Morzine-Avoriaz - Amiens (27 novembre 2004)

 

Match comptant pour la seizième journée de Ligue Magnus.

Les Pingouins de Morzine-Avoriaz reçoivent les Gothiques d'Amiens pour ce qui va devenir la revanche du premier match disputé par les locaux dans cette Ligue Magnus. Ce match a déjà de l'importance dans la course aux playoffs dans laquelle est engagée les Pingouins, et pour laquelle les Gothiques souhaitent se repositionner plus favorablement. Morzine-Avoriaz affronte donc, une semaine après Rouen, une autre équipe prestigieuse contre qui elle s'était plutôt bien défendue au match aller, ne s'inclinant que de très peu sur un but en cage vide en fin de match.

Dans la première partie du premier tiers, les deux équipes se livrent à un round d'observation. Les premiers en attaque sont les visiteurs, plus libérés que les locaux, quelque peu tendus par l'enjeu du match et le fait de se retrouver sur leur glace qu'ils avaient laissée depuis plus d'un mois. Amiens se procure quelques occasions sur des jeux bien construits qui amènent des lancers à proximité de la cage de Bäckö, que celui-ci stoppe brillamment. Morzine-Avoriaz réplique d'abord par des tirs lointains, car peu enclins à produire dès le début de la rencontre le jeu rapide qu'ils ont l'habitude de proposer, du fait des changements de ligne intervenus suite à la blessure de Christian Magnusson en Coupe de France mardi dernier. Amiens continue à mettre la pression par l'intermédiaire successivement de Gras et Rozenthal mais ne parvient pas à passer la muraille morzinoise, de mieux en mieux regroupée en défense autour de leur portier. Les Pingouins retrouvent progressivement leur jeu pour le plus grand plaisir des mille spectateurs dans une grosse ambiance. Ils sont même tout près d'ouvrir le score sur une action d'Håkansson, mais Mindjimba s'interpose bien. Les deux équipes se montrent tour à tour dangereuses jusqu'à la fin du tiers, mais sans toutefois mettre toute leur énergie à l'ouverture du score. Le premier tiers se termine donc sur un score vierge, ce qui a le don d'agacer un peu les Amiénois lors de la rentrée au vestiaire, frustrés de n'avoir pu ouvrir la marque face à une équipe de Morzine-Avoriaz sérieuse, bien regroupée et soutenue par son public retrouvé.

Le deuxième tiers voit d'entrée les locaux mettre la pression sur les visiteurs, qui subissent les velléités résolument offensives sans pour autant craquer, grâce à un bon Mindjimba. Le jeu amiénois est moins efficace, et les actions ne se sont plus si proches de la cage morzinoise qu'elles ne l'étaient en première période, et il faut une erreur de relance pour que Luc Chauvel servi par Gras, trompe Bäckö d'un lancer puissant côté mitaine, lancer pourtant touché par le gardien local. Mais comme à l'accoutumée lorsqu'ils sont menés, les Pingouins ne s'inquiètent pas pour autant et accélèrent encore le jeu. Lancé en profondeur par son capitaine Elian, Johan Forsander se retrouve en position favorable après la bleue pour armer son terrible shoot, et crucifie Mindjimba par un lancer surpuissant sous la transversale qui ravive la flamme dans le public. Bien décidés à ne pas en rester là, les Pingouins accumulent les occasions sans pour autant concrétiser par un net avantage. Et Amiens retrouve alors son jeu et soumet le portier morzinois Bäckö à un petit déluge de lancers que celui-ci stoppe à la manière d'un "Shiva" avec des membres supérieurs dédoublés. Les esprits s'échauffent alors un peu, mais les Morzinois résistent bien, malgré un nouveau changement en première ligne pour parer aux dix minutes de prison écopées par le centre habituel Marc Billieras, alors remplacé par Kévin Enselme qui assure ce poste sur deux lignes. Les Pingouins manquent même de prendre l'avantage par Johan Forsander, servi par une passe de vingt mètres de Brad Ference depuis l'arrière de sa cage, qui a mis hors de coup tous les joueurs amiénois. Et il faut un excellent Mindjimba pour sortir la première tentative du Morzinois (qui avait cette fois-ci choisi le petit jeu plutôt que le lancer frappé), suivi du rebond qu'il prend lui-même. La supériorité qui suit pour les locaux ne donne rien, de même que le début de la dernière pénalité prise par Amiens avant la fin du tiers. L'ambiance surchauffée due à ce deuxième tiers de folie dans lequel se sont succédé des actions dangereuses de part et d'autre laisse augurer d'un troisième tiers très palpitant.

La fin de pénalité se terminant au troisième tiers ne permet pas à Morzine-Avoriaz de marquer en supériorité. Mais dès le retour du cinquième joueur amiénois, un dernier gros lancer de Ference, très actif sur les tirs lointains lors des pénalités amiénoises, laisse à Kaye, revenant de derrière la cage, la possibilité de glisser le palet entre les jambes de Mindjimba pour permettre aux Pingouins de prendre la tête dans ce match dans une ambiance extraordinaire. Et l'extraordinaire se meut en folie lorsque Mindjimba est trompé par un rebond sur la balustrade lors d'une sortie, laissant à Billieras la possibilité de donner à Håkansson devant la cage presque vide pour inscrire le but du break. À 3-1, la confiance semble régner dans le clan morzinois, aidé par un public entièrement acquis à sa cause. Mais peut-être trop, car les Pingouins vont immédiatement laisser les Gothiques revenir dans le match sur une erreur de relance, qui permet à François Rozenthal, après un bon travail de Zwikel, de servir Luc Chauvel venant battre Bäckö par un shoot en lucarne. Il reste à ce moment-là encore seize minutes à Amiens avant la fin du match pour revenir à égalité. Mais les locaux ne l'entendent pas de cette oreille, et continuent leur gros travail défensif, sur la base du premier tiers temps, contenant les multiples attaques amiénoises, en s'appuyant sur un Bäckö toujours aussi présent et apte à sortir les bons arrêts.

Lors du match aller, Morzine-Avoriaz, revenu aussi à 3-2, avait sorti son gardien pour essayer de marquer avec un joueur supplémentaire le but égalisateur. Mais l'entreprise avait échoué. Et la même mésaventure arrive aux Gothiques. Mindjimba, sorti à quarante-cinq secondes de la fin après un temps mort demandé par Richer, ne peut que constater, impuissant, le quatrième but morzinois. Oeuvre lumineusement intelligente de Santteri Immonen qui, par un flip astucieux, lobe la fermeture de zone amiénoise, pour servir Forsander parti comme une fusée suite à la récupération du palet par son coéquipier, et qui en réceptionnant la passe, n'a plus qu'à franchir la ligne bleue amiénoise et à ajuster proprement son tir de façon à ne pas manquer la cage désertée, scellant la victoire des Pingouins dans un délire complet gagnant toute la patinoire et le banc local.

Les Pingouins remportent donc à domicile leur troisième victoire, victoire de prestige qui plus est en dominant le champion de France en titre. Cela n'a été possible que grâce à un esprit de combativité exceptionnel, qui avait fait défaut à Briançon, mais qui avait été retrouvé à Rouen la semaine dernière. D'autant que les locaux n'ont pas joué selon leur configuration habituelle, prouvant que l'effectif dont ils disposent, même diminué, est capable de battre une équipe d'Amiens se déplaçant avec des lignes complètes pour l'une des premières fois de la saison. Parfois dominateurs sur des phases de jeu courtes et construites, les champions de France n'ont pas réussi à être suffisamment réalistes pour triompher du promu qui prouve une nouvelle fois qu'il sera dur à battre à domicile. Les Pingouins devront maintenant maintenir ce niveau de jeu, voire le réhausser encore pour engranger le maximum de points au cours de ce long mois de décembre. Et cela commencera à Epinal mercredi, face à un autre candidat aux playoffs.

Du côté des satisfactions (tous les joueurs mériteraient une récompense) : encore un gros match de notre gardien Johan Bäckö, excellent match de Brad Ference, très présent physiquement voire impossible à passer, impeccable en relance, et auteur de son premier point (une assistance), et non moins excellent match de Julien Lebey (cadet) sur la deuxième ligne !

Compte-rendu signé Geoffroy Cachat

 

Morzine-Avoriaz - Amiens 4-2 (0-0, 1-1, 3-1)

Samedi 27 novembre 2004 à 20h30 au Parc des Sports de Morzine. 923 spectateurs.

Arbitrage de Julien Avavian assisté de Nicolas Barbez et Damien Velay.

Pénalités : Morzine 22' (2', 8'+10', 2'), Amiens 18' (4', 10', 4').

Tirs : Morzine 29, Amiens 38.

Évolution du score :

0-1 à 25'10" : L. Chauvel assisté de Gras

1-1 à 26'41" : Forsander assisté d'Elian

2-1 à 41'17" : Kaye assisté de Ference

3-1 à 42'47" : Håkansson assisté de Billieras (sup. num.)

3-2 à 43'31" : Jestin assisté de Rozenthal et Zwikel

4-2 à 59'40" : Forsander assisté d'Immonen (cage vide)

 

Morzine-Avoriaz

Gardien : Johan Bäckö.

Défenseurs : Santeri Immonen - Brad Ference ; Alain Boisson (A) - Andreas Alnered ; Christian Elian (C) - Tony Bergin.

Attaquants : Fredrik Håkansson - Marc Billieras - Johan Forsander (A) ; Julien Lebey - Steven Kaye - Éric Lebey ; Éric Dupieux - Kévin Enselme - Lionel Maes.

Remplaçants : Damien Ackerer (G), Gabriel Périllat, Anthony Richard. Absents : Tomas Lindgren (rupture du tendon d'Achille), Christian Magnusson, Jean-Yves Socquet (blessés).

Amiens

Gardien : Antoine Mindjimba (sorti de sa cage de 59'15" à 59'40").

Défenseurs : Denis Perez - Michal Vrabel ; Vincent Bachet - Mathieu Jestin ; Guillaume Karrer - Timo Willman.

Attaquants : Élie Marcos - Laurent Gras (A) - Luc Chauvel (C) ; Richard Aimonetto - Anthony Mortas (A) - Simon Petit ; Julian Marcos - Jonathan Zwikel - François Rozenthal ; Brice Chauvel.

Remplaçant : Jérôme Plumejeau (G).

 

Retour à la Ligue Magnus