Mars 2021 : anecdotes

 

Tragique disparition en Tchéquie

Une perte dramatique pour Petr Vrána, centre tchèque de 35 ans et capitaine des Oceláři Třinec, qui a perdu sa femme dans des circonstances tragiques. Lindsey a tenté de sauver leur chien sur les eaux gelées du barrage de Slezská Harta, mais la glace s'est fissurée. Malgré le sauvetage et les tentatives de réanimation, elle est décédée.

Un jour bien choisi

Il a remis ça ! On avait évoqué en novembre la polémique née des déclarations du gardien international tchèque de Tappara, Dominik Hrachovina, qui suggérait que le Covid-19 était une invention des médias. Lundi 22 mars, le jour même où la République tchèque dépassait la barre des 25 000 morts et commémorait la date anniveraite du premier décès survenu dans le pays par une minute de silence pendant laquelle sonnaient les cloches des églises, Hrachovina écrivait sur Instagram "les médias sont le virus". Son club finlandais Tappara a dû se désolidariser de lui et expliquer qu'il étudierait cette possible infraction aux règlements de la ligue sur la représentation positive de son club et du hockey sur glace.

Mais, ce même lundi, Tappara se mettait lui-même dans la tourmente. Deux hockeyeurs juniors asymptomatiques mais testés positifs sont arrivés dans la patinoire d'entraînement... sur l'incitation du manager Jukka Rautakorpi ! Le club a donc rappelé Rautakorpi à l'ordre, tandis qu'une dénonciation était déposée à la police. Un sponsor travaillant dans le domaine de la santé a rompu par anticipation son contrat avec le club à cause de cet incident. Beaucoup de travail pour le porte-parole du club, me direz-vous ? Plus maintenant : le responsable des relations avec la presse de Tappara, Tero Aalto, a été licencié en novembre dernier dans le cadre des mesures d'économie !

Le doigt dans l'œil

Le mois de mars 2021 fut celui des blessures rarissimes sur des gestes banals de hockey sur glace. Toutes ne connurent pas un dénouement aussi dramatique que celle survenue en Russie (voir plus bas). Carl Hudson, l'ancien défenseur de Morzine-Avoriaz aujourd'hui à Crimmitschau en DEL2, a tout de même connu une blessure très sérieuse. Après une mise au jeu, le juge de ligne a écarté les bras dans un geste de continuation normale du jeu, mais c'est juste à ce moment que passait près de là à pleine vitesse Hudson : le joueur a pris dans l'œil les doigts du juge de ligne auxquels était accroché son sifflet métallique !

En voyant le sang dans l'œil de Hudson, directement évacué à l'hôpital dans sa tenue de hockeyeur, les témoins de l'accident sont affolés. Son entraîneur Mario Richer est catastrophé : "J'espère qu'il ne va perdre l'usage de son œil." Les pires craintes semblent heureusement évacuées. Hudson, hospitalisé dans une clinique spécialisée, souffre d'une blessure de la surface de la cornée. Sa convalescence est évaluée à plusieurs semaines et sa saison de hockey semble terminée.

Pas de public, pas de polémique ?

Le "derby vert" entre le Salavat Yulaev Ufa et l'Ak Bars Kazan, les clubs majeurs des républiques voisines du Bachkortostan et du Tatarstan, est normalement une des confrontations les plus passionnées du hockey russe. Mais cette année, l'affiche du deuxième tour des play-offs KHL a tourné court. Kazan a balayé son adversaire en quatre manches, se qualifiant lors des deux rencontres à l'extérieur sans son international français Stéphane Da Costa, ménagé pour une petite blessure.

À défaut de suspense sur la glace, une polémique a vu le jour en tribune - car la KHL est un des rares championnats à jouer devant des spectateurs (contingentés par des mesures de distanciation). Avant le troisième match, les supporters visiteurs d'Ak Bars ont commencé des cris de soutien à leur équipe avant même la fin de l'hymne du Bachkortostan. Ils se sont défendus en expliquant qu'ils pensaient l'hymne terminé, parce qu'il n'y avait plus de musique et que tous les supporters locaux ne chantaient pas. Néanmoins, le principe de ne jouer que le début de l'hymne et de laisser le public finir a cappella était une procédure prévue, et déjà appliquée juste avant lors de l'hymne de la Fédération de Russie.

La KHL a condamné Ak Bars par une amende de 100 000 roubles (1 100 euros). Le club des supporters s'est dit prêt à la payer, notamment pour préserver les avantages dont le club leur fait déjà bénéficier (il paie ainsi leur hébergement dans un hôtel cinq étoiles lors de ces déplacements). Le Salavat Yulaev a quant à lui mis en place des "représailles" avant le quatrième - et dernier - match. D'une part, le club local de supporters a annulé au dernier moment le match amical prévu avec les visiteurs dans le jour de battement entre les deux rencontres. D'autre part, le club a annoncé que l'inspection de sécurité ne laisserait entrer les fans de Kazan qu'une fois l'hymne du Bashkortostan terminé, quitte à ce qu'ils manquent le début du match. La presse russe a plutôt dénoncé ces brimades comme une manifestation de nationalisme un peu exagérée. Pas sûr toutefois qu'elle aurait réagi de la même façon si c'est l'hymne russe qui avait été couvert par des cris...

Contaminé, éliminé

Les clubs de Deggendorf et Weiden, en Oberliga (troisième division allemande), ont été les premiers à être éliminés... par la Covid-19. Avec le variant anglais plus contagieux, le moindre cas positif implique une quatorzaine imposée par les autorités sanitaires, incompatible avec la poursuite de la participation aux play-offs. Des cas similaires pourraient se reproduire partout en Europe... là où l'on joue des play-offs (voir ci-dessous).

 

 

Les citations du mois

"Ce titre aura une vraie valeur, oui, car c’est la meilleure équipe sur 22 matches qui sera récompensée. Alors, oui, c’est sûr, c’est une année différente, compliquée, mais, quand la saison a commencé, toutes les équipes étaient sur un pied d’égalité et savaient qu’il y avait un risque qu’il n’y ait pas de play-offs. En ce qui nous concerne, on a beaucoup insisté là-dessus auprès des joueurs. On leur a répété à maintes reprises que tous les matches étaient importants, qu’il ne fallait pas perdre de points bêtement en route. Quand on voit comment les choses ont tourné, on a eu raison."

Fabrice Lhenry, entraîneur de Rouen, commentant le titre de champion de France de son équipe dans Paris Normandie

Le message que je veux faire passer, c’est que l’équité sportive n’est pas respectée.

Jacques Reboh, président de Grenoble, expliquant au Dauphiné Libéré qu'il prendra un avocat pour contester cette décision d'attribution du titre sans play-offs qu'il estime contraire aux statuts.


"Je voudrais lui dire que je ne lui en veux pas. C'est une situation difficile pour lui aussi. On ne peut pas le blâmer pour cela, c'était un accident. Je veux le rencontrer personnellement, j'ai demandé à la direction de la MHL de me donner cette opportunité. Mais jusqu'à présent, cela ne s'est pas produit, cela ne dépend pas que de moi. Peut-être angoisse-t-il de me voir, mais c'est pourquoi je souhaite m'expliquer, lui dire que je ne lui en veux pas. Je voudrais lui dire qu'il doit jouer maintenant pour mon fils, qu'il soit encore meilleur et plus fort."

En se confiant à la Komsomolskaïa Pravda, Elena Fayzutdinova livre un message noble et émouvant à destination de Dmitri Tyuvilin, dont le lancer a coûté la vie à son fils Timur, défenseur et capitaine du Dynamo Saint-Pétersbourg.

 

 

La photo du mois

Le HC Košice a adopté lors du match du 2 mars chez le Slovan (perdu 5-3) des maillots spéciaux, revendus au bénéfice de deux hôpitaux de la ville (Hôpital universitaire Louis Pasteur et hôpital Košice-Šaca) ainsi que de la Croix-Rouge.

 

 

La vidéo du mois

Úlfar Jón Andrésson est membre de l'équipe nationale islandaise et il n'hésite pas à partager des images ou des vidéos dans des décors tout aussi somptueux sur son compte Instagram, en particulier des parties de hockey sur les cratères gelés de quelques-uns des nombreux volcans que compte l'Islande. Ses contenus populaires ont surtout pour vocation de mettre en valeur la nature islandaise. Ici, un cadeau d'anniversaire choisi par leurs parents pour leur fils des 20 ans : un match de hockey avec lui.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Úlfar Jón Andrésson & family (@icelandactivities)

 

 

Le mois précédent (février 2021)

 

Retour au sommaire