Amiens - Rouen (15 mars 2005)

 

Quart de finale de la Ligue Magnus 2005, troisième manche.

Rouen Briand, prend le devant !

Celle-là, Rouen est aller la chercher au cur du Coliseum. Les deux équipes ont été contraintes de modifier leurs alignements. Chez les Gothiques, Antoine Richer a dû reculer Timo Willman sur le troisième duo défensif sans doute en raison de sa rotule fêlée. Du coup, c'est le patriarche Perez qui est monté aux côtés des autres joueurs du premier bloc. Chez les Rouennais, l'absence de Broz, touché à l'épaule, perturbe les trios d'attaquants. Arnaud Briand est positionné en deuxième ligne, alors qu'Adrien Dufournet évolue à l'aile droite du cinq de tête.

Amiénois et Rouennais ont fait jeu égal dans la première période. Si les Amiénois ont débuté tambour battant, Julian Marcos eut une très franche occasion d'ouvrir le score en reprenant un rebond laisser libre après une tentative de Zwikel (2'04), les joueurs de Franck Pajonkowski entraient vite dans le match avec Jean-Philippe Paré qui se mettait en évidence dans un jeu constructif (3'21). Cependant, le jeu était fermé et les joueurs à vocations défensives des deux camps rivalisaient d'aplomb. Sami Karjalainen endiguait un "deux-contre-un" picard (11'43). Karrer stoppait Tristan Lemoine partant droit sur le but (17'). Daniel Carlsson fut grandiose d'un bout à l'autre de la partie. Rouen a sans doute gagné ce premier tiers aux points. La différence s'est joué dans les jeux spécifiques. La plupart des fautes sifflées étaient des coups et non pas des fautes empêchant une action de but de se dérouler. Guillaume Besse, après un râteau à la ligne bleue (4'34), a été le premier sollicité en jeu de puissance. Il le fut de nouveau dans la plus belle action de la rencontre un deux contre zéro jouer avec beaucoup de maestria de la part de Jean-Philippe Paré, mais très peu de la part du capitaine rouennais qui, maladroit, permis à Mindjimba un arrêt de position avec sa botte droite (14'12).

Le début du deuxième tiers a été totalement "noir-et-jaune". Antoine Mindjimba a sauvé son camp à deux reprises. La première fois, le gardien a stoppé un envoi d'Arnaud Briand (24'56) qui avait déjà trouvé Mindjimba au premier tiers dans une sorte d'avertissement lâché au cerbère (13'40). La seconde s'est produite face à Pierre-Édouard Bellemare. Le junior avait été déniché par une maître passe de Benoît Pourtanel qui envoyait l'ailier se présenter seul devant le gardien amiénois qui déviait imparablement le tir de l'espoir rouennais (25'29). Cette domination normande devait pouvoir se concrétiser lors d'une attaque à cinq créer par une faute de Zwikel (26'03). Daniel Carlsson, en reprenant le retour d'un tir de Jean-Philippe Paré, en fut très près (27'54). Si près qu'il engendrait une grande frustration sur le banc rouennais qui mêlée à l'intensité de la rencontre énervait Guy Fournier. Le manager rouennais perdait son sang froid lorsqu'un hors-jeu (non justifié d'après Fournier) était sifflé par un des assistants sur une passe de Benoît Quessandier parti en contre-attaque. Guy Fournier était ensuite pris au piège en répondant à une provocation de l'arbitre assistant. Le directeur de jeu ne le supporta pas et pénalisait alors le banc des Dragons (29'31). Une pénalité endurée proche de la faute professionnelle pour l'encadrement rouennais. Surtout à ce moment de la partie où Rouen avait trouvé le rythme, prenant le dessus sur une équipe d'Amiens plutôt soumise. Surtout que les Gothiques profitent de l'aubaine et ouvraient le score sur ce power-play (1-0 à 31'24). Les Dragons étaient K.O. par cet incident. Ils ont bien eu un nouveau jeu de puissance (33'17). Mais ils manquaient de résolution et Mindjimba qui n'en manquait pas lui paradait les trois tirs cadrés envoyés par des rouennais perturbés. Troublés au point de laisser partir Brice Chauvel en breakaway quelques minutes tard (36'07). Le frère du capitaine picard manquait de précision pour le plus grand bonheur des 150 supporters normands ayant fait le déplacement en Picardie. Rouen n'était pas passé loin de la correctionnelle.

Pendant le second passage des surfaceuses, Guy Fournier n'est pas resté très longtemps dans le vestiaire, laissant ainsi ses joueurs vider leur sac afin qu'ils reviennent sur la glace avec un état d'esprit à nouveau conquérant. Ils ne leur fallut pas très longtemps pour égaliser. Lors de leur cinquième jeu de puissance de la soirée, pendant un jeu installé, leur arme fatale Kimmo Salminen égalisait, avec un lancer frappé fort désaxé sur la droite (1-1 à 42'12). Dans le dernier tiers, les équipes étaient de niveau très proche. Pas du grand hockey. Beaucoup de guerriers sur la glace. Comme dans la première période, les actions dangereuses ont eu lieu sur des power-play souvent attribués, là aussi, pour sanctionner des coups plus que des fautes techniques. Rozenthal (46'38) pour Amiens était détourné par Éric Raymond déjà à la parade face à Mortas (45'08). Le gardien rouennais aurait sans doute eu plus de travail si Daniel Carlsson n'avait fait état de toute sa hargne mélangée à son talent. Par deux fois, l'arrière suédois réduisait à néant l'attaque à cinq gothique (44'20 & 46'56). Par la suite, ce sont les Dragons qui se procuraient une belle opportunité en jouant à un homme de plus par Arnaud Briand, très en vue encore ce soir (49'48). Finalement, le palet de la rencontre était pour Jean-Philippe Paré qui, alors que les deux équipes jouent à parité numérique, se heurtait à Mindjimba encore intransigeant (52'). Nous sommes dans les dix dernières minutes et aucune équipe ne laisse des espaces. Par contre, une nouvelle pénalité contre les Rouennais vient faire souffrir les supporters des deux camps. Seulement, les Amiénois sont épuisés et, en dépit de deux positions de tir de Rozenthal (59'38) - il est vrai gêné légalement par Jonas Elofsson - et de Gras (59'57), la sirène sonne et annonce la prolongation jouée en mort subite.

Pendant le surtemps, les Dragons ont encore treize secondes à gérer en infériorité à trois contre quatre puisque la mort subite se joue à quatre contre quatre. Ils le font bien. Cependant, les Amiénois parviennent à lancer trois fois sur la cage d'Éric Raymond. Quelques secondes passent. Pendant que Jonas Elofsson s'évertue à rentrer en zone offensive. Les Amiénois pensent jouer en surnombre. Alors, Julian Marcos (nous a-t-il semblé) rentre en enjambant la balustrade, puis la repasse car les Gothiques ne sont que trois sur la glace. C'est déjà trop tard. Kimmo Salminen a laissé la rondelle libre dans son dos entre l'enclave et la ligne bleue et embarque son défenseur dans une fausse piste sur la droite. Arnaud Briand qui a surgi derrière le buteur finlandais libre de ses mouvements reprend de plein fouet le puck et trouve la lucarne gauche de Mindjimba crucifié (1-2 à 61'21). Comme souvent sur la route, Arnaud Briand ira communier sa joie avec les supporters rouennais avant que ses coéquipiers ne le rejoignent.

Compte-rendu signé Thierry Frechon

 

Amiens - Rouen 1-2 après prolongation (0-0, 1-0, 0-1, 0-1)

Mardi 15 mars 2005 à 20h15 au Coliseum. 3200 spectateurs.

Arbitrage de Marc Mendlowictz assisté de Savice Fabre et Éric Bouguin.

Pénalités : Amiens 20' (4', 8', 10', 0'), Rouen 30' (8', 4', 10'+10', 0').

Tirs : Amiens 32 (11, 8, 10, 3), Rouen 36 (13, 14, 8, 1).

Occasions de but : Amiens 5 (2, 1, 2, 0), Rouen 7 (2, 3, 2, 0).

Évolution du score :

1-0 à 31'21" : B. Chauvel assisté de Zwikel (sup. num.)

1-1 à 42'12" : Salminen assisté d'Elofsson et Robitaille (sup. num.)

1-2 à 61'21" : Briand assisté de Salminen et Elofsson

 

Amiens

Gardien : Antoine Mindjimba 34/36 (94%).

Défenseurs : Julian Marcos - Denis Perez ; Vincent Bachet - Guillaume Karrer ; Timo Willman - Mathieu Jestin.

Attaquants : Élie Marcos - Jonathan Zwikel - François Rozenthal ; Laurent Gras - Anthony Mortas - Simon Petit ; Luc Chauvel - Richard Aimonetto - Brice Chauvel.

Remplaçants : Jérôme Plumejeau (G), Michal Vrabel, David Hennebert, Lionel Wiotte et Julien Lefranc.

Rouen

Gardien : Éric Raymond 31/32 (97%).

Défenseurs : Jonas Elofsson - Nicolas Besch ; Stéphane Robitaille - Benoît Quessandier ; Daniel Carlsson - Benoît Pourtanel.

Attaquants : Kimmo Salminen - Sami Karjalainen - Adrien Dufournet ; Guillaume Besse - Arnaud Briand - Tristan Lemoine ; Alexandre Lefebvre - Jean-Philippe Paré - Pierre-Édouard Bellemare.

Remplaçants : Stéphane Burnet (G), Simon Doreille, Yvan Fontana, François Dubillot. Absent : Ludek Broz (épaule)

 

Retour à la Ligue Magnus