Grenoble : une saison sous surveillance

 

Pour effacer la déception de la fin de saison précédente, le staff grenoblois avait décidé de se tourner vers Edo Terglav, débauché à Briançon et de changer l'effectif en profondeur : une défense complètement repensée avec plus de physique (Harty, Barlock, Bisaillon), de nouveaux leaders en attaque (Labrecque, Kalus, Thinel, Gauthier) pour épauler Bouchard et Chouinard ainsi qu'un nouveau gardien (Mustukovs). Si la CHL a apporté quelques satisfactions (avec notamment une très belle victoire "historique" face à Espoo 2-1), la suite fut beaucoup plus terne. L'élimination au premier tour de la coupe de la ligue alors que Grenoble était tenant du titre (!) a stoppé l'élan des Brûleurs de Loups, heureusement plus convaincant en coupe de France avec un parcours jusqu'à Bercy. Finalement battus par Rouen (2-3), les Isérois étaient partis pour une saison "blanche".

En Ligue Magnus, la saison régulière fut faite de hauts et de bas. On retiendra les victoires impressionnantes face à Gap (9-4), Bordeaux (7-2) ou Briançon (7-1) mais aussi un des meilleurs matchs défensifs de la saison face à Épinal (1-0 aux tirs au but) ou encore cette victoire inattendue à Rouen avec un gardien junior (5-2). Des grosses performances, parfois face aux cadors de la ligue, malheureusement souvent effacées par des ratés inattendus à domicile comme face à Brest (1-4) ou Chamonix (4-7). Des soirées "sans" qui n'ont pas permis aux Brûleurs de Loups de finir plus haut que la quatrième place.

Si le staff grenoblois avait anticipé les blessures en recrutant quelques jokers (Hebar, Arnaud et Milovanovic) avant la date limite des transferts, il fut en revanche pris de court par les blessures en série de ses deux gardiens (Mustukovs et Goy), propulsant ainsi le jeune Corentin Noré sur le devant de la scène. Le junior grenoblois s'en sortait bien et permettait à Grenoble de rester dans la course au podium jusqu'au bout mais la défaite à Amiens (6-2) effaçait la victoire obtenue face à Angers (4-3) quelques jours plus tôt. Quatrièmes à deux points d'Angers, les Brûleurs de Loups avaient le redoutable honneur d'affronter… Rouen, étonnant cinquième ! Mustukovs, tout juste remis de blessure, n'était pas au niveau attendu pour débuter la série. Terglav se décidait à titulariser le gardien "joker" arrivé en fin de saison régulière, LukᚠHorák, pour les matchs 3 et 4, provoquant un sursaut d'orgueil des Grenoblois. Après deux énormes matchs du gardien tchèque, les Grenoblois, menés 3-1 dans la série, s'offraient le droit de revenir à Grenoble pour un match 5, finalement perdu en prolongation (1-2).

Les promesses offensives affichées en saison régulière, notamment par la ligne Bouchard-Gauthier-Chouinard, n'ont pas été suivies d'effet en play-offs alors que Horák, la bonne surprise de cette fin de saison, a semble-t-il été lancé dans le bain trop tard pour renverser la série. La saison grenobloise se termine comme les précédentes par une sortie de route prématurée avant les demi-finales que les Brûleurs de Loups n'ont plus disputées depuis la saison 2011-12… une éternité. La première saison d'Edo Terglav derrière le banc se termine donc sans titre, avec quelques satisfactions (CHL, finale de coupe de France) mais beaucoup de désillusions (perte de la coupe de la ligue en poules et nouvelle élimination en quart de finale des play-offs).

Une intersaison difficile

Passée la déception d'une nouvelle élimination précoce, les Brûleurs de Loups n'étaient pas au bout de leurs surprises au cours de cette longue intersaison. Dans un premier temps, la présidente de la structure professionnelle du club grenoblois (le GMH38) depuis 2010, Stéphanie Carrel-Magnan, annonçait son départ du club. Au bout de six années de présidence, le bilan est plus que mitigé. Deux coupes de la ligue gagnées en 2011 sur les cendres de l'ère Lusth et en 2015 avec Richard Martel derrière le banc, c'est bien peu pour un club qui ambitionnait jouer les premiers rôles chaque saison. Les deux premières saisons furent certes celles d'un rajeunissement contraint et forcé de l'effectif afin de remettre à flot financièrement le club laissé en difficulté par Jean-Luc Blache en 2010. La finale heureuse de 2012 était même porteuse d'espoir pour la suite. Mais les quatre saisons qui allaient suivre furent un enchaînement de déceptions pour autant d'éliminations en quarts de finale des play-offs (Angers, Gap, Dijon et Rouen). Seul l'épisode positif du Winter Game (bien que sportivement perdu par Grenoble) vient éclaircir le bilan bien terme de Stéphanie Carrel-Magnan à la présidence du club.

Son remplaçant n'est pas un inconnu : Jacques Reboh, à la tête d'un groupe immobilier grenoblois, est en effet l'actuel président du conseil de surveillance. En rachetant les parts d'autres actionnaires, il devient actionnaire majoritaire et donc seul décideur au sein du GMH38. Il ne faut pas pour autant s'attendre à une révolution de palais : la transition à la tête du club se fait en douceur, sans changement significatif dans l'organigramme du club. Seule évolution notable : une communication plus orientée sur les supporters du club, une volonté de Jacques Reboh de renouer le contact entre le club, les joueurs et ses fans. Il faut dire que l'exigeant public grenoblois est passablement lassé par l'inconstance de son équipe depuis six ans et manifeste certains soirs un manque d'enthousiasme certain devant le spectacle proposé sur la glace par ses protégés. Mais la marge de manœuvre de Jacques Reboh est réduite : avec un manager sportif (Jean-François Dufour) et un entraîneur (Edo Terglav) encore sous contrat pour un an, il ne peut guère se permettre de grands changements dans l'encadrement malgré sa volonté de faire revenir d'anciens Grenoblois dans le staff et parmi les joueurs.

Surtout qu'un autre événement de l'intersaison va encore réduire un peu plus sa marge de manœuvre : l'analyse approfondie des comptes du club réserve quelques mauvaises surprises, notamment à cause de contrôles fiscaux en cours liés au mode de calcul de TVA du club. Et comme ces informations n'avaient jusqu'à présent pas été partagées avec la CNSCG, le passage devant l'organisme de contrôle de la fédération s'annonçait plus que délicat. Et au final, c'est une accumulation de sanctions financières (40 000 euros d'amendes + 15 000 avec sursis) et sportives (6 points de retrait en championnat, deux ans d'interdiction de participation en Coupe de France avec sursis) qui s'abattent sur le club grenoblois. L'ancienne présidente Stéphanie Carrel Magnan est renvoyée devant la commission disciplinaire de première instance "pour dissimulation de pièces officielles ayant faussé l'analyse de la situation financière réelle du club".

Au-delà des sanctions, le club grenoblois est placé sous surveillance pour la durée de la saison avec limitation de la masse salariale (900 000 €), recrutement contrôlé et obligation de transmettre tous les mois la situation comptable afin de dégager un résultat excédentaire en fin de saison (520 000 €). Si Jacques Reboh avait sans doute rêvé d'un meilleur départ à la présidence du club grenoblois, il fallait encore espérer que la construction de l'équipe 2016-17, déjà bien entamée, ne soit pas trop affectée par ces sanctions et la situation économique du club.

Un renouvellement encore très important

On pouvait donc logiquement s'attendre à voir les Brûleurs de Loups réduire la voilure compte tenu du contexte. Cela passe par la désormais traditionnelle vague de départs qui affecte chaque année l'effectif grenoblois, signe d'un manque de stabilité évident depuis plusieurs saisons. On pouvait tout même s'attendre logiquement à voir un dégraissage d'un effectif devenu important en nombre après l'arrivée des jokers en cours de saison. C'est le cas des deux Slovènes Andrej Hebar et Jakub Milovanovic, arrivés peu avant le 15 décembre qui ne sont pas conservés. Hebar a connu d'excellents débuts à son arrivée avant de s'éteindre petit à petit, devenant le choix n°1 comme surnuméraire en fin de saison. Recruté pour sa vitesse et son intensité, il n'a pas suffisamment apporté sur le plan offensif pour être conservé dans l'attaque grenobloise. Quant à Milovanovic, il a connu une saison satisfaisante, formant une paire solide et stable avec Nicolas Favarin et paie plus son statut de "non-JFL".

Dave Labrecque, dont la saison a été tronquée par une blessure au moment où l'équipe grenobloise retrouvait de l'allant offensif, fut sans doute l'une des plus grosses déceptions de la saison. Annoncé comme "le meilleur centre de la Ligue Magnus", Labrecque a eu du mal à trouver ses marques dans l'attaque grenobloise malgré un début de saison intéressant en CHL. Malgré son talent, il n'a que trop rarement réussi à trouver des automatismes avec ses coéquipiers et à peser sur le jeu en supériorité numérique, notamment lors des play-offs. Autre déception, Sébastien Thinel qui malgré des statistiques honorables (25 pts en 23 matchs), n'a jamais vraiment donné l'impression d'apporter un plus offensif, jouant la plupart du temps avec une certaine nonchalance qui ralentissait les attaques. Mais le départ sans doute le plus surprenant à la lecture des statistiques est sans doute celui de Danick Bouchard. Très discret jusqu'à la finale de Bercy, Bouchard a retrouvé toute son efficacité offensive à partir du mois de janvier, une fois aligné avec Gauthier et Chouinard. Cette ligne est devenue l'une des plus prolifiques de la Ligue Magnus mais s'est éteinte en play-offs. Bouchard en fait les frais et n'enchaînera pas une troisième saison sous le maillot grenoblois.

Quatrième attaquant étranger sur le départ : Petr Kalus dont l'impact physique a été très précieux tout au long de la saison jusqu'à sa grave blessure à la tête lors d'un match de fin de saison régulière à Amiens qui aurait pu mettre sa carrière et son intégrité physique en péril. Cette grosse frayeur ne lui a pas permis de finir la saison avec les Brûleurs de Loups et son absence s'est cruellement faite ressentir lors des play-offs. Il poursuivra sa carrière dans son pays aux Orli de Znojmo en EBEL où il a obtenu une belle opportunité.

Mais s'il est un attaquant que les Brûleurs de Loups auraient souhaité conserver plus que tout, c'est Jordann Perret. Symbole de la réussite des jeunes Grenoblois (trois titres en U15, U18 et U22 cette saison), le néo-international vient de participer à ses premiers championnats du monde avec l'équipe de France. Belle récompense pour un joueur en progression constante et sur lequel Jacques Reboh aurait aimé s'appuyer pour incarner l'image qu'il veut donner des Brûleurs de Loups. Plutôt que l'étranger dont il était question il y a un an après un essai en Suède, il a préféré rester en France à Rouen alors qu'il était également sollicité par Épinal.

Si l'attaque a connu une véritable saignée avec le départ de cinq attaquants majeurs, la défense perd également trois éléments importants : outre Milovanovic, Jonathan Harty et Ryan Barlock quittent également les Brûleurs de Loups seulement un an après leur arrivée. Recrutés pour leur impact physique, les deux défenseurs ont souvent été pénalisés et leur indiscipline a parfois coûté cher. Mais Harty a réalisé une excellente deuxième partie de saison en formant une paire défensive très solide aux côtés de Sébastien Bisaillon. Meilleur grenoblois de loin en +/- (+25 en saison régulière), Harty a obtenu une belle opportunité à Ljubljana en EBEL.

Enfin, la stabilité n'est pas de mise non plus du côté des gardiens : Ervins Muštukovs, à l'image de son équipe, fut une énigme. Le Letton a connu beaucoup de hauts et de bas tout au long de la saison, alternant grosses performances sur certains matchs et fautes de concentration. Sa blessure en fin de saison régulière et son retour prématuré pour les play-offs l'ont fait mal paraître lors des deux premiers matchs de quart de finale contre Rouen. Dès lors, son départ semble assez logique. Le back-up Victor Goy, blessé lui aussi en fin de saison et, opéré à la hanche, n'est pas non plus reconduit. En son absence, le troisième gardien Corentin Noré s'est d'ailleurs montré très convaincant, en gagnant plusieurs matchs de Ligue Magnus et en ramenant le titre en U22. Ce dernier ira chercher plus de temps de glace en D1 à Val Vanoise.

La réforme du championnat U22 (qui devient U20 la saison prochaine) et la volonté du staff de s'appuyer sur quatre blocs expérimentés pour une longue saison de 44 matchs dans la Ligue Magnus nouvelle formule a également conduit le staff à se séparer d'un certain nombre de jeunes joueurs entre 20 et 22 ans, partis chercher plus de temps de glace ailleurs en Ligue Magnus: Romain Chapuis, Arnaud Faure, Julien Guillaume, Robin Lamboley, Aubin Lamirault, Arthur Montenoise et Maxime Favre-Felix ont ainsi tous trouvé refuge dans un autre club de Ligue Magnus après avoir gagné le titre U22 avec Grenoble.

Un recrutement ciblé sur la Ligue Magnus

Au niveau des recrues, le club a limité les risques en choisissant quasiment exclusivement des joueurs évoluant ou ayant évolué en Ligue Magnus. Avec un pourvoyeur préféré cette année : Gap qui a succédé à Briançon, traditionnel club d'origine des recrues grenobloises. Pas moins de quatre recrues viennent cette année des Rapaces qui ont terminé en tête de la saison régulière avant de chuter contre Rouen en demi-finales.

Et comme un symbole voulu par Jacques Reboh, c'est un joueur formé à Grenoble, Teddy Trabichet qui inaugure cette vague de transferts en provenance de Gap. Défenseur international fidèle à Luciano Basile depuis quatre ans (deux à Briançon et deux à Gap après trois saisons à Amiens), Trabichet retrouve son club formateur mais aussi Edo Terglav qu'il avait côtoyé chez les Diables Rouges. Un renfort précieux pour la défense grenobloise qui trouve un leader capable d'apporter de l'intensité et de montrer l'exemple dans les moments difficiles. Dans son sillage, il emmène un autre joueur français, connu lui aussi pour son abnégation sur la glace et son leadership : Sébastien Rohat. Cet attaquant défensif, spécialiste des infériorités numériques notamment, quitte pour la première fois les Hautes-Alpes après avoir passé l'essentiel de sa carrière à Briançon et les deux dernières saisons à Gap. Sa vitesse sera précieuse, notamment sur le repli défensif.

Mais Grenoble ne s'est pas contenté d'aller chercher des joueurs français à Gap. Camilo Miettinen, un des attaquants les plus en vue lors des derniers play-offs, rejoint les Brûleurs de Loups. Après avoir passé l'essentiel de sa carrière chez les Espoo Blues que Grenoble a croisé la dernière saison en CHL, cet attaquant finlandais d'origine colombienne a opté pour le TPS Turku puis a rejoint Oskarshamn au second niveau suédois. Sa première saison en France, à Gap, a été tronquée par des blessures. Mais en play-offs, il a fait étalage de tout son talent. Un autre illustre n°52 des Brûleurs de Loups, Jesse Saarinen, lui a alors chaudement recommandé de venir à Grenoble, faisant de lui une des recrues-phares cette saison. Sa vision du jeu et la précision de ses passes notamment devraient faire le plus grand bien à l'attaque grenobloise.

Il sera accompagné par Bostjan Golicic, attaquant complet qui, comme Rohat et Trabichet, quitte lui aussi Luciano Basile pour retrouver Edo Terglav qu'il a côtoyé chez les Diables Rouges. Avec Golicic, Grenoble tient un attaquant capable de jouer dans les deux sens de la patinoire et qui peut être aligné à tous les postes en attaque. Un renfort très précieux pour l'attaque grenobloise qui pourrait être régulièrement associé à un autre international slovène, lui en provenance d'Épinal : Anze Kuralt. Pendant trois saisons dans les Vosges, Kuralt a fait apprécier ses qualités de buteur (74 buts et 8 buts notamment lors des derniers play-offs !) mais aussi sa combativité dans le jeu. Chaudement recommandé à Edo Terglav par le staff de l'équipe nationale slovène, Kuralt devrait former un duo très efficace avec Golicic.

Hormis ces trois recrues majeures en attaque, les Brûleurs de Loups ont également réussi à attirer un "JFL" très convoité : Norbert Abramov, en constante progression ces dernières saisons et à la recherche d'un point de chute en Ligue Magnus après la relégation de Briançon en D1. Abramov reste sur deux excellentes saisons dans les Hautes Alpes au cours desquelles il a fait apprécier ses qualités de finisseur. Après Gap, Villard-de-Lans et Briançon, Abramov, originaire de la région parisienne, va découvrir son quatrième club alpin dans lequel il aura un rôle intéressant à jouer sur le front de l'attaque iséroise.

Pour compléter la défense, le staff grenoblois est allé chercher deux joueurs qui évoluaient hors de nos frontières la saison dernière mais qui sont bien connus en Ligue Magnus. Aziz Baazzi, déjà passé par Strasbourg, Caen, Amiens et Épinal, avait réalisé le choix surprenant du second échelon allemand. À Heilbronn, il a connu sa première expérience à l'étranger dans un club où il avait un rôle important. Il a pu faire apprécier ses qualités offensives tout en réalisant une saison pleine de 56 matchs. Défenseur offensif porté vers l'avant, Baazzi vient à Grenoble pour se rappeler au bon souvenir de Dave Henderson afin d'intégrer durablement l'équipe de France et se donner une chance de disputer un championnat du monde. Il sera accompagné par un autre défenseur bien connu en Ligue Magnus : Kyle Hardy. Après quatre saisons en France (deux à Dijon, deux à Chamonix), Hardy a tenté sa chance en Suède en Allsvenskan la saison dernière. Mais il a eu du mal à s'imposer à Tingsryd et a dû se rabattre sur l'EIHL et Nottingham où il n'a pas connu plus de succès, terminant la saison à Östersund au troisième échelon suédois. Il espère retrouver la stabilité en revenant en Ligue Magnus. Hardy en France, c'est plus de cent points en quatre saisons. S'il retrouve ses sensations, il devrait apporter un plus au power-play grenoblois souvent en manque d'inspiration mais aussi un vrai leadership (il était capitaine à Dijon).

Dans les cages, les Brûleurs de Loups ont fait revenir Antoine Bonvalot de Brest. C'est à Grenoble que le jeune gardien s'était révélé il y a deux ans, prenant la place de titulaire à Sébastien Raibon en cours de saison. Après une première saison difficile à Briançon, il est allé chercher plus de temps de glace à Brest où il était en concurrence avec Léo Bertein.

Au final, une seule recrue n'a jamais joué en Ligue Magnus : l'attaquant canadien Rhett Bly qui vient d'ECHL après quatre saisons au Merrimack College en NCAA où Jean-François Dufour était déjà allé chercher François Ouimet il y a quelques années. Recommandé au staff grenoblois pour son éthique de travail et son état d'esprit, Bly est avant tout un attaquant rapide, défensif et travailleur qui devrait apporter un plus dans les situations d'infériorité numérique notamment. Bly s'étant blessé en pré-saison, le club a mis à l'essai un attaquant tchèque à fort gabarit, TomᚠPitule, habitué de la deuxième division dans son pays pour pallier l'absence de Bly en début de saison.

Grenoble sous contrôle mais ambitieux ?

Malgré l'encadrement de la masse salariale et le contrat d'objectif signé qui laisse peu de marge de manœuvre financièrement, les Brûleurs de Loups ont réussi à constituer un effectif solide et cohérent, constitué de joueurs connus en France et reconnus pour leur qualité d'investissement et de leadership. Il reste à voir si cela sera suffisant pour viser les premières places sachant qu'un recrutement en cours de saison parait peu probable cette année sauf pour éventuellement remplacer un joueur défaillant.

C'est peut-être dans les cages que Grenoble a pris le plus de risques. LukᚠHorák a été éblouissant lors des 3 matchs qu'il a disputés en play-offs contre Rouen au point que le staff grenoblois n'a pas eu d'autre choix que de lui proposer un nouveau contrat. Mais il reste un gardien jeune (23 ans) qui doit montrer qu'il a les épaules assez solides pour endosser le rôle de gardien n°1 et reproduire ce type de performance sur une saison complète. Pour l'épauler, Grenoble a choisi de prendre un gardien "1 bis" avec Antoine Bonvalot qui a déjà tenu ce rôle à Brest l'an dernier avec un temps de glace significatif. Les deux gardiens se livreront une concurrence saine et devraient chacun jouer suffisamment dans une saison de 44 matchs. Si la possibilité de faire appel à un gardien plus expérimenté en cours de saison en cas de défaillance de Horák avait été un temps évoquée, on peut penser que la situation financière du club va réduire considérablement la marge de manœuvre à ce niveau.

En défense, les Brûleurs de Loups n'ont conservé que quatre éléments : le "patron" Sébastien Bisaillon, qui devrait encore avoir abondance de temps de glace dans toutes les situations de jeu, les expérimentés Nicolas Favarin et Stéphane Gervais dont l'âge commence à peser sur le rendement par rapport aux saisons précédentes et qui se cantonnent à un rôle de plus en plus défensif et enfin le jeune Quentin Scolari qui a fait son trou la saison dernière après une fin de saison 2014/15 très compliquée. Les apports d'Aziz Baazzi et de Kyle Hardy devaient être salutaires, notamment sur le plan offensif dans les power-plays mais aussi pour favoriser une remontée rapide du palet à cinq contre cinq. Quant à Teddy Trabichet, il devrait être à même de seconder Sébastien Bisaillon et apporter une touche de physique dans une défense qui a beaucoup perdu sur ce plan avec les départs de Barlock et Harty. Si Favarin et Gervais évoluent à leur meilleur niveau, la défense grenobloise promet d'être homogène même si le déficit sur le plan physique risque d'être sa principale faiblesse. Il faudra compenser par un jeu de transition, basée sur la vitesse et le mouvement afin de ne pas trop subir la pression des attaquants adverses.

En attaque, le renouvellement est conséquent puisque seuls cinq éléments étaient présents la saison dernière. Le capitaine Éric Chouinard, qui entame sa troisième saison à Grenoble, et son centre attitré Sébastien Gauthier ont démontré l'an dernier une belle complicité au sein du premier bloc. Mais le duo s'est vraiment mis à fonctionner à plein rendement lorsque Danick Bouchard a été ajouté sur leur ligne. Le départ du buteur québécois à Épinal les oblige à recréer une nouvelle alchimie avec un nouveau partenaire, lequel pourrait être Norbert Abramov qui a une belle carte à jouer cette saison.

Cette ligne devrait être épaulée par un trio de nouveaux venus avec Camilo Miettinen, Bostjan Golicic et Anze Kuralt. Trois joueurs intéressants techniquement et qui devraient apporter plus de créativité au jeu grenoblois, parfois un peu trop stéréotypé la saison dernière. Mais un autre joueur pourrait redistribuer les cartes sur les deux premières lignes : il s'agit du jeune Alexandre Texier, 17 ans à peine, et promis à un très grand avenir. Après avoir survolé la saison en U18 Élite (91 points en 23 matchs !), il a aidé les U22 Élite à décrocher leur titre de champion de France (avec un hat-trick lors du deuxième match de la finale !). Déjà doté d'une technique au-dessus de la moyenne, il lui faudra se mettre au niveau physiquement pour s'adapter au jeu en seniors. S'il parvient à le faire, ce talent brut pourrait devenir un atout majeur pour les Grenoblois cette saison et compenser le départ de Jordann Perret.

Les autres attaquants ont tous un profil plus défensif et travailleur : l'infatigable duo grenoblois composé de Julien Baylacq et Christophe Tartari (lequel sort d'une très belle saison) est toujours présent et sera encore très utile pour mettre en échec les grosses lignes adverses ainsi qu'en infériorité numérique. C'est aussi le rôle dévolu à Mathias Arnaud dont l'intégration à Grenoble en cours de saison fut un réel succès. Son énergie et son rôle d'agitateur ont apporté un plus certains soirs à Grenoble et on devrait le retrouver cette saison sur un troisième ou quatrième bloc à vocation défensive. C'est aussi sur ces blocs qu'on devrait retrouver les recrues Sébastien Rohat et Rhett Bly (ou le "joker" TomᚠPitule).

Grenoble a ainsi misé sur la carte de l'expérience cette année avec un troisième et un quatrième bloc exclusivement constitué de joueurs expérimentés contrairement à la saison dernière où les U22 avaient la part belle sur la quatrième ligne. Cette année, les U20 seront amenés à compenser les blessures en cours de saison. Et avec des U22 Elite et U18 Elite champions de France, les Brûleurs de Loups ont une belle réserve dans leurs équipes jeunes avec un certain nombre d'internationaux U20 qui auront l'occasion de se montrer cette saison (Antoine Torres, Pierre Robert, Lucas Bonnardel, Alexandre Pascal notamment).

Pour sa deuxième saison à la tête du club, Edo Terglav (qui vient d'être nommé entraîneur-assistant de l'équipe nationale slovène) joue gros. Il s'est entouré de joueurs en qui il avait confiance et qu'il connaît bien pour les avoir déjà côtoyés à Briançon (Trabichet, Rohat, Golicic, Abramov). Une façon de s'assurer une cohésion dans le vestiaire et d'avoir des joueurs qui lui sont fidèles sous ses ordres. Le comportement des joueurs a été également une donnée primordiale dans le recrutement cette saison. En recrutant des joueurs volontaires comme Trabichet, Rohat, Hardy et Golicic, il s'est aussi assuré d'avoir des leaders aux côtés des Chouinard, Bisaillon, Tartari, Gervais ou Baylacq déjà présents. L'ensemble forme un groupe avec du caractère qui devrait éviter les trous d'air durant la saison.

La défense semble un peu légère et très portée vers l'offensive ce qui nécessitera un excellent repli défensif des attaquants. Mais si le pari du gardien est réussi et que Horák réussit une saison aussi bonne que ses derniers play-offs, les Brûleurs de Loups peuvent nourrir certaines ambitions cette saison et espérer, pourquoi pas, retrouver les demi-finales. Le départ de la présidente Stéphanie Carrel-Magnan et son remplacement par Jacques Reboh ouvre un nouveau chapitre pour le club grenoblois... Si l'ambition du nouveau président est de redonner des couleurs plus "grenobloises" aux Brûleurs de Loups, il doit pour l'instant faire avec ce qu'il a dans un contexte extra-sportif assez lourd. Toute la problématique de Jacques Reboh et du staff grenoblois sera d'éviter de reproduire les erreurs du passé pour répondre aux attentes grandissantes et légitimes du public grenoblois, lassé d'enchaîner les saisons décevantes aux résultats peu conformes aux moyens engagés et au passé glorieux du club. Mais la situation financière du club reste fragile et la fédération ne permettra sans doute pas le moindre dépassement. Rester compétitif sportivement dans un contexte délicat financièrement : voilà toute la complexité de l'équation que les Brûleurs de Loups doivent résoudre cette saison.

Christophe Laparra

 

Effectif :

Gardiens

N° NOM Prénom            Naissance    cm  kg  Club formateur    Club & Ch 2015/16   MJ   Moy.    %
35 BONVALOT Antoine      04/03/1994  180  70  Épinal            Brest       FRA-1   17   742   3,23   89,1%
61 HORÁK Lukᚠ          05/10/1993  186  78         (Tchèque)  Litvínov    TCH-1    3    83   4,34   76,0%
                                                                Most        TCH-2   20   941   3,95   89,9%
                                                                Grenoble    FRA-1    5   308   1,56   94,0%

Défenseurs

N° NOM Prénom            Naissance    cm  kg  Club formateur    Club & Ch 2015/16   MJ   B   A Pts   Pén
 2 BISAILLON Sébastien   08/12/1986  183  93        (Canadien)  Grenoble    FRA-1   29   4   5   9   40'
 4 HARDY Kyle            09/08/1988  175  78        (Canadien)  Tingsryd    SUE-2   20   1   3   4   20'
                                                                Nottingham  GBR-1   10   0   4   4   10'
                                                                Östersund   SUE-3   16   4   6  10   18'
11 BAAZZI Aziz           26/06/1992  176  78  Strasbourg        Heilbronn   ALL-2   56  10  23  33   87'
14 FAVARIN Nicolas       29/04/1980  178  83  Villard           Grenoble    FRA-1   31   3   5   8   14'
15 GERVAIS Stéphane      20/12/1982  182  90    (Fra/Canadien)  Grenoble    FRA-1   27   2   5   7    8'
21 SCOLARI Quentin       05/02/1994  187  90  Grenoble          Grenoble    FRA-1   31   0   2   2    6'
57 TRABICHET Teddy       10/03/1987  179  82  Grenoble          Gap         FRA-1   27   3   9  12   32'

Attaquants

N° NOM Prénom            Naissance    cm  kg  Club formateur    Club & Ch 2015/16   MJ   B   A  Pts  Pén
12 GAUTHIER Sébastien    06/08/1986  180  90        (Canadien)  Grenoble    FRA-1   30   9  20  29  10'
13 BAYLACQ Julien        10/04/1989  183  86  Grenoble          Grenoble    FRA-1   31   5   9  14  18'
20 TEXIER Alexandre      13/09/1999  182  79  Grenoble          Grenob. U22 FRAjr   17  16  12  28  22'
                                                                Grenob. U18 FRAcd   23  49  42  91  36'
25 CHOUINARD Eric (C)    08/07/1980  191  92        (Canadien)  Grenoble    FRA-1   31  24  22  46   8'
38 GOLICIC Boštjan       12/06/1989  183  88         (Slovène)  Gap         FRA-1   29  14  14  28  33'
52 MIETTINEN Camilo      01/03/1986  177  84      (Finlandais)  Gap         FRA-1   25   7  18  25  10'
73 TARTARI Christophe    03/12/1984  189  85  Grenoble          Grenoble    FRA-1   31   4  19  23  16'
79 ABRAMOV Norbert       09/01/1993  185  79  Cergy             Briançon    FRA-1   36  10  12  22  10'
85 ROHAT Sébastien       18/02/1985  175  74  Briançon          Gap         FRA-1   37   1  12  13  20'
91 ARNAUD Mathias        29/12/1986  171  79  Viry              Caen        FRA-2   14   2  13  15  16
                                                                Grenoble    FRA-1   19   3   3   6  36'
92 KURALT Anze           31/10/1991  175  80         (Slovène)  Épinal      FRA-1   38  19  19  38  42'
93 BLY Rhett             20/10/1989  178  86        (Canadien)  Indy Fuel   ECHL    72  15  15  30  24' 
   PITULE Tomas          10/11/1989  191  99         (Tchèque)  Kladno      TCH-2   51  11  12  23  68'

Entraîneur : Edo Terglav (SLO, 36 ans).

Départs : Ervins Muštukovs (G, 19MJ et 91,9%, Sheffield, GBR-1), Corentin Noré (G, 5MJ et 86,2%, Val Vanoise, FRA-2), Victor Goy (G, 3MJ et 80,7%, Bordeaux), Jonathan Harty (D, 4+11, Ljubljana, SLO/AUT-1), Jakob Milovanovic (D, 2+9, Lyon), Ryan Barlock (D, 2+14), Arnaud Faure (D, 0+1, Épinal), Arthur Montenoise (D, 0+0, Nice), Danick Bouchard (A, 17+16, Épinal), Sébastien Thinel (A, 13+13, Fife Flyers, GBR-1), Jordann Perret (A, 8+13, Rouen), Petr Kalus (A, 6+15, Znojmo, TCH/AUT-1), David Labrecque (A, 4+9, Gap), Andrej Hebar (A, 2+8, Újpest, HON), Romain Chapuis (A, 3+5, Épinal), Robin Lamboley (A, 2+2, Dijon), Julien Guillaume (A, 1+3, Bordeaux), Aubin Lamirault (A, 0+2, Lyon) .

 

 

Revoir la présentation 2015/16

 

Retour à la rubrique articles