoffs et y être à 200%. Beaucoup d'équipes ont des blessés, on essaie de gérer ça depuis un mois. L'autre point positif c'est la bonne défense en premier tiers pour tuer les pénalités."

Antoine Richer (entraîneur d'Amiens) : "On a subi le faux rythme de Tours en troisième période. Mais c'est surtout le manque d'opportunisme devant le but que l'on peut regretter."

 

Tours - Amiens 6-4 (0-1, 3-1, 3-2)

Mardi 13 janvier 2009, 20h. Patinoire municipale de Tours "Elyseum", 1000 spectateurs.

Arbitrage d'Alexandre Hauchart assisté d'Éric Bouguin et Jérémy Rauline.

Pénalités : Tours (6', 4', 0'), Amiens (4', 0', 0').

Tirs : Tours 26 (9, 7, 10). Amiens 29 (12, 9, 8).

Évolution du score :

0-1 à 07'43" : Sadoun assisté de Pazak et Roussel

1-1 à 21'48" : Saul assisté de Novosad

1-2 à 25'27" : Sadoun assisté de Belov et Mortas

2-2 à 30'50" : Boike assisté de Stepan et Proulx

3-2 à 36'46" : Novosad assisté de Corran et Proulx

4-2 à 42'55" : Romano assisté de Tessier et Périard

4-3 à 47'05" : Emond assisté de Paquet et Sadoun

4-4 à 49'42" : Paquet assisté de Emond

5-4 à 57'13" : Romano assisté de Tessier

6-4 à 59'54" : Saul assisté de Romano et Tessier (cage vide)

 

Tours

Gardien : Adam Russo.

Défenseurs : Mathieu Wathier - Radek Stepan ; Dominic Périard - Michael Novosad ; Jozef Drzik - Michael Clarke ; Omar Ennaffati.

Attaquants : Michael Tessier - Steven Kaye - Nicholas Romano ; Adrian Saul - Olivier Proulx - Andy Corran [ou Boike] ; Nolan Boike - [Ennaffati].

Remplaçant : Pierre Pochon (G). Absent : Patrick Gannon (épaule).

Amiens

Gardien : Henri-Corentin Buysse.

Défenseurs : Maxim Belov - Romain Bault ; Thomas Roussel - Vincent Bachet ; Grégory Béron.

Attaquants : Matt Amado - Martin Paquet - Pierre-Luc Emond ; Anthony Mortas - Loïc Sadoun - Miroslav Pazak ; Simon Petit - Kévin Hamon - Yannick Offret.

Remplaçant : Adrien Fénart (G). Absents : Jean-Philippe Glaude (clavicule), Pavel Kowalczyk (pubalgie), Brian Henderson (pubalgie), Julian Marcos.

 

Retour à la Ligue Magnus