Angers - Clermont-Ferrand (6 octobre 2004)

 

Match comptant pour la sixième journée de Ligue Magnus.

Comme pour tous les matchs ayant lieu en semaine, Angers reçoit le mercredi. La première fois, c'est Tours qui était venu s'imposer dans une fin de match houleuse. Depuis, le vent semble avoir tourné, Angers a réussi à enchaîner deux victoires et espère continuer sur cette voie avant d'affronter Dunkerque puis Gap, deux clubs à sa portée. La venue de Clermont ne semble pas pouvoir stopper cette série au vu de la qualité de leur dernière sortie. Néanmoins, forts de leur premier succès le week-end dernier face à Villard (club qui a déjà vaincu Angers), les Auvergnats semblent enfin avoir trouvé le chemin qui mène à la victoire et leur objectif de ce soir est de pouvoir eux aussi enchaîner les victoires.

Pour cela, Clermont-Ferrand peut compter sur Radek Lukes, un gardien remonté depuis sa dernière venue au Haras avec Gap en janvier, où il avait encaissé sept buts avant de laisser sa place. Pour Angers, l'infirmerie continue de se remplir. Pihant semble apprécier les matchs depuis les tribunes, ce soir Rousselin l'accompagne pour cause de suspension, et Mysicka mal retombé et sorti en cours de match à Epinal est blessé aux adducteurs. Quant à Tijou, pas totalement remis de sa commotion face à Morzine, il joue pour pouvoir assurer une rotation supplémentaire .Mais l'attraction côté angevin est le retour ou l'arrivée officielle de Michal Piotrowski qui a enfin eu l'aval des médecins et commencera sa saison ce soir. C'est donc avec un effectif remanié mais euphorique qu'Angers tente de conserver sa place dans le haut du classement.

Le début de match est entièrement angevin, deux minutes de domination où Clermont ne réussit pas à sortir le palet de sa zone. Lukes stoppe tout et semble être dans un bon jour. Clermont réagit par un premier contre au bout de 3'26, première attaque, premier tir et première transversale, le palet contré rebondit sur la barre de Figved chanceux. Cela a le don de refroidir Angers qui attaque moins franchement, et fait attention de ne pas tomber dans le faux rythme qu'impose Clermont. Ainsi la prochaine grosse occasion a-t-elle lieu seulement au bout de dix minutes par l'intermédiaire du junior Julien Albert qui est en train de se faire une place dans l'effectif. Sur l'action suivante, c'est au tour de Martin Lacroix de nous offrir son festival hebdomadaire, remontée de palet depuis l'arrière de sa cage pour aller mourir sur celle de Lukes qui décidément repousse tout. Les Sangliers Arvernes semblent étouffés et Roux commet une obstruction qui l'entraîne en prison. Durant cette première infériorité, Lukes cède enfin mais c'est son poteau qui le supplée. Clermont préserve ce score de parité et s'offre des contres de plus en plus dangereux. Cette fin de tiers nous offre pendant plus de deux minutes des attaques de part et d'autre, sans qu'aucune n'équipe ne parvienne vraiment à vaincre la défense adverse. Cela jusqu'à 19'29", où Mazerolle, Kelley et Billard attaquent face à Guillaume Rodrigue et Simon Lacroix, les deux attaquants jouent les défenseurs. Luc Mazerolle parvient à prendre le dessus sur Lacroix et feinte le tir à l'approche de Figved pour faire une passe au second poteau concrétisé par Andrej Mrena. Les visiteurs rentrent au vestiaire avec un avantage inespéré.

Angers rentre dans ce deuxième tiers-temps avec d'autres intentions, notamment plus d'agressivité sur les joueurs adverses, la preuve en est la pénalité de Martin Lacroix dès 20'55. Supériorité clermontoise qui crée une grosse occasion pour Kelley, bien servi par Mazerolle mais il vendange. La pénalité terminée, Angers décide d'accélérer et Clermont, étouffé, n'a plus d'autres alternatives que de faire faute. Cette pénalité de Lecompère coûte cher puisque la défense clermontoise change de ligne au mauvais moment. Michael Irani de sa ligne bleue passe à Guillaume Rodrigue seul à la ligne bleue clermontoise, qui se présente face à Lukes et attend que le gardien fasse le premier geste. Celui-ci rate son jeu à la crosse et s'allonge sur la glace d'un beau grand écart, Rodrigue très intelligemment passe le palet sur la droite de Lukes qui ne peut que difficilement se déplacer.

La suite de la rencontre est toujours à l'avantage d'Angers, mais Lukes continue de tenir toute son équipe sur ses épaules, Clermont ne réussissant même plus à se créer des contres comme dans le premier tiers. Angers retourne au charbon et le jeu de passe fait merveille entre Rodrigue et Bellemare, même Lukes ne parvient plus à les arrêter mais le poteau est encore là, tandis que Radek Hovora montre toute sa technique au public angevin dès qu'il est sur la glace. Clermont plie mais ne rompt pas. Adage vrai jusqu'à cette attaque de Claude Devèze qui se bat le long de la bande pour passer le palet à Hovora près de la cage. Celui-ci remet tout de suite à Simon Lacroix démarqué : le superbe slap instantané de la bleue fait mouche dans la lucarne gauche de Lukes. La vitesse du jeu angevin durant ces dix minutes du deuxième tiers a permis d'inverser le sort de la rencontre. Le jeu se calme un peu et Clermont parvient enfin à sortir de sa zone défensive sans pour autant réussir à mettre Figved en danger. La fin de tiers se durcit et Rodrigue se distingue en essayant de mettre des charges de plus en plus lourdes mais à la limite de la régularité : heureusement que les défenseurs clermontois sont costauds, à l'image de Simon et Martin qui ne bronchent pas, et c'est ainsi tout seul que Rodrigue réussit à augmenter d'un coup son compteur pénalité de seize minutes... Le tiers se termine à quatre Angevins contre cinq Clermontois sans même que la supériorité clermontoise ne réussisse à se mettre en place.

Le troisième tiers commence dans la même configuration, mais pour autant, sur la glace, les quatre Angevins rivalisent avec cinq Clermontois et se procurent les plus belles occasions. Ainsi un nouveau poteau sauve-t-il Lukes, qui commence vraiment à être dépité par les vagues angevines qui viennent s'abattre sur lui, y compris en supériorité numérique. La première grosse occasion auvergnate a lieu à 57'49" quand un contre permet à Mazerolle de se remettre en évidence par un beau slap dévié miraculeusement par l'épaule de Figved qui commençait à s'endormir dans ses buts. Mais rapidement, le jeu revient dans la zone clermontoise, et c'est Hovora qui se distingue d'un beau tir du poignet. Lukes avancé lance sa mitaine et réalise contre son gré la désormais célèbre "mindjimbade" : il a du mal à capter le palet en levant son gant et le palet retombe dans le but. Mais le but est refusé curieusement par l'arbitre. Les minutes qui suivent permettent à Angers de roder son jeu d'attaque en absence de Rodrigue qui perd patience en prison, c'est Mocquard qui prend place au côté de Bellemare sur la première ligne et rate à plusieurs reprises l'occasion d'aggraver le score. Ce troisième tiers permet également à Michal Piotrowski de retrouver ses sensations. Il nous dévoile enfin ce que l'on attend d'un joueur international et son association avec Hovora promet beaucoup. Les Angevins dominent et se créent des occasions mais ne semblent pas pressés de mettre ce but qui les porterait à deux longueurs devant. Ils ne sont pas à l'abri d'un faux-pas, mais malgré deux pénalités successives, ils gardent sereinement le contrôle du palet, et Mazerolle, le Clermontois le plus en vue, Nilly ou Roux ne parviennent pas à venir mettre en danger Figved. L'équipe angevine dégage une sérénité nouvelle et Clermont n'a plus d'autre choix que de sortir Lukes pour se créer une supériorité à cinq contre quatre (Rodrigue et Kelley ayant rejoint la prison pour deux minutes suite à une petite prise de bec). Mais même dans cette situation, Clermont ne parvient pas à s'installer dans la zone angevine et Bellemare parvient à inscrire un but logique depuis la ligne bleu clermontoise. Un but mérité pour un Jonathan Bellemare qui dynamise l'attaque angevine depuis le début de la saison et qui fête ce soir ses 23 ans.

Un match à sens unique qui aurait pu se solder sur un score beaucoup plus sévère si Angers avait concrétisé ses occasions devant un Lukes des grands soirs et qui aura fort à faire cette année dans une défense aux abonnés absents. Pour Angers, la série continue et la confiance engendrée devrait permettre de vaincre Dunkerque et Gap. Pour Clermont, deux matchs face à Morzine et à Épinal doivent permettre de se remettre en route, sinon la lutte pour une place en Nationale s'annoncera comme très difficile.

Compte-rendu signé Damien B.

 

Commentaire d'après-match (dans La Montagne)

Frédéric Nilly (capitaine de Clermont-Ferrand) : "Notre performance a reposé pour l'essentiel sur la défense. On prend seulement deux buts, le troisième ayant été marqué en cage vide. Toutefois, les Ducs n'ont pas volé leur victoire car ils ont eu plus d'occasions que nous. Il faut absolument que l'on marque des buts. Il faut que l'on augmente notre efficacité devant la cage adverse."

 

Angers - Clermont-Ferrand 3-1 (0-1, 2-0, 1-0)

Mercredi 6 octobre 2004 à 20h00 à la patinoire du Haras. 521 spectateurs.

Arbitrage de Frédéric Bachelet assisté de Nicolas Charmillot et Gaëtan Boucheret.

Pénalités : Angers 26' (2', 8'+10', 6'), Clermont-Ferrand 10' (2', 2', 6').

Tirs : Angers 46 (19, 12, 15), Clermont-Ferrand 31 (15, 9, 7).

Évolution du score :

0-1 à 19'29" : Mrena assisté de Mazerolle

1-1 à 24'19" : Rodrigue assisté d'Irani (sup. num.)

2-1 à 31'29" : S. Lacroix assisté de Hovora et de Devèze

3-1 à 59'20" : Bellemare assisté de Lacroix et de Piotrowski (cage vide)

 

Angers

Gardien : Julien Figved.

Défenseurs : Simon Lacroix - Patrice Bellier (A) ; Mickaël Irani - Patrik Bärgman ; Benjamin Tijou.

Attaquants: Guillaume Rodrigue - Jonathan Bellemare - Martin Lacroix ; Michal Piotrowski - Radek Hovora - Claude Devèze (C) ; Benjamin Mocquard - Julien Albert.

Remplaçants : Frédéric Gilbert (G), Thomas Neveu. Absents : Julien Pihant (clavicule), Tomas Mysicka (adducteurs), Sébastien Rousselin (suspendu).

Clermont-Ferrand

Gardien : Radek Lukes (sorti de sa cage à 58'58" à 59'42").

Défenseurs : Carl Michaelson - Andrej Mrena ; Yann Lecompère - François Martin ; Lionel Simon - Cyrille Gaby.

Attaquants : Alexis Billard - Paul Kelley - Luc Mazerolle ; Martin Jeannette - Christophe Roux (A) - Fréderic Nilly (C) ; Jean-Michel Bortino.

Remplaçant : Camille Vigier (G). Absents : Frédéric Brodin (entorse), Cyril Gavalda et Fabien Chardon (blessés), David Sarliève et William Mouly (raisons professionnelles).

 

Retour à la Ligue Magnus