Présentation des championnats du monde

 

Les championnats du monde s'annoncent comme particulièrement intéressants. L'organisation allemande, pour le retour du pays en groupe A, créé l'évènement. On ne pouvait rêver meilleures enceintes. A la Kölnarena de 18500 places se sont ajoutées deux patinoires construites spécialement pour l'occasion : à Hanovre (12500 places) - qui accueillera la finale - et à Nuremberg (9000 places), où les travaux ne sont pas allés sans poser de problèmes, l'inauguration étant retardée et les coûts estimés largement dépassés.

L'IIHF voit là l'occasion idéale de relancer le hockey sur glace dans un des pays les plus férus de hockey, mais elle risque de déchanter. En choisissant de confier l'exclusivité des droits à Premiere World (une chaîne incluse dans un bouquet satellite qui a une diffusion très restreinte), l'organisation a choisi la manne financière au détriment de l'intérêt du sport : le grand public n'aura pas l'occasion de voir les matches (alors que la majorité des Allemands captent même les chaînes câblées comme Eurosport ou DSF) et la couverture médiatique s'en ressentira. Tout au long de la saison, de multiples voix alarmées se sont élevées pour faire un terrible constat : la présence du hockey allemand dans la presse est réduite à sa plus simple expression, bien loin de ce qu'elle était il y a seulement dix ans. La création de la DEL avec un credo au départ tout-économique, la fracture entre la fédération et cette ligue ainsi que les multiples affaires qui ont secoué le hockey allemand (dont le récent scandale général sur les caisses noires et impôts impayés des clubs de DEL, qui a largement éclipsé les préparations des Mondiaux dans les médias) ont achevé de le décrédibiliser au sein des journalistes sportifs comme au sein d'une grande partie des amateurs de sport. Seule l'équipe nationale peut servir de force rassembleuse pour fédérer autour d'elle les intérêts des uns et des autres, mais surtout l'intérêt du public. Pour l'instant, même la qualification olympique n'a fait qu'un entrefilet dans les journaux et la majorité des Allemands ne sait pas qu'un championnat du monde va se dérouler sur leur sol. C'est pourquoi un exploit de l'équipe allemande revêtirait une grande importance, le monde du hockey d'Outre-Rhin espérant que cela puisse servir de déclic. Ce qui est sûr, c'est que c'est une occasion à ne pas laisser passer, même si la concurrence sera rude.

Groupe A

L'Allemagne évolue dans le groupe A (les équipes sont réparties en quatre groupes : les derniers s'affrontent pour le maintien et les trois premiers disputent un deuxième tour en deux poules de six, dont les quatre meilleures accèdent aux quarts de finale) et n'aura pas la partie facile. Elle a cru au miracle lorsque Washington a été éliminé des play-offs de NHL, libérant avec Olaf Kölzig un des meilleurs gardiens du monde, mais celui-ci, blessé, ne pourra pas venir. Du coup, ce poste sera le point faible de l'équipe. En effet, tous les possibles titulaires sont remplaçants dans leurs clubs de DEL derrière des gardiens étrangers. Ainsi, Hans Zach a-t-il testé pas moins de cinq portiers cette saison dans les divers matches amicaux, sans jamais trouver son bonheur. Absolument pas convaincants dans les matches de préparation d'avant le Mondial, Leonhard Wild et Alexander Jung le suivront à la télé. Le poste de titulaire se jouera entre Robert Müller et Christian Künast. Le premier est très jeune puisqu'il est âgé de 20 ans mais très prometteur. Il a gagné le titre honorifique de "numéro 1b" (au lieu de n°2) à Mannheim derrière l'excellent Mike Rosati. Le deuxième est plus expérimenté, mais reste dans l'incertitude quant à son avenir (comme tous les gardiens allemands qui aimeraient se faire une petite place en DEL) en raison de la limitation du nombre de contrats qui pourrait sacrifier les gardiens allemands restants (et devenir un sévère handicap pour l'équipe nationale). Zach a finalement écarté le duo Pyka-Klenner pour retenir une défense dont la pièce maîtresse est clairement l'excellent Mirko Lüdemann. En attaque, on retrouvera entre autres les vétérans naturalisés Wayne Hynes, Mark MacKay et Len Soccio, ainsi que Marco Sturm (San José) et les juniors Marcel Goc et Thomas Greilinger. Blank et Lewandowski, qui n'évoluent qu'en Bundesliga 2 à Wilhelmshaven, n'ont en fin de compte pas été retenus dans la sélection définitive. La participation de Jan Benda, légèrement blessé, est incertaine.

Gardiens : Leonardo Conti (Francfort), Christian Künast (Munich), Robert Müller (Mannheim).
Défenseurs : Jan Benda (Jokerit Helsinki, FIN), Erich Goldmann (Essen), Mirko Lüdemann (Cologne), Jörg Mayr (Cologne), Jochen Molling (Kassel), Andreas Renz (Schwenningen), Christoph Schubert (Munich), Dennis Seidenberg (Mannheim), Heiko Smazal (Munich).
Attaquants : Tobias Abstreiter (Kassel), Fabian Brännström (Berlin Capitals), Thomas Daffner (Kassel), Marcel Goc (Schwenningen), Thomas Greilinger (Schwenningen), Klaus Kathan (Kassel), Daniel Kreutzer (Kassel), Andreas Loth (Kassel), Mark MacKay (Schwenningen), Jürgen Rumrich (Nuremberg), Leonard Soccio (Hanovre), Marco Sturm (San José, NHL).

Le premier match de l'Allemagne sera un sommet du Mondial, puisqu'il l'opposera à la Suisse devant les 18500 spectateurs de Cologne. Cette rencontre est un piège par excellence pour la sélection helvète, installée dans les huit meilleurs mondiales depuis quelques années, et qui ne veut pas servir de victime expiatoire de l'ambition allemande dans ce groupe très ouvert. Sa supériorité technique suffira-t-elle à surpasser une équipe allemande ultra-motivée au jeu plus physique ? Réponse en ouverture du Mondial. L'incertitude pèse sur la présence de Reto Pavoni, qui pourrait céder sa place à Bührer (futur remplaçant de Renato Tosio à Berne) sur blessure. Martin Gerber, qui rejoindra l'an prochain le finaliste suédois Färjestad dans les valises de son entraîneur Bengt-Åke Gustafsson (ancien entraîneur-adjoint de la sélection suisse). La percée de joueurs suisses en NHL prive l'équipe nationale de Aebischer et de Von Arx, mais Michel Riesen est revenu pour l'occasion et sera placé sur la première ligne. L'effectif composé par Ralph Krueger est bien équilibré avec deux blocs plus offensifs autour de Crameri et Plüss et deux plus défensifs autour d'Aeschlimann et de Zeiter. Malgré sa jeunesse, cette équipe commence à avoir l'expérience des grands rendez-vous et a déjà effectué les derniers championnats du monde avec un effectif quasiment identique.

Gardiens : Martin Gerber (Langnau), Lars Weibel (Davos) + Reto Pavoni (Kloten) ou Marco Bührer (Coire).
Défenseurs : Mathias Seger (Zurich) - Martin Steinegger (Berne) ; Olivier Keller (Lugano) - Mark Streit (Zurich) ; Goran Bezina (Fribourg) - Julien Vauclair (Lugano) ; Patrick Sutter (Zoug) - Edgar Salis (Zurich).
Attaquants : Marcel Jenni (Färjestad, SUE) - Gian-Marco Crameri (Zurich) - Michel Riesen (Hamilton, AHL) ; Marc Reichert (Berne) - Martin Plüss (Kloten) - Flavien Conne (Lugano) ; Alain Demuth (Ambrì-Piotta) - Jean-Jacques Aeschlimann (Lugano) - Thomas Ziegler (Detroit, IHL) ; Patrick Della Rossa (Zurich) - Michel Zeiter (Zurich) - Sandy Jeannin (Lugano).

Cette stabilité, c'est également le grand atout du Belarus, une équipe très solide, qui défend particulièrement bien et sait exploiter les erreurs de ses adversaires pour attaquer. Les joueurs se connaissent en effet depuis longtemps puisqu'ils ont tous appris le hockey à l'école Yunost de Minsk, hormis le gardien Mezin, un des grands atouts de l'équipe, que les Allemands connaissent bien puisqu'il évolue en DEL. On surveillera aussi la première ligne Andrievski-Pankov-Skabelka ou encore le champion d'Italie Galtchenyouk. Le défenseur d'Anaheim, Ruslan Saleï, après avoir décliné la sélection dans un premier temps car il se remet d'une commotion cérébrale, sera bien présent. A l'heure d'effectuer la difficile sélection, le trio d'entraîneurs Vorivontschik-Melentschuk-Zakharov a choisi de se passer des vétérans Krivochizha, Matushkin et Rasolko et des jeunes Kurilin, Dudik et Michalev.

Gardiens : Leonid Fatikov (Lada Togliatti, RUS), Sergueï Chabanov (Metallurg Novokuznetsk, RUS), Andreï Mezin (Berlin Capitals, ALL)
Défenseurs : Oleg Romanov (Kärpät Oulu, FIN) - Vladimir Kopat (Severstal Cherepovets, RUS) ; Ruslan Saleï (Anaheim, NHL) - Oleg Khmyl (Lada Togliatti, RUS) ; Jerkovitch - Alexander Zhurik (Avangard Omsk, RUS) ; Sergueï Stas (Augsbourg, ALL) - Oleg Mikultchik (Krylia Sovetov, RUS).
Attaquants : Alex Andrievski (Oberhausen, ALL) - Vassili Pankov (Augsbourg, ALL) - Andreï Skabelka (Lada Togliatti, RUS) ; Andreï Kovalyov (Krefeld, ALL) - Alexeï Kalyuzhny (Dynamo Moscou, RUS) - Dimitri Pankov (Torpedo Nijni Novgorod, RUS) ; Oleg Antonenko (Torpedo Nijni Novgorod, RUS) - Viktor Karatchun (Wilhelmshaven, ALL) - Dimi Starostenko (CSKA Moscou, RUS) ; Vitali Valuj (Polymir Novopolotsk) - Alexander Galtchenyouk (Asiago, ITA) - Konstantin Koltsov (Ak-Bars Kazan, RUS)

Il faudra pourtant que l'une de ces trois équipes passe à la trappe, car ce n'est pas chez le quatrième larron qu'il faudra chercher la faille : il s'agit en effet de la République Tchèque, double championne du monde en titre. Il lui manquera pourtant ses deux gardiens-fétiches, Hašek tentant toujours de gagner la Coupe Stanley avec Buffalo et Cechmánek ne se sentant pas prêt à disputer les championnats du monde après sa première saison de NHL. Malgré une saison médiocre en NHL, Hnilicka, excellent en amical contre la Russie, devrait être préféré à Salfický dans les cages. Pavel Patera, qui a lui carrément raté sa saison de NHL (un seul but marqué !), sera de la partie avec l'autre membre du "duo de Kladno", Martin Procházka. Josef Augusta reconstitue même un bloc à l'śuvre à Nagano en les associant à Moravec. Cette équipe mise sur l'expérience de ces confrontations : Filip Kuba est le seul débutant de l'effectif, et même le champion du monde junior Vaclav Nedorost a été finalement sorti de la liste. On retrouvera néanmoins le jeune Karel Pilar, qui n'a disputé que deux saisons d'Extraliga jusqu'ici. Michal Sykora (blessé à l'épaule), Radim Tesarik (souffrant de la jambe gauche après une charge en amical contre la Russie) seront absents alors que Robert Reichel pourra finalement jouer malgré sa blessure à la main.

Gardiens : Milan Hnilicka (Atlanta, NHL), Vladimír Hudácek (Zlín), Dušan Salfický (Plzen).
Défenseurs : Jaroslav Špacek (Chicago, NHL), Pavel Kubina (Tampa Bay, NHL), Filip Kuba (Minnesota, NHL), František Kaberle (Atlanta, NHL), Radek Martínek (Ceské Budejovice), Martin Richter (SaiPa Lappeenranta, FIN), Karel Pilar (Litvínov).
Attaquants : Radek Dvorák (New York Rangers, NHL), Robert Reichel (Litvínov), Martin Rucinský (Montréal, NHL), David Výborný (Columbus, NHL), Jirí Dopita (Vsetín), Jan Tomajko (Vsetín), David Moravec (Vítkovice), Pavel Patera (Minnesota, NHL), Martin Procházka (Vítkovice), Viktor Ujcík (Slavia Prague), Petr Cajánek (Zlín), Tomáš Vlasák (Hämeenlinna, FIN), Jaroslav Hlinka (Sparta Prague).

Groupe B

La Finlande ne devrait pas connaître les mêmes problèmes de gardien que l'an passé, le trio Myllys-Kiprusoff-Nurminen étant un gage de sûreté. Titulaire durant la saison, Pasi Nurminen a fait des play-offs catastrophiques avec le Jokerit et devrait logiquement se voir préférer Myllys, excellent à Luleå. Pour faire place à Kiprusoff revenu de NHL, Ari Sulander, le gardien de Zurich, a été sacrifié. La Finlande fait ainsi partie des favoris, ayant rappelé bon nombre de joueurs de NHL (parfois à la peine dans leurs clubs, comme Lind qui joue très peu à Montréal, mais qui ont déjà prouvé leur valeur sous le maillot national), mais pas Saku Koivu ni Janne Niinimää, qui arrivent en fin de contrat et ne sont donc pas assurés. Outre le capitaine Petteri Nummelin, les cadres de l'équipe sont donc en majorité des joueurs du championnat finlandais. La ligne Hentunen-Kapanen-Pärssinen devrait être le moteur de l'équipe, même si la ligne Kallio-Helminen-Rintanen est aussi à surveiller grandement. Joni Lius (TPS Turku) a décliné la sélection, mais les joueurs de SM-liiga, les Virta et autres Rintanen, seront là.

Gardiens : Miikka Kiprusoff (San Jose, NHL), Jarmo Myllys (Luleå HF, SUE), Pasi Nurminen (Jokerit Helsinki)
Défenseurs : Janne Grönvall (Tappara Tampere), Marko Kiprusoff (Kloten, SUI), Antti-Jussi Niemi (Anaheim, NHL), Petteri Nummelin (Columbus, NHL), Sami Salo (Ottawa, NHL), Kimmo Timonen (Nashville, NHL), Ossi Väänänen (Phoenix, NHL).
Attaquants : Raimo Helminen (Ilves Tampere), Jukka Hentunen (Jokerit Helsinki), Tomi Kallio (Atlanta, NHL), Niko Kapanen (TPS Turku), Sami Kapanen (Carolina, NHL), Antti Laaksonen (Minnesota, NHL), Juha Lind (Montréal, NHL), Timo Pärssinen (HPK Hämeenlinna), Kimmo Rintanen (TPS Turku) Jarkko Ruutu (Vancouver, NHL), Toni Sihvonen (HIFK Helsinki), Tony Virta (TPS Turku), Juha Ylönen (Phoenix, NHL).

Pour la Slovaquie vice-championne du monde, l'effet de surprise ne jouera plus. De plus, la star de l'an passé, Miroslav Šatan, est retenue avec Buffalo. La performance de Los Angeles en NHL n'est pas non plus du goût de Ján Filc, qui doit ainsi se passer de Visnovský, Stumpel et Palffy. En revanche, Peter Bondra devrait arriver en renfort au cours du tournoi. L'équipe s'appuiera donc sur Zdeno Cíger, sur Richard Šechný, sur le rookie de NHL Marián Gáborík, sur Marian Hossa, sur Vladimir Országh, un des joueurs-clés du champion de Suède Djurgården, et sur des vedettes de l'Extraliga du voisin tchèque comme Peter Pucher ou Ján Pardavý. Marian Cisar (Nashville) n'a pas été retenu sous conseil du docteur de l'équipe qui l'a estimé blessé, pas plus que Ivan Majeský (Ilves Tampere) et Martin Kulha, qui avait pourtant tout fait pour gagner sa place en marquant deux buts importants en amical contre les Lettons.

Gardiens : Ján Lašák (Milwaukee, IHL), Pavol Rybár (Slovan Bratislava), Miroslav Lipovský (HK 36 Skalica) ou Rastislav Stana (Richmond, ECHL)
Défenseurs : Lubomír Sekeráš (Minnesota, NHL), Branislav Mezei (New York Islanders, NHL), Zdeno Chára (New York Islanders, NHL), Richard Pavlikovský (Havírov, TCH), Martin Štrbák (Vsetín, TCH), Richard Lintner (Nashville, NHL), Ivan Droppa (EG Düsseldorf, ALL).
Attaquants : Zdeno Cíger (Slovan Bratislava), Miroslav Hlinka (Karlovy Vary, TCH), Richard Zedník (Montréal, NHL), Marián Gáborík (Minnesota, NHL), Peter Pucher (Znojmo, TCH), Robert Petrovický (MoDo, SUE), Radovan Somík (Zlin, TCH), Richard Šechný (HKM Zvolen), Ján Pardavý (Vsetín, TCH), Marian Hossa (Ottawa, NHL), Ladislav Nagy (Phoenix, NHL), Vladimír Országh (Djurgården IF, SUE), Andrej Nedorost (Plzen, TCH)

L'équipe d'Autriche a fait la préparation sans Reinhard Divis car il passait des tests médicaux à Saint Louis, espérant devenir le premier Autrichien à intégrer la NHL. Outre son gardien, l'équipe autrichienne sera très dépendante de sa première ligne, Perthaler-Ressmann-Brandner, et compte sur le trio Kalt-Pusnik-Trattnig pour les compléter efficacement. Attention aussi à l'espoir Oliver Setzinger, qui avait déjà failli intégrer l'équipe l'an dernier à 16 ans. Le capitaine sera Mario Schaden, qui vient de fêter sa centième sélection lors du deuxième match amical contre l'Ukraine. Martin Höhenberger est suspendu pour s'en être pris à un arbitre lors de la finale du championnat autrichien et en sera pas du voyage. L'Autriche compte beaucoup sur ses deux naturalisés, Dominic Lavoie, dont le lancer de la bleue est redoutable, et Simon Wheeldon. Ce dernier manquera le premier match pour cause de voyage dans sa terre natale, mais sera là pour le match crucial face au Japon. L'an dernier, les Autrichiens étaient passés à côté du match à gagner face à l'Italie, ils ne veulent pas que l'incident se reproduise.

Gardiens : Reinhard Divis (Leksand, SUE), Claus Dalpiaz (Innsbruck), Michael Suttnig (Klagenfurt)
Défenseurs : Gerhard Unterluggauer (Villach), Tom Searle (Villach), Peter Kasper (Innsbruck), Martin Ulrich (Berlín Capitals, ALL), Herbert Hohenberger (Augsbourg, ALL), Dominic Lavoie (Hanovre Scorpions, ALL), Patrick Pilloni (Klagenfurt)
Attaquants : Mario Schaden (Klagenfurt), Gerald Ressmann (Klagenfurt), Christian Perthaler (Klagenfurt), Andreas Pusnik (Villach), Günther Lanzinger (Villach), Wolfgang Kromp (Villach), Heimo Lindner (Innsbruck), Philipp Lukas (EHC Linz), Christoph Brandner (Krefeld, ALL), Dieter Kalt (Cologne, ALL), Simon Wheeldon (Munich, ALL), Oliver Setzinger (Ilves Tampere, FIN), Thomas Pock (University of Massachusetts, USA), Matthias Trattnig (University of Maine, USA).

Le Japon, à chaque fois injustement sauvé pour des raisons économiques, veut prouver qu'il vaut mieux que sa dernière place récurrente. Et si c'était pour cette année ? C'est loin d'être impossible : certes ça risque d'être dur en poule de relégation, c'est pourquoi la meilleure solution est de tout tenter contre l'Autriche, dans une rencontre à quitte ou double.

Gardiens : Chinitchi Iwasaki (Kokudo), Jiro Nihei (Huddinge IK), Jukata Fukufuji (Kokudo)
Défenseurs : Kengo Ito (Cranes Kushiro), Fumitaka Miyautchi (Kokudo Tokyo), Tatsuki Katayama (Kokudo Tokyo), Yutaka Kawagutchi (Kokudo Tokyo), Hiroyuki Miura (Kokudo Tokyo), Makoto Kawachima (Oji Tomakomai), Akihito Isoyima (Oji Tomakomai), Daniel Daïkawa (Seibu Tokyo).
Attaquants : Hiroyuki Murakami (Huddinge IK, SUE), Masaki Chirono (Oji Tomakomai), Jasunori Iwata (Oji Tomakomai), Makoto Kawahira (Oji Tomakomai), Takahito Suzuki (Kokudo Tokyo), Taro Nihei (Kokudo Tokyo), Tomohiko Utchiyama (Kokudo Tokyo), Chin Jahata (Kokudo Tokyo), Ryan Kuwabara (Kokudo Tokyo), Chris Yule (Kokudo Tokyo), Junji Sakata (Kokudo Tokyo), Kiyochi Fujiyata (Seibu)

Groupe C

La Suède aligne une équipe de haut niveau et est une des favorites. Avec Tommy Salo et Mikael Tellqvist (qui ne pourra malheureusement pas jouer, car Salo a exigé d'être titulaire en échange de sa participation) dans les buts, Daniel Tjärnqvist en défense, mais surtout une attaque de feu, menée par les frères Sedin, Renberg, Huselius, Alfredsson et Zetterberg. En comparaison, il est vrai que la défense fait figure de parent pauvre, et cette faiblesse est stigmatisée par la dure presse suédoise, qui l'an dernier critiquait à l'inverse l'animation offensive défaillante. Néanmoins, cette équipe, dont l'ossature est formée de joueurs de Djurgården (logique puisque l'entraîneur de ce club, Hardy Nilsson, est maintenant sélectionneur national, et que les hommes de l'équipe de la capitale sont parfaitement rôdés à son système), a de quoi faire peur à tous ses adversaires. Surprise ce vendredi avec l'annonce des derniers joueurs coupés de la sélection : aux côtés de Pierre Hedin, Thomas Johansson et Johan Davidsson, on y trouvait en effet Nichlas Falk, un des joueurs-clés de Djurgården.

Gardiens : Tommy Salo (Edmonton, NHL), Stefan Liv (HV 71 Jönköping), Andreas Hadelov (Malmo), Mikael Tellqvist (Djurgården)
Défenseurs : Nicklas Lidström (Detroit, NHL), Kim Johnsson (New York Rangers, NHL), Niklas Kronwall (Djurgården), Leif Rohlin (Ambrí-Piotta, SUI), Bjorn Nord (Nuremberg, ALL), Daniel Tjarnqvist (Djurgården), Peter Andersson (Lugano, SUI), Christer Olsson (Brynäs), Calle Johansson (Washington, NHL)
Attaquants : Daniel Alfredsson (Ottawa, NHL), Mattias Ohlund (Vancouver, NHL), Daniel Sedin (Vancouver, NHL), Henrik Sedin (Vancouver, NHL), Kristofer Ottosson (Djurgården), Andreas Johansson (SC Berne, SUI), Per-Johan Axelsson (Boston, NHL), Christian Berglund (Färjestad), Jimmie Olvestad (Djurgården), Mathias Johansson (Färjestad), Mikael Renberg (Luleå HF), Kristian Huselius (Västra Frölunda Göteborg), Andreas Salomonsson (Djurgården), Mikael Johansson (Djurgården), Fredrik Modin (Tampa Bay, NHL), Mathias Tjarnqvist (Djurgården), Ulf Dahlen (Washington, NHL)

L'attraction de l'équipe des Etats-Unis dirigée par Lou Vairo réside indéniablement dans les cages : on y retrouvera avec plaisir Robert Esche, qui se souviendra toute sa vie de son exploit contre la Russie l'an dernier, mais on y découvrira aussi un des deux seuls gardiens de l'histoire de la NHL à avoir été choisi en premier à la draft, Rick DiPietro. Damian Rhodes, titulaire du poste l'an passé, a cette année refusé de venir, tout comme Mike Dunham. Pour le reste, on retrouve des vétérans comme Phil Housley ou Eric Weinrich encadrant un effectif plutôt jeune, à l'image du prometteur Brian Gionta (22 ans).

Gardiens : Rick DiPietro (NY Islanders), Robert Esche (Phoenix), Ryan Miller (Michigan State)
Défenseurs : Mark Eaton (Nashville), Hal Gill (Boston), Bret Hedican (Florida), Phil Housley (Calgary), Deron Quint (Columbus), David Tanabe (Carolina), Eric Weinrich (Boston)...
Attaquants : Doug Brown (Detroit), Jim Campbell (Montréal), Tim Connolly (NY Islanders), Matt Cullen (Anaheim), Craig Darby (Montréal), Brian Gionta (Boston College), Jeff Halpern (Washington), Darby Hendrickson (Minnesota), Mike Knuble (Boston), Ryan Kraft (Kentucky, AHL), David Legwand (Nashville), Mark Parrish (NY Islanders), Derek Plante (Philadelphie), Landon Wilson (Phoenix)

La Lettonie est assez dépendante de son gardien Arturs Irbe. On l'a vu en quarts de finale l'an passé quand sa bourde face aux Tchèques a privé les siens d'un possible exploit. Les joueurs sont éparpillés un peu partout dans le monde, souvent dans des ligues mineures ou des championnats de seconde zone. L'équipe balte compte néanmoins en son sein des attaquants de qualité comme Tambijevs, Cipruss ou Vitolins et pratique un jeu agréable. Avec le fidèle soutien de ses supporters, l'objectif sera les quarts de finale, mais il ne sera pas aisé à atteindre. Attention au faux-pas devant l'Ukraine ! Les renforts d'Ozolinsh ou Zholtok apporteraient un plus indéniable.

Gardiens : Edgars Masalskis (Riga), Sergejs Naumovs (San Diego, USA), Arturs Irbe (Carolina)
Défenseurs : Normunds Sejejs (Karlovy Vary, TCH), Vitalij Sorokins (Slovan Bratislava, SVK), Arturs Kupaks (Idaho Steelheads, USA), Atvars Tribuncovs (Tallahasse, USA), Aleksandrs Siskovics (Aalborg, DAN), Mihails Bogdanovs (Nyköping, SUE), Andreï Maticins (Nyköping, SUE), Karlis Skrastins (Nasvhille, USA), Kaspars Astachenko (Tampa Bay, USA), Sandis Ozolinsh (Carolina)
Attaquants : Aigars Cipruss (Jokerit Helsinki, FIN), Leonids Tambijevs (Lukko Rauma, FIN), Harijs Vitolins (EHC Coire, SUI), Artis Abols (Nyköping, SUE), Juris Opulskis (Selb, ALL), Sergej Senins (Fredrikshavn, DAN), Aleksandr Macievskis (SaiPa Lappeenranta, FIN), Vjatcheslav Fanduls (Kärpät Oulu, FIN), Aleksandrs Kercs (Oberhausen, ALL), Janis Tomans (Kalamazoo, USA), Janis Sprukts (Lukko Rauma, FIN), Alexandr Nizhivijs (Yaroslavl, RUS), Grigoris Pantaljevs (Hanovre, ALL), Sergeij Zholtoks (Edmonton)

L'Ukraine n'a jamais eu une poule très facile, sur ce plan-là rien n'a changé. Un exploit est attendu face aux Lettons ou aux Américains, qu'il faut essayer de surprendre d'entrée. Avec Karpenko, l'Ukraine a le champion de Russie, un gardien de très grande valeur. Il devra être à son meilleur pour éviter un retour en poule de relégation. Là encore, un renfort de quelques exilés de NHL comme Khristich ou Ponikarovski serait appréciable.

Gardiens : Igor Karpenko (Magnitogorsk, RUS), Konstantin Simtchouk (Fort-Wayne, UHL), Alexandr Vyukhin (Avangard Omsk, RUS)
Défenseurs : Sergueï Klimentiev (Magnitogorsk, RUS), Artem Ostrouchko (Nijnekamsk, RUS), Oleg Polkovnikov (Dynamo Moscou, RUS), Alexandr Savicki (Weißwasser, ALL), Vjatcheslav Zavalnuk (Krylia Sovetov, RUS), Valeri Chiriaev (Le Chaux-de-Fonds, SUI), Vjatcheslav Timtchenko (Kiev)
Attaquants : Vasil Bobrovnikov (Kiev), Alexeï Lazarenko (Krylia Sovetov, RUS), Vitali Lytvinenko (Yaroslavl, RUS), Alexandr Matvitchouk (Perm, RUS), Bogdan Savenko (Sokol Kiev), Vadim Chakhraïtchouk (Avangard Omsk, RUS), Alexandr Alexejev (Tacoma, WCHL), Roman Salnikov (Krylia Sovetov, RUS), Artem Hnidenko (Kiev), Andreï Srybko (Grand Rapids, IHL), Ruslan Fedotenko (Philadelphie, NHL), Sergueï Varlamov (Calgary, NHL), Vadim Slivtchenko (Schwenningen, ALL), Boris Procenko (Wheeling, ECHL), Ruslan Bechtchasny (Kiev), Dmitri Khristich (Washington Capitals).

Groupe D

L'entraîneur national de la Russie, Boris Mikhaïlov, a enclenché un virage à 180° après le désastre de l'an passé et établi son credo : l'équipe passe avant les individualités. Exit donc les stars égocentriques de NHL, avec qui il s'entend de toute façon très peu, et qui continuent leur lobbying pour que ce soit Fetisov qui prenne sa place pour les Jeux Olympiques. Il n'a ainsi pas pu faire venir Bure, mais a tout de même rappelé une poignée d'entre eux, dont Alexeï Yashin n'est pas le moindre. Néanmoins les têtes de pont de l'équipe devraient être l'excellent trio de Magnitogorsk, Gusmanov-Razin-Golts. Prokopiev devra en revanche se passer de son compère de l'Avangard Omsk, Maxim Sushinsky, blessé. Reste le chronique point faible du gardien, Shtalenkov n'ayant pas vraiment présenté toutes les garanties de sécurité.

Gardiens : Vitali Tarasov (Novokuznetsk), Mikhaïl Shtalenkov (Dynamo Moscou), Maxim Sokolov (Cherepovets)
Défenseurs : Dimitri Bykov (Ak Bars Kazan), Alexander Zdan (Ak Bars Kazan), Evgeny Varlamov (Ak Bars Kazan), Dimitri Krasotkin (Yaroslavl), Andreï Jevstafiev (Yaroslavl), Sergueï Zukov (Yaroslavl), Oleg Tverdovsky (Anaheim, NHL), Vitali Vichnevski (Anaheim, NHL), Sergueï Petrotchinin (Cherepovets), Oleg Orechovsky (Dynamo Moscou), Andreï Markov (Montréal, NHL)
Attaquants : Ravil Gusmanov (Metallurg Magnitogorsk), Alexander Golts (Metallurg Magnitogorsk), Andreï Razin (Metallurg Magnitogorsk), Youri Kuznetsov (Metallurg Magnitogorsk), Alexander Prokopiev, (Avangard Omsk), Pavel Datsyuk (Ak Bars Kazan), Anton But (Yaroslavl), Valeri Karpov (Lada Togliatti), Alexander Kuvaldin (Dynamo Moscou), Youri Dobrychkin (Dynamo Moscou), Rinat Kasyanov (Nijnekamsk), Alexander Kharitonov (Tampa Bay, NHL), Dimitri Arkhipov (Nashville, NHL), Alexeï Yashin (Ottawa, NHL)

Le Canada a assemblé un bel effectif, une des meilleures équipes qu'il ait jamais alignée selon les observateurs nord-américains. L'attaque comprend le prometteur centre de Tampa Bay Vincent Lecavalier et l'attaquant défensif (sans club car négociant un trop haut salaire avec Buffalo) Mike Peca, ou encore Jeff Friesen et Steve Sullivan. Si les avants ont été choisis pour leur rapidité afin qu'ils ne soient pas débordés sur une grande glace, les défenseurs doivent être capables d'assurer la transition vers l'offensive. En revanche, les gardiens ne sont pas vraiment a priori de stature internationale, encore que Luongo puisse surprendre. Le ratissage a cette fois été complet pour composer l'équipe la plus cohérente possible : des joueurs évoluant en Europe ont été sélectionnés, comme les piliers de la DEL Shawn Anderson et Brad Schlegel, Daniel Marois d'Ambrì-Piotta et Greg Parks de Fribourg-Gottéron pour ce qui est de la Suisse, le défenseur de Djurgården, François Bouchard ou même Frank Banham d'Espoo. Mais attention : il semblerait que ceux-ci soient des bouche-trou en attendant une deuxième vague de joueurs venus d'Amérique du Nord. L'expérience du jeu européen a toujours assez peu de valeur aux yeux des Nord-Américains, dommage pour certains de ces joueurs à qui on a fait des promesses non tenues.

Gardiens : Roberto Luongo (Florida), Fred Brathwaite (Calgary), Jean-Sébastien Giguère (Anaheim)
Défenseurs : Wayne Redden (Ottawa), Francois Bouchard (Djurgården, SUE), Derek Morris (Calgary), Stéphane Robidas (Montreal), Kyle McLaren (Boston), Shawn Anderson (Iserlohn, ALL), Brad Schlegel (Schwenningen, ALL)
Attaquants : Vincent Lecavalier (Tampa Bay), Brad Richards (Tampa Bay), Daniel Marois (Ambrì-Piotta, SUI), Brad Isbister (NY Islanders), Wesley Walz (Minnesota), Joe Thornton (Boston), Greg Parks (Fribourg-Gottéron, SUI), Scott Walker (Nashville), Frank Banham (Espoo, FIN), Steve Sullivan (Chicago), Michael Peca (sans club), Jeff Friesen (Anaheim).

Confiée à Pat Cortina, cette équipe d'Italie est un peu bâtarde, puisqu'elle regroupe pour moitié des "oriundi" (doubles nationaux nés au Canada) et pour moitié de jeunes Italiens qui veulent croire à la possibilité d'accéder au plus haut niveau, maintenant que le championnat italien réunifié et remis à plat leur permet d'avoir un temps de glace correct à un bon niveau de jeu. Le processus de rajeunissement entrepris par Adolf Insam l'an dernier n'a pas été poussé jusqu'au bout dans sa logique : quand les trentenaires s'en iront, fera-t-on appel à d'autres naturalisés ? Le débat fera encore rage, mais en attendant cette équipe semble à même d'assurer l'essentiel, même si le sélectionneur a curieusement choisi de se passer de Maurizio Bortolussi, auteur d'une excellente saison avec Milan. Deux problèmes se présentent à elles : premièrement, Lucio Topatigh, peut-être le meilleur joueur formé en Italie de l'histoire, est blessé et doit se faire opérer. Deuxièmement, il faudra prier chaque jour que Mike Rosati ne se blesse pas, car les jeunes gardiens italiens ne sont pas encore au niveau, à l'image de Hell, qui a pris huit buts contre les Danois en amical. Il faut dire qu'il n'est pas titulaire mais deuxième gardien derrière Virenius dans son club de Bolzano, ce qui est le problème actuel du championnat italien, selon le même principe qu'en Allemagne.

Gardiens : Andrea Carpano (JPK Järvenpää, FIN), Mike Rosati (Mannheim, ALL), Günther Hell (Bolzano)
Défenseurs : Leo Insam (Milan), Michele Strazzabosco (Asiago), Armin Helfer (Brunico), Maurizio Mansi (Düsseldorf, ALL), Carlo Lorenzi (Alleghe), Lawrence Rucchin (sans club), Christopher Bartolone (Düsseldorf, ALL), Mike De Angelis (La Chaux-de-Fonds, SUI)
Attaquants : Armando Chelodi (Bolzano), Lino De Toni (Alleghe), Roland Ramoser (Renon), Scott Beattie (Servette Genève, SUI), Bruno Zarrillo (Nuremberg, ALL) Manuel De Toni (Alleghe), Dino Felicetti (Fassa), Giuseppe Busillo (Schwenningen, ALL), Stefano Margoni (Fassa), Mario Chitarroni (Nuremberg, ALL), Vezio Sacratini (Cardiff, GBR), Anthony Iob (Bolzano)

L'équipe de Norvège a commencé de façon inquiétante sa préparation, battue deux fois par le Danemark, puis écrasée deux fois par la Finlande dans des matches à sens unique, avant de se reprendre un peu en Suisse. Néanmoins elle est privée de son idole Espen Knutsen (Colombus) en conflit avec l'entraîneur Leif Boork, et, de plus, son autre joueur-vedette Trond Magnussen s'est blessé à l'entraînement et est incertain. La responsabilité qui incombe aux frères Trygg est ainsi bien grande, car cette jeune troupe sans grandes références devra réaliser un petit exploit pour se maintenir, si possible dès le match contre l'Italie.

Gardiens : Bjorge Josefsen (Oskarshamn, SUE), Jonas Norgren (Storhamar), Vidar Wold (Frisk/Asker)
Défenseurs : Martin Knold (Linkoping), Johnny Nilsen (Frisk/Asker), Svein Enok Norstebo (Linköping), Martin Sellgren (Ferris State University, USA), Bard Sorlie (Vålerenga), Mats Trygg (Farjestad, SUE), Ketil Wold (Frisk/Asker), Jarl Espen Ygranes (Frisk/Asker)
Attaquants : Morten Ask (Vålerenga), Jan Morten Dahl (Trondheim), Morten Fjeld (Hammarby, SUE), Anders Fredriksen (Tingsryd, SUE), Snorre Hallem (Storhamar), Mads Hansen (Storhamar), Pal Johnsen (Leksand, SUE), Trond Magnussen (Färjestad, SUE), Tommy Marthinsen (Vålerenga), Kjell Rickard Nygard (Vålerenga), Geir Svendsberget (Storhamar), Marius Trygg (Färjestad, SUE), Stig Vesterheim (Sparta Sarpsborg)

Marc Branchu

 

Retour à la rubrique articles