Villard-de-Lans - Rouen (13 décembre 2008)

 

Ligue Magnus - Quinzième journée.

Le Dragon griffé

Les Ours avaient créé la sensation de la troisième journée de championnat en s'imposant sur les bords de Seine. Capables de tout, ils pourraient bien se prendre au jeu, forts d'une prestation à Strasbourg où ils ont prouvé qu'ils pouvaient revenir et auraient dû l'emporter sans un filet refusé. Reproduire la même stratégie, la même envie, être solide en défense, se battre sur chaque palet pour empêcher cette équipe rouennaise de développer son jeu. Une annonce haut et fort du vice-président Didier Beuque, la veille d'une rencontre qui promettait d'être riche en émotions... et ce fut le cas.

La patinoire est clairsemée, environ 580 spectateurs prennent place dans les travées. Les supporters des Dragons sont en nombre, un car affrété à destination du Vercors leur laisse pratiquement une tribune entière. En imposant un pressing de tous les instants, les locaux prennent le match en main dès le début du premier tiers-temps. Nicolas Antonoff propose la première banderille sur Ramon Sopko. Le portier normand solide stoppe d'un arrêt magistral le slap du numéro 44 (2'20"). Villard-de-Lans propose un jeu rapide qui surprend le public habitué à voir les hommes de Stéphane Barin "poussifs" dans les entames de match ! On connaît désormais le "slap" puissant de Barnabas Birkeland, de la ligne bleue "Barny" décoche le tir dont il a le secret, le portier visiteur repousse sur Tomi Sykkö, qui trouve la base du montant des buts rouennais (3'06").

La pression est villardienne mais ne trouve pas les filets du camp adverse. Daniel Carlsson oblige même à mettre à contribution Romain Farruggia (4'01"). La première supériorité numérique est à l'actif des visiteurs (obstruction de Nicolas Favarin). Rouen profite de cet avantage pour ouvrir le score par Julien Desrosiers (6'52"). Le compteur est ouvert à André-Ravix, Rouen contre le cours du jeu mène 0-1. Multitude d'actions des locaux, en l'occurrence d'Alexandre Lefebvre et de Romain Carry. Le score restera figé en fin de première période avec un avantage d'une unité pour les visiteurs.

Papier calque dès le début de la deuxième période, les Ours prennent les choses en mains ! La même envie de bien faire face aux champions de France en titre. Quentin Pépy donne des sueurs froides aux visiteurs (25'42"), Nicolas Antonoff perfore la défense normande mais échoue sur Sopko. Alexandre Lefebvre bute sur un impérial portier visiteur (29'11"). Villard-de-Lans ne baisse pas les bras. Comme un capitaine exemplaire, Romain Carry égalise à la conclusion d'un centre parfait de Cédric Guillot-Diat (30'54"). L'action de la seconde période a lieu à 37'48" : Matthieu Le Blond d'un contre fulgurant trouve Quentin Pepy, ce dernier double avec Cyril Papa, le slap du numéro 11 percute le poteau et passe la ligne de but de Ramon Sopko. Avant la troisième période les Ours mènent devant les Dragons de Rouen 2-1. Les hommes d'Alain Vogin sont perturbés et accumulent les pénalités, Villard joue les coups à fond !

Pourtant, c'est pendant une prison de Carry qu'Olivier Bouchard trouve la faille pour l'égalisation normande, n'en déplaise au public du Vercors (2-2, 48'36"). À Villard-de-Lans, il y a un homme, un canonnier de la ligne bleue, il s'appelle Barnabas Birkeland. Le shoot rageur du numéro 2 propulse la galette noire dans les filets de Ramon Sopko (3-2, 52'34"). Vexé, Rouen multiplie les slaps, Romain Farruggia est inébranlable sur sa ligne. On connaît "La Douce" : transparent pendant 50 minutes, Éric Doucet égalise à 2'30" de la fin du temps réglementaire. Direction la prolongation...

Dans les tribunes on entend "on a déjà pris un point". Mais c'est bientôt Noël ! Ramon Sopko ne peut contrôler le puck de Romain Carry, et à l'affût comme un joueur de golf, Cyril Papa trouve le filet à mi-hauteur (4-3, 66'58"). Une joie inimaginable dans les travées André-Ravix, les Ours obtiennent une victoire amplement méritée face à une grande équipe rouennaise. Les supporters villardiens avaient besoin de ce match référence, une grande équipe qui fait plaisir sous la houlette de Stéphane Barin.

Compte-rendu signé Stéphane Gatinet

 

Villard-de-Lans - Rouen 4-3 après prolongation (0-1, 2-0, 1-2, 1-0)

Samedi 13 décembre 2008 à 20h30 à la patinoire André-Ravix. 580 spectateurs.

Arbitrage de Nicolas Barbez assisté de Guillaume Gielly et Gwilherm Margry.

Pénalités : Villard-de-Lans 28' (4', 4', 10'+10', 0'), Rouen 16' (8', 6', 2').

Évolution du score :

0-1 à 06'52" : Desrosiers assisté de Doucet et Peltola (sup.num.)

1-1 à 30'54" : Carry assisté de C. Guillot-Diat

2-1 à 37'47" : Pepy assisté de Papa et Leblond

2-2 à 48'36" : Bouchard assisté de Doucet (sup. num.)

3-2 à 52'34" : Birkeland assisté de N. Favarin et Lefebvre (sup. num.)

3-3 à 57'28" : Doucet assisté de David et Romand (sup. num.)

4-3 à 66'58" : Papa assisté de Carry

 

Villard-de-Lans

Gardien : Romain Farruggia.

Défenseurs : Stéphane Guillot-Diat - Barnabas Birkeland ; Nicolas Favarin (A) - Nicolas Antonoff ; Stéphane Barin - Daniel Sedlak.

Attaquants : Tomi Sykkö - Alexandre Lefebvre - Tristan Lemoine ; Cyril Papa - Mathieu Leblond - Quentin Pépy ; Cédric Guillot-Diat (A) - Romain Carry (C) - Yann Diaferia.

Remplaçants : Pascal Favarin (G), Luc Tanésie, Fabien Seebach, César Lefranc. Absents : Martin Millerioux (suspendu), Thibault Sage-Vallier (équipe de France U20).

Rouen

Gardien : Ramon Sopko.

Défenseurs : Daniel Carlsson (A) - Jean-François David ; Petri Virolainen - Jarkko Glad ; Jaako Niskavaara.

Attaquants : Mikko Peltola - Julien Desrosiers (A) - Jérémie Romand ; Olivier Bouchard - Éric Doucet (C) - Peter Bourgaut ; Lionel Tarantino - Sébastien Strozynski - Édouard Dufournet.

Remplaçants : Ronan Quemener (G), Quentin Berthon. Absents : Carl Mallette (déchirure ventrale), Marc-André Thinel (adducteurs), Loïc Lampérier, Cédric Custosse et Thomas Baubriau (équipe de France U20).

 

Retour à la Ligue Magnus