Rouen - Mulhouse (15 janvier 2005)

 

Match comptant pour la vingt-deuxième journée de ligue Magnus 2004/2005.

Les Dragons imposent leur loi

Le RHE aura patienté deux bons tiers-temps avant de prendre le dessus sur une équipe de Mulhouse bien armée devant et efficace avec Maurice Rozenthal.

Dans les cinq premières minutes de la dernière période, l'armada rouennaise dictera sa loi à son vis-à-vis de l'est. La vivacité du junior Alexandre Lefebvre, la science de Ludek Broz, les arrêts d'Éric Raymond ont fait la différence. Mais l'essentiel qui a fait le reste pour les "Noirs et Jaunes", c'est l'abnégation et la combativité de toute l'équipe.

Ce ne fut pas une promenade de santé pour autant. Mulhouse a mené deux fois au score. Deux fois les exploits (beaux car inutiles) d'un Maurice Rozenthal, en évidence car revanchard, ont mis les Normands devant leurs responsabilités. Deux fois Maurice Rozenthal a été vain, comme à son habitude à Rouen, repris par des alignements revisités suivant une stratégie déjà éconduite mais tout terrain et bien rodée, les jeux spécifiques et contres en avantage (deux contre un, trois contre deux). Ainsi, Ludek Broz a égalisé seul en contre en explosant la mitaine de Fabrice Lhenry lors d'un lancer fort et lointain asséné dès que le Tchèque eut passé la ligne bleue (1-1 à 10'28). Stéphane Robitaille a inscrit la seconde parité d'un lancer exécuté en jeu de puissance trouvant le haut des filets du gardien international sans doute masqué par le trafic rouennais devant sa zone (2-2 à 26'34).

Tout au long de la rencontre, les Dragons se sont fait mal. C'est Benoît Pourtanel, incroyable ce soir, qui illustre le premier dévouement de la rencontre en contrant Steven Reinprecht (3'11). L'ensemble de l'équipe joue au diapason de l'ex-mis au ban(c). Nicolas Besch écarte le transitoire Maurice Rozenthal (4'58). Éric Raymond se fait violence pour sortir au devant de Pavol Segla afin d'avorter une action alsacienne (11'00). Kimmo Salminen va tamponner la star Steven Reinprecht lors d'une infériorité, une prise de risque défensive démontrant toute la confiance normande (13'37). L'étoile NHL fut encore bien pâlichonne, enrhumée par Stéphane Robitaille d'un genou (16'15). Alexandre Lefebvre défend corps et âme devant Jani Kiviharju (21'21). Elofsson et Besch luttent dans la bande comme des damnés (22'30). Tout une vaillance rouennaise encore illustrée par Benoît Pourtanel se jetant abdos à terre (sic) pour éloigner la rondelle de son camp alors que son équipe évolue en infériorité (31'22). La défense est souvent intraitable comme a su l'être Benoît Quessandier face à Jani Kiviharju (58'13).

Malgré tout, les Scorpions se sont montrés dangereux. Surtout au premier tiers. Maurice Rozenthal, le retour, comme s'il avait une valeur à prouver ici sur les bords de Seine, semblait intenable (4'58 & 11'20). Steve Montador expédiait deux tirs appuyés (9'01 & 10'24). De même Steven Reinprecht sortait de sa torpeur en fin premier tiers (18'40). Seulement, les Rouennais sont souvent plus présents et parfois plus rapides. Les Scorpions ont été continuellement sous pression. Avec Arnaud Briand (2'22), Alexandre Lefebvre (9'23 & 10'45), Sami Karjalainen (9'52) et Kimmo Salminen (17'46), ça part dans tous les sens. Fabrice Lhenry parfois fébrile aurait pu en prendre plus, même si le vingt médian a été plus partagé, grâce à un arbitre sans doute venu en car avec les Mulhousiens. Il est vrai que passer par Épinal ne constitue pas un gros détour sur la route du HCM ! Le directeur de jeu, qui avait déjà "oublié" un cinglage sur Alexandre Lefebvre (12'50), obligeant ce dernier à se faire respecter et sanctionner, abusait de son instrument à vent sur des fautes bénignes rouennaises. Les huit minutes de jeux spéciaux, dont presque cinq minutes consécutives, ont été mieux négociées par les Normands - une interception de Guillaume Besse (30'06) et un contre de Sami Karjalainen (37'27) ne seront pas gratifiés - que par les Mulhousiens assez peu entreprenants dans l'ensemble. Bref, plus de peur que de mal.

À égalité (2-2) au second retour sur la glace, Éric Raymond sort le grand jeu. Il stoppe un lancer de Pavol Segla envoyé du haut de l'enclave (42'24) avant de briller plus tard. Puis c'est le bonheur. Sami Karjalainen dévie le tir de Jonas Elofsson adressé de la bleue pendant un jeu de puissance et trompe Fabrice Lhenry (3-2 à 43'41). Les gradins se déchaînent et les Dragons prennent l'avantage. Alexandre Lefebvre, après une accélération de ses compères de ligne, profite de la confusion dans le trafic autour des cages alsaciennes pour pousser le caoutchouc au fond des filets mulhousiens (4-2 à 44'49).

La réaction des joueurs de Christer Eriksson est foudroyante mais Éric Raymond est géant. Le gardien rouennais est décisif devant Gregory Day (45'14), Pavol Segla (45'44) et Steven Reinprecht (47'38). Les Dragons ont de la ressource. Après avoir été désarçonnés pendant trois minutes (les seules de la rencontre finalement) ils ont fait preuve d'ambition. Sami Karjalainen (50'40) et Ludek Broz (51'29) font replier les Scorpions. Concentrés sur un jeu de puissance, Guillaume Besse (52'54) et Stéphane Robitaille (53'48) font preuve d'envie de gagner et encourage l'équipe à se battre jusqu'au bout. Performants, les Rouennais ne se relâchent pas. Ils annihilent des Scorpions pourtant au label NHL. Sans doute vexé et pas bon perdant, Christer Eriksson ne se rabaisse pas à sortir son gardien, a contrario des Normands à Illberg au match aller.

Rouen renoue donc avec la victoire en cette nouvelle année tout en disputant un match plein. Techniquement, l'équipe a un potentiel non négligeable. Les réalignements proposés semblent mieux exploiter ces qualités. En plus de leurs capacités, ils allient sur chaque bloc l'expérience et l'enthousiasme. Le trio en forme de la fin d'année (Karjalainen-Briand-Salminen) a été reconduit. La présence des juniors sur les unités spéciales est une grande première à Rouen. Ce nouveau coaching permet une plus grande fraîcheur physique à la fois sur les jeux spécifiques et en fin de match. Cela a porté ses fruits ce soir. Rouen s'est rassuré de très belle manière. Le public et les supporters ont passé une excellente soirée. Vivement la prochaine face à Tours afin de complètement relancer les Dragons !

Compte-rendu signé Thierry Frechon

 

Commentaire d'après-match (dans les Dernières Nouvelles d'Alsace)

Christer Eriksson (entraîneur de Mulhouse) : "Nous sommes techniquement et tactiquement pas mal. Ce qu'il nous manque c'est un peu d'investissement personnel. Après une série de victoires, tout le monde, dans le club et en dehors, nous voyait peut-être meilleurs que nous le sommes pour l'instant. Déjà, Rouen a fait un très bon match, mille fois meilleur que celui de Tours la semaine dernière. Nous on a perdu rapidement Allan Carriou (adducteurs), et Jukka Hakkarainen s'est tordu le genou. On est descendu à trois lignes qui n'étaient pas forcément celles utilisées à l'entraînement. On a fait un match correct sans plus. Quand on n'a pas la facilité technique que l'on affiche dans certains matchs, on a des difficultés. À ce moment-là il faut enfiler la tenue de travail et se faire mal pour prendre le palet. Maintenant, soit on cherche des excuses, soit on bosse. Il faut une grosse implication de tout le monde. On va commencer à travailler physiquement. Mais cette semaine en raison des blessures et de l'absence de quatre joueurs en stage avec l'équipe de France (Coqueux, Lhenry, Rozenthal, Prunet), la préparation sera plus individuelle que collective. Mais il ne faut pas croire qu'il y a le feu à la maison. Si on tire tous dans le même sens on peut battre cette équipe de Rouen. Je le répète, notre ennemi c'est nous."

 

Rouen - Mulhouse 4-2 (1-1, 1-1, 2-0)

Samedi 15 janvier 2005 à 20h00 au centre sportif du Docteur Duchêne. 3000 spectateurs.

Arbitrage de Gilles Durand assisté de Damien Bliek et Benjamin Grémion.

Pénalités : Rouen 14' (2', 8', 4'), Mulhouse 18' (4', 4', 10').

Tirs : Rouen 30 (11, 5, 14), Mulhouse 26 (6, 11, 9).

Occasions de but : Rouen 7 (4, 1, 2), Mulhouse 10 (4, 2, 4).

Évolution du score :

0-1 à 02'03" : Rozenthal assisté de Segla et Palovcik

1-1 à 10'29" : Broz

1-2 à 23'30" : Rozenthal assisté de Palovcik

2-2 à 26'34" : Robitaille assisté de Broz et Lemoine (sup. num.)

3-2 à 43'41" : Karjalainen assisté de Elofsson (sup. num.)

4-2 à 44'49" : Lefebvre assisté de Pourtanel et Paré

 

Rouen

Gardien : Éric Raymond 24/26 (92%).

Défenseurs : Jonas Elofsson - Nicolas Besch ; Benoît Quessandier - Stéphane Robitaille ; Benoît Pourtanel - Daniel Carlsson.

Attaquants : Sami Karjalainen - Arnaud Briand - Kimmo Salminen ; Tristan Lemoine - Ludek Broz - Guillaume Besse ; Pierre-Édouard Bellemare - Jean-Philippe Paré - Alexandre Lefebvre.

Remplaçants : Stéphane Burnet, Simon Doreille et Adrien Dufournet.

Mulhouse

Gardien : Fabrice Lhenry 26/30 (87%).

Défenseurs : Steve Montador - Francis Ballet ; Miikka Ruokonen - Jukka Hakkarainen ; Allan Carriou [puis Hermanni Vidman à la deuxième minute] - Lilian Prunet

Attaquants : Lionel Bilbao - Gregory Day - Steven Reinprecht ; Juho Jokinen - Olivier Coqueux - Jani Kiviharju ; Pavol Segla - Milos Palovcik - Maurice Rozenthal.

Remplaçants : Tom Charton (G), Jérôme Catil et Steve Michou. Absent : Ryan Christie (suspendu).

 

Retour à la Ligue Magnus