Suisse 2010/11 : présentation

 

Le hockeyeur suisse est une valeur en hausse sur le marché international (Wick, Josi et Blindenbacher ont signé en NHL cet été et Niederreiter y a été drafté en bonne position) mais la LNA n'en est pas affaiblie pour autant. C'est toute la force d'un championnat toujours attractif malgré la KHL, cette "ogresse" qui ne lui a dérobé "que" Juraj Kolnik cet été (Petteri Nummelin, à qui Saint-Pétersbourg faisait les yeux doux, ayant préféré rester à Lugano).

Beaucoup voudront la peau de l'Ours bernois, champion au printemps dernier. D'autres, comme Lausanne, chercheront à remonter. "Cristo" Huet, lui, veut rebondir à Fribourg-Gottéron avant, peut-être, de retrouver la NHL l'an prochain. Tour d'horizon des forces en présence...

 

Qui pour chasser l'Ours ?

Détrôner Berne ne sera pas simple car Larry Huras disposera encore d'un contingent taillé pour le titre. Un groupe encore étoffé par l'un des tous meilleurs centre de LNA, le Canado-Suisse Ryan Gardner, qui n'a pas son pareil pour imposer son physique dans le slot. Avec les Canadiens Brett McLean, Simon Gamache (qui débutera la saison à Fribourg-Gottéron) et Jean-Pierre Vigier, le SCB peut compter sur trois buteurs potentiels qui se relayeront selon les besoins du moment sachant qu'en défense, Travis Roche et Joel Kwiatkowski sont également à disposition. Canadien d'origine ukrainienne, Kwiatkowski compte près de 300 matchs en NHL et reste sur deux saisons pleines en KHL, à Cherepovets et Saint-Pétersbourg. Une expérience qui ne lui garantit pas un poste de titulaire puisque la concurrence va faire rage entre les cinq étrangers.

Si les Martin Plüss, Christian Dubé, Ivo Rüthemann et autres Marc Reichert sont toujours là, Berne a perdu Roman Josi. Comme prévu, ce dernier est parti à Nashville, sur la lancée d'une saison exceptionnelle. Le meilleur défenseur de LNA, aux aptitudes offensives très prononcées, s'en va donc relever le challenge de la NHL, mais la défense devrait se remettre de son départ. Une arrière-garde renforcée d'un Germano-Canadien au patronyme célèbre. Justin Krueger, le fils de qui vous savez, a fait ses grands débuts avec la sélection allemande aux derniers mondiaux. Une première tellement réussie qu'elle lui a valu une offre bernoise, que l'étudiant de Cornell, titulaire d'une licence helvétique, n'a pu refuser. Ce précieux sésame le fera jouer comme autochtone dans une LNA où les places dévolues aux "mercenaires" sont chères. Notons enfin que le défenseur Andreas Hänni, recruté de Lugano comme joker l'an passé, a vu son contrat renouvelé avec l'absence prévisible de Dominic Meier, qui avait manqué une partie de la saison et a encore dû se faire opérer du genou. David Jobin, toujours précieux dans les phases offensives, mais aussi Beat Gerber et Philipp Furrer complètent de solides rotations défensives. Idéal pour boucler le périmètre de Marco Bührer.

L'Ours bernois n'est donc pas encore prêt à rendre les armes et s'appuiera également sur sa nouvelle vague pour défendre son titre. Les Pascal Berger et autres Étienne Froidevaux ont franchi un palier l'hiver dernier et disposent encore d'une certaine marge de progression. Ce sont eux les futurs cadres du SCB, qui est parvenu à atteindre les demi-finales de l'European Trophy, compétition d'avant-saison en guise de Coupe d'Europe officieuse.

 

Genève-Servette : une super ligne et un Meunier en prime

Genève-Servette va pouvoir poursuivre son ascension. Malgré les difficultés financières et le frein majeur à son développement, la patinoire des Vernets. Une enceinte qui sera progressivement rénovée avec l'appui d'une municipalité et d'un canton enfin décidés à prendre leurs responsabilités.

Sportivement, la continuité est de mise chez le finaliste sortant, qui a tout de même perdu un "mercenaire" charismatique (Juraj Kolnik à l'OHK Dynamo Moscou) et un joueur d'avenir (Reto Suri). Et même Daniel Rubin, l'un des meilleurs buteurs genevois de la saison passée qui s'est blessé, en préparation, en recevant un slap de Goran Bezina sur la rotule. Connaissant la force de frappe de Bezina, on pouvait s'attendre au pire... et c'est en effet le cas. Son retour ne sera peut-être pas effectif avant le mois d'octobre.

Chris McSorley devra donc faire sans Rubin mais pourra compter sur l'essentiel de ses forces vives offensives. La ligne Déruns-Savary-Salmelainen n'est pas loin d'être la meilleure de LNA avec trois fortes individualités capables à tout moment de faire la différence. Paul Savary reste sur la meilleure saison de sa carrière trandis que Thomas Déruns est devenu un redoutable buteur en plus d'être intimidant par son engagement de tous les instants. Quant à Tony Salmelainen, c'est de la dynamite comme dirait l'autre...

L'explosivité de Salmelainen est l'une des armes fatales des "Servettiens" renforcés, en plus de ça, par Richard Park. L'Américain d'origine coréenne, âgé de 34 ans, revendique 722 matchs en NHL et a déjà connu la LNA à Langnau, le temps du lock-out (200/05). Patineur infatigable, Park devrait se fondre dans le moule de Chris McSorley qui disposera également d'un étranger surnuméraire. Et pas le moindre : Laurent Meunier. Oui, Meunier, celui que l'on n'attend jamais, de retour dans le club qui l'a révélé à l'étranger et lui a fait prendre une nouvelle dimension. Avec le Français, McSorley sait ce qu'il a. Un joueur intense, combatif, sur lequel il peut compter en toute circonstance même s'il n'est pas un scoreur-né. Ce n'est déjà pas si mal surtout que le boss des Vernets pourra compter sur l'efficace Jeff Toms et sur les Florian Conz, Morris Trachsler et Chris Rivera, bien ancrés dans l'organisation lémanique. Ce à quoi prétendent le jeune tricolore Pierrick Pivron et l'Américano-Suisse Eric Walsky, une trouvaille dont McSorley a le secret.

Si l'Américain Brian Pothier possède un profil similaire à Marek Malik (du métier en NHL et une grosse dimension physique), il devrait avantageusement remplacer son prédécesseur tchèque. C'est un renfort de poids pour les Goran Bezina, John Gobbi, Jonathan Mercier, Robin Breitbach et Martin Höhener, habituels tauliers d'une défense en béton armé devant Tobias Stephan. Ce dernier sort d'une saison exceptionnelle, couronnée par d'excellentes séries éliminatoires et sera un atout de plus dans l'optique du titre, devenu un objectif tout à fait réalisable.

 

Zoug a mis le paquet

Nouvelle patinoire (la Bossard-Arena), nouveau logo mais continuité sportive à Zoug, où le coach Doug Shedden disposera peu ou prou des mêmes forces que l'an passé. Le centre-vétéran Dale McTavish en moins, lui qui a retrouvé le SaiPa Lappeenranta, club de ses débuts européens. Avec Joël Perrault, l'EVZ n'aurait pas perdu au change mais le contrat du Canadien était assorti d'une clause de sortie en cas d'offre venue de NHL, une option activée par Vancouver. Qu'à cela ne tienne, Doug Shedden s'est mis en quête d'un remplaçant, qui ne sera pas Tim Stapleton, qu'il a dirigé au Jokerit Helsinki, mais plutôt Glen Metropolit. Un sacré numéro, celui-là qui, faute de s'être durablement imposé en NHL, a toujours laissé de bons souvenirs lors de ses divers passages en Europe. Le plus marquant étant peut-être en 2005-06 lorsqu'il s'était greffé avec succès à la phalange "suomi" de Lugano (Nummelin, Hentunen et Peltonen) pour conduire les "bianconeri" à leur septième titre de champion.

Avec Metropolit, l'attaque est donc en de bonnes mains. C'est d'autant plus vrai qu'à Zoug sévira toujours Josh Holden, considéré par beaucoup comme le meilleur étranger de LNA. Le Canadien reformera avec Damien Brunner ce duo détonnant qui a tant fait parler de lui. Forte individualité, fort caractère aussi, Holden est un leader charismatique sasn qui l'attaque zougoise n'aurait pas la même allure. Brunner, lui, a pris une nouvelle dimension l'an passé, s'imposant comme un buteur redoutable en LNA et transposant ses performances en sélection nationale. Kloten, qui n'en voulait plus, doit s'en mordre les doigts...

Autre maillon fort, le gardien Jussi Markkanen. S'il n'a pu soutenir la comparaison avec Tobias Stephan lors des dernières demi-finales, le Finlandais est une valeur-sûre du championnat, qui sera encore la clé de voûte d'une arrière-garde physiquement renforcée par Wesley Snell (Fribourg-Gottéron) et l'Américain Andy Wozniewski. Oui, Shedden a musclé sa défense avec ce solide blueliner d'1,96 m pour 103 kilos, relégué ces deux dernières années en AHL. En l'absence de Micki DuPont, le spécialiste du powerplay, Rafael Diaz sera amené à prendre davantage de responsabilités offensives.

Les mêmes qui vont échoir à Fabian Sutter, l'un des meilleurs attaquants de Langnau, qui retrouve une formation de pointe après ses années à Davos. L'arrivée de Sven Lindemann (Kloten) et le retour de Corsin Casutt, qui s'est fait remarquer à Fribourg-Gottéron, confirment l'attractivité d'un club ayant conservé ses tauliers offensifs. Outre Holden et Brunner, Fabian Schnyder, le troisième larron, mais aussi l'infaillible Björn Christen, le rapide Duri Camichel et l'inusable Paul Di Pietro montrent que l'attaque ne sera vraiment pas le point faible de l'EVZ cette année.

 

Davos sera d'attaque

Arno del Curto n'aura pas à regretter la perte de son "porte-bonheur" tchèque Josef Marha, qui est revenu sur sa décision de quitter les Grisons (où il a récolté trois titres. de champion en neuf saisons..). Cette année encore, Davos a fière allure. On ne présente plus Reto von Arx, ni même Sandro Rizzi, le joueur d'équipe par excellence. Deux cadres d'un HCD se renouvelant lentement, mais sûrement. Avec les départs d'Oliver Setzinger et Daniel Widing, le besogneux Petr Taticek reste, avec Marha, le seul étranger conservé.

L'attaque grisonne a encore fière allure car elle regorge de valeurs-sûres. Mieux encore, sur le papier, c'est la meilleure du circuit. Si Dario Bürgler monte en puissance, Peter Guggisberg est un vrai leader offensif, stoppé en plein vol l'hiver dernier par une blessure au genou. Convalescent, il ne pourra retrouver les glaçons qu'au début de l'automne.

Le Tchèque Petr Sykora, meilleur buteur des playoffs 2009, n'est pas un inconnu puisqu'il revient de Pardubice. Peter Sejna arrive lui de Zurich mais devra différer ses débuts officiels sous le chandail grison. Le Slovaque doit en effet subir une nouvelle opération du talon et sera indisponible jusqu'à la fin de l'année civile, d'où l'arrivée du vétéran tchèque Jaroslav Bednar. Bednar, 33 ans, s'en vient renforcer une attaque pleine de promesses et riche, en plus de ça, de Mathias Joggi et des frères Dino et Marc Wieser. Jannik Steinmann, lui, arrive de Zoug pour prendre une nouvelle dimension, ce que cherchait Grégory Sciaroni l'an passé, lorsqu'il arrivait d'Ambrì.

L'expérience de Beat Forster, Tim Ramholt, Jan von Arx et René Back garantit une solide assise devant le portier Leonardo Genoni, qui a depuis longtemps fait ses preuves en LNA. Robin Grossmann, révélation défensive de la saison passée, devra elle confirmer.

 

Kloten : des Aviateurs prêts à re-décoller ?

Le départ de Roman Wick en NHL et la retraite du capitaine "Freddy" Rothen marquent peut-être la fin d'un cycle à Kloten, où de sérieuses pertes financières sont venues assombrir le tableau. C'est donc une cure d'austérité qui attend les Aviateurs, qui vont devoir réduire leurs dépenses et se départir de leur sixième étranger (le défenseur offensif américain J.D. Forrest). Un "luxe" qu'ils ne pouvaient plus assumer.

Le duo Kimmo Rintanen - Tommi Santala est une des meilleures garanties qui soit pour assurer le pointage et l'arrivée de Micki DuPont constitue un plus indéniable pour le jeu en transition et en supériorité numérique. Avec l'arrivée de Mathias Bieber (Langnau), qui s'inscrit désormais dans le cadre élargi de la sélection nationale, Kloten confirme son rôle de "club-tremplin".

Demandez à Romano Lemm, propulsé au rang de "star" helvétique. Un statut que l'international n'a jamais pu confirmer à Lugano, où de nombreuses blessures lui ont pourri l'existence. De retour dans son club formateur, Lemm retrouvera le vieux briscard Marcel Jenni, qui commence à ressentir le poids des ans mais reste précieux, de par son expérience, en playoffs. Viktor Stancescu sera lui nommé capitaine sur la base de ses 23 buts de la saison passsée et de son importance grandissante chez les Flyers. À voir si les jeunes loups Denis Hollenstein, Steve Kellenberger, Simon Bodemann et Arnaud Jacquemet sauront franchir un palier cette saison. L'attaque, solide, pour aussi compter sur l'expérience de Michael Liniger et de l'ailier fort canadien Mark Bell, une assurance tous risques en terme d'engagement et de combativité.

À l'arrière, aux offensifs Micki Du Pont et Félicien Du Bois se greffe Patrik von Gunten, l'un des meilleurs défenseurs suisses de sa génération. L'expérience de "Benny" Winkler encadrera la jeunesse de Marc Schulthess, Marc Welti (qui sort d'une saison blanche après une grave blessure à l'entraînement) et Eric Blum, venu de Langnau. Sans oublier Ronnie Rüeger, qui reste une référence devant le filet du haut de ses 37 printemps...

Pour le défenseur d'élite qu'était Anders Eldebrink, la convalescence de Radek Hamr, la tour de contrôle tchèque, est un réel problème. Son retour au jeu n'est pas immédiat (pas avant novembre) et le fait d'avoir sous contrat cinq étrangers n'était plus compatible avec la situation financière du club.

 

Zurich met Ambühl dans son moteur

Alors que la présence suisse s'intensifie outre-Atlantique, Andres Ambühl a pris le contre-pied de cette nouvelle tendance. Son transferts aux New York Rangers, qui a fait grand bruit l'an passé du côté de Davos, fut un échec pur et simple. De quoi rappeler qu'avant lui, d'autres "stars" de LNA ont échoué en NHL, comme Michel Riesen ou Reto von Arx en leur temps.

Reste qu'Ambühl est l'une des recrues-vedettes de ces "nouveaux" ZSC Lions, qui ont perdu plusieurs figures emblématiques à l'intersaison. Bien sûr, Sean Simpson a quitté les bancs du Hallenstadion pour un nouveau poste, celui de sélectionneur national. Pour lui succéder, la promotion interne est de mise avec son adjoint Colin Muller. Évidemment, Jan Alston devait bien partir un jour, et c'est à Lausanne que ce "quadra" bon teint apportera tout son savoir-faire. Il fallait aussi s'attendre à ce que Ryan Gardner, le buteur opportuniste par excellence, quitte la navire. Sans oublier la non-reconduction d'une majorité d'étrangers (Suchy, Sejna) et le fait de ne plus pouvoir disposer, "au cas où", d'un Blaine Down toujours précieux lorsqu'il était appelé de LNB.

En fait, les seuls "mercenaires" conservés sont Jean-Guy Trudel et surtout Domenico Pittis, qui reste un joueur de caractère au sens du but aiguisé, ce qui le rend d'autant plus précieux. Idem pour Blaine Down, qui a fait ses preuves lors de ses piges au ZSC et restait, depuis deux ans, l'étranger habituel des GCK Lions en LNB. Il sera cette fois à plein temps en LNA.

Ce renouvellement était nécessaire et l'apport de Thomas Ziegler (Berne) et Thierry Paterlini (Rapperswil) renforcera immanquablement la dimension physique de l'attaque, où brillent les internationaux Thibaut Monnet, Patrik Bärtschi et, donc, Andres Ambühl. La vision du jeu d'Adrian Wichser, souvent blessé l'an passé, et la ténacité des col-bleus Cyrill Bühler, Mark Bastl et Aleksei Krutov rendent l'attaque très solide.

Mais le premier attaquant de cette cuvée 2010/11 n'est autre que Cory Murphy. Oui, celui qui s'était fait remarquer il y a quelques années à Fribourg-Gottéron. Celui qui a écumé les meilleures ligues européennes avant de retrouver la NHL, dernièrement aux Florida Panthers. Un passeur de ce calibre est un atout indéniable pour le jeu de puissance et la construction du jeu, comme peut l'être un Duvie Westcott dans les phases de jeu offensives. Le Canadien, qui possède lui aussi une certaine expérience en NHL, arrive tout droit du Dinamo Riga (KHL).

Le capitaine Mathias Seger sera également un maillon fort de l'arrière-garde, où Philippe Schelling, Daniel Schnyder, Patrick Geering et Andri Stoffel compléteront les rotations. Toute la question est de savoir si la défense, renforcée par deux étrangers, sera plus fiable que l'an passé. L'éternel Ari Sulander et Lukas Flüeler, les deux gardiens, détiennent une grande partie de la réponse. Mais voilà, le jeune loup n'a pas encore supplanté "Sulo", le vieux lion...

 

Lugano : le pari de Philippe Bozon

Rarement à la hauteur de son potentiel ces dernières années, Lugano veut repartir sur de nouvelles bases et consolider son talon d'Achille : la défense. Aussi le recrutement a t-il été ciblé sur cette priorité, condition sine qua non pour vivre longtemps au printemps. En hockey plus qu'ailleurs, sans défense, point de salut ! Aussi Philippe Bozon, toujours flanqué de son assistant, le non moins légendaire Sandro Bertaggia, insiste-t-il sur ce retour aux valeurs, sur la nécessité de mener un véritable travail de fond pour qu' Il Grande Lugano redevienne pleinement compétitif.

Les arrivées de Ben Clymer, défenseur polyvalent très expérimenté, et de Josh Hennessy démontrent bien ce spectaculaire revirement de situation pour un club friand de stars et de talents offensifs. Josh Hennessy a passé toute sa carrière professionelle dans l'organisation des Sénateurs d'Ottawa. Premier capitaine américain des Remparts de Québec (LHJMQ), Hennessy a surtout évolué en Ligue américaine, dans le club-école de Binghamton avec de remarquables statistiques. Attaquant reconverti défenseur, Ben Clymer arrive d'Ingolstadt après une carrière en NHL entrecoupée d'un parenthèse suisse en 2005 à Bienne, le temps du lock-out. Très solide en DEL, le Canadien complétera une défense solide sur le papier avec le capitaine Julien Vauclair et l'international Steve Hirschi. Reste le cas David Aebischer, qui n'était plus, ces dernières années, une assurance tous risques devant le filet. L'ancienne doublure de Patrick Roy n'est pas toujours convaincante, mais de sa solidité dépendront les ambitions de Lugano.

Une véritable purge s'est donc exercée à l'intersaison. Même, Randy Robitaille, pourtant redevenu le leader offensif attendu, n'a pas été reconduit. Pour Petteri Nummelin en revanche, il n'a jamais été question de partir même si plusieurs rumeurs l'ont envoyé en Russie, là où quelques clubs ont manifesté leur intérêt pour le prodige finlandais. "Nummy" se sent bien dans le Tessin avec sa famille et envisage le long terme (et une possible reconversion) chez les "bianconeri".

Les "tifosi", rarement à la fête ces dernières années, vont devoir digérer l'arrêt du "couteau-suisse" Andy Näser, dont le numéro 44 est retiré de la circulation. En contrepartie, ils retrouveront une vieille connaissance, Sébastien Reuille, parti depuis trois ans à Rapperswil. Ce centre besogneux, buteur à ses heures, perpétue une vieille tradition romande à Lugano en rejoignant Kévin Romy, Tristan Vauclair et Flavien Conne. Ce dernier espère en avoir fini avec les blessures à répétition pour retrouver ce rôle de cadre qu'il occupait dans ses meilleures années.

S'il manquera le début de saison (blessure au bras), le double-passeport Brady Murray va devoir retrouver son efficacité offensive et pourra en cela s'inspirer de Hnat Domenichelli, revenu lui à son meilleur niveau aux-côtés de Robitaille. Le Canadien Colby Genoway, un centre polyvalent venu d'Ilves Tampere et son compatriote Codey Burki, qui disposera bientôt d'un passeport suisse, complètent l'alignement offensif. En attendant mieux (Miroslav Satan) ?

 

Gottéron : avec Huet et sans blessures ?

Rebondir, tel est le mot d'ordre à Fribourg-Gottéron après une saison qui s'annonçait prometteuse, mais qui s'est avérée finalement bien décevante. Cet échec n'a rien remis en cause chez les Dragons, avec un groupe très majoritairement conservé et qui pourra compter, dès le début de saison, sur son leader Julien Sprunger. Sa longue convalescence avait fait émerger de nouveaux patrons offensifs, comme le vétéran américain Mark Mowers ou le centre québécois Serge Aubin, qui sera toutefois indisponible jusqu'en octobre. Pour pallier son absence, Serge Pelletier a obtenu le prêt de Pavel Rosa (Kärpät Oulu). À 33 ans, le Tchèque a roulé sa bosse dans les meilleures ligues du continent, de l'Extraliga à la SM-liiga en passant par l'Elitserien et la Superliga russe. Des références qui ne laissent aucun doute sur sa faculté à s'adapter à être performant offensivement.

Si les blessures épargnent Gottéron (ça commence mal avec la commotion cérébrale de Mowers...), le club devrait pouvoir tirer son épingle du jeu. Le talent d'Andrej Bykov, le métier de Sandy Jeannin et l'expérience de Valentin Wirz et Benny Plüss sont de précieux atouts pour une attaque riche en "seconds couteaux". Si le Canado-Suisse Robin Leblanc a déçu pour sa première saison à Saint-Léonard, il constituera, avec les polyvalents Cédric Botter, Vitaly Lakhmatov, Mike Knoepfli et Silvan Lüssy une assise "défensive" non négligeable.

Quant à la défense proprement dite, elle pourrait s'appuyer sur un nouvel "ange-gardien" : Cristobal Huet. Se voyant barré en NHL par son salaire qui dépasse le plafond et par l'acquisition, par Chicago, du moins cher Marty Turco, le Grenoblois voit son avenir immédiat en Europe. La LNA lui tendait les bras, elle qui l'avait consacrée meilleur gardien en 1999 et 2001, lors de ses belles années luganaises. Celles qui ont conditionné son avenir nord-américain.

Déçu par Sébastien Caron, l'état-major fribourgeois l'a laissé partir, sans regrets, vers le Traktor Chelyabinsk. Avec "Cristo", Gottéron tiendrait un gardien expérimenté et très apprécié, surtout qu'il ne sera vraisemblablement pas compté comme étranger puisqu'il est marié à une autochtone, ce qui va lui conférer la double nationalité. De plus, Huet souhaite se rapprocher de Suisse romande. Ce serait donc une bonne affaire pour Serge Pelletier, le salaire du Français étant toujours pris en charge par les Blackhawks, auxquels Fribourg devra reverser une indemnité. Ce transfert n'est donc qu'un prêt, pour l'heure pas encore officialisé. Au cas où, Gottéron a assuré ses arrières en signant Pascal Caminada jusqu'au 2 octobre, et en gardant Damiano Ciaccio sous le coude. Ce dernier a d'ailleurs raté sa rentrée en LNA, encaissant quelques mauvais buts fatals aux Dragons, battus 7-5 par Bienne alors qu'ils menaient 4-1 après dix minutes de jeu...

Huet, s'il vient, disposera d'une défense solide avec le blueliner canadien Shawn Heins et, nouveauté, Philipp Rytz, qui aura davantage de temps de glace et de responsabilités qu'à Berne. Les Michael Ngoy, Franco Collenberg et autres Alain Birbaum seront eux toujours là. Au complet, ce Gottéron-là avait poussé Genève-Servette dans ses derniers retranchements en quarts de finale. Avec "Cristo", tout est possible...

 

"Manzatop" pour "Rappi" ?

Porteuse d'espoirs, la saison 2009/10 n'a pas été une réussite pour Rapperswil-Jona. C'est d'autant plus vrai que les Lakers ont affiché de lourdes pertes l'an passé, estimées à près de 126 000 francs suisses et creusant un peu plus la dette du club saint-gallois. Du coup, le budget est revu à la baisse mais les ambitions, elles, sont intactes. Mieux encore, ces Lakers-là ne sont pas à prendre à la légère.

Comme prévu, l'ailier Christian Berglund a donné corps à ses vélléités de retour en Suède. La perte est colossale pour "Rappi", qui s'est toutefois prémuni de toute mauvaise surprise en rappelant Brandon Reid. Le Canadien, qui brillait en DEL depuis trois ans à Düsseldorf, apportera une bonne dose de créativité à une attaque riche d'étrangers de qualités (le créatif Stacy Roest, l'ailier Niklas Nordgren et le défenseur offensif Thomas Pöck) et de Suisses un peu décevants l'an passé. Meilleur buteur helvète de ces dernières années, Michel Riesen n'a pas retrouvé l'efficacité offensive qui était la sienne à Davos. Loïc Burkhalter, pour sa part, reste une valeur sûre du championnat, ce que tendent à devenir Marco Truttmann (Bienne) et surtout Reto Suri, l'une des révélations de la dernière saison genevoise.

Genève, c'est justement là où l'on s'attendait à voir débarquer Jérémy Gailland, le dernier fleuron de la formation lausannoise. Son potentiel entrevu depuis plusieurs années au LHC devra être confirmé à l'étage supérieur pour qu'il ne soit pas catalogué "éternel espoir", comme le talentueux Claudio Neff en son temps. Talentueux mais inconstant, ce dernier s'ajoute aux Niki Sirén et autres Antonio Rizzello, sans oublier le polyvalent Marco Maurer, pas toujours apprécié à sa juste valeur par Chris McSorley.

Rapperswil a également engagé le jeune Canadien Nicolas Thibaudeau, fils de Gilles, buteur redoutable de Lugano à Sierre en passant par Davos et... Rapperswil dans les années 90. Le fiston ayant signé sa première licence en Suisse, il s'est vu accordé un contrat en LNA. Pas mal pour un joueur issu du junior A québécois, habituel pourvoyeur des clubs de division 1 française...

Ce qui impressionne dans le recrutement saint-gallois, c'est l'importance accordée aux gardiens... alors que Daniel Manzato, en lui-même, est un international en puissance. Sans remettre en cause le statut de titulaire de l'ancien Bâlois, les arrivées de Mathias Schoder (Langnau) et Stefan Grauwiler (GCK Lions) visent surtout à pallier toute éventualité. De quoi rendre la défense imprenable, surtout que "Rappi", dans ce domaine, n'était pas si mal placé que ça. Des chiffres qui doivent beaucoup à Manzato et qui doivent faire réfléchir Christian Weber, venu de Langnau en fin de saison passée avec l'objectif de ramener Rapperswil en playoffs.

 

Bienne : Spylo, le buteur providentiel ?

Bienne a encore frisé la correctionnelle l'an passé et ne veut plus revivre ça. Trois barrages de suite, ça suffit ! Aussi Kevin Schläpfer, le manager, a-t-il repris du service sur le banc, dans la continuité de sa mission-sauvetage réussie face à Lausanne en barrages. Il sera adjoint par une vieille connaissance du championnat de France, l'ex-Rouennais Daniel Naud, qui était l'un des assistants de Paul Gardner à Hambourg en DEL.

Le jeune gardien Reto Berra est encore perfectible mais Schläpfer croit en lui, bien qu'il lui ait adjoint l'expérimenté Marco Streit, barré à "Rappi" par Daniel Manzato. Exit donc Pascal Caminada, parti tenter sa chance à Dresde, en 2e Bundesliga. Autre priorité de Schläpfer, resigner le vétéran Curtis Brown, tellement polyvalent qu'il évolue surtout en défense. Convoité par certains clubs de KHL, le Canadien a préféré rester dans le Seeland aux-côtés d'un autre ancien, Martin Steinegger.

Aux avant-postes, le Franco-Canadien Sébastien Bordeleau sera encore une fois le dépositaire du jeu biennois mais pourra compter sur un buteur renommé, Ahren Spylo, qui avait fait sensation lors de sa première saison en DEL, à Nuremberg il y a trois ans maintenant. Ses 41 buts lui ont permis de s'expatrier en KHL, chez les "goons" de Chekhov, peut-être pas le meilleur endroit pour marquer des points (poings ?). De retour en Allemagne l'an passé, à Mannheim, après avoir débuté la saison en ECHL, il n'a pas totalement retrouvé son incroyable efficacité. Son parcours rappelle un peu celui de son compatriote Rico Fata, également passé par l'Allemagne avant de rejoindre Bienne.

Mais la force de Bienne ne sera pas tant ses étrangers que ses cadres suisses, décisifs dans le maintien arraché d'extrême justesse l'an passé. Faute de connaître la LNA avec Lausanne, Alain Miéville la découvrira dans la cité bilingue. Top-scoreur du LHC ces deux dernières années, Miéville devra suivre l'exemple de Gianni Ehrensperger, Kevin Lötscher et Mathieu Tschantré, qui ont fait leurs gammes en LNB avant lui. Quant au capitaine Emanuel Peter, il devra retrouver cette efficacité qui l'avait mené aux portes de la Nati voilà deux ans. Thomas Nüssli, lui, s'est voulu rassurant quant à l'état de son dos, encore une fois meurtri au printemps dernier. L'ancien Bâlois est une cheville ouvrière essentielle de l'attaque seelandaise, qui disputera sa troisième saison consécutive au HCB.

On l'a compris, Bienne rêve des playoffs et voudra surtout éviter un troisième barrage d'affilée. Si Spylo est à la hauteur de sa réputation, tout est possible...

 

Ambrì toujours dans l'ombre ?

De tout temps Ambrì-Piotta s'est appuyé sur des étrangers renommés pour performer. Qu'ils soient Russes (Kvartalnov, Petrov...) ou Canadiens (Domenichelli, Trudel). Privés de ce genre de duo depuis quelques années, les Léventins espèrent beaucoup de l'association Kariya-Lehoux. Si les deux ne sont pas des inconnus en LNA, c'est Martin Kariya qui a laissé la meilleure impression lors de son passage à Langnau voilà deux saisons. Trop petit pour la NHL (1,76m), le petit Canadien a beaucoup bourlingué dans sa carrière mais sa créativité en fera un attaquant marquant de LNA. Yannick Lehoux, pour sa part, n'a pas laissé un souvenir impérissable de son périple genevois, et encore moins de sa parenthèse bâloise à l'automne 2005. Le centre québécois s'est depuis rattrapé, notamment en Elitserien, et devra être à la hauteur des attentes.

Les deux Canadiens côtoieront l'Américain Erik Westrum, une valeur sûre de LNA qui reste sur une saison décevante (problèmes de dos oblige) et le double passeport Trevor Meier, qui n'était qu'une rotation parmi d'autres à Berne. Mais il sera l'une des meilleures armes offensives de Benoît Laporte qui dispose, en Paolo Duca, d'un capitaine infatigable et d'un leader incontesté, autant sur la glace qu'en dehors.

Voilà, à peu de choses près, la principale phalange offensif d'Ambrì, les Reto Stirnimann, Mirko Murovic, Adrian Brunner, Julian Walker, Raeto Raffainer (Rapperswil) et Alain Demuth étant surtout catalogués comme des joueurs d'équipes. Derrière l'imposant Zdenek Kutlak, la base défensive est plus limitée et Thomas Bäumle devra retrouver son meilleur niveau devant le filet pour qu'Ambrì nourrisse l'espoir de revoir les playoffs cette année.

 

Langnau : ne pas vendre la peau...

Langnau n'a plus les moyens de bien figurer en LNA, et ce depuis plusieurs années déjà. En cela, le maintien sportif arraché l'an passé tenait presque du miracle vu la conjoncture économique très difficile qui entoure le club emmentalois. Mais les Tigres ne seront pas des proies faciles pour autant. Ils pourront notamment compter sur Benjamin Conz, un gardien d'avenir en pleine progression qui trouve-là un temps de glace que Genève-Servette, son club formateur, n'aurait pu lui offrir. Oublié donc Mathias Schoder, parti doubler Manzato à Rapperswil. Oubliés, les Mathias Bieber, Eric Blum et autres Fabian Sutter, partis sous d'autres cieux après s'être révélés (ou relancés) à l'Ilfis.

Oubliés, aussi, les étrangers de l'an passé, à l'exception du patron défensif Curtis Murphy et de l'attaquant Brendan Brooks, un patineur explosif qui est aussi un excellent rapport qualité/prix. Un facteur non-négligeable par les temps qui courent...

Pascal Pelletier et Mike Iggulden seront eux affublés de grosses responsabilités. S'ils n'ont goûté à la NHL qu'avec parcimonie, les deux Canadiens peuvent surprendre dans un contexte propice aux révélations. Savant alliage de technique et de puissance, Pelletier tente, à 27 ans, sa première expérience en Europe. Un saut franchi l'an dernier par Iggulden, passé lui par le circuit universitaire américain avant d'intégrer l'organisation des Sharks de San José, pour qui il jouera peu, passant le plus clair de son temps en AHL. Pas conservé par le Dinamo Riga, ce centre travailleur perpétue la tradition emmentaloise des grands gabarits étrangers. Ainsi, il utilise son physique à bon escient et complète un alignement riche en joueurs de devoir, qui ont prouvé l'an passé qu'ils savaient "mouiller le maillot". Des frères Moggi à Andreas Camenzind en passant par Sven Helfenstein, tous auront à coeur de défendre leurs couleurs. Le retour en LNA de Kim Lindemann et l'arrivée d'un autre Viégeois, Joël Genazzi, enrichissent les rotations offensives dont disposera John Fust, venu de... Viège.

Fust, coach à succès en LNB, a tout à prouver en élite dans un contexte difficile. Si leurs finances restent précaires, les SCL Tigers pourront toujours compter sur un public fidèle, qui s'était grandement mobilisé, l'an passé, pour trouver les fonds nécessaires au renouvellement de la licence en LNA. Grâce à son sponsor principal, Langnau a même pu récupérer, le temps d'un contrat de deux mois, son ancien buteur Daniel Steiner, revenu de son aventure nord-américaine. Dès sa première apparition avec Langnau, Steiner a marqué son premier but contre les Suédois de Rögle.

 

 

Ligue nationale B : Lausanne plein d'ambitions, La Chaux de Fonds et Bâle au rebond ?

 

Cette fois c'est la bonne ! À Lausanne, on croit dur comme fer au retour du LHC en LNA. Les Vaudois ne sont encore pas passés très loin l'an passé mais cet échec, le deuxième de suite face à Bienne, a entraîné une vaste restructuration. Barry Alter, désireux de racheter au plus vite les parts appartenant à Ken Lockett et à la veuve de Jim Koleff pour devenir propriétaire "exclusif", a tout chamboulé dans l'organigramme du club. Excepté, bien sûr, le coach John Van Boxmeer qui a totalement relancé un navire en pleine dérive l'hiver dernier. Le directeur général Gérard Scheidegger et tout le comité d'administration n'y ont en revanche pas coupé. Sacha Weibel, qui a connu une brève carrière en LNA, le remplacera et Barry Alter est sûr de son choix. "Je suis convaincu qu’avec ces nouvelles personnes nous n’échouerons plus au septième match du barrage" déclarait-il au quotidien 24 heures.

Il n'a pas tort car le contingent lausannois sera encore très compétitif, peut-être plus que les autres années même. Gianluca Mona est clairement le meilleur gardien de LNB tandis qu'Oliver Setzinger, comme deuxième étranger aux côtés d'Alexandre Tremblay, devrait faire beaucoup de dégâts à ce niveau, lui qui ne déparait pas en LNA avec Langnau et Davos. Le rapide ailier autrichien s'est engagé pour une saison, avec deux autres en option en cas de promotion. Si le centre Michel Zeiter, indésirable à Kloten, a préféré Viège, un autre vétéran de choix a débarqué : Jan Alston. Le quadra zurichois au double-passeport s'ajoute à Igor Fedulov au rayon des "pépé-flingueurs". Seul bémol, le départ prévisible de Jérémy Gailland en LNA et celui, tout aussi préjudiciable, du top-scoreur Alain Miéville (à Bienne).

Derrière, l'arrivée d'Alain Reist, qui n'a pu réellement s'imposer dans le système défensif zurichois, s'ajoute à un recrutement ronflant, digne d'un prétendant à l'élite. C'est d'autant plus vrai que le LHC pourra compter, comme chaque année, sur le partenariat tissé avec Genève-Servette. Lausanne a tout pour y parvenir mais le plus dur reste à faire. Les Vaudois n'ont pas droit à l'erreur et sont déjà dos au mur, après deux défaites (à Langenthal et à domicile contre Bâle) lors des deux premières journées de championnat...

 

Cette fois, Viège est attendu... et l'effet de surprise ne jouera plus. Si le club du Haut-Valais a conservé Dominic Forget et Cory Pecker, qui formaient la meilleure doublette du circuit l'an passé (206 points à eux deux !), il a perdu son entraîneur John Fust, parti à Langnau avec Joël Genazzi et Tobias Bucher dans ses bagages. Réal Paiement, venu d'Ajoie, disposera d'un groupe de qualité, enrichi par l'arrivée du vétéran Michel Zeiter (Kloten) et l'espoir luganais Mauro Jörg.

La blessure de Julien Bonnet, qui va devoir se faire opérer des ligaments croisés, contrarie les plans en défense. Un domaine où brillent les "anciens" Marco Schüpbach et Beat Heldstad et les plus jeunes Silvan Anthamatten et Fernando Heynen, qui sortent tous deux de la meilleure saison de leur carrière. C'est aussi le cas du gardien Jonas Müller, qui avait fini par reléguer Reto Lory sur le banc.

 

Avec Brent Kelly et Jeff Campbell, qui ont brillé l'hiver dernier à Olten, l'attaque de Langenthal prend une autre dimension. C'est d'autant plus vrai qu'Alex Chatelain, prêté par Berne l'an passé, s'est engagé, rejoignant Sandro Abplanalp (Lausanne), Fadri Lemm (Thurgovie) et surtout Stefan Tschannen (Bienne). Ce dernier revient dans son club formateur fort d'une expérience de quatre saisons parmi l'élite.

Cet impressionnant ravalement de façade sera profitable aux transfuges de LNA (Noël Guyaz, Serge Meyer, Marc Schefer). Sans oublier qu'un gardien réputé, Marc Eichmann, est toujours là pour garder le filet !

 

Si Langenthal est en de bonnes mains, Olten, dépouillé par son voisin, aimerait en dire autant de ses deux nouveaux étrangers. Marty Sertich, récipiendaire du Hobey-Baker en 2005 (joueur universitaire de l'année en NCAA), a ensuite connu une bonne carrière en AHL. Carsen Germyn a lui aussi fréquenté l'antichambre de la NHL, évoluant même à quelques reprises dans la grande ligue, avec les Calgary Flames. Germyn n'a disputé que 21 matchs l'an passé à Abbotsford, où siège le club-école des Flames, suite à une commotion cérébrale.

Vu l'énorme attente pesant sur les deux Canadiens, il vaut mieux que Germyn ait retrouvé la plénitude de ses moyens, ce dont attestaient les médecins avant sa signature. Problème, une blessure en préparation contre Ajoie compromet déjà sa saison... Reste qu'avec la vivacité de Pascal Krebs (La Chaux de Fonds) et l'explosivité de Philippe Wüst, de retour en terres alémaniques après deux années passées à Sierre, l'attaque soleuroise ne manquera pas non plus d'arguments.

 

La Chaux-de-Fonds sera encore très ambitieux, quoiqu'échaudé par une dernière saison ratée. Gary Sheehan, conscient d'avoir raté certains transferts, a fait son mea-culpa et son discours paraît plus mesuré. Le technicien québécois, qui va soumettre son jeune gardien Antoine Todeschini à la concurrence de Michael Tobler (barré par Gianluca Mona à Lausanne) attend énormément de ses deux "mercenaires".

Pour sa première année en Suisse, Benoît Mondou a parfaitement assuré et devrait progresser aux-côtés d'un autre gros compteur, Marco Charpentier. Ce dernier a fait ses preuves en LNB, lors d'une saison 2008/09 partagée entre Langenthal, Viège et Lausanne, où il dépassait le point par match. Ce solide gaucher, qui était dernièrement le meilleur buteur de l'élite norvégienne (35 buts pour Lørenskog), pourrait s'associer à Mondou et Michael Neininger, l'emblématique, pour former une triplette détonante.

Le Français Johann Morant aura lui l'occasion de progresser dans la hiérarchie des défenseurs au HCC, où émerge le nouveau grand talent neuchâtelois, Anthony Huguenin (18 ans et déjà 18 points l'an passé en LNB).

 

Ajoie s'appuie plus que jamais sur une doublette québécoise indémodable. Une association Stéphane Roy - James Desmarais qui, associée au talent de Steven Barras, fait de nombreux depuis quelques années déjà. Barras, qui s'est fait remarquer au printemps passé en disputant les barrages LNA/LNB avec Bienne, effectue donc une nouvelle année à l'étage inférieur, dans son club formateur à l'instar d'un Jordane Hauert, un temps convoité par Berne l'été passé. Un atout certain pour une défense toujours emmenée par l'inusable Martin Rauch (45 ans !) mais privée, cette année, d'un autre vétéran emblématique, le Jurassien de souche Gaétan Voisard. Ce dernier était revenu l'an passé dans son canton natal faute d'avoir su convaincre Serge Pelletier à Fribourg-Gottéron. Un club qu'avait quitté Geoffrey Vauclair il y a quelques mois, mais pas pour les mêmes raisons.

Soucieux de privilégier sa reconversion professionnelle dans le domaine bancaire, l'aîné des Vauclair avait mis sa carrière professionnelle entre parenthèse. Le voilà qui reprend du service en Ligue nationale, après une saison passée non loin de là, chez les amateurs de Franches-Montagnes (1re Ligue). Il retrouvera en Ajoie un autre ancien de LNA, un Sandro Tschuor catalogué attaquant défensif mais qui devrait retrouver certaines responsabilités offensives. Devant le filet, Simon Rytz sera débarrassé de la concurrence du Canado-Suisse Michael Dupont, venu dans les valises de Réal Paiement l'an passé. Un Paiement qui officiera dorénavant à Viège et qui est remplacé par un autre Québécois, naturalisé britannique celui-là, Paul Adey. Ce dernier possède une grosse expérience du hockey européen et officiait dernièrement en A2 italienne, à Val Gardena. Le Montréalais, qui était un redoutable buteur lorsqu'il jouait en Superleague, retrouve donc cette année un cadre francophone, comme à Briançon où il passa la saison 1992-93.

 

À Sierre, Lee Jinman et Derek Cormier feront encore la pluie et le beau temps. On compte sur eux pour marquer les buts et faire gagner une formation toujours compétitive avec Martin Zerzuben devant le filet et les défenseurs Ronny Keller et Oliver Schäublin. Ce dernier ne cesse de progresser au fil des ans tandis que Keller reste une référence "puck en main".

Le départ de Federico Lardi en LNA sera difficilement compensé surtout que les nouveaux (Daniele Mattioli et Roger Summermatter) n'ont pas encore fait leurs preuves à ce niveau. En quête de nouvelles responsabilités offensives, Lovis Schönenberger (Ambrì-Piotta), considéré comme attaquant défensif en LNA, s'ajoute au sous-coté Bernie Sigrist comme meilleur soutien offensif à Jinman et Cormier. Avec les départs de Métrailler (arrêt), Siritsa (Verbier-Martigny) et Wüst (Olten), ce sont beaucoup de buts qui se sont envolés. Reste à voir si Bob Mongrain saura optimiser le potentiel de chacun pour faire de Sierre un outsider crédible sur la durée.

 

Qu'on se le dise, le hockey à Bâle renaît aux ambitions, après deux saisons de transition où il a opéré sa reconstruction. L'arrivée d'un entraîneur confirmé, Dany Gélinas, est d'autant plus significative qu'elle s'accompagne d'un recrutement très prometteur avec l'embauche de deux "mercenaires" renommés, Jamie Wright et Jonathan Roy. L'ex-Tourangeau, qui est peut-être l'attaquant le plus complet de LNB, n'entrait plus dans les plans de John Van Boxmeer à Lausanne malgré d'excellents playoffs, couronnés d'un nouveau titre de champion. Jamie Wright, lui, est un distributeur hors-pair, qui valait son point par match en LNA (en 2006/07 avec Genève-Servette)... et même deux l'an passé, lors sa pige à Sierre.

Le retour de Stefan Voegele, après deux ans passés à Rapperswil, et les re-signatures d'Elias Bianchi, Thomas Wittwer et Thomas Keller, les trois meilleurs compteurs de la saison passée, vont dans ce sens. Idem pour l’arrivée du défenseur Laurent Emery, qui n’a jamais pu transposer en LNA ses aptitudes offensives très prononcées. À Bâle, sera t-il à la hauteur de son potentiel ? La défense est jeune malgré le retour d'Adrien Plavsic, qui, à 40 balais, sort de trois années d'inactivité forcée (à cause d'un genou récalcitrant), mais regorge d'espoirs avec Marc Grieder, Lars Hezel et Adrien Stocker. Surtout que le gardien Ivan Mantegazzi est désormais une valeur sûre devant le filet, même s'il manquera le début de saison après avoir contractée une commotion cérebrale en amical contre Ajoie. Giacomo Beltrametti n'ayant pas convaincu, Bâle a obtenu d'Ambrì le prêt de son deuxième gardien, Lorenzo Croce, jusqu'au rétablissement complet de Mantegazzi.

Plavsic sera, avec Voegele, le dernier témoin des années LNA. Une élite qu'a quitté Evgeni Shiriaev, faute d'avoir pu faire son trou à Lugano (il avait d'ailleurs fini la saison en Ajoie). L'ailier a résilié son contrat pour se relancer à Bâle et compte déjà 150 matchs en LNB à seulement 21 ans. Ces Sharks-là ont les dents longues...

 

Vu à Mulhouse en 2004-05 aux-côtés de Steven Reinprecht, Greg Day s'est inscrit comme l'un des très bons étrangers d'Erste Bank Liga. Autrement dit l'élite autrichienne, qu'il a longtemps fréquenté du côté de Graz. C'est sûrement le centre qu'il fallait à Steve Brulé, le leader offensif de Thurgovie.

Une formation qui a subi de profonds bouleversements dans son contingent. Le nouveau coach Rolf Schrepfer, qui succède à l'Italien Erwin Kostner, n'aura pas grande marge de manœuvre et le HCT ne pourra que surprendre. Reste à suivre l'évolution d'Andreas Küng (48 points) et Thomas Dommen (44 points) qui, à 27 et 26 ans, sortent de la meilleure saison de leur carrière.

 

Les GCK Lions de Dino Stecher ont fait forte impression à l'Eurotournoi de Colmar, paraissant nettement au-dessus du lot. Il faut dire que leurs adversaires n'étaient "que" des clubs français en début de préparation (Mulhouse et Strasbourg), pas de taille à affronter autant d'agressivité. Pas même Fribourg-en-Brisgau, à priori leur opposant le plus sérieux, balayé 10-0. Les "lionceaux" n'auront pas autant de marge de manoeuvre en LNB, même s'ils pourraient occasionnellement compter sur le renfort d'Ari Sulander devant le filet, où l'inexpérience sera de mise avec Tim Wolf, Leon Sarkis et Remo Trüb. Les nouveaux jeunes talents de l'école zurichoise (Niki Altorfer, Luca Cunti), toujours encadrés par le capitaine Claudio Micheli, Pascal Tiegermann, Martin Wichser et l'Italo-Canadien André Signoretti, sont en tout cas affamés. Et, c'est bien connu, l'envie peut soulever des montagnes. Méfiance donc, même si le GCK a perdu Blaine Down à l'intersaison et ne compte plus de buteur digne de ce nom...

Une saison sans Rémy Rimann, qui n’a pu transposer en LNB ses performances en juniors-élite. Il faut dire que la vista du Franco-Suisse est loin de combler ses lacunes physiques (1,63m pour 60 kg). Son potentiel s'exprimera mieux chez un ambitieux de 1re Ligue, du côté de Verbier-Martigny (HC Red Ice), où il retrouvera un certain Anthoine Lussier qui a mis un terme à sa carrière pro...

Jérémie Dubief

 

 

Retour à la rubrique articles