Turquie - Mongolie (3 avril 2008)

 

Championnats du monde de division III, troisième journée.

Après deux défaites décevantes, les Turcs ont probablement dit adieu à un espoir de remontée en division II. Ils pâtissent de l'absence de leur meilleur joueur, Cengiz Ciplak, formé au Canada. Celui-ci a été convoqué la semaine dernière, tardivement à son goût, mais est retenu par ses obligations professionnelles. Pour la Turquie, l'essentiel est de retrouver un peu de confiance face à l'adversaire le plus faible du tournoi, la Mongolie.

Cela se fait rapidement. Les Turcs s'installent, le palet revient à la ligne bleue, et Emrah Ozmen place un lancer au-dessus de la jambière droite du gardien (1-0, 04'32"). Il y a déjà de quoi s'inquiéter pour la Mongolie, réduite à trois pendant une minute et demie. Elle s'en sort grâce au bon travail de Tamir Bayagsalan pour dégager les palets puis du petit Munghzaya Enkhtur pour presser les défenseurs adverses. Simple contretemps puisque les rouges finissent quand même par s'installer, à cinq contre cinq. Mais sur un palet contré par un tibia, Namjil Mishigsuren peut partir en breakaway... et tire largement à côté. Les Turcs sont en train de tomber dans la facilité, mais même s'ils cafouillent, les Mongols ne paraissent pas vraiment dangereux.

La différence de niveau reste énorme, et Mustafa Yapicilar, désireux de se racheter de son match nerveux contre les Sud-Africains, déborde la défense et adresse une petite passe en retrait dans le slot à Yavuz Karakoc qui tire sous le gardien (2-0, 10'28"). Puis c'est encore un tir de la bleue qui rentre en touchant la botte droite du gardien (3-0, 11'54"). Pendant une supériorité mongole, le défenseur Tamir Bayagsalan laisse carrément le palet en zone neutre à Yapicilar. Celui-ci part en deux contre un et sert Erdogan Coskun dont le revers bat Munkhbold Bayarsaikhan côté plaque (4-0, 12'46"). On pourrait parler de point faible, mais en fait Ozmen marque aussi côté mitaine, à la faveur d'un réflexe du bras un peu lent du gardien mongol (5-0, 13'20"). La Mongolie a encaissé deux buts sur cette supériorité, mais elle finit par l'exploiter à la dernière seconde. Neguun Gambat, juste avant d'être poussé du slot par un défenseur turc deux fois plus gros que lui, parvient on ne sait comment à allumer la lampe sur une passe de derrière la cage de son collègue Enkhtur (5-1, 14'30").

La Turquie n'est pas réveillée à la sortie du vestiaire : Mishigsuren et Ichinnerov partent à 2 contre 1 dès l'engagement, puis Altangerel Ichinnerov remet ça en repiquant devant la cage. Ces deux occasions mongoles ont eu lieu en infériorité ! La ténacité des blancs finit par provoquer une pénalité de Solak et un beau lancer de la bleue de Boldbayar Bayajikh que le gardien turc Ozbaydogan ne fait que freiner (5-2, 22'03").

Le portier est donc remplacé par sa doublure Baris Ucele... Vingt-deux secondes plus tard, lors d'une percée axiale de Bayarsaikhan Jargalsaikhan, le nouveau rentrant fait un net mouvement à droite alors que le palet, sans doute dévié, glisse tranquillement dans sa cage à sa gauche ! Le score n'est plus que de 5-3, et le jeu est étonnament équilibré, avec deux nouvelles tentatives de l'obstiné junior Munkhzaya Enghtur.

Le bon tir d'Onur Eroglu, entre les jambes du défenseur et du gardien (6-3, 29'10"), ne remet pas vraiment sur les rails une Turquie trop nerveuse. Après une bagarre pour le moins inattendue, Karakov et Mishigsuren sont gentiment sanctionnés de 2'+2'+10'. Une pénalité rouge, à laquelle il restait seize secondes, a été effacée dans l'affaire, et il manque un joueur dans la prison turque (il paraît qu'elles font peur depuis un certain film...). Gurkan Centikaya est ensuite envoyé aux vestiaires pour un six-pouces. On joue alors à trois contre trois et Ozmen, servi en retrait par Eroglu, échoue seul face au gardien. Peu après, la Turquie se retrouve à cinq, et l'arbitre, qui sait qu'il a infligé une méconduite pour le match, signale tout de suite le surnombre, imputé à la table de marque et donc non sanctionné. Enfin en supériorité, la Mongolie n'est pas dangereuse, tant son déficit technique est criant dans le dernier geste. Juste avant la pause, Yucel Citak dribble Altangerel Ichinnerov puis le gardien, puis Coskun dévie à bout portant le centre de la gauche de Yapicilar, ce qui porte soudainement le score à 8-3.

La Turquie a enfin creusé le trou, même si son junior Alper Solak rate son revers lors d'un breakaway en troisième période. C'est en revenant aux fondamentaux qu'elle retrouve le chemin des filets en supériorité numérique, avec un lancer de la bleue de Yapicilar pendant un bon écran sur le gardien, et avec une passe d'Ozmen pour la déviation dans le slot de Caner Baykan (10-3). Entre-temps, le défenseur Ufuk Guclu, qui avait commencé la semaine sur le banc, a lui aussi marqué sur une action individuelle en repiquant devant la cage.

Jouant avec seulement deux lignes, la Mongolie est la plus limitée des participants à ces championnats du monde. Elle fait cependant l'effet d'élèves consciencieux, particulièrement appliqués pour gratter le moindre palet à portée. Ils n'en sont pas moins dépassés en technique, en vitesse et en physique. Les efforts volontaires des tout jeunes Munkhbold Enkhtur (19 ans) et Neguun Gambat (16 ans) sont encourageants pour l'avenir.

Désignés meilleurs joueurs (par les entraîneurs) : Emrah Ozmen pour la Turquie et Neguun Gambat pour la Mongolie.

Compte-rendu signé Marc Branchu

 

Commentaires d'après-match

James McEachern (entraîneur de la Turquie) : "On sait qu'on peut jouer mieux. On a pris beaucoup de pénalités stupides par paresse. La Mongolie a du potentiel, des gars qui peuvent patiner. Elle doit progresser dans les fondamentaux comme les passes, et surtout travailler ses mises en échec. Contre la Grèce, ce sera un match comme un autre pour nous. Les joueurs, grecs comme turcs, sont capables de mettre de côté la politique."

 

Turquie - Mongolie 11-3 (5-1, 3-2, 3-0)

Jeudi 3 avril 2008 à 13h00 à la patinoire de Kockelscheuer. 65 spectateurs.

Arbitrage de Horst Tschebul (AUT) assisté de Tomasz Przyborowski (POL) et Eric de Witte (HOL).

Pénalités : Turquie 55' (6', 6'+10'+5'+20', 2'), Mongolie 50' (6', 10'+10', 14'+10').

Tirs : Turquie 48 (17, 17, 14), Mongolie 30 (6, 22, 2).

Évolution du score :

1-0 à 04'32" : Ozmen assisté d'Ozturk

2-0 à 10'28" : Karakoc assisté de Yapicilar et Baykan

3-0 à 11'54" : Eroglu assisté d'Ince et Citak

4-0 à 12'46" : Coskun assisté de Yapicilar et Cetinkaya (inf. num.)

5-0 à 13'20" : Ozmen assisté d'Ince et Eroglu (inf. num.)

5-1 à 14'30" : Ganbat assisté d'Enkhtur (sup. num.)

5-2 à 22'03" : Bayajikh assisté de Jargalsaikhan et Ganbat (sup. num.)

5-3 à 22'25" : Jargalsaikhan assisté de Ganbat

6-3 à 29'10" : Eroglu assisté de Cetinkaya et Yapicilar

7-3 à 38'54" : Citak

8-3 à 39'13" : Coskun assisté de Yapicilar et Ozmen

9-3 à 47'20" : Yapicilar assisté de Coskun (sup. num.)

10-3 à 48'50" : Guclu

11-3 à 53'27" : Baykan assisté d'Ozmen et Eroglu (sup. num.)

 

Turquie

Gardien : Levent Ozbaydogan puis Baris Ucele à 22'03".

Défenseurs : Gurkan Cetinkaya - Caner Baykan ; Deniz Ince (C) - Cengiz Akyldiz ; Ufuk Guclu - Melik Ozturk.

Attaquants : Yavuz Karakoc - Mustafa Yapicilar (A) - Erdogan Coskun ; Onur Eroglu (A) - Emrah Ozmen - Oktay Yavuzarslan ; Alper Solak - Yucel Citak - Egemen Tasboga ; Gagri Karabulut.

Absents : Galip Hamarat (palet dans le visage), Cihan Kahraman (gardien inscrit par erreur comme défenseur).

Mongolie

Gardien : Munkhbold Bayarsaikhan.

Défenseurs : Boldbayar Bayajikh - Batgerel Zorigt ou Tamir Bayasgalan (A) ; Enkhbat Angaa, Erdenebat Ochir.

Attaquants : Namjil Mishigsuren (A) - Altangerel Ichinnorov (C) - Batzaya Purevdorj ; Neguun Ganbat - Bayrsaikhan Jargalsaikhan - Munkhzaya Enkhtur ; Odsaihan Tsogtsaihan, Burentsogt Tumarbataar.

Remplaçants : Od-Erdene Batnasan (G), Zolboo Dorjsuren, Baasandavaa Choijiljav.

 

Retour aux championnats du monde