Tours - Caen (30 septembre 2008)

 

Coupe de la ligue, groupe A, troisième journée.

Coincé entre un match contre Grenoble et un contre Angers, cette journée de la coupe de la Ligue n'a pas vraiment séduit le public tourangeau. C'est donc dans une patinoire vide comme rarement que les Diables Noirs reçoivent les Drakkars, leaders de division 1. L'équipe normande a surpris Angers et accroché Rouen, jouant les trouble-fête dans une poule soudain plus serrée que prévu. Tours doit impérativement s'imposer après avoir perdu les deux premiers matches.

C'est Caen qui entame le mieux la partie avec un pressing assez haut. Dès la 2e minute, Jozef Drzik se rend coupable d'un accrochage. Les Drakkars s'installent, s'illustrant par un beau slalom de Thierry Poudrier, mais s'exposent aussi aux charges : celle de Mike Novosad fait mal. Adam Russo n'est pas inquiété et Drzik revient. Tours est plutôt poussif et discret en ce début de match, manquant de rythme. Il faut attendre un beau jeu de Michaël Tessier et Olivier Filion pour voir le petit Patrick Gannon titiller le gardien adverse. Dans la foulée, Mathieu Wathier sort pour une charge incorrecte. Cette fois-ci, le jeu de puissance surprend Russo en plein lucarne, sur un très beau tir de Charles Geslain (0-1, 06'30").

Un but qui fait monter la tension et Wathier sort à nouveau pour une obstruction flagrante suite à une mise au jeu en zone offensive. Caen joue à sa main en ce début de rencontre. Laborieux, Tours est pris dans un intervalle et Mike Clarke doit retenir un attaquant qui filait au but : 5 contre 3 très bref, qui ne donne rien si ce n'est un tir de la bleue d'Alexis Gomane. Les Diables n'y sont pas, et dans ces cas-là, ils tentent d'imposer un jeu physique, risqué. Roch Chevalier s'y met à son tour : le jeu de puissance caennais s'achève sans grand danger.

Enfin Tours produit du jeu : Romano vole un palet, remet derrière le but pour une remise instantanée pour Noël pour un tir sauvé par Fouquerel (12e). Un feu de paille car Geslain manque le doublé sur une contre-attaque. Les esprits s'échauffent à la moindre charge dans cette rencontre tendue, où la provocation règne. Le rythme commence petit à petit à décoller sous l'impulsion de Romano, avec un centre du revers sorti par Clément Fouquerel ; le jeune gardien caennais commence à voir un peu plus d'action. Il sauve ainsi un tir du slot de Filion sur un centre venu de Drzik derrière le but ; l'action se conclut par une grosse charge dans le dos signée Jonathan Janil, justement sanctionnée. Le jeu est confus, maladroit, mais, exploitant un changement de ligne et un palet perdu dans la neutre, Proulx s'avance seul, évite le retour désespéré d'un défenseur et, du bout de la crosse, parvient à lever la rondelle en lucarne, battant le poke-check de Fouquerel (1-1, 17'01").

Tours a accéléré et cela fait très mal : l'échec-avant tourangeau, physique, gène la relance. Le palet est sauvé à la bleue, le long de la bande pour un tir flottant de Mathieu Wathier, qui surprend complètement Fouquerel entre les jambières (2-1, 17'49"). Première présence payante pour Vincent Ouellette, bien présent au duel. La situation s'est renversée en quelques secondes : court avantage laborieux de l'équipe locale, qui se sera réveillé les cinq dernières minutes. Caen a plutôt fait bonne figure dans ce premier tiers, bien qu'un peu dépassé sur la fin.

Le match a tourné et les premiers instants du deuxième tiers le confirment. Tours, agressif et plus rapide, confisque la rondelle. Le jeu physique a un prix, celle d'une infériorité contre Mike Clarke. Cela ne dure guère puisque Peter Himler commet une obstruction. C'est brouillon des deux côtés, laborieux et peu efficace. Au retour des punis, plusieurs charges de Vincent Ouellette gènent les Caennais, qui parviennent quand même à lancer sur Russo. Le gardien bénéficie toutefois d'une pénalité pour un cinglage de Jonathan Janil. La meilleure chance survient sur un 3 contre 0 gaspillé par Olivier Proulx. Caen réplique par un contre de Janil, sorti de prison, mais son centre ne trouve pas preneur.

Le match n'est pas brillant mais plutôt rugueux. Fouquerel, parfois un peu en difficulté, tient toujours, stoppant de la mitaine un lancer de Clarke en entrée de zone. Les mises en échec pleuvent de plus en plus, Ennaffati en fait les frais et prend deux minutes. La défense tourangelle, bien placée, résiste sans souffrir. Une partie un peu de "pousse-palet" ce soir, les deux équipes peinant à enchainer deux passes de suite... En attendant, le public se console avec un sacré duel de mises en échec ! Pour sortir de la torpeur, rien de mieux qu'un tir de pénalité ! Drzik se jette pour empêcher Geslain de filer au but et l'arbitre accorde la sanction logique. Poudrier ne transforme pas la bonne chance, stoppé par Russo. De l'autre côté, c'est Olivier Filion qui file au but, se heurtant au superbe lancer de botte de Fouquerel. Deux actions qui sont bien les seules intéressantes de cette période insipide... Une ultime action de Saul et Noël, qui tente un tour de cage après un premier arrêt du gardien, suivie d'un tir de la bleue dévié. Cela s'est un peu accéléré en fin de tiers, mais globalement, ce n'est pas un grand spectacle.

La ligne Geslain-Prosvic-Poudrier, excellente ce soir, s'illustre encore au troisième tiers. La défense caennaise aussi, Janil punissant le petit Pat Gannon, pas épargné ce soir. Caen joue très bien dans ces premières minutes, réussissant de bons décalages ; sur l'un d'entre eux, la volée de Geslain trouve Russo en angle fermé. Tours n'est pas dans ses patins, manquant contrôle sur contrôle, relance sur relance ; les Drakkars en profitent et jouent dans le camp adverse pendant de longues séquences. Les contres des Diables parviennent cependant à piquer de temps en temps : Romano centre au second poteau pour Noël, battu par le superbe lancer de botte de Fouquerel. À part ça, pas grand-chose à se mettre sous la dent... Caen finit par être logiquement récompensé de ses efforts à 51'04", avec encore un fois un gros travail de la ligne Geslain-Prosvic-Poudrier. Un tir de Janil provoque un rebond, exploité par Prosvic de près (2-2).

La réaction de Tours se fait attendre ; le débordement de Corran, bien accroché, n'est pas récompensé par une pénalité et Caen, explosif en contre par Poudrier, manque un 2 contre 1 royal face à Russo. Et Caen continue à dominer ce match, porté par sa première ligne si dangereuse. Tours n'est vraiment pas dans le match, accumulant les mauvais choix et les imprécisions, frôlant la correctionnelle à plusieurs reprises. Une petite accélération met quand même le feu dans la défense adverse : le palet navigue devant le but, Fouquerel s'en sort avec un peu de chance mais Jonathan Avenel finit pas être puni logiquement à 1'14" de la sirène, pour avoir retenu le défenseur de Tours à la bleue. Une pénalité providentielle pour Tours et Millette demande un temps mort. Tours pousse, porté par le public et une ultime action initiée par Noël ne passe pas.

Les Diables Noirs concèdent donc un point et se voient contraint à une étonnante prolongation à 4 contre 4, pas volée pour une équipe de Caen qui a vraiment fait jeu égal ce soir - voire mieux. Le jeu de puissance de Tours reste sur la glace sans vraiment convaincre, et surtout sans marquer. C'est tendu, c'est équilibré... et Tours revient de loin ! Steven Kaye vole un palet et part en contre, passe-abandon pour Gannon, isolé sur le côté gauche. Le petit ailier expédie le palet devant le but où Mike Clarke, lancé, devance le défenseur et trompe Fouquerel, dépité (3-2 à 64'25"). Enfin, mais c'est presque un hold-up.

Compte-rendu signé Nicolas Leborgne

 

Interviews d'après-match :

David Dostal (entraîneur-joueur de Caen) : "Ce n'est pas passé loin, si on nous avait dit avant le match qu'on prendrait un point on l'aurait pris ! On a plutôt bien joué, bien géré, mais l'équipe qui avait le plus d'expérience a gagné. La coupe n'est pas un objectif mais depuis la descente on manque de matches de ce niveau, c'est donc du plaisir et de la confiance, de l'expérience pour tout le monde. On a été très disciplinés, le système mis en place depuis deux mois marche bien. Les joueurs ont confiance et respectent les consignes, et dans ces cas-là il y a peu de monde qui peut nous battre."

Robert Millette (entraîneur de Tours) : "On les a un peu regardés, on ne s'attendait pas à ce qu'ils jouent aussi physique, même s'ils ont gagné contre Angers. C'est une équipe de bons patineurs, qui n'a rien à perdre, motivée... Leur gardien tient le match, et on a su rester calmes, c'était une question de temps. C'est toujours bon de gagner en prolongation, pour le mental. On ne s'attendait pas à un match facile mais dans la tête c'est un peu différent, on voulait gagner sans blessés et il y avait déjà Angers en tête. Caen s'est donné à fond, ils ont joué comme une équipe de Magnus après de très bons joueurs comme Vorobel, Poudrier, Geslain... Un beau match de hockey. L'important reste le championnat, si on gagne c'est mieux mais c'est surtout la coupe de France qui compte. Là, ce sont des matches en plus, beaucoup d'équipes se sont faites piégées en championnat après cette coupe. On fait tourner pour éviter les blessés, ne pas perdre d'énergie et rester dans le plan de match. À 4 contre 4 il fallait respecter cette équipe et tout le monde sentait que Pat Gannon avait envie, il a apporté toute cette énergie à tout le monde."

 

Tours - Caen 3-2 après prolongation (2-1, 0-0, 0-1, 1-0)

Mardi 30 septembre 2008, 20h00, patinoire municipale de Tours "Elyseum".

Arbitrage de M. Bachelet assisté de MM. Loos et Telliez.

Pénalités : Tours (8', 4', 0', 0'), Caen (2', 4', 2', 0').

Tirs : Tours 26 (10, 7, 5, 4), Caen 27 (6, 4, 16, 1).

Évolution du score :

0-1 à 06'30" : Geslain assisté de Poudrier et Vorobel (sup. num.)

1-1 à 17'01" : Proulx assisté de Saul (sup. num.)

2-1 à 17'49" : Wathier assisté de V. Ouellette

2-2 à 51'04" : Prosvic assisté de Janil et Poudrier

3-2 à 64'25" : Clarke assisté de Gannon et Kaye

 

Tours

Gardien : Adam Russo.

Défenseurs : Michael Novosad - Michael Clarke ; Jozef Drzik - Radek Stepan ; Mathieu Wathier - Omar Ennaffati.

Attaquants : Olivier Proulx - Dominic Noël - Olivier Filion ; Patrick Gannon - Michaël Tessier - Andy Corran ; Steven Kaye - Adrian Saul - Nicholas Romano ; Alexis Ouellette, Vincent Ouellette.

Remplaçant : Pierre Pochon (G). Absent : Nolan Boike.

Caen

Gardien : Clément Fouquerel [sorti de 58'43" à 59'11" et de 59'28" à 60'00"].

Défenseurs : Roch Chevalier - Alexis Gomane ; Slavomin Vorobel - Jonathan Janil ; Udo Marie - Olivier Vandecandelaere (C) ; Hugo Deschamps.

Attaquants : Jonathan Avenel (A) - David Dostal - Graham Avenel ; Thierry Poudrier - Jaroslav Prosvic - Charles Geslain ; Peter Himler (A) - Mans Papaux - Kevin Da Costa ; William Ohlund.

Remplaçants : Arnaud Goëtz (G), Pierre Bennett.

 

Retour à la Coupe de la ligue