Asiago - Milan (3 avril 2003)

 

Finale du championnat d'Italie 2003, sixième manche.

C'est le retour des Italo-Suisses à Asiago : Didier Schafer après ses deux matches de suspension, et Marco Streit qui reprend la place de François Gravel. La présence du gardien franco-canadien aurait en effet obligé à se passer de deux étrangers en attaque, et on a vu au match précédent ce qu'il en coûtait en termes d'impact offensif. Seul Laplante est donc laissé en tribune, alors que Kortelainen redevient titulaire.

Asiago ne peut plus se permettre une nouvelle défaite à domicile qui serait éliminatoire. La pression est donc forte même si le vétéran Lucio Topatigh en a été coupé par la naissance ce matin de sa deuxième fille, prénommée Lucrezia, de quoi rendre l'esprit plus léger.

La concentration est maximale de part et d'autre, et Milan adopte une organisation tactique décisive en attendant les contre-attaques. De son côté, Benoît Laporte choisit d'ajouter un quatrième bloc, Pellegrino-Schafer-Frigo, pour mettre en difficulté la défense lombarde.

Le premier tiers-temps est une bataille de positions et les actions saillantes s'y font rares. Mais Asiago utilise parfaitement ce round d'observation pour porter l'assaut en début de deuxième période. La défense milanaise ne peut pas résister à la percée implacable de John Parco qui ouvre le score. Éric Lecompte double la mise de près peu après la mi-match. Ce très bel effort en deux temps semble destiner Asiago à une victoire méritée.

Et ce d'autant qu'Asiago contrôle également le début de la troisième période en infériorité numérique. Mais Milan ne lâche rien, et Lefebvre vient prendre un rebond pour réduire le score. Face à Asiago toujours à quatre lignes, Les Vipers augmentent la pression, qui atteint son paroxysme à six minutes de la fin. Après un dernier contre de Bousquet, à qui Muzzatti ferme bien la porte, le palet revient vite devant le but d'Asiago. On joue alors à quatre contre quatre mais il y a du monde autour du palet. C'est Scott Beattie qui est le plus incisif de tous et égalise.

Asiago aurait néanmoins pu reprendre l'avantage car Peca rejoint la prison pour un coup sur Lecompte. Les locaux sont à quatre contre trois, et Muzzatti est contraint à sortir au devant des ennuis personnifiés par Lecompte. Le palet revient sur De Bettin qui a la cage ouverte, mais Thomas Sjögren revient en catastrophe et sauve son équipe. Malgré deux dernières occasions dans la dernière minute, Asiago concède le nul et la prolongation.

Le principal effet du temps réglementaire est d'écarter Busillo et Cirone, envoyés en prison, de la séance de tirs au but. Les tireurs milanais sont particulièrement efficaces avec Cowie, Beattie et Sjögren, tandis que seul Bousquet leur répond. Asiago a perdu ses trois matches à domicile dans cette finale, dont deux qui paraissaient sous contrôle. De quoi rendre cette défaite frustrante, alors que Milan fête son deuxième titre d'affilée.

 

Commentaires d'après-match

Benoît Laporte (entraîneur d'Asiago) : "Cette fois aussi, nous aurions pu en finir plus tôt, nous avons eu beaucoup d'occasions comme au deuxième match, mais nous n'avons pas réussi à les concrétiser. Nous avons joué notre meilleur hockey, mais Milan était trop fort. Toute cette saison, nous avons commis trop de petites erreurs qui nous ont coûté des victoires. En play-offs, un changement raté suffit pour être immédiatement puni. [...] J'avais l'intention d'entraîner l'équipe nationale à la place de Cortina, ça ne sera pas possible mais je quitterai quand même Asiago. Je fonctionne par cycle de trois ans et l'un d'eux vient de s'achever. Cette saison restera positive car, malgré la défaite, nous avons trouvé face à nous un Milan très fort. Restent la grande joie de la première année et la grande désillusion de l'an passé."

Adolf Insam (entraîneur de Milan) : "La clé de cette victoire, c'est de ne jamais se rendre lors des matches importants. Même avec deux buts de retard, nous ne nous sommes pas décomposés. Asiago est toujours un adversaire difficile. La fatigue s'est certainement faite sentir dans les trois dernières rencontres, même si aujourd'hui ils ont joué à quatre lignes et ont imposé un rythme élevé aux trois nôtres. Tout le monde à bien joué, mais mention pour la prestation de Muzzatti."

 

Asiago - Milan 2-2 (0-0, 2-0, 0-2, 0-0) / 1-3 aux tirs au but

Jeudi 3 avril 2003 à l'Odegar d'Asiago. 1800 spectateurs.

Arbitrage de Giorgio Moschen assisté d'Alfi et Marri.

Pénalités : Asiago 12', Milan 12'.

Tirs cadrés : Asiago 31, Milan 39.

Évolution du score :

1-0 à 20'43" : Parco

2-0 à 31'52" : Lecompte assisté de Laplante et De Bettin

2-1 à 43'52" : Lefebvre assisté de Busillo et Beattie

2-2 à 54'48" : Beattie assisté de Cowie

Tirs au but :

Milan : Cowie (réussi), Beattie (réussi), Lefebvre (manqué), Sjögren (réussi).

Asiago : Laplante (manqué), Bousquet (réussi), Kortelainen (manqué), Lecompte (manqué).

 

Retour au championnat d'Italie