Présentation des championnats du monde

 

Les championnats du monde des années olympiques sont toujours un peu dévalorisés. Cette année, l'ambiance et le succès populaire y sont néanmoins garantis grâce au choix de l'organisateur, la Lettonie, célèbre pour la passion de ses supporters. Un choix qui a causé bien des problèmes : l'amour du hockey dans ce pays n'est certainement pas en cause, mais la logistique a eu du mal à suivre. La construction de la nouvelle Arena Riga a été un feuilleton de plusieurs années pour obtenir les financements, et quand elle a enfin débuté, on a installé une web-cam pour que le monde entier puisse constater l'avancement des travaux. La rénovation de l'autre patinoire de Skonto ne s'est pas faite sans mal. Les finitions n'ont pas été achevées pour le récent Mondial des moins de 18 ans de division I, test grandeur nature prévu, et la commission de sécurité a refusé d'y laisser entrer plus de cinq cents personnes, ce qui a obligé à se replier vers une autre patinoire. Aujourd'hui, tout paraît prêt, mais le moindre nouvel incident ferait mauvais genre pour un pays qui veut prouver sa capacité d'organisation d'un évènement d'ampleur internationale.

L'attraction de ce Mondial letton, c'est bien évidemment Sidney Crosby, la superstar annoncée du hockey mondial des années à venir. Son principal concurrent pour le poste de meilleur rookie NHL, Aleksandr Ovechkin, sera également présent, de même qu'Evgeni Malkin, qui doit rejoindre Crosby à Pittsburgh la saison prochaine. Mais ils ne sont pas seuls : ce championnat très ouvert est l'occasion de découvrir les grands hockeyeurs de demain, avec la présence d'autres prodiges comme les Américains Ryan Suter et Phil Kessel, et peut-être Nicklas Bäckström pour la Suède.

 

Note : les effectifs sont de vingt-trois joueurs dont trois gardiens pour le premier tour, deux joueurs supplémentaires pouvant être ajoutés ensuite. Certaines équipes ont déjà dévoilé qui seraient les jokers - qui font le voyage dès le début - et ils sont donc inclus dans les effectifs présentés.

 

 

Groupe A

Après les retraites internationales de Hasek, de Jagr (blessé de toute façon) et de ses amis Straka et Rucinsky, le sélectionneur Alois Hadamczik, maintenu en poste malgré la déception de Turin, a eu pour mission de préparer un nouveau plan quadriennal pour les JO de Vancouver. Il est temps pour la nouvelle génération de la République Tchèque de prendre le relais. Malheureusement, son représentant le plus éminent, Petr Prucha, n'a pas passé l'examen médical de fin de saison des New York Rangers en raison d'un problème de genou et n'a pas été autorisé à rejoindre sa sélection. Au vu de la liste des blessés (Cajanek, Olesz, Vlasak, Kuba, Vrbata, Ton, Klesla, Kratena, Martinek...), les médias et supporters tchèques sont très moyennement confiants avant de défendre leur titre de champion du monde.

La défense comprend des débutants comme Michálek et Kutlák qui devront faire leurs preuves. L'attaque est peut-être encore un peu tendre malgré l'encadrement de l'éternel David Výborný, qui avec ses dix championnats internationaux au compteur fait figure d'exception au sein d'une équipe peu expérimentée. Le sens du but ou le talent ne manquent pas, mais tout le collectif est à construire, et on sait combien cela est un travail précis et de longue haleine chez les Tchèques. Et puis, il y a le poste de gardien. Tomas Vokoun, victime d'un problème de sanguin (formation de caillots), sera absent, et Milan Hnilicka aura l'occasion de se rattraper de la demi-finale olympique, où il n'avait pas été le seul à flancher, même si la polémique déclenchée par Vokoun sur le choix de titulaire avait concentré l'attention sur ce point.

Gardiens : Milan Hnilicka (Liberec, TCH, 33 ans), Adam Svoboda (Timrå, SUE, 28 ans), Tomáš Pöpperle (Eisbären Berlin, ALL).

Défenseurs : Tomáš Kaberle (Toronto, NHL, 28 ans), Jan Hejda (Khimik, RUS, 27 ans), Martin Škoula (Minnesota, NHL), Lukáš Krajícek (Florida, NHL), Martin Richter (Liberec, TCH), Miroslav Blatak (Zlín, TCH), Zbynek Michálek (Phoenix, NHL), Zdenek Kutlák (Ceské Budejovice, TCH).

Attaquants : David Výborný (Columbus, NHL, 31 ans), Jan Hlavác (Genève-Servette, SUI, 29 ans), Jaroslav Hlinka (Sparta Prague, TCH), Jaroslav Balaštík (Columbus, NHL), Martin Erat (Nashville, NHL), Jan Bulis (Montréal, NHL), Petr Tenkrát (Kärpät Oulu, FIN), Tomáš Plekanec (Montréal, NHL), Patrik Štefan (Atlanta, NHL), Petr Hubácek (Vítkovice, TCH), Zbynek Irgl (Vítkovice, TCH), Jaroslav Bednár (Slavia Prague, TCH), Ivo Prorok (Slavia Prague, TCH), Tomáš Rolínek (Pardubice, TCH).

 

Après sa démonstration de solidité à Turin alors qu'il lui manquait plein de joueurs, il fallait s'y attendre : dans un Mondial où aucun favori de ne dégage, la Finlande deviendrait presque le pari le plus sûr, une position qu'elle déteste. Elle a les trois mêmes gardiens qu'aux JO, où les blanchissages s'étaient enchaînés, et même si la défense a beaucoup varié (il ne reste que Nummelin, Berg et la valeur montante Lasse Kukkonen qui était arrivé en cours de route dans le Piémont), on ne voit pas pourquoi Erkka Westerlund ne parviendrait pas à mettre en place le même système.

Même sans Koivu, atteint à l'oeil, et sans le leader des prochaines années Olli Jokinen, blessé au talon, l'effectif proposé a plutôt belle allure par rapport à ses concurrents et est un des plus rapides que la Finlande ait jamais présenté. Ce qu'il lui manque peut-être, c'est quelqu'un pour mettre les palets au fond, car le capricieux meilleur buteur de SM-liiga Tony Salmelainen s'est fait éjecter pour avoir cru qu'il pouvait exiger une place de titulaire avant de venir au camp. Certes Tomi Kallio marque en club, mais rares sont les Finlandais qui ont confiance dans ses performances en équipe nationale. C'est en cela que l'élimination de Dallas des play-offs et l'arrivée subséquente de Jussi Jokinen, au tir réputé, va faire du bien.

Gardiens : Niklas Bäckström (Kärpät Oulu, FIN, 28 ans), Fredrik Norrena (Linköping, SUE, 32 ans), Antero Niittymäki (Philadelphie, NHL, 25 ans).

Défenseurs : Petteri Nummelin (Lugano, SUI, 33 ans), Aki-Petteri Berg (Toronto, NHL, 28 ans), Lasse Kukkonen (Kärpät Oulu, FIN, 24 ans), Pekka Saravo (Luleå, SUE, 26 ans), Tuukka Mäntylä (Tappara Tampere, FIN, 24 ans), Mikko Lehtonen (Kärpät Oulu, 27 ans), Olli Malmivaara (SaiPa Lappeenranta, FIN, 25 ans), Mikko Luoma (Linköping, SUE, 33 ans).

Attaquants : Ville Peltonen (Lugano, SUI, 32 ans), Jussi Jokinen (Dallas, NHL, 23 ans), Jari Viuhkola (Kärpät Oulu, FIN, 26 ans), Jukka Hentunen (Lugano, SUI, 32 ans), Mikko Koivu (Minnesota, NHL, 23 ans), Antti Miettinen (Dallas, NHL, 25 ans), Tuomo Ruutu (Chicago, NHL, 23 ans), Riku Hahl (Davos, SUI, 25 ans), Jarkko Ruutu (Vancouver, NHL, 30 ans), Jani Rita (Pittsburgh, NHL, 24 ans), Tommi Santala (Jokerit Helsinki, FIN, 26 ans), Esa Pirnes (Blues Espoo, FIN, 29 ans), Tomi Kallio (Frölunda, SUE, 29 ans), Tomek Valtonen (Jokerit Helsinki, FIN, 26 ans), Sean Bergenheim (New York Islanders, NHL, 22 ans).

 

Les Jeux Olympiques, auxquels la Lettonie a participé après une qualification miraculeuse, ont enfin de compte pas mal perturbé la préparation du championnat du monde à domicile, l'évènement majeur. L'aventure turinoise, terminée à la dernière place, a été suivie d'une série de retraites internationales de cadres de la sélection (Ozolinš, Cipruss, Lavinš, Bondarevs), et d'une remise en cause du sélectionneur Leonids Beresnevs. Celui-ci a alors été placardé à un poste d'adjoint, mais cela ne suffisait pas : Beresnevs était toujours un sujet de discorde pour les joueurs, et son successeur Piotr Vorobiev a donc demandé et obtenu qu'il soit complètement écarté de l'équipe (sans pouvoir pour autant faire revenir sur sa décision le retraité Ozolinš).

Car c'est Vorobiev, le nouvel entraîneur ! Il n'est pas un inconnu à Riga car il y a passé vingt ans de sa carrière. À son arrivée au Mondial A il y a une décennie, la Lettonie était l'équipe au style le plus offensif du tournoi. Les temps changent et elle a donc engagé le spécialiste de l'ultra-défense. L'objectif est clair : les Baltes n'ont pas le droit de rater leur Mondial et ont une obligation de résultat. Celle-ci a été formulée à Vorobiev : s'il veut que son contrat soit prolongé, il doit amener son équipe dans les dix premiers. Cet objectif à la fois volontaire et réaliste n'a rien de nouveau, c'est le même qui avait été assigné à Curt Lindström en son temps. Sauf que les sondages effectués prouvent que le peuple attend mieux : 63% des Lettons croient à un quart de finale, et 11% à un titre de champion du monde !

Le système de Vorobiev a intérêt d'être vite au point car la Lettonie paraît fragile sur ses bases. Ses deux gardiens les plus fameux, l'idole du peuple Arturs Irbe et le toujours absent Peteris Skudra, ont déclaré forfait en arguant de vieilles blessures pas guéries. Et la défense est complètement remaniée sans les retraités et sans les deux "Autrichiens " Viktor Igantjevs - blessé au genou - et Oleg Sorokins. Il faudra donc utiliser la formidable énergie du public pour se transcender comme jamais.

Gardiens : Sergejs Naumovs (Torpedo Nijni Novgorod, RUS-2, 37 ans), Edgars Masalskis (Neftekhimik Nijnekamsk, RUS, 27 ans), Martins Raitums (HK Riga 2000, LET, 21 ans).

Défenseurs : Agris Saviels (Torpedo Nijni Novgorod, RUS-2, 25 ans), Arvids Rekis (Augsbourg, ALL, 27 ans), Atvars Tribuncovs (Mora, SUE, 29 ans), Maris Jass (Lada Togliatti, RUS, 21 ans), Georgijs Pujacs (HK Riga 2000, LET, 24 ans), Guntis Galvinš (HK Riga 2000, LET, 20 ans), Aleksandrs Jerofejevs (Roanoke, ECHL, 22 ans), Kaspars Astašenko (HPK Hämeenlinna, FIN, 31 ans).

Attaquants : Grigorijs Pantelejevs (Bolzano, ITA, 33 ans), Janis Sprukts (HPK Hämeenlinna, FIN, 24 ans), Martins Cipulis (HK Riga 2000, LET, 25 ans), Aleksandrs Nizivijs (Torpedo Nijni Novgorod, RUS-2, 29 ans), Aleksandrs Semjonovs (Malmö, SUE-2, 33 ans), Leonids Tambijevs (Bâle, SUI, 35 ans), Mikelis Redlihs (HK Riga 2000, 21 ans), Aleksejs Sirokovs (Metallurg Novokuznetsk, RUS, 25 ans), Viktors Blinovs (Sport Vaasa, FIN-2, 24 ans), Lauris Darzins (Kelowna, WHL, 20 ans), Girts Ankipans (HK Riga 2000, 29 ans), Herberts Vasiljevs (Krefeld, ALL, 29 ans), Juris Stals (Charlotte, ECHL, 23 ans).

Réservistes à choisir parmi : Janis Andersons (D, Almtuna, SUE, 19 ans), Arturs Kulda (D, CSKA Moscou, RUS, 17 ans), Aleksandrs Macijevskis (A, Odense, DAN, 30 ans), Kaspars Daugavins (A, Riga 2000, LET, 17 ans), Edgars Zaltkovskis (A, Riga 2000, LET, 27 ans).

 

Le groupe de la mort ? Cela en a tout l'air pour la Slovénie que seul un miracle - ou une incroyable fébrilité lettonne à domicile - paraît pouvoir sauver du tour de relégation. Pas grave, après tout, elle n'a jamais réussi à passer le premier tour. Elle a par contre déjà prouvé sa capacité à se sortir ensuite des mailles du filet. De retour dans un pays qu'il connaît bien, le sélectionneur Frantisek Vyborny - qui retrouvera face à lui son fils David capitaine de la sélection tchèque - devra surtout serrer les boulons d'une défense dépassée l'an dernier, et dont il ne reste que trois hommes pour essayer de lui insuffler un nouveau dynamisme.

L'attaque est privée de quelques-uns de ses leaders habituels : Ivo Jan souffre du dos, le capitaine Tomaz Vnuk est blessé au genou, et le Briançonnais Edo Terglav a été opéré après une saison terminée prématurément. Les talents sont donc concentrés sur sa première ligne avec Marcel Rodman, aujourd'hui rentré au pays, Tomaz Razingar, le joueur le plus mature, et bien sûr le grand espoir Anze Kopitar. Pour sa première saison en seniors, il a eu du temps de glace dans toutes les situations de jeu et s'est bien développé en Elitserien, même s'il n'a pu éviter la relégation de son équipe. Kopitar fait figure de phénomène, mais la Slovénie forme aujourd'hui de bons jeunes, à l'instar de Andrej Hebar ou de Rok Pajic qui fait son trou en République Tchèque. La différence est que ces autres espoirs ont gardé le "format slovène", bien moins imposant physiquement que Kopitar.

Gardiens : Gaber Glavic (Jesenice, SLO, 27 ans), Andrej Hocevar (Olimpija Ljubljana, SLO, 21 ans), Robert Kristan (Jesenice, SLO, 23 ans).

Défenseurs : Robert Ciglenecki (Cortina, ITA, 31 ans), Ales Kranjc (Jesenice, SLO, 24 ans), Bostjan Groznik (Olimpija Ljubljana, SLO, 23 ans), Mitja Sotlar (Jesenice, SLO, 26 ans), Jakob Milovanovic (Briançon, FRA, 22 ans), Uros Vidmar (Slavija Ljubljana, SLO, 25 ans), Mitja Robar (Olimpija Ljubljana, SLO, 23 ans), Jurij Golicic (Jesenice, 25 ans).

Attaquants : Tomaz Razingar (Jesenice, SLO, 31 ans), Anze Kopitar (Södertälje, SUE, 18 ans), Marcel Rodman (Jesenice, SLO, 24 ans), Dejan Kontrec (Slavija Ljubljana, SLO, 36 ans), David Rodman (Jesenice, SLO, 22 ans), Jaka Avgustincic (Slavija Ljubljana, SLO, 29 ans), Andrej Hebar (Slavija Ljubljana, SLO, 21 ans), Dejan Varl (Jesenice, SLO, 32 ans), Rok Pajic (Liberec, TCH, 20 ans), Tomo Hafner (Jesenice, SLO, 25 ans), Luka Zagar (Jesenice, SLO, 26 ans), Anze Terlikar (Jesenice, SLO, 25 ans), Mitja Sivic (Olimpija Ljubljana, SLO, 26 ans), Egon Muric (Olimpija Ljubljana, SLO, 24 ans).

 

 

Groupe B

La Suède n'est favorite des sondages et des instituts de pronostics que parce qu'elle est encore parée de l'éclat de sa médaille d'or de Turin. Son dernier titre de champion du monde remonte à 1998, une année où elle avait su rameuter les troupes pour surmonter la déception olympique. Cette fois, au contraire, elle baigne encore dans l'euphorie, et la gnac risque de manquer pour aller chercher ce doublé que personne n'a jamais réussi. C'est toute une génération qui a atteint le plus cher de ses vśux et est proche de tirer sa révérence. Mats Sundin a probablement pris sa retraite sans le dire, Peter Forsberg va se faire opérer, les joueurs de Vancouver ont décliné la sélection en bloc, de même que le pilier défensif Mattias Norström auquel les Los Angeles Kings ont demandé de rester pendant la crise qu'ils traversent actuellement. Axelsson est blessé au genou. Enfin, les Rangers ont ordonné au gardien Henrik Lundqvist de soigner sa hanche.

L'appel aux joueurs de NHL sera donc le plus faible depuis longtemps, avec essentiellement Niklas Kronwall et Henrik Zetterberg, deux figures majeures de la génération montante. Dans la même optique, le staff souhait tester Alexander Steen, auteur d'une excellente saison rookie avec Toronto, mais les règles de la NHL n'autorisent pas à faire venir un joueur simplement à l'essai. Gustafsson ne voulait pas lui garantir une place de titulaire et se passera donc de lui. Ces absences sont l'occasion pour le surprenant joueur de l'année en Elitserien, Andreas Karlsson, d'avoir sa chance. Et ce sera peut-être l'occasion de voir à l'śuvre le plus jeune sélectionné de l'histoire de la Tre Kronor aux championnats du monde, Nicklas Bäckström, le seul junior à pouvoir poursuivre la tradition des formidables centres suédois.

Gardiens : Johan Holmqvist (Brynäs, SUE, 27 ans), Stefan Liv (HV 71, SUE, 25 ans), Daniel Henriksson (Färjestad, SUE, 27 ans).

Défenseurs : Niklas Kronwall (Detroit, NHL, 25 ans), Kenny Jönsson (Rögle, SUE-2, 31 ans), Ronnie Sundin (Frölunda, SUE, 35 ans), Magnus Johansson (Linköping, SUE, 32 ans), Mattias Timander (MODO, SUE, 32 ans), Per Hållberg (Färjestad, SUE, 28 ans), Andreas Holmqvist (Linköping, SUE, 24 ans).

Attaquants : Henrik Zetterberg (Detroit, NHL, 25 ans), Jörgen Jönsson (Färjestad, SUE, 33 ans), Mika Hannula (HV71, SUE, 27 ans), Mikael Samuelsson (Detroit, NHL, 29 ans), Johan Franzén (Detroit, NHL, 26 ans), Andreas Karlsson (HV71, SUE, 30 ans), Fredrik Emvall (Linköping, SUE, 29 ans), Jonas Nordquist (Luleå, SUE, 24 ans), Tony Mårtensson (Linköping, SUE, 25 ans), Jesper Mattsson (Färjestad, SUE, 30 ans), Joel Lundqvist (Frölunda, SUE, 24 ans), Björn Melin (HV71, SUE, 24 ans) + Fredrik Warg (Timrå, SUE, 27 ans) ou Nicklas Bäckström (Brynäs, SUE, 18 ans).

Réservistes : Johnny Oduya (Frölunda, SUE, 24 ans), Warg ou Bäckström.

 

La Suisse a changé de statut avec les Jeux Olympiques. Après avoir battu Tchèques et Canadiens coup sur coup, elle est désormais mondialement reconnue comme une équipe qui compte. Pour l'indiscutable huitième nation mondiale, les quarts de finale ne peuvent donc plus être un objectif, ils doivent être une mission minimale obligatoire. Et le moment paraît même opportun pour réussir un coup.

Or, les Suisses n'ont jamais aligné une équipe aussi rajeunie. Les JO ont représenté un aboutissement pour certains comme Keller et DiPietro qui ont arrêté là-dessus. Ils ont été pour d'autres l'occasion de se valoriser, comme pour Patrick Fischer qui après avoir décliné la sélection vient de signer un contrat avec Phoenix pour tenter sa chance en NHL à trente ans. À cela est venu s'ajouter la blessure de cadres comme Conne et Ziegler et d'espoirs comme Bärtschi et Hirschi. Par conséquent, Ralph Krueger a fini par intégrer des joueurs qu'il n'a que très récemment convoqué en sélection, comme Sannitz et Déruns. Le mot d'ordre donné à cet effectif très jeune suit la tendance physique de ces dernières années : "être l'équipe la plus dure du Mondial".

Gardiens : David Aebischer (Montréal, NHL, 28 ans), Marco Bührer (Berne, SUI, 26 ans), Jonas Hiller (Davos, SUI, 24 ans).

Défenseurs : Mark Streit (Montréal, NHL, 28 ans), Julien Vauclair (Lugano, SUI, 26 ans), Goran Bezina (Genève-Servette, SUI, 26 ans), Severin Blindenbacher (ZSC Lions, SUI, 23 ans), Beat Forster (ZSC Lions, SUI, 23 ans), Mathias Seger (ZSC Lions, SUI, 28 ans), Timo Helbling (Tampa Bay, NHL, 24 ans), Martin Steinegger (Berne, SUI, 28 ans), Beat Gerber (Berne, SUI, 23 ans).

Attaquants : Martin Plüss (Frölunda, SUE, 29 ans), Ivo Rüthemann (Berne, SUI, 29 ans), Patric Della Rossa (Zoug, SUI, 30 ans), Thierry Paterlini (Davos, SUI, 31 ans), Romano Lemm (Kloten, SUI, 21 ans), Andres Ambühl (Davos, SUI, 22 ans), Sandy Jeannin (Lugano, SUI, 30 ans), Kévin Romy (Lugano, SUI, 21 ans), Valentin Wirz (Lugano, SUI, 24 ans), Raffaele Sannitz (Lugano, SUI, 22 ans), Marc Reichert (Berne, SUI, 26 ans), Thomas Déruns (Genève-Servette, SUI, 24 ans), Alain Demuth (Ambrì-Piotta, SUI, 26 ans).

L'effectif est de 25 joueurs et les deux réservistes qui attendront la deuxième phase seront déterminés avant le premier match.

 

Dans beaucoup de pays, le poste de sélectionneur oblige à des choix cornéliens et souvent incompris du public. Pas en Ukraine. Il n'y a pas de risque pour Seukand de se voir reprocher tel ou telle décision... car il en a de moins en moins à prendre pour composer son effectif. Celui-ci se décante de lui-même, avec cette année les refus de Guennadi Razin (Magnitogorsk), Aleksei Ponikarovsky (Toronto) et Dmytro Tolkunov (Novokuznetsk), auxquels il faut ajouter la blessure au genou de Dmytro Tsyrul. Comme le réservoir est de plus en plus mince, Seukand n'a eu à vraiment trancher qu'une fois, pour préférer Oletsky à Hnidenko au poste de quatrième centre.

Le hockey ukrainien s'appauvrit sans cesse et ses juniors s'affaiblissent. Les jeunes sont donc rares : il s'agit du duo d'attaquants puissants Shafarenko-Mikhnov, de Dyachenko et enfin de Donika qui a fait un bon stage de préparation. Pour les anciens, la mission devient de plus en plus compliquée, car les nouvelles règles les empêcheront d'accrocher à tout va comme ils en avaient l'habitude, surtout contre les gros. Plus que jamais, ils miseront tout sur un match. L'avenir du hockey en Ukraine se jouera donc contre le promu italien, pas forcément à l'aise face au métier et aux combinaisons des joueurs de l'est.

Gardiens : Konstantin Simchuk (Metallurg Magnitogorsk, RUS, 32 ans), Igor Karpenko (Sokol Kiev, UKR, 29 ans), Oleksandr Fedorov (Sokol Kiev, UKR, 28 ans).

Défeneurs : Sergei Klimentiev (Ak Bars Kazan, RUS, 31 ans), Vyacheslav Zavalnyuk (Sibir Novosibirsk, RUS, 31 ans), Artem Ostroushko (Spartak Moscou, RUS, 32 ans), Yuri Gunko (Sokol Kiev, UKR, 34 ans), Denis Isayenko (Sokol Kiev, UKR, 36 ans), Yuri Navarenko (Sokol Kiev, UKR, 26 ans), Vasyl Polonitsky (Sokol Kiev, UKR, 29 ans), Andrei Sryubko (Sokol Kiev, UKR, 30 ans).

Attaquants : Roman Salnikov (Keramin Minsk, BLR, 30 ans), Vadim Shakhraichuk (Dynamo Moscou, RUS, 31 ans), Vitali Lytvynenko (Sokol Kiev, UKR, 36 ans), Oleksandr Materukhin (Khimvolokno Mogilev, BLR, 24 ans), Oleg Shafarenko (Khimvolokno Mogilev, BLR, 24 ans), Andrei Mikhnov (Lada Togliatti, RUS, 22 ans), Sergei Varlamov (Sibir Novosibirsk, RUS, 27 ans), Vasyl Bobrovnikov (Sokol Kiev, UKR, 34 ans), Yuri Dyachenko (Vityaz Chekhov, RUS, 23 ans), Konstantin Kasyanchuk (Traktor Chelyabinsk, RUS-2, 26 ans), Valentin Oletsky (Sokol Kiev, UKR, 34 ans), Vitali Semenchenko (Yunost Minsk, BLR, 31 ans), Boris Protsenko (Dynamo Minsk, BLR, 27 ans) , Vitali Donika (Neftyanik Almetievsk, RUS-2, 23 ans).

Les deux réservistes (qui ne pourront pas jouer la première phase) seront désignés parmi cet effectif de 25 joueurs.

 

Voilà, l'Italie a eu ses Jeux Olympiques de Turin. Ils ont rempli leur rôle en exposant au grand public transalpin des sports méconnus : c'est ainsi qu'il a eu un coup de foudre pour... le curling. Quant au hockey sur glace, c'est le sport qui a réalisé la moins bonne audience sur la Rai. Les JO n'auront donc pas changé grand-chose à sa condition.

Au moins les Italiens pourront-ils poursuivre sur leur lancée de leur honorable performance sportive dans le Piémont en obtenant leur maintien dans l'élite mondiale qu'ils retrouvent. Les anciens comme l'unique expatrié Iob et l'incroyable Parco sont toujours là. Par contre, Anthony Tuzzolino n'est plus intéressé par l'équipe nationale italienne maintenant qu'il a obtenu une réputation et un contrat en Suède. Du fait des blessures de Scandella et Chitarroni ainsi que du forfait de Signoretti, qui a dû rester au Canada pour raisons personnelles, les oriundi sont réduits à seulement six joueurs (Muzzatti, Trevisani, Cirone, Parco, Iob et Busillo), par la force des choses et non par choix délibéré. Aux débutants comme Bustreo de faire leurs preuves dans ce contexte.

Gardiens : Jason Muzzatti (Bolzano, ITA, 36 ans), René Baur (Valpusteria, ITA, 21 ans), Thomas Tragust (Merano, ITA, 19 ans).

Défenseurs : Armin Helfer (Milan, ITA, 25 ans), Michele Strazzabosco (Milan, ITA, 30 ans), Alex Egger (Renon, ITA, 26 ans), Carter Trevisani (Asiago, ITA, 23 ans), Carlo Lorenzi (Alleghe, ITA, 31 ans), Florian Ramoser (Bolzano, ITA, 26 ans), Christian Borgatello (Milan, ITA, 24 ans).

Attaquants : John Parco (Asiago, ITA, 34 ans), Anthony Iob (Klagenfurt, AUT, 35 ans), Giorgio De Bettin (Cortina, ITA, 33 ans), Giuseppe Busillo (Milan, ITA, 35 ans), Jason Cirone (Asiago, ITA, 35 ans), Stefano Margoni (Bolzano, ITA, 30 ans), Manuel De Toni (Alleghe, ITA, 27 ans), Nicola Fontanive (Alleghe, ITA, 20 ans), Enrico Chelodi (Bolzano, ITA, 23 ans), Luca Ansoldi (Renon, ITA, 24 ans), Paolo Bustreo (Renon, ITA, 23 ans), Luca Felicetti (Fassa, ITA, 24 ans), Andrea Molteni (Milan, ITA, 25 ans).

 

 

Groupe C

La Slovaquie a vécu des après-JO agités, et le perdant en a été Peter Stastny. Le député européen a été accusé d'avoir outrepassé ses attributions en nommant le capitaine et les assistants avant le début du tournoi de Turin sans consulter ni le staff ni les joueurs, ce qui a créé du désordre dans le vestiaire. La fédération l'a donc démis de ses fonctions de manager général. L'entraîneur Frantisek Hossa a par contre obtenu un sursis et vu son contrat prolongé jusqu'à la fin des Mondiaux de Riga, mais cette ambiance pesante a peut-être contribué au nombre important de forfaits de joueurs de NHL, alors que les Slovaques sont habituellement toujours prêts à rejoindre la sélection nationale. En fait de stars, Frantisek Hossa n'a finalement réussi à réunir que... son fils Marian, présent avec son frère Marcel.

Ce n'est pas le plus important puisque Frantisek Hossa tient surtout à son système, quitte à laisser de côté ceux qui, comme Juraj Kolnik des Florida Panthers, ne "rentrent pas dans le concept". Le concept en question est un système défensif qui ne surprend même plus personne. Par contre, le manque d'imagination offensive, lui, est une constante pénible. Les supporters slovaques n'ont qu'un espoir, que Hossa s'en aille après les championnats du monde comme il l'a annoncé.. Mais imaginez que l'un des entraîneurs contestés s'impose et que la Slovaquie ou la Russie soit championne : que se passerait-il ?

Gardiens : Karol Krizan (MODO, SUE, 25 ans), Jan Lasak (Pardubice, TCH, 27 ans), Rastislav Stana (Södertälje, SUE, 26 ans).

Défenseurs : Martin Strbak (CSKA Moscou, RUS, 31 ans), Milan Jurcina (Boston, NHL, 22 ans), Dominik Granak (Slavia Prague, TCH, 22 ans), Tomas Harant (Ceské Budejovice, TCH, 26 ans), René Vydareny (Ceské Budejovice, TCH, 24 ans), Dusan Milo (Nitra, SVK, 33 ans), Stanislav Hudec (Vitkovice, TCH, 23 ans), Richard Stehlik (Sparta Prague, TCH, 21 ans).

Attaquants : Marian Hossa (Atlanta, NHL, 27 ans), Marcel Hossa (New York Rangers, NHL, 24 ans), Richard Kapus (Metallurg Novokuznetsk, RUS, 33 ans), Tomas Surovy (Pittsburgh, NHL, 24 ans), Milan Bartovic (Chicago, NHL, 25 ans), Martin Cibak (Tampa Bay, NHL, 25 ans), Ivan Ciernik (Cologne, ALL, 28 ans), Rastislav Pavlikovsky (MODO, SUE, 29 ans), Lubomir Vaic (Liberec, TCH, 29 ans), Miroslav Zalesak (Södertälje, SUE, 26 ans), Michal Hudec (Ceské Budejovice, TCH, 27 ans), Andrej Kollar (Nitra, SVK, 29 ans), Miroslav Kovacik (Nitra, SVK, 27 ans).

 

Le sélectionneur de la Russie Vladimir Krikunov, a fait savoir depuis longtemps qu'il partirait après les championnats du monde, et cela soulage tout le monde. Le quotidien Sport-Express a même réussi un excellent poisson d'avril en annonçant qu'il avait resigné jusqu'aux JO de Vancouver, car beaucoup ont gobé, surtout les joueurs de NHL qui suivaient cela à distance.

Krikunov défend dur comme fer les méthodes soviétiques, et ses charges d'entraînement trop lourdes sont montrées du doigt. Son obstination à donner des présences équivalentes à chaque ligne a aussi été très critiquée, y compris de façon parfois cocasse. Sushinsky a ainsi expliqué qu'il appréciait Krikunov comme sélectionneur national... mais pas comme entraîneur du Dynamo, à cause de son maigre temps de jeu alors qu'il y est sur la première ligne. Mais le problème principal, c'est que Krikunov critique ses joueurs en public, "à l'ancienne", et qu'il a vexé la plupart d'entre eux : le meilleur joueur du championnat russe Morozov, son centre Zinoviev, et la plupart des joueurs de NHL. Frolov et Gonchar ont décliné son appel, et il ne s'est pas fatigué à appeler les autres. Même son chouchou Datsyuk, qui a fini les play-offs sur les rotules, a dû déclarer forfait.

La poisse s'est acharnée puisque Sokolov vient d'être opéré du ménisque et n'est pas sûr du moment où il pourra reprendre la glace. C'est Zvyagin qui aborde le tournoi comme titulaire, une perspective qui inquiète. La seule chance des Russes réside dans l'enthousiasme de sa jeunesse, avec une première ligne de gamins Ovechkin-Malkin-Kulemin. L'absence de râleurs (sauf Krikunov...) et de joueurs à problèmes est-il un motif suffisant de croire à une victoire russe ?

Gardiens : Sergey Zvyagin (Dynamo Moscou, RUS, 35 ans), Aleksandr Fomichev (CSKA Moscou, RUS, 27 ans), Konstantin Barulin (Spartak Moscou, RUS, 21 ans).

Défenseurs : Vitali Atyushov (Metallurg Magnitogorsk, RUS, 26 ans), Kirill Koltsov (Avangard Omsk, RUS, 23 ans), Dmitri Bykov (Dynamo Moscou, RUS, 29 ans), Andrei Kruchinin (Lada Togliatti, RUS, 27 ans), Sergei Zhukov (Lokomotiv Yaroslavl, RUS, 30 ans), Ilya Nikulin (Ak Bars Kazan, RUS, 23 ans), Denis Kulyash (Dynamo Moscou, RUS, 22 ans), Vadim Khomitsky (CSKA Moscou, RUS, 23 ans), Georgi Misharin (CSKA Moscou, RUS, 21 ans).

Attaquants : Aleksandr Ovechkin (Washington, NHL, 20 ans), Evgeni Malkin (Metallurg Magnitogorsk, RUS, 19 ans), Nikolaï Kulemin (Metallurg Magnitogorsk, RUS, 19 ans), Aleksandr Kharitonov (Dynamo Moscou, RUS, 30 ans), Igor Emeleïev (SKA Saint-Pétersbourg, RUS, 25 ans), Maksim Sushinsky (Dynamo Moscou, RUS, 31 ans), Danis Zaripov (Ak Bars Kazan, RUS, 25 ans), Denis Arkhipov (Khimik, RUS, 26 ans), Aleksandr Semin (Khimik, RUS, 22 ans), Igor Grigorenko (Severstal Cherepovets, RUS, 23 ans), Aleksandr Nikulin (CSKA Moscou, RUS, 20 ans), Aleksei Mikhnov (Lokomotiv Yaroslavl, RUS, 23 ans), Sergei Mozyakin (CSKA Moscou, RUS, 25 ans), Konstantin Gorovikov (Avangard Omsk, RUS, 28 ans).

Ces 26 joueurs sont emmenés à Riga mais trois noms devront être retirés avant le premier match et le troisième gardien ne sera pas inscrit. Le renfort d'Aleksandr Perezhogin (Montréal, NHL) et de Maksim Sokolov (SKA Saint-Pétersbourg) est possible.

 

Il y a des pays qui attendent les joueurs venus de NHL ; le Bélarus, pour sa part, attendait surtout son entraîneur de NHL. Glen Hanlon avait dit qu'il reviendrait et que son engagement n'était pas juste une passade liée au lock-out. Il fallait le croire. Il a vite été évident que les Washington Capitals, où Ovechkin est trop seul, ne se qualifieraient pas pour les play-offs, et donc Hanlon a été disponible assez tôt. Il a gardé avec lui Eduard Zankovets, qui s'est occupé de l'équipe nationale tout au long de la saison, et s'est entouré d'un staff canadien, avec Sean Simpson comme adjoint, plus son spécialiste de l'analyse vidéo à Washington, Todd Woodcroft.

Kalyuzhny, qui se plaint de douleurs aux adducteurs après les play-offs russes, est absent pour la seconde année consécutive, et le poste de centre est peut-être un peu faible car le genou de Krutsikov n'a pas pu être soigné à temps. Offensivement, le Bélarus comptera surtout sur la vitesse de Mikhaïl Grabovsky, qui a eu moins de temps de glace au Dynamo qu'à Nijnekamsk mais a montré qu'il n'avait rien perdu de ses qualités de buteur quand il a été aligné sur la ligne de Sushinsky et Kharitonov. Cependant, il n'est pas un vrai créateur et pourrait être aligné à l'aile, poste nouveau pour lui. Comme l'an passé, le Bélarus devrait s'appuyer sur un système défensif au point devant l'inamovible Mezin.

Gardiens : Andrei Mezin (Salavat Yulaev Ufa, RUS, 29 ans), Sergei Shabanov (SKA Saint-Pétersbourg, RUS, 30 ans), Stepan Goryachevskikh (Yunost Minsk, BLR, 20 ans).

Défenseurs : Aleksandr Makritsky (Gomel, BLR, 33 ans), Vladimir Dzianisau (Keramin Minsk, BLR, 21 ans), Vladimir Kopat (Yunost Minsk, BLR, 35 ans), Sergueï Erkovich (Yunost Minsk, BLR, 32 ans), Vladimir Svita (Gomel, BLR, 35 ans), Aleksandr Zhurik (Dynamo Minsk, BLR, 30 ans), Viktor Kastyuchonak (Yunost Minsk, BLR, 26 ans), Aleksandr Ryadinsky (Keramin Minsk, BLR, 28 ans).

Attaquants : Mikhaïl Grabovsky (Dynamo Moscou, RUS, 22 ans), Andreï Skabelka (Dynamo Minsk, 35 ans), Sergei Zadzelenov (Neftekhimik Nijnekamsk, RUS, 30 ans), Dmitry Mialeshka (Salavat Yulaev Ufa, RUS, 23 ans), Evgueni Kurilin (Keramin Minsk, BLR, 27 ans), Yaroslav Chuprys (Salavat Yulaev Ufa, RUS, 21 ans), Dmitri Dudik (Dynamo Minsk, BLR, 28 ans), Andreï Mikhalev (Keramin Minsk, BLR, 28 ans), Alekseï Ugarov (Neftekhimik Nijnekamsk, RUS, 21 ans), Oleg Antonenko (Dynamo Minsk, BLR, 34 ans), Siarhei Kukushkin (Kapitan Stupino, RUS-2, 20 ans), Evgeny Esaulov (Keramin Minsk, BLR, 28 ans), Alekseï Savin (Yunost Minsk, BLR, 19 ans) + Andreï Kastsitsyn (Montréal, NHL, 21 ans).

 

Contrairement au Bélarus qui a "modernisé" son hockey avec Hanlon, le Kazakhstan est resté fidèle à la tradition soviétique, un hockey collectif avec des tendances tout de même nettement plus défensives. Mais peu à peu, alors que le Kazakhstan essaie de s'organiser pour former un championnat et monter de nouveaux clubs, cela ne pourrait-il pas se retourner contre l'équipe nationale ? Au fil des ans, les sélectionnés sont de plus en dispersés dans les clubs et n'ont plus l'avantage de l'entraînement commun avec le Kazzinc-Torpedo Ust-Kamenogorsk. Ceci dit, les joueurs y ont tous appris le hockey et se connaissent encore très bien, même s'ils ne sont pas sous les ordres de Nikolaï Myshagin toute la saison.

Le principal problème cette année, c'est qu'il manque pas mal de cadres. Surtout les plus importants, les gardiens : ni Vitali Eremeïev ni Vitali Kolesnik - retenu en play-offs NHL avec Colorado - ne sont présents. Or ils sont clairement le maillon capital de l'équipe. Lancés dans le grand bain, Tambulov et Medvedev devront se surpasser, alors que personne ne connaît leur valeur (comme pour Kolesnik il y a deux ans). Il faudra bien de toute façon que la relève arrive, et l'intégration de plusieurs jeunes en attaque sera intéressante.

Gardien : Sergueï Tambulov (Metallurg Serov, RUS-2, 31 ans), Roman Medvedev (Gornak Rudnyi, KAZ, 24 ans).

Défenseurs : Evgueni Blokhin (MVD Tver, RUS, 26 ans), Artyom Argokov (Metallurg Novokuznetsk, RUS, 30 ans), Oleg Kovalenko (Ust-Kamenogorsk, KAZ, 31 ans), Alekseï Koledaïev (Sibir Novosibirsk, RUS, 30 ans), Evgeni Pupkov (SKA Saint-Pétersbourg, RUS, 30 ans), Andreï Savenkov (Ust-Kamenogorsk, KAZ, 31 ans).

Attaquants : Aleksandr Koreshkov (Ust-Kamenogorsk, KAZ, 36 ans), Evgueni Koreshkov (Ust-Kamenogorsk, KAZ, 35 ans), Konstantin Shafranov (Ust-Kamenogorsk, 37 ans), Andreï Samokhvalov (Khimik, RUS, 30 ans), Andreï Pchelyakov (Krylia Sovietov Moscou, RUS-2, 34 ans), Andreï Troshchinsky (Ust-Kamenogorsk, KAZ, 28 ans), Alekseï Litvinenko (Spartak Moscou, RUS, 26 ans), Nikolaï Zarzhitsky (Motor Barnaul, RUS-2, 27 ans), Andreï Spiridonov (Barys Astana, KAZ, 23 ans), Vadim Krasnoslabotsev (Avangard Omsk, RUS, 22 ans), Talgat Zhailauov (Ust-Kamenogorsk, KAZ, 20 ans).

 

 

Groupe D

Tout l'intérêt du Canada réside bien sûr dans les grands débuts avec les seniors de Sidney Crosby, le plus jeune joueur de l'histoire à avoir passé les cent points en NHL. Il ne vient pas seul, mais avec Patrice Bergeron, son ancien partenaire chez les juniors canadiens et par ailleurs déjà champion du monde 2004, et avec Brad Boyes. Ces deux jeunes joueurs de Boston restent sur une excellente saison et ce trio extrêmement prometteur promet de martyriser les défenses. Mais le reste de l'équipe est encore en chantier.

Contrairement aux trois années précédentes, l'effectif canadien n'impressionne pas vraiment. La raison en est simple : il n'a pas été possible d'appeler le moindre joueur ayant disputé les Jeux Olympiques et voulant cumuler les deux tournois au sein d'une saison très longue. L'expérience fait défaut, par exemple dans les cages. Alors, les Canadiens, dépassés en vitesse et en fraîcheur aux JO, tenteront de faire exactement l'inverse avec une équipe moins prestigieuse mais certainement plus dynamique.

Gardiens : Alexander Auld (Vancouver Canucks, NHL, 25 ans), Marc Denis (Columbus Blue Jackets, NHL, 28 ans).

Défenseurs : Nick Schultz (Minnesota Wild, NHL, 23 ans), Brad Stuart (Boston Bruins, NHL, 26 ans), Stéphane Robidas (Dallas Stars, NHL, 29 ans), Dan Hamhuis (Nashville Predators, NHL, 23 ans), Micki DuPont (Eisbären Berlin, ALL, 26 ans), Brent Seabrook (Chicago, NHL, 21 ans).

Attaquants : Sidney Crosby (Pittsburgh Penguins, NHL, 18 ans), Patrice Bergeron (Boston Bruins, NHL, 20 ans), Bradley Boyes (Boston Bruins, NHL, 24 ans), Mike Comrie (Phoenix Coyotes, NHL, 25 ans), Kyle Calder (Chicago Blackhawks, NHL, 27 ans), Mike Cammalleri (Los Angeles Kings, NHL, 23 ans), Glen Metropolit (Lugano, SUI, 31 ans), Scott Hartnell (Nashville Predators, NHL, 24 ans), Matt Pettinger (Washington Capitals, NHL, 25 ans), Brendan Shanahan (Detroit Red Wings, NHL, 37 ans).

 

Les États-Unis reviennent à leurs traditions. Par le passé, ils faisaient souvent confiance aux coaches de l'université du Minnesota (comme un certain Herb Brooks) ou de celle du Wisconsin. C'est cette dernière qui a été championne NCAA il y a un mois, et c'est son entraîneur Mike Eaves qui a été promu. Une nomination qui ne doit rien au hasard puisqu'Eaves a amené les juniors américains au titre mondial en 2004. Et il ne cache pas son ambition de lancer dans le grand bain ces prometteuses jeunes générations. Pour la première fois depuis cinq ans, les Américains auront des joueurs universitaires dans leur effectif, ce qui coïncide avec le refus de joueurs établis mais n'est pas forcément pour déplaire au nouvel entraîneur.

Les deux plus grands talents en gestation du hockey américain sont là, l'incroyablement doué Phil Kessel et le solide Ryan Suter qui a déjà une parfaitement compréhension du jeu défensif. Deux autres nouveaux ne sont pas des prodiges, mais plutôt des joueurs complets qui peuvent déjà être utiles malgré leur jeune âge et qui n'hésitent pas à accomplir leur part de travail : Ryan Kesler et Drew Stafford. Ces joueurs qui ont appris à gagner grâce au développement du programme junior américain n'auront rien à perdre, même s'ils paraissent avoir une faiblesse dans les cages à cause du forfait de Tim Thomas.

Gardiens : Craig Anderson (Chicago Blackhawks, NHL, 24 ans), Jason Bacashihua (St. Louis Blues, NHL, 23 ans).

Défenseurs : Andrew Alberts (Boston Bruins, NHL, 24 ans), Joe Corvo (Los Angeles Kings, NHL, 28 ans), Hal Gill (Boston Bruins, NHL, 31 ans), Brooks Orpik (Pittsburgh Penguins, NHL, 25 ans), Ryan Suter (Nashville Predators, NHL, 21 ans), Mike Komisarek (Canadiens de Montréal, NHL, 24 ans), Frederick Meyer (Philadelphia Flyers, NHL, 25 ans).

Attaquants : Dustin Brown (Los Angeles Kings, NHL, 21 ans), Mark Cullen (Chicago Blackhawks, NHL, 27 ans), Andy Hilbert (Pittsburgh Penguins, NHL, 25 ans), Ryan Kesler (Vancouver Canucks, NHL, 21 ans), Ryan Malone (Pittsburgh Penguins, NHL, 27 ans), Richard Park (Vancouver Canucks, NHL, 29 ans), Marty Reasoner (Boston Bruins, NHL, 29 ans), Jim Slater (Atlanta Thrashers, NHL, 23 ans), Drew Stafford (University of North Dakota, NCAA, 20 ans), Phil Kessel (University of Minnesota, NCAA, 18 ans), Adam Hall (Nashville Predators, NHL, 25 ans), Yan Stastny (Boston Bruins, NHL, 23 ans).

 

Le Danemark a devancé la Norvège ces dernières années, mais retrouver ses cousins dans une confrontation directe n'est pas forcément à son avantage, car ils ne lui réussissent pas trop. Rivaux sur la glace, les deux pays ont cependant des intérêts communs : cet hiver, leurs fédérations ont discuté aux Jeux Nordiques avec des représentants suédois et finlandais afin de mettre en place des compétitions communes. Ces échanges feraient à coup sûr un grand bien aux Norvégiens comme aux Danois.

Canadiens et Américains sont réputés prenables en début de tournoi (et le Danemark en sait quelque chose). Pourtant, les Scandinaves semblent se focaliser uniquement sur leur confrontation directe. Le match a même déjà commencé avec des déclarations de deux joueurs danois (Green et Damgaard) dans un journal norvégien. Ils y expliquaient que leurs rivaux avaient mal géré leur avant-Mondial, avec trop de matches (neuf) et un planning trop usant, alors que le Danemark avait appris ces dernières années à doser sa préparation et a ménager des plages de repos à ses joueurs en leur permettant de retrouver leurs familles le week-end.

Malgré un talent individuel moindre, les Danois auraient-ils un avantage de condition physique sur les Norvégiens ? On verra. Mais ils ont sans doute une supériorité tactique. Les plans de Mikael Lundström sont parfaitement au point, et avant de quitter son poste pour un nouveau challenge (devenir manager de Leksand qu'il doit aider à remonter en Elitserien suédoise), il veut laisser la maison en ordre et garder l'équipe dans l'élite. Il s'appuie pour cela sur des hommes qui ont tous l'expérience des championnats du monde. Il n'y a qu'un seul débutant, le gardien Patrick Galbraith, meilleur espoir du championnat danois. Un autre joueur dont les progrès seront intéressants à suivre est Jannik Hansen. Parti cette saison dans la ligue junior majeur la plus robuste, la WHL, il y a été le meilleur marqueur des rookies et il y a démontré la dimension physique de son jeu.

Gardiens : Peter Hirsch (Nordsjælland, DAN, 27 ans), Michael Madsen (Herlev, DAN, 25 ans), Patrick Galbraith (Sønderjyske, DAN, 20 ans).

Défenseurs : Jesper Damgaard (MoDo, SUE, 30 ans), Christian Schioldan (Aalborg, DAN, 27 ans), Andreas Andreasen (Esbjerg, DAN, 30 ans), Morten Dahlmann (Nordsjælland, DAN, 28 ans), Thomas Johnsen (Nordsjælland, DAN, 26 ans), Rasmus Pander (Aalborg, DAN, 30 ans), Daniel Nielsen (Herning, DAN, 25 ans).

Attaquants : Frans Nielsen (Timrå, SUE, 22 ans), Kasper Degn (Nordsjælland, DAN, 24 ans), Peter Regin (Timrå, SUE, 21 ans), Morten Green (MoDo, SUE, 25 ans), Kim Staal (Malmö, SUE-2, 28 ans), Jannik Hansen (Portland, WHL, 20 ans), Jens Nielsen (Aalborg, DAN, 36 ans), Bo Nordby Andersen (Aalborg, DAN, 27 ans), Christoffer Kjærgaard (Herning, DAN, 25 ans), Michael Smidt (Aalborg, DAN, 26 ans), Martin Pyndt (Rødovre, DAN, 28 ans), Thomas Reinert (Frederikshavn, DAN, 26 ans).

Réservistes : Morten Madsen (Frölunda, SUE, 19 ans), Mads Bødker (Rødovre, DAN, 18 ans).

 

Le hockey sur glace est la dernière roue du carrosse des sports d'hiver en Norvège, et les Jeux Olympiques l'ont prouvé une fois de plus, puisque la finale du tournoi, qui opposait pourtant les deux voisins (Suède et Finlande), n'a même pas été retransmise en direct à la télévision. L'euphorie de l'an dernier, avec trois montées dans l'élite, est donc un peu retombée, d'autant que les deux sélections juniors ont déjà refait l'ascenseur comme on pouvait s'y attendre. Il ne reste plus que les seniors.

Son retard de développement, la Norvège s'efforce de le combler, et elle a de bonnes générations de jeunes. Elle se permet ainsi d'aligner comme septième défenseur un junior de seulement 18 ans, Jonas Holøs ! Un pari qui est surtout dû aux blessures de Martin Knold et Ole Kristian Tollefsen qui l'ont un peu laissé à court d'hommes d'expérience.

Il y a un poste où la Norvège est loin du top niveau mondial : les gardiens. Sinon, son retour dans l'élite est tout à fait justifié. Il suffit de voir le nombre de ses joueurs expatriés, et plus souvent dans des championnats d'élite que dans des deuxièmes divisions. On attend de voir si Tore Vikingstad, élu meilleur joueur de la DEL cette année, pourra confirmer son excellente saison avec sa sélection nationale, ce que n'ont pas pu faire ses deux ailiers allemands.

Gardiens : Pål Grotnes (Växjö, SUE-2, 29 ans), Mathias Gundersen (Stjernen, NOR, 20 ans), Jonas Norgren (Storhamar, NOR, 23 ans).

Défenseurs : Anders Myrvold (Vålerenga, NOR, 30 ans), Erik Ryman (Djurgården, SUE, 33 ans), Johnny Nilsen (Frisk Asker, NOR, 30 ans), Mats Trygg (Iserlohn, ALL, 28 ans), Tommy Jakobsen (Düsseldorf, ALL, 35 ans), Lars Erik Lund (Vålerenga, NOR, 31 ans), Jonas Holøs (Sparta Sarpsborg, NOR, 18 ans).

Attaquants : Tore Vikingstad (Düsseldorf, ALL, 30 ans), Patrick Thoresen (Djurgården, SUE, 22 ans), Per-Åge Skrøder (Södertälje, SUE, 27 ans), Morten Ask (Saipa Lappeenranta, FIN, 25 ans), Anders Bastiansen (Mora, SUE, 25 ans), Tommy Marthinsen (Vålerenga, NOR, 29 ans), Marius Holtet (Iowa Stars, AHL, 21 ans), Lars Erik Spets (Brynäs, SUE, 21 ans), Mads Hansen (Storhamar, NOR, 27 ans), Lars Peder Nagel (Oskarshamn, SUE-2, 25 ans), Kjell-Richard Nygård (Vålerenga, NOR, 28 ans), Marius Trygg (Crimmitschau, ALL-3, 29 ans), Jonas Solberg Andersen (Sparta Sarpsborg, NOR, 25 ans).

Réservistes : Pål Johnsen (Storhamar, NOR, 29 ans), Steffen Thoresen (Storhamar, NOR, 19 ans).

Marc Branchu

 

Retour à la rubrique articles