Ak Bars Kazan - Avangard Omsk (14 avril 2006)

 

Finale de Superliga russe, match 2.

Comment va réagir le faucon sibérien ? Déplumé par la panthère tatare lors de la première rencontre, le fier volatile d'Omsk n'a plus le choix. Soit il se reprend fissa, soit il se prépare un nervous breakdown comme disaient les tontons flingueurs.

Vainqueur très impressionnant 6-1 de la première manche de la finale dans son antre de la Tatneft Arena pleine à craquer, Ak bars est le grand favori de cette deuxième manche.

Pourtant, l'ancien champion de Russie 2004 et champion d'Europe 2005, l'Avangard Omsk, n'est pas n'importe qui, il l'a prouvé une fois de plus en sortant en demi-finale l'ogre de la saison régulière, le Metallurg Magnitogorsk. Mais dans ces play-offs la marge de manúuvre de Kazan semble tellement importante...

Le début du match rassure cependant les amateurs de suspense. Omsk est plus en jambes qu'il y a deux jours. Le début de rencontre est même a son avantage, avec d'entrée une superbe occasion pour le Tchèque de Sibérie, Vaclav Novak. L'ancien attaquant du Sparta de Prague mène un magnifique raid... qui se termine la tête la première contre la balustrade, mais plus de peur que de mal. En ce qui concerne le palet, il est sous le contrôle de Fred Brathwaite qui commence son festival. Le gardien canadien de Kazan bloque cette belle tentative en solitaire sur l'aile droite. Autant le dire, ce n'est pas le dernier exploit du gardien afro-canadien !

Le ton est cependant donné. Omsk ne veut plus se laisser faire. Le premier tiers est donc beaucoup plus équilibré que lors de la première manche. Mais cela ne signifie pas que la panthère des neiges du Tatarstan soit assagie. Elle est même toutes griffes dehors lorsque l'attaquant sibérien Konstantin Korovikov prend la première pénalité du match. Cela permet aux locaux de bien faire comprendre aux visiteurs qu'ils sont toujours présents. Omsk fait le dos rond et repart ensuite vers la zone défensive de Kazan, où, malheureusement pour les Sibériens, se trouve le Khan de la défense tatare : Fred Brathwaite !

Des Tatars qui se ruent sur la moindre occasion, comme lorsque coup sur coup, deux joueurs de l'Avangard sont sanctionnés, deux défenseurs internationaux, Alexei Trochtchinski pour le Kazakhstan et Sergueï Goussev pour la Russie. À cinq contre trois, des sueurs froides coulent dans le dos des supporters d'Omsk, mais Norm Maracle brille dans les cages sibériennes, même si parfois, cela chauffe vraiment ! 0-0 à la fin du premier tiers, Omsk a réussi à reprendre un peu confiance et du volume dans le jeu, Kazan ne prend toujours pas de but et attend son heure...

La deuxième période est une copie de la première. Les deux équipes patinent très vite, le jeu va d'une cage à l'autre, mais personne ne prend vraiment le risque de s'exposer à un contre. En fait, derrière, le beau patinage se cache, l'attente de la faute fatale de l'adversaire. Dans ce cadre, les pénalités peuvent être décisives. Et à ce jeu, les locaux sont beaucoup plus disciplinés. La première prison tatare du match n'intervient qu'à la vingt-neuvième minute. C'est l'attaquant Mikhaïl Iounkov (l'un des trois joueurs d'Ak bars formés aux Krylia Sovietov) qui est sanctionne. Mais comme Fred Brathwaite est toujours aussi solide. Il faut attendre la prochaine occase. Et elle se présente pour les locaux à deux minutes de la fin du tiers, sur une faute bête, mais bête, d'Anton Kourianov. L'attaquant d'Omsk se fait "tolérancerzéro" en pleine zone neutre, devant l'arbitre, sur une action qui ne méritait pas par deux fois d'envoyer sa crosse par derrière dans les côtes de son adversaire. Par instinct, on sent qu'il a fait la boulette du match, ce brave Antontchka ! On n'a pas vraiment tort... Comme attire par l'odeur du carnage, la panthère sort les griffes et se lèche les babines par avance. Le palet tourne dans tous les sens. Norm Maracle renvoie le premier tir, puis le deuxième... pas le troisième. À mi-distance, le défenseur Vitali Prochkine (encore un transfuge du Dynamo...) transperce la défense sibérienne. 1-0 juste avant la fin du deuxième tiers, sur une pénalité stupide, si cela ne ressemble pas à un tournant du match ! Visiblement, cela perturbe les "Omskiens", car à sept secondes de la sirène, le défenseur Nikita Nikitine ne trouve pas mieux dans ces conditions que de faire une faute !

L'ultime période ne sera qu'un jeu de dupes. Tellement certains de leur force, les joueurs de Kazan se permettent d'attendre leurs adversaires dans leur zone. Il faut avoir une sacrée confiance en soi et sa défense pour se permettre à 1-0 en finale de la Superliga de se contenter de voir venir et de passer un tiers à renvoyer le palet en dégagement interdit, et le plus tranquillement du monde en plus ! Jamais les Verts et Rouges de Kazan ne vont montrer le moindre signe d'énervement. Non, ils attendent peinards les attaques d'Omsk, dans le genre "viens si tu l'oses". Gonflé ! Mais avec Fred Brathwaite dans les cages on peut se le permettre. Comme quoi un gardien alliant talent et expérience en play-offs, cela peut servir !

Et ça marche ! La défense de Kazan renvoie en dégagement interdit, ou alors le Khan Fred fait le travail, et si le temps est découvert, les attaquants tatars tentent l'incursion en territoire ennemi. Ak bars a totalement "vorobievisé" ce dernier tiers. On ne passe pas, ce n'est pas la peine d'essayer...

Le temps passe et l'on se dit qu'Omsk pourrait bien jouer comme cela pendant trois tiers supplémentaires que cela ne changerait rien ! Alors, il faut bien respecter les règles établies. À la fin du match, on sort le gardien et l'équipe adverse marque comme il se doit dans la cage vide. À 59'25 Norm Maracle va sur le banc. À 59'30 il revient du banc, Alexandre Stepanov en provenance du Dynamo a marqué dans le but déserté. 2-0 sur le match et 2-0 sur la finale. Kazan avait montré une puissance de feu impressionnante lors du premier match, il a prouvé qu'il avait également une défense de fer lors de la deuxième rencontre. Une attaque mitraillette et une défense d'acier, que peut faire Omsk ? Espérer que cela ira mieux en Sibérie.

Franchement, on y croit guère : 3-1 en huitième, 3-0 en quart, 3-0 en demie et déjà 2-0 en finale avec seulement un but d'encaissé (et encore c'était un but incroyablement chanceux), Ak Bars est en route vers le triomphe !

Étoiles du match : *** Vitali Prochkine (Kazan), ** Alexandre Stepanov (Kazan), * Fred Brathwaite (Kazan).

Compte-rendu signé Bruno Cadène

 

Commentaires d'après-match

Zinetula Bilyaletdinov (entraîneur de Kazan) : "C'était au premier qui marquerait, et nous avons eu la chance de concrétiser une supériorité numérique. Si je n'ai plus aligné les juniors dans les dernières minutes, c'est parce que l'Avangard était passé à trois lignes. Connaissant les possibilités des joueurs, j'ai décidé de ne pas prendre de risques et de faire de même."

Valeri Belousov (entraîneur d'Omsk) : "Contrairement au premier match, celui-ci a été un combat. Les joueurs ont le mérite de s'être remis de la large défaite et de s'être battus jusqu'au bout cette fois. Mais ils n'ont pas pu marquer, même s'ils ont eu des occasions. L'arbitrage a été horrible. Écrivez-le. Nous en sommes très mécontents. Quant à Maracle, il est sorti trop tôt de ses cages."

 

Ak bars Kazan - Avangard Omsk 2-0 (0-0, 1-0, 1-0)

Vendredi 14 avril 2006 à la Tatneft Arena de Kazan. 10000 spectateurs.

Arbitrage de M. Semenov (Moscou) assisté de MM. Shelyanin et Oskirko.

Pénalités : Kazan 8', Omsk 16'.

Tirs : Kazan 15 (6, 6, 3), Omsk 18 (3, 8, 7).

Évolution du score :

1-0 à 38'45" : Proshkin (sup. num.)

2-0 à 59'30" : Stepanov assisté de Brathwaite (cage vide)

 

Ak Bars Kazan

Gardien : Fred Brathwaite (CAN).

Défenseurs : Raymond Giroux (CAN) - Vitali Proshkin ; Ilya Nikulin - Andrei Pervyshin ; Igor Shadilov - Serhyi Klimentiev (UKR) ; Guennadi Razine - Evgeni Ryasenski.

Attaquants : Danis Zaripov - Sergei Zinoviev - Alekseï Morozov (c) ; Aleksandr Stepanov - Aleksei Tereshchenko - Vladimir Vorobiev ; Dmitri Obukhov - Aleksei Badyukov - Dmitri Dudarev ; Enver Lisin - Mikhaïl Yunkov - Aleksei Kosurov.

Remplaçant : Aleksandr Eremenko (G).

Avangard Omsk

Gardien : Norm Maracle (CAN), sorti de sa cage de 59'25" à 59'30".

Défenseurs : Aleksei Troshchinski (KAZ) - Dmitri Ryabykin (c) ; Sergei Gusev - Kirill Koltsov ; Aleksandr Guskov - Nikita Nikitin ; Evgeni Dubrovin - Andrei Sapozhnikov.

Attaquants : Aleksei Kalyuzhny (BLR) - Andrei Nikolishin - Oleg Belkin ; Vaclav Novak (TCH) - Konstantin Gorovikov - Vitali Yachmenev ; Aleksandr Svitov - Anton Kuryanov - Aleksandr Popov ; Nikita Alekseïev - Aleksei Smirnov - Maksim Rybin.

Remplaçant : Boris Tortunov (G).

 

Retour au championnat de Russie