Mont-Blanc - Grenoble (14 août 2004)

 

Match de pré-saison.

Quatre mois après leur défaite en finale du Super 16 face aux Gothiques d'Amiens, les Brûleurs de Loups rencontrent le Mont-Blanc pour leur premier match de préparation. L'occasion de retrouver une équipe affrontée l'an dernier au stade des demi-finales de la coupe de France et qui compte encore de nombreux ex-Grenoblois dans ses rangs, le dernier en date étant Stéphane Gachet qui rejoint son club formateur après quatre ans passés sur les bords de l'Isère. Du côté grenoblois, les huit recrues de l'intersaison sont présentes, et Gérald Guennelon pourra se donner un premier aperçu de l'étendue de la tâche qui l'attend, le groupe grenoblois ayant été passablement chamboulé à l'intersaison (douze départs).

La rencontre ne pouvait mieux commencer pour les Brûleurs de Loups puisque Simon Bachelet ouvrait le score après moins d'une minute de jeu sur un tir ras de glace légèrement dévié par un défenseur du Mont-Blanc (0-1, 0'54"). Le défenseur grenoblois regagnait la prison quelques secondes plus tard, donnant ainsi une chance aux locaux d'égaliser, mais ils n'en profitaient pas. Grenoble dominait globalement les débats mais le jeu était assez brouillon de part et d'autre et les occasions relativement rares. Si les Dauphinois étaient à leur aise en supériorité numérique, les Haut-Savoyards se montraient pour leur part redoutables en contre, et il fallut toute la vigilance de Patrick Rolland, notamment face à Renaud Tracol, pour éviter l'égalisation. Du côté grenoblois, Romain Laugier, seul devant le slot, manquait une occasion en or. La fin du tiers s'animait et les Grenoblois intensifiaient leur pressing sur les cages d'Arnaud Goetz. Mais Podlaha (sur une belle passe en retrait de Benoît Bachelet), puis Tartari et Hecquefeuille, idéalement placés, faisaient preuve d'une maladresse incroyable devant la cage de Goetz. Laurent Deschaume, très en jambes ce soir, se procurait une dernière occasion en infériorité numérique mais le retour des défenseurs l'empêchait de conclure. En panne de réalisme, les Brûleurs de Loups devaient donc se contenter de cet avantage minimal acquis en début de rencontre.

Josef Podlaha et Simon Bachelet ne revenaient pas sur la glace au début du deuxième tiers-temps. Millerioux remplaçait le buteur du jour et Guennelon faisait tourner ses lignes d'attaque avec trois centres et quatre paires d'ailiers. Une nouvelle configuration de jeu qui désorganisait les Grenoblois pourtant irréprochables défensivement en première période. Sur une pénalité appelée contre Favarin, Patrice Fleutot poursuivait le jeu et battait de près Rolland pour l'égalisation (1-1, 22'15"). Quelques secondes plus tard, un tir de Sylvain Nicoud côté gauche, malencontreusement dévié par Bonnard, trompait Rolland surpris par la trajectoire (2-1, 22'55"). En moins d'une minute, les joueurs de Stéphane Barin avaient renversé le cours de la rencontre dans l'euphorie générale. Les Grenoblois avaient du mal à passer l'accélérateur malgré une bonne supériorité numérique. C'est dans ce contexte difficile que Gérald Guennelon procédait à son changement de gardien, Cédric Dietrich effectuant ainsi ses débuts sous le maillot grenoblois. Sollicité d'entrée par Fleutot, il réalisait une première parade de qualité. Une prison de Meunier compliquait un peu plus la tâche grenobloise. Suite à un mauvais replacement défensif, Bonnard se trouvait tout seul face à Romain Carry et Thierry Nicoud qui négociaient parfaitement le deux contre un (3-1, 32'47"). Piqués au vif, les vice-champions de France haussaient enfin leur niveau de jeu d'un cran afin de faire respecter la hiérarchie. Tartari passait en revue la défense haut-savoyarde mais butait sur Goetz. Meunier avait suivi et glissait le rebond au fond des cages (3-2, 34'35"). Les débats se musclaient et le pressing grenoblois s'intensifiait en fin de tiers. Bonnard pensait même avoir égalisé sur un slap puissant en supériorité numérique, mais le but était logiquement refusé pour avoir touché le casque du gardien avant de finir sa course au fond des filets.

Avec un but à rattraper en vingt minutes, les Grenoblois attaquaient le dernier tiers tambour battant. Sur une nouvelle supériorité numérique, Deschaume effectuait une entrée de zone rageuse puis décochait un tir placé qui faisait mouche (3-3, 44'27"). Le Mont-Blanc subissait le réveil grenoblois et semblait avoir de plus en plus de mal à suivre le rythme des visiteurs. Sylvain Nicoud ratait pourtant une très belle occasion de redonner l'avantage aux siens, mais c'est Grenoble qui dominait. Sadoun en échappée puis Bonnard d'un slap non cadré rataient de peu le quatrième but. Décidément, les Grenoblois faisaient preuve d'une maladresse chronique devant la cage, à l'image de Laurent Meunier, seul devant le slot, qui ne cadrait pas son tir. Finalement, Kévin Hecquefeuille se trouvait à la conclusion d'un jeu en triangle de toute beauté initié par Deschaume et relayé par Mary. Cette fois le palet était bien au fond et Grenoble revenait de loin (3-4, 52'18"). Yven Sadoun n'avait pas la même réussite sur un breakaway arrêté par Goetz avec brio. À deux minutes de la fin, Goetz quittait ses cages et le Mont-Blanc faisait le forcing dans les derniers instants pour égaliser, mais Dietrich, très sollicité, se montrait irréprochable. Roger Jönsson, pourtant en bonne position, manquait la cage vide, symbole du flagrant manque d'efficacité des Grenoblois ce soir qui préservaient la victoire sur un ultime arrêt de Dietrich au coup de sirène.

Première victoire de la saison dans la douleur pour les Brûleurs de Loups, et Gérald Guennelon a visiblement encore du pain sur la planche. Faute d'avoir pu faire la différence plus tôt malgré un nombre incalculable d'occasions, les Grenoblois se sont retrouvés dans une position très délicate en accusant un retard de deux buts. Souvent brouillons dans le jeu, peu inspirés devant la cage, les Brûleurs de Loups avaient (évidemment) tout d'une équipe en rodage. Les renforts étrangers se sont montrés très discrets, même si Jönsson a déjà pu faire apprécier sa technique individuelle. Yven Sadoun et Kévin Hecquefeuille ont fait des débuts convaincants sous le maillot grenoblois et devraient être deux éléments importants de l'attaque cette saison. À confirmer. Grenoble a donc réussi à préserver le minimum - la victoire - face à une équipe du Mont-Blanc courageuse, se contentant d'un jeu très simple mais efficace. Il faudra cependant beaucoup plus de rigueur si les Brûleurs de Loups veulent atteindre leurs objectifs cette saison. Mais pas de panique, il leur reste encore un mois et huit matches afin de parfaire leurs automatismes et d'être prêts pour la reprise du championnat.

Compte-rendu signé Christophe Laparra

 

Mont-Blanc - Grenoble 3-4 (0-1, 3-1, 0-2)

Samedi 14 août 2004 à 21h00 au Palais des Sports de Megève.

Arbitrage de M. Avavian.

Pénalités : Mont-Blanc 18', Grenoble 16'.

Évolution du score :

0-1 à 00'54" : S. Bachelet assisté de Meunier

1-1 à 22'15" : Fleutot assisté de T. Berruex

2-1 à 22'55" : S. Nicoud assisté de Carry

3-1 à 32'47" : T. Nicoud assisté de Carry (sup. num.)

3-2 à 34'35" : Meunier assisté de Tartari

3-3 à 44'27" : Deschaume assisté de Tartari (sup. num.)

3-4 à 52'18" : Hecquefeuille assisté de Mary et Deschaume

 

Mont-Blanc

Gardien : Arnaud Goetz.

Défenseurs : Guillaume Duclos - Peter Hrehorcak ; Stéphane Gachet - Thomas Berruex ; Florent Socquet - Stéphane Barin.

Attaquants : Renaud Tracol - Thierry Nicoud - Romain Carry ; Patrice Fleutot - Bastien Sangiorgio - Sébastien Borini ; Sylvain Nicoud - Sébastien Subit - Clément Berruex.

Remplaçants : Stéphane Amadeï (G), n49, n20, n17 et n15 (entrés en cours de jeu).

Grenoble

Gardien : Patrick Rolland puis Cédric Dietrich à 30'21".

Défenseurs : Pasi Järvinen [puis Vincent Mary à 40'00"] - Jean-François Bonnard ; Baptiste Amar - Simon Bachelet [puis Martin Millerioux à 20'00"] ; Tommi Hämäläinen - Nicolas Favarin.

Attaquants : Roger Jönsson - Petri Lehtonen - Yven Sadoun ; Benoît Bachelet - Laurent Meunier - Josef Podlaha ; Kévin Hecquefeuille - Christophe Tartari - Romain Laugier ; Cyril Papa - Laurent Deschaume - Romain Bachelet.

Absents : Timo Bayon (genou) et Nicolas Antonoff (convalescent).

 

Retour aux matches amicaux