Matches internationaux 1925/26

 

Le ??/01/1926 à Davos, Suisse - Autriche 3-2
Le 11/01/1926 à Davos (SUI), Autriche - Pologne 13-1

Ce premier match international de la Pologne, joué le premier jour du championnat d'Europe en attendant l'arrivée des Français, se conclut par une lourde défaite... mais la présence dans les rangs autrichiens du Canadien Blake Watson y est pour beaucoup.

 

Championnats d'Europe 1926

 

Le 23/01/1926 à Prague, Tchécoslovaquie - Pologne 0-1 (0-1,0-0)
Le 15/02/1926 à Stockholm, Suède - Pologne 6-1 (2-1,4-0)

 

Coupe Jean Potin (du 18 au 20 février 1926 à Paris, France)

Premier tour

France - Canadiens de Paris 3-2 (2-2,1-0)
  Chisholm 2, Hassler / Osler, Bellerose
Grande-Bretagne - Belgique 6-3 (1-1,5-2)
  Cuthbert 3, Sexton 2, Forbes / P. Van Reysschoot, ?, ?

Demi-finale

Grande-Bretagne - Suisse 5-2 (4-0,1-2)
  Price 2, Forbes, Cuthbert, Sexton / Géromini, Kraatz

Finale

France - Grande-Bretagne 4-2 (1-1,3-1) 
  De Rauch, Hassler 2, Chisholm / Reed, ?

La polémique amorcée l'an dernier reprend le plus belle, quand les Belges, dès le voyage en train, découvrent que Chapdelaine fait lui aussi le voyage... pour jouer à nouveau avec les Canadiens de Paris. Ceux-ci n'en démordent pas et tiennent à l'aligner. Plusieurs d'entre eux déclarent donc forfait pour le match de classement des perdants des demi-finales contre la Belgique, tout aussi têtue. Ils ne jouent qu'une partie non officielle, qui se termine à 2-2. Logiquement, la Ligue Belge prononcera cette fois l'exclusion définitive de Chapdelaine.

 

Le 21/02/1926 à Anvers, Belgique - Suisse 3-0 (1-0,2-0)
Le 31/03/1926 à Anvers, Belgique - Grande-Bretagne 6-3

L'incident Chapdelaine est à peine clos que la Belgique est confrontée à une autre polémique. Cinq joueurs (Pierre van Reysschoot, Kreitz, Collon, Bureau et Louis Franck, refusent de répondre à la convocation contre les Anglais parce que Gaston Van Volxem a été nommé capitaine sans qu'on les consulte. La Ligue Belge tient bon et fait venir trois joueurs du CSH Paris pour prouver qu'elle pourra organiser le match quand même, avec une équipe franco-belge. Les mutins sont rappelés à la raison et se résignent finalement à jouer, mais ils seront suspendus trois mois - pendant l'été - à titre d'avertissement. Paul Loicq, qui dirige aussi la fédération internationale, dit ne veut plus vouloir présider la ligue de son pays "aussi longtemps qu'au lieu de passer son temps à préparer et à organiser le sport il faudra l'employer à se disputer et à réfuter les extravagances de gamins". Il reviendra sur sa décision à l'aube de la nouvelle saison devant des promesses de bonne tenue des éléments les plus incontrôlables.

 

 

La saison précédente (1924/25)

La saison suivante (1926/27)

 

Retour aux archives