Briançon veut prendre de l'altitude

 

Qu'on se le dise, la "ville la plus haute d'Europe" veut prendre de l'altitude cette année. Forte du soutien des collectivités locales, elle s'était fixée depuis longtemps l'arrivée en Poule Magnus comme objectif après une première saison d'apprentissage du Super 16. Un recrutement conséquent devait donc être mené pour atteindre ces nouveaux sommets. Mais si sur le principe tout était fixé depuis plusieurs mois, la réalisation concrète ne s'est pas faite toute seule.

Il n'est en effet pas si facile de trouver des joueurs de talent, et le tableau des arrivées a longtemps été au point mort. On commençait à s'inquiéter des nombreuses difficultés rencontrées dans le recrutement des étrangers, qui jouaient un peu les Arlésiennes. Il y eut donc un mélange de fièvre et de scepticisme lorsque certains annoncèrent que les nouveaux noms en mettraient plein la vue, avec notamment deux défenseurs d'Extraliga, l'attente semblant décidément interminable lorsque la présentation de l'équipe prévue le 21 août à la mairie fut annulée, faute d'un effectif au complet à dévoiler... Mais il n'y a pas mensonge sur la marchandise, il y a vraiment de la qualité chez les nouveaux venus, leur seul défaut étant d'être arrivés bien tard. En effet, les deux Tchèques et le Finlandais n'ont pas encore obtenu leurs licences à temps pour le début de la saison, et ce retard à l'allumage est le principal de souci de Briançon, qui peut être optimiste à la lecture de son effectif.

Les gardiens

Commençons par les cages, qui a été le premier problème des dirigeants briançonnais par ordre de priorité. Il fallait en effet remplacer Julien Figved parti vers Brest, et la première piste sérieuse a été celle de Stéphane Ménard. Que ce soit à Viry ou à Besançon, le gardien canadien a eu beaucoup de travail lors de ses passages au plus haut niveau et s'est ainsi taillé une petite réputation en France. Il en a usé pour demander un salaire trop important au goût des Diables Rouges, qui ont donc préféré aller voir ailleurs.

Et ils n'ont pas perdu au change. Le choix définitif, canadien lui aussi, dispose de références autrement sérieuses. Sélectionné dans l'équipe junior canadienne, Philippe De Rouville a été un des meilleurs gardiens du junior majeur québécois, ce qui a lui valu un passage trop bref en NHL (un match 1994/95 et deux en 1996/97). Il a ensuite été très bien considéré à Ayr, dans la Superleague britannique aujourd'hui disparue, puis a plafonné à Timrå. Il n'y a tenu qu'une demi-saison avant d'être renvoyé en raison de ses performances médiocres, mais il ne faut pas oublier qu'il s'agissait là de l'Elitserien suédoise, un championnat de très grande qualité. S'il n'a donc jamais pu s'imposer au très haut niveau, De Rouville a largement celui de notre Super 16. Et comme il est peu probable qu'il ait décliné depuis un an et demi en semi-pro québécois puisqu'il n'a que vingt-neuf ans, il constitue une bonne assurance. Sa doublure sera Sébastien Muret qui avait très bien substitué Figved malade l'an dernier.

La défense

Solide devant les filets, Briançon l'est aussi dans ses lignes arrières. Le renfort tchèque Michal Divisek est un pur défenseur qui remplit sa fonction première avec beaucoup d'assiduité. Il a également une formation tactique complète et un métier qui en font un élément précieux dans les unités spéciales. Après deux années en junior majeur, il est revenu au pays à Vsetín, club avec lequel il a été deux fois champion de République Tchèque. Il a joué deux fois la malheureusement défunte EHL avec Vsetín (où il a entre autres muselé Amiens) et Jihlava et a porté les couleurs de six équipes d'Extraliga. Même s'il est passé de club en club et si son parcours s'est terminé moins bien qu'il n'avait commencé, puisqu'il a débarqué en cours de saison chez la lanterne rouge déjà larguée Havírov, ce n'est pas tous les jours qu'un joueur de vingt-sept ans avec une telle expérience débarque en France.

Son compatriote TomᚠKramny est un joueur puissant et complet qui est plus agile que ce que son gabarit indique (1,90 m et 99 kg). Il sait user de son physique contre les bandes et, s'il est centre de formation, il devrait être utilisé pour les tâches défensives.

Jusqu'ici canadienne, la défense des Diables Rouges prend donc un nouveau visage plus mixte. Elle accueille également un jeune Suédois, Robert Johannesson, qui est bien moins impressionnant mais qui a une bonne marge de progression. Enfin, Jean-François Jodoin (ex-Tours) amènera son vécu à des arrières français plutôt jeunes et inexpérimentés. On espère par contre ne pas trop regretter le départ de Patrice Bellier qui fait déjà le bonheur d'Angers.

L'attaque

Comme en défense, Briançon a recruté un nom alléchant à l'avant. Ancien international junior, l'ailier finlandais Mika Kannisto a lui aussi participé à l'EHL. Il a surtout joué dix saisons de SM-liiga avec le HPK Hämeenlinna, et une avec Ässät. Il sort de trois saisons en Norvège, un championnat qui vaut bien le nôtre, et a inscrit la bagatelle de 180 points en 124 rencontres. Seule réserve, c'est la seule recrue briançonnaise qui a ostensiblement pris de l'âge. Il a tout de même 34 ans, et sa dernière saison a laissé entrevoir un léger déclin avec "seulement" un point par match. Il devrait quand même devenir un buteur très redouté dans le Super 16.

Si l'on rajoute les éternels Jokarhju, Boldron ou Blais, l'attaque briançonnaise ne manque pas d'expérience, on pourrait même la dire vieillissante. C'est pour cela que le retour d'Arnaud Blanchard, après une année à Dunkerque, est accueilli avec plaisir. Naufragé du navire bisontin, Cyril Trabichet, second Grenoblois de l'équipe après Moreaux, apportera également sa jeunesse aux lignes offensives. Parmi les jeunes du cru, Sébastien Rohat (18 ans) devrait être intégré à l'effectif.

Avec de possibles nouvelles vedettes du Super 16 en porte-flambeaux, Briançon aurait été favori pour terminer dans les quatre premiers de la poule est... s'il avait pu disposer de tout le monde dès le début du championnat et être immédiatement au point. Le cas échéant, l'objectif de la qualification pour la Poule Magnus constitue un vrai challenge qu'il sera intéressant de suivre.

Marc Branchu

 

 

Départs : Figved (Brest), Bellier (Angers), Fafard (Ravensburg, ALL), Ribanelli (arrêt), Gélinas (Canada), Bortino (Dijon), Vachet (Gap), Rouillard (Chambéry).

Arrivées : Trabichet (Besançon), De Rouville (Thetford Mines, LHSMQ), Blanchard (Dunkerque), Divisek (Havírov, TCH), Kramny (Zilina, SVK), Kannisto (Frisk-Asker, NOR), Johannesson (Vallentuna, SUE), Jodoin (Tours).

Effectif :

Gardiens : Philippe De Rouville (CAN), Sébastien Muret, Damien Angella.

Défenseurs : Fréderic Borgnet, Michal Divisek (TCH), Jean-François Jodoin (CAN), Robert Johanneson (SUE), Fabrice Pere, Gary Levêque.

Attaquants : Juha Jokiharju (FIN), Arnaud Blanchard, Cédric Boldron, Mickaël Perez, Cyril Trabichet, Yannick Maillot, Tomas Kramny (TCH), Christophe Robert, Hugues Moreaux, Éric Blais, Mika Kannisto (FIN), Emmanuel Giusti, Sébastien Rohat.

Entraîneur : Juha Jokiharju (FIN).

 

 

Retour à la rubrique articles