Tours - Angers (4 novembre 2008)

 

Coupe de la Ligue - Groupe A - Sixième journée.

C'est le match décisif : le derby de la Loire pour accompagner Rouen au tour suivant. Les deux équipes n'abordent pas ce choc de la meilleure des manières. Angers est privé de son gardien Koivula, des défenseurs Jodoin et Mihalik, et de l'attaquant Albert. Tours pour sa part doit se passer de Gannon et Noël, ce dernier absent pour la saison, mais aussi d'Olivier Filion, rentré au pays en évoquant des problèmes d'acclimatation de son épouse. Un nouveau défenseur, non cité, doit rejoindre l'équipe mais n'est pas encore aligné ce soir.

Les Diables Noirs débutent tambour battant : après 50 secondes, Kaye laisse le palet à Saul, qui déborde côté gauche sur un trois contre deux. Il envoie le palet à l'opposée pour Tessier, qui glisse la rondelle entre les jambières, face à un gardien resté debout et bien maladroit (1-0 à 00'50"). Angers a pris un coup au moral mais ne se laisse pas abattre, lançant deux piques sur Russo... avant de céder sur le deuxième tir tourangeau. Clarke est à la conclusion, encore côté gauche, et encore sur un travail de Kaye, lancé par Ennaffati (2-0 à 02'31"). L'absence de Koivula se fait sentir, le malheureux Frédérick Gilbert se faisant piéger deux fois entre les jambières.

Angers est pris de vitesse. Michaël Tessier déborde encore et élimine David Deshaies d'un beau geste technique. Il est victime d'une crosse haute et le défenseur sort pour 2'+2'. Le jeu de puissance, un peu mou, manque de craquer sur un contre à deux contre un, mais Russo sauve devant Metsäranta. La défense des Ducs s'est ressaisie et gêne parfaitement des équipes spéciales tourangelles imprécises. Il n'y a rien à signaler sur la première partie de pénalité, si ce n'est une légion de passes manquées par les Diables et quelques bons gestes défensifs. Angers se fait pourtant sanctionner une deuxième fois : Igier, coupable d'une crosse haute, offre 1'18" de double supériorité, pendant que Tessier se fait soigner au vestiaire. Tours tourne autour de la cage sans conclure ; il faut une interception dans la neutre pour créer un décalage intéressant, que Proulx manque de peu de bonifier au second poteau. La première pénalité est tuée, mais la deuxième fait mouche : Michael Novosad, servi plein axe, reprend le palet de volée à la bleue, et Steven Kaye, décidément intenable, dévie la rondelle de superbe manière (3-0 à 07'53").

Tours aborde la seconde moitié de période avec un jeu plus prudent et des contre-attaques dangereuses. Angers lance plusieurs fois sur Russo mais le portier local est très serein. Le danger en revanche est permanent sur le but de Gilbert, très fébrile ; il faut que les défenseurs se jettent au contre pour priver Tours de nouvelles chances. Les visiteurs se voient quand même offrir une chance lorsque Olivier Proulx fait trébucher un joueur contre la bande. Il s'énerve un brin et prend 2'+2'. Le jeu de puissance des Ducs est très dangereux, personne ne se privant d'un bon tir dès que c'est possible. Plusieurs mines de loin chauffent la mitaine d'un Russo impressionnant. Pourtant, le voila sanctionné d'une méconduite, alors que le président d'Angers invective le banc adverse, pour avoir frappé le palet avec sa crosse de colère. Touché au casque sans arrêt de jeu, le portier réclamait un arrêt. Mathieu Wathier sort donc dix minutes à sa place.

La tension monte encore lorsque Romano s'échappe et se voit expédié au sol comme au judo, sans qu'aucune pénalité ne soit appelée. Angers accélère, tire de loin, tente des centres forts devant la cage, des déviations : rien n'y fait, Russo est partout, malgré un très bon jeu de puissance des Ducs. Tours revient au complet et maintient son écart grâce à son portier. Les Diables Noirs repartent, avec une passe-abandon de Kaye pour Romano et un tir ras glace péniblement sorti par Gilbert. Baluch sort lui aussi de sa boîte, mais perd la rondelle sur un poke-check malin de Russo, alors qu'il sortait de derrière la cage. Les piques tourangelles perturbent énormément Gilbert, à deux doigts d'être battu sur un palet qui traîne ; Deshaies punit l'attaquant d'une charge dans le dos et prend deux minutes (18'28"). Malgré deux occasions, les Diables Noirs n'aggravent pas le score et virent à la pause avec une nette avance de 3-0.

Le jeu reprend et Tours s'est sans doute trop relâché. Sur la sortie de prison, Deshaies, bien servi, trouve la lucarne (3-1 à 20'35"). Et moins d'une minute plus tard, sur une pénalité différée, un cafouillage devant le but termine sa course au fond des filets ; Metsäranta est crédité du but (3-2 à 21'21"). Voila qui douche sérieusement l'euphorie des Diables Noirs, peu habitués à mener si largement contre leur voisin ces dernières saisons... Le banc d'Angers, lui, explose, et la partie est complètement relancée. Alors que Tours peine à reprendre le contrôle du palet, son rival parvient à créer des décalages. Ballotée, la défense tourangelle concède deux minutes pour une obstruction de Stepan. Le jeu de puissance s'installe, sollicitant Russo d'une déviation de Bellemare, puis lui mettant la pression dans un cafouillage devant le but. Angers finit par égaliser en profitant d'un tir de Lacroix contré plein axe, pour une cage complètement ouverte que n'a pas manqué Laprise (3-3 à 25'55").

Tout est à refaire pour les Diables, qui semblent restés aux vestiaires... Angers a parfaitement su réagir, avec la manière. Et cela s'enchaine, nouvelle pénalité contre Steven Kaye, coupable d'un cinglage (27'32"). La pénalité est tuée grâce à trois solides arrêts de Russo. Et la supériorité change de camp : Simonneau fait obstruction sur une montée de palet, et Tours obtient en prime un retard de jeu et 1'15" de double avantage. Cette fois-ci, les Diables Noirs réussissent à poser le palet et la passe de Tessier à travers l'enclave trouve... Steven Kaye, pour son 4e point du match (4-3 à 31'24"). Angers parvient à tuer la deuxième prison, mais se retrouve à nouveau derrière.

La vitesse angevine reste cependant menaçante. La ligne Bretault expédie ainsi Proulx sur le banc pour cinglage. La défense s'arc-boute devant son but et une nouvelle pénalité est appelée. Gilbert file au banc et, à peine arrivé, voit ses équipiers égaliser. Les équipes spéciales des visiteurs font la différence ce soir, Fortier concluant de près une action de Braxenholm (4-4 à 35'10"). Angers pousse, Tours se contente de dégager... mais l'un de ces dégagements profite à Corran, qui sert Boike au deuxième poteau. Gilbert sort un arrêt difficile alors qu'Igier est puni sur l'action (36'45"). Mieux, un écran mal géré par la défense angevine envoie Braxenhölm sur le banc et offre une trentaine de secondes de 5 contre 3. Les Diables Noirs cherchent trop la passe parfaite, n'exploitant pas de bons décalages.

Tours revient cette fois sur la glace avec de bonnes intentions. Saul déborde côté gauche et offre un bon centre en retrait, et le premier tir sorti par Gilbert. Le gardien sort immédiatement un deuxième arrêt face à un tir de loin. Malheureusement pour les Diables, le replacement est trop lent ; Angers déboule à trois contre deux et marque en trois temps face à Russo par Fortier (4-5 à 41'47'). Les Ducs mènent pour la première fois du match... Les hommes de Millette répondent et tentent de confisquer la rondelle. La grosse différence, c'est qu'Angers tire au but en toute position, obtenant ainsi des rebonds dangereux, alors que Tours tente trop souvent la passe parfaite et n'inquiète ainsi pas un Gilbert pourtant peu rassurant. Ce n'est que par cette option que Tours peut s'en sortir. Et c'est chose faite après cinq minutes lorsqu'un tir de la bleue est dévié par Saul ; Gilbert parvient à sortir le palet mais Tessier ne rate pas le rebond (5-5 à 45'32"). Et c'est le 5e point de Kaye...

Une égalisation de courte durée puisqu'Angers transforme dans la foulée une contre-attaque en pleine lucarne, Metsäranta s'étant montré bien plus rapide que la défense (5-6 à 46'20"). Le break est fait sur l'engagement, Russo laissant passer un tir de Martin Lacroix (5-7 à 46'31"). La défense de Tours est complètement perdue et les actions pleuvent. Tours a beau essayer de revenir, une nouvelle contre-attaque fait mouche ; belle sortie de zone collective, Bellemare décalé à droite, un centre devant le but et une déviation de Fortier devant le gardien, et cela fait 8 buts et un triplé pour Fortier (5-8 à 49'51"). Le collectif de Tours a complètement explosé : les passes n'arrivent plus, le soutien est limité, la relance trop incertaine et le replacement trop lent. Angers, à l'inverse, réussit toutes ses actions, avec toujours un temps d'avance.

Il n'y a plus grand chose de construit dans la fin de match ; une interception de Romano permet tout de même d'envoyer Braxenhölm en prison. Gilbert sort un palet, puis Jokinen sort à son tour : 1'20" de double supériorité. Enfin, on assiste à quelques tirs avec des écrans, mais cela reste poussif. Steven Kaye ne peut pas tout faire tout seul et son bon slalom termine par un tir sur le casque de Gilbert. Encore une fois, les équipes spéciales de Tours sont restées muettes... Malgré quatre double supériorités numériques ce soir, les Diables n'auront marqué qu'une fois. Nouvelle chance à cinq contre quatre avec une pénalité de Jokinen. Quelques essais de Wathier de la bleue ne trompent pas le portier des Ducs, bien soutenu par de nombreux supporters venus en voisins. Angers gère avec une belle maîtrise la fin de match, contenant ses adversaires le long de la bande. La dernière minute voit même Romano prendre deux minutes, histoire de plier définitivement la partie.

Angers s'impose donc et se qualifie pour le tour suivant. Après une entame calamiteuse, les Ducs ont su accélérer et conclure aux moments clés, se montrant bien plus dangereux devant Russo. À l'inverse, Tours cède encore contre sa bête noire. Presque intimidés par cette avance précoce, les Diables Noirs ont vu leur jeu se liquéfier au fil des minutes. Faute de prendre sa chance au tir et de conclure ses avantages numériques, Tours a fini par trop laisser jouer son adversaire, laissant des espaces énormes et manquant de vitesse, pêchant aussi par indiscipline.

Compte-rendu signé Nicolas Leborgne

 

Commentaires d'après-match :

Adam Russo (gardien de Tours) : "On a pensé qu'on avait le match après 20 minutes, mais ça dure 60. C'est décevant, je ne trouve même pas les mots pour un match comme ça. La coupe de la ligue est finie, il faut penser à autre chose. La défensive, incluant moi, a été inexistante. À 3-0, on était très confiant, sans doute trop. [À une question sur sa méconduite] Cela faisait deux fois que je prenais un tir dans le masque, les arbitres ne sont pas obligé de siffler mais... on a pris des prisons stupides. Angers, c'est notre bête noire, mais on les recroisera et il faut savoir battre tout le monde. La Magnus, c'est ça l'important, avec la coupe puisque Bercy c'est quelque chose apparemment. Mais c'est le championnat qui est le plus important."

Robert Millette (entraîneur de Tours) : "Angers est très fort et on a pris des pénalités 'selfish', avec la frustration, un par un, on perd le 'focus'. L'arbitre a fait un bon match, et nous avons remis Angers dedans, ils ont pu accélérer et nous étouffer de plus en plus. C'est un manque de discipline, il fallait sortir fort physiquement après le premier tiers. Cela n'a pas suffi, on a cru que c'était fait et chacun a été emporté par son indiscipline. Moralement, on est affecté par les absences, les blessures... il nous faut de l'aide, on est en négociations pour un importé, il y a encore beaucoup de difficultés au niveau de l'organisation des Diables Noirs pour aller chercher un joueur pour faire mieux. On va oublier la coupe de la ligue. C'est peut-être un mal pour un bien, avec un tableau en moins. On a tenté mais le plus fort a gagné. C'est dur de tourner à 8 devant, difficile avec les blessés. Garder notre énergie pour le championnat, et même la coupe de France où il ne reste que 4 matches maximum."

 

Tours - Angers 5-8 (3-0, 1-4, 1-4)

Mardi 4 novembre à 20h00 à la patinoire municipale de Tours. 2000 spectateurs.

Arbitrage de Nicolas Barbez assisté de Jérémy Rauline et Nicolas Cregut.

Pénalités : Tours 22' (4'+10', 6', 2'), Angers 22' (8', 8', 6').

Tirs cadrés : Tours 22 (10, 4, 8) , Angers 40 (19, 13, 8).

Engagements : Tours 42 (13, 7, 12) , Angers 40 (13, 16, 11).

Évolution du score :

1-0 à 00'50" : Tessier assisté de Kaye

2-0 à 02'31" : Clarke assisté de Kaye et Ennaffati

3-0 à 07'53" : Kaye assusté de Novosad et Drzik (sup. num.)

3-1 à 20'35" : Deshaies assisté de Fortier

3-2 à 21'21" : Metsäranta

3-3 à 25'56" : Laprise assisté de S. Lacroix (sup. num.)

4-3 à 31'24" : Kaye assisté de Tessier et Novosad (double sup. num.)

4-4 à 35'10" : Fortier assisté de Braxenhölm (sup. num.)

4-5 à 41'17" : Fortier assisté de Bellemare et Baluch

5-5 à 45'32" : Tessier assisté de Saul et Kaye

5-6 à 46'20" : Metsäranta assisté de Lahesalu

5-7 à 46'31" : M. Lacroix assisté de Y. Sadoun et Igier

5-8 à 49'51" : Fortier assisté de Bellemare

 

Tours

Gardien : Adam Russo.

Défenseurs : Michael Novosad - Michael Clarke ; Jozef Drzik - Radek Stepan ; Mathieu Wathier - Omar Ennaffati.

Attaquants : Steven Kaye - Olivier Proulx - Michaël Tessier ; Andy Corran - Adrian Saul - Nicholas Romano ; Nolan Boike - Alexis Ouellette - Vincent Ouellette.

Remplaçant : Pierre Pochon (G). Absents : Dominic Noël (épaule, saison terminée), Patrick Gannon (épaule), Olivier Filion (parti).

Angers

Gardien : Frederick Gilbert.

Défenseurs : Per Braxenholm - Simon Lacroix ; Lauri Lahesalu - Nicolas Deshaies ; Kévin Igier - Pierre-Antoine Simonneau.

Attaquants : Éric Fortier - Jonathan Bellemare - Tomas Baluch ; Hermanni Vidman (adducuteurs) puis Yven Sadoun à 20'00" - Matias Metsäranta - Juho Jokinen ; Rodolphe Bretault - Martin Lacroix - Pierre-Luc Laprise.

Absents : Ville Koivula (malade), Julien Albert (équipe de France), Jean-François Jodoin (suspendu), Pavol Mihalik (genou).

 

Retour à la Coupe de la Ligue