Bordeaux - La Roche-sur-Yon (23 janvier 2005)

 

Match en retard de la neuvième journée de la division 2, poule ouest.

Ce match face au Hogly ne devait avoir qu'un seul enjeu : permettre aux Bordelais en cas de victoire de prendre une première place largement méritée dans la poule ouest. Pourtant, suite à une faute incompréhensible des dirigeants du BGH 2000, due à une erreur d'interprétation de l'association Bordeaux-Anglet (non-validité de la licence de Jérôme Patard, joueur angloy), la fédération sanctionnait la veille de ce match le club de Bordeaux en lui retirant cinq points au classement (matchs contre Cholet et Nantes, joués par Patard, perdus par forfait 5 à 0, plus un point de pénalité), offrant au Hogly une possibilité inespérée d'accéder à la phase finale. Et les joueurs de La Roche n'ont pas laissé passer cette aubaine...

La tension était palpable dès le début du match, chacune des équipes hésitant vraisemblablement à se livrer dans ce match très important. Ce sont les Aigles qui mettaient fin à ce round d'observation en récupérant un palet dans leur zone en infériorité numérique. Juraj Ocelka partait en contre, franchissait la ligne bleue et remettait intelligemment en retrait pour Tomas Kaspar, bien lancé, qui trompait de près Daniel Spasic. Les Bordelais ne parvenaient pas à prendre le jeu à leur compte. Pire, Frédéric Levêque doublait la mise en double supériorité numérique sur un tir à mi-distance entre les jambières du portier local. Cela ne pouvait pas plus mal commencer pour les Boxers. Pourtant, ces derniers allaient parvenir à réduire le score : profitant d'un rebond laissé par Yohann Barreteau sur une frappe de Christophe Cantos, l'autre junior angloy Xavier Lassalle reprenait le palet et l'expédiait dans le but du Hogly. Mais les Bordelais relâchaient bêtement leur attention défensive, et moins d'une minute plus tard, les visiteurs reprenaient une avance de deux buts, grâce une nouvelle fois à Tomas Kaspar, décidément très en vue ce soir (comme son coéquipier Ocelka), qui, parti en breakaway, glissait la rondelle une nouvelle fois entre les jambières du gardien suédois Spasic. 3 à 1 pour les visiteurs à la fin du premier tiers, l'affaire était pour le moins mal engagée...

Les Bordelais entamaient le deuxième tiers en double supériorité numérique, mais ne réussissaient pas à convertir cet avantage en but. Incontestablement, ils n'étaient pas dans un grand jour... Pourtant, Jill Cauly faisait recoller Bordeaux au score grâce à un tir de près après un engagement gagné en zone offensive par Guillaume Arnould. Las, encore une fois, les bordelais étaient incapables de maintenir leur emprise sur le match après avoir marqué. Cette fois, Quinze secondes suffisaient aux Aigles pour faire un nouveau break : ils récupéraient un palet dans la zone défensive bordelaise et Virgile Mariette inscrivait le quatrième but des siens grâce une belle frappe dans la lucarne. La seconde moitié de ce tiers voyait les arbitres sanctionner outrageusement les locaux. Mais malgré quatre pénalités mineures, dont deux charges dans le dos de Barthélémy et Poularas, ils parvenaient à enrayer toutes les tentatives des visiteurs, malgré une frayeur dans les dernières secondes quand un lancer de la bleue frappait la transversale de Spasic.

Les Boxers étaient contraints de reprendre la main sur le match s'ils voulaient ne pas voir s'échapper leurs espoirs de qualification. Profitant d'une prison de Sabatier pour faire trébucher, ils imposaient leur jeu, mais leur domination restait désespérément stérile au tableau d'affichage. Il fallait attendre la 52e minute pour voir les Bordelais revenir une nouvelle fois à un but de leurs adversaires du jour : en infériorité numérique, Igor Szabados récupérait le palet dans sa zone défensive, accélérait, traversait la patinoire, et, la ligne bleue franchie, transmettait le palet à Xavier Lassalle, qui ne manquait pas l'occasion offerte en levant le palet pour le loger dans la lucarne de Barreteau. Les quelque 700 spectateurs à Mériadeck se remettaient à croire à un retour inespéré. Les Boxers continuaient de pousser, mais les Aigles, bien recroquevillés sur leur but et parfaitement organisés défensivement, résistaient. Ils inscrivaient même un cinquième but par l'intermédiaire de Rénald Fraboulet. La messe était dite... Pas tout à fait, puisqu'une minute plus tard, Guillaume Arnould entretenait un mince espoir en réduisant le score, grâce à un joli but : après avoir remonté le palet, il frappait sur le gardien, puis récupérait le rebond laissé par celui-ci et poussait la rondelle dans le but en la faisant passer entre ses jambes. Stéphane Tartari demandait un temps mort et tentait le tout pour le tout en faisant sortir Spasic pour la dernière minute du match. Cela n'y changeait rien, et Ocelka marquait dans la cage vide. C'en était fini des espoirs des Boxers...

Les Bordelais restaient sur une série de matchs impressionnants, en particulier face aux leaders de la poule ouest. Pourtant, force est de constater que leur prestation de dimanche soir a été décevante, ils n'ont pas su saisir leur chance. Mais pouvait-il en être autrement ? Ils avaient chèrement gagné leur place dans la poule de promotion, et la veille d'un match a priori sans grand enjeu, on leur retire ce droit, à cause d'une erreur administrative invraisemblable (pour laquelle la direction du club n'a toujours pas fait de communiqué d'ailleurs). En quelques jours, une saison, qui devait être celle du renouveau après le purgatoire des Antennes du Lac, se transformait en véritable fiasco, non pas sportif, tant les Boxers avaient su être à la hauteur des objectifs assignés, mais administratif.

Côté bordelais, difficile de distribuer les bons points tant ce match a été laborieux. Le cur était là, des joueurs comme Stéphane Tartari ou Jill Cauly, ont su instiller l'envie de gagner chez leurs coéquipiers. D'autres comme Guillaume Arnould ou Igor Szabados ont réussi à jouer à un niveau très satisfaisant. Mais ce soir, l'envie n'a pas suffi face à une solide équipe de La Roche sur Yon, surmotivée par cette chance inattendue qui lui était donnée de participer à la lutte pour la montée.

Côté Hogly justement, deux joueurs sortent du lot : Tomas Kaspar et surtout Juraj Ocelka, les véritables moteurs offensifs de leur équipe. Collectivement, la qualité de ce groupe est indéniable et en net progrès par rapport au début de la saison. Bonne chance à eux pour la suite...

Et un merci aux Boxers pour leurs prestations de cette saison. Cela fait plaisir de les voir revenir à ce niveau après les épreuves subies. Il va falloir maintenant se concentrer sur les play down, non pour le maintien qui est quasiment acquis, mais pour préparer la saison prochaine. En espérant que ce groupe, dont la valeur est évidente, saura rester soudé après cette désillusion... car les Boxers version 2004-2005 méritent bien mieux que cette triste fin de première phase. Allez les Boxers !

 

Bordeaux - La Roche-sur-Yon 4-6 (1-3, 1-1, 2-2)

Dimanche 23 janvier 2005 à 18h00 à Mériadeck. 700 spectateurs.

Arbitrage de Marie-Tjana Picavet et Guillaume Barthe.

Pénalités : Bordeaux 52' (8', 8'+10'+10', 6'+10'), La Roche-sur-Yon 22' (6', 0', 6'+10').

Évolution du score :

0-1 à 06'44" : Kaspar assisté d'Ocelka (inf. num.)

0-2 à 11'45" : Levêque assisté de Kaspar et Ocelka (double sup. num.)

1-2 à 16'02" : Lassalle assisté de Herraiz

1-3 à 17'25" : Kaspar assisté d'Ocelka

2-3 à 27'30" : Cauly assisté d'Arnould

2-4 à 27'45" : Mariette

3-4 à 51'32" : Lassalle assisté de Szabados (inf. num.)

3-5 à 58'04" : Fraboulet assisté d'Ocelka et Sarno

4-5 à 59'06" : Arnould

4-6 à 59'51" : Ocelka assisté de Sarno (sup. num.)

 

Retour au championnat de France de division 2