NHL 1950/51

 

Saison régulière (70 matches)

                           Pts    V   N  D     BP-BC   Diff
1 Detroit Red Wings        101   44  13  13   236-139  +97
2 Toronto Maple Leafs       95   41  13  16   212-138  +74
3 Canadiens de Montréal     65   25  15  30   173-184  -11
4 Boston Bruins             62   22  18  30   178-197  -19
5 New York Rangers          61   20  21  29   169-201  -32
6 Chicago Black Hawks       36   13  10  47   171-280  -109

Chicago est troisième au tiers de la saison lorsque son capitaine "Black Jack" Stewart doit être opéré d'un disque intervertébral cassé. C'est le second défenseur blessé avec Bill Gadsby. Affaiblis, les Black Hawks ne gagnent que 2 de leurs 43 dernières rencontres (pour 4 nuls et 37 défaites) et sont complètement largués. Le gardien Chuck Rayner maintient longtemps les New York Rangers dans la course à la qualification, mais il finit par craquer un peu dans la dernière semaine.

 

Meilleurs marqueurs de la saison régulière

                                    MJ    B   A  Pts   Pén
 1 Gordie Howe          Detroit     70   43  43   86    74'
 2 Maurice Richard      Montréal    65   42  24   66    97'
 3 Max Bentley          Toronto     67   21  41   62    34'
 4 Sid Abel             Detroit     69   23  38   61    30'
 5 Milt Schmidt         Boston      62   22  39   61    33'
 6 Ted Kennedy          Toronto     63   18  43   61    32'
 7 Ted Lindsay          Detroit     67   24  35   59   110'
 8 Tod Sloan            Toronto     70   31  25   56   105'
 9 Leonard "Red" Kelly  Detroit     70   17  37   54    24'
10 Sid Smith            Toronto     70   30  21   51    10'
11 Cal Gardner          Toronto     66   23  28   51    42'
12 Roy Conacher         Chicago     70   26  24   50    16'
13 Elmer Lach           Montréal    65   21  24   45    48'
14 Woody Dumart         Boston      70   20  21   41     7'
15 Bert Olmstead        Chi./Mont.  54   18  23   41    50'

Meilleurs gardiens

                                    MJ    Min    Moy.
1 Al Rollins            Toronto     40   2373    1,77 (Vézina)
2 Terry Sawchuk         Detroit     70   4200    1,99
3 Walter "Turk" Broda   Toronto     31   1827    2,23
4 Gerry McNeil          Montréal    70   4200    2,63
5 Jack Gelineau         Boston      70   4200    2,81

 

Les trophées

Meilleur joueur (trophée Hart) : Milt Schmidt (Boston Bruins).

Meilleure recrue (trophée Calder) : Terry Sawchuk (Detroit Red Wings).

Fair-play (trophée Lady Byng) : Leonard "Red" Kelly (Detroit Red Wings).

Première équipe all-star : Terry Sawchuk (Detroit) ; Bill Quackenbush (Boston) - "Red" Kelly (Detroit) ; Ted Lindsay (Detroit) - Milt Schmidt (Boston) - Gordie Howe (Detroit).

Deuxième équipe all-star : Chuck Rayner (New York) ; Leo Reise (Detroit) - Jimmy Thomson (Toronto) ; Sid Smith (Toronto) - Ted Kennedy (Toronto) et Sid Abel (Detroit) ex-æquo - Maurice Richard (Montréal).

 

Play-offs

Demi-finales

27, 29, 31 mars, 3, 5 et 7 avril 1951

Detroit - Montréal 2-3 a.p. (1-1,1-1,0-0,0-0,0-0,0-0,0-1)
Detroit - Montréal 0-1 a.p. (0-0,0-0,0-0,0-0,0-0,0-1)
Montréal - Detroit 0-2 (0-0,0-1,0-1)
Montréal - Detroit 1-4 (0-2,1-0,0-2)
Detroit - Montréal 2-5 (2-0,0-3,0-2)
Montréal - Detroit 0-1 (0-0,0-0,0-1)

Les Red Wings ont certes dominé la saison régulière, mais ils ont peu fait tourner leur banc. Par conséquent, la "Production Line" Abel-Howe-Lindsay, très utilisée, arrive fatiguée en playoffs. Or, c'est une épreuve d'endurance qui s'engage : les deux premières parties durent 121 et 102 minutes de jeu effectif, trop tard pour une partie du public car les sièges se sont en partie vidés ! À chaque fois, c'est la vedette montréalaise Maurice Richard qui débloque la situation en prolongation. Le public de Detroit, très sportif, applaudit le gardien adverse Gerry McNeil, qui n'a encaissé que 2 buts en 111 tirs. Gordie Howe fête son anniversaire (23 ans) en mettant fin aux 218 minutes d'invincibilité de McNeil, et Detroit revient à égalité dans la série. Menés de deux buts au cinquième match, les Canadiens renversent le score après un coup de poing de Maurice Richard (pénalité majeure) sur Ted Lindsay, qui l'avait insulté. Hormis ce geste, c'est une série de grande qualité de hockey : le sixième match, sans la moindre pénalité sifflée (!), donne ainsi lieu à un final éblouissant. Les Canadiens, à qui certains experts prédisaient la dernière place cette saison, sont en finale !

28, 31 mars, 1er, 3, 7 et 8 avril 1951

Toronto - Boston 0-2 (0-1,0-0,0-1)
Toronto - Boston 1-1 a.p. (1-0,0-1,0-0,0-0) [arrêté à 23h40 par le couvre-feu dominical*]
Boston - Toronto 0-3 (0-0,0-2,0-1)
Boston - Toronto 1-3 (1-0,0-2,0-1)
Toronto - Boston 4-1 (1-0,1-0,2-1)
Boston - Toronto 0-6 (0-2,0-1,0-3)

* la Ville de Toronto impose un couvre-feu qui interdit toute pratique sportive le dimanche (réservé à l'église) ; comme on n'a plus le temps de jouer une deuxième prolongation, le match est arrêté sur un score nul et la série se poursuit.

Al Rollins, le gardien de Toronto, s'est blessé au genou après seize minutes au premier match dans une collision avec Peter Horeck, qui n'aurait rien fait pour l'éviter. Le vétéran "Turk" Broda le remplace parfaitement. Boston pâtit en revanche beaucoup plus des blessures : Johnny Peirson est hors d'état de jouer, et les deux joueurs-clés sont présents mais diminués par des blessures : le défenseur Bill Quackenbush est touché aux deux poignets, alors que le capitaine Milt Schmidt a vu une douleur se réveiller dans son genou, déjà bandé depuis quelques semaines.

 

Finale (11, 14, 17, 19 et 21 avril 1951)

Toronto - Montréal 3-2 a.p. (2-1,0-1,0-0,1-0)
Toronto - Montréal 2-3 a.p. (0-1,1-1,1-0,0-1)
Montréal - Toronto 1-2 a.p. (1-0,0-1,0-0,0-1)
Montréal - Toronto 2-3 a.p. (1-1,0-1,1-0,0-1)
Toronto - Montréal 3-2 a.p. (0-0,1-1,1-1,1-0)

Les Leafs ont marqué 22 points sur 28 possibles en saison régulière contre les Canadiens, mais les confrontations sont beaucoup plus serrées dans cette finale., puisque chaque match va en prolongation ! L'ailier gauche Sid Smith est placé face à Maurice Richard, mais au lieu de le tenir de près selon la tactique la plus répandue, il joue sa propre carte offensive et marque un doublé au premier match, dont le but vainqueur. Parfois contesté pour son manque de repli défensif, le "Rocket" met tout le monde d'accord par sa capacité à marquer des buts décisifs : il répond dans la prolongation suivante en reprenant de volée une passe de Doug Harvey ! Le héros du Québec quitte la glace en tendant sa crosse à un spectateur qui la donne à un enfant invalide et quitte la glace en dernier sous l'ovation de la foule (oui, à Toronto !). Conn Smythe, le directeur des Leafs, a alors cette phrase à propos de Maurice Richard : "Il est les Trois Mousquetaires de la NHL. D'Artagnan, Porthos et Athos en une seule personne". Quand on lui fait remarquer que D'Artagnan n'est pas dans les trois et qu'il a oublié Aramis, Smythe ne se démonte pas et réplique : "Aramis ? C'est le coach Dick Irvin sur le banc."

Aramis/Irvin ne fera que se lamenter dans les deux rencontres suivantes : il joue au malheureux qui n'a jamais eu de chance en play-offs (il n'a gagné "que" trois Coupes Stanley) parce que le palet tourne toujours en faveur de l'équipe adverse. Le but du Rocket ayant été fatal à Broda, Al Rollins a repris sa place dans les cages de Toronto. La même ligne continue d'inscrire les buts en prolongation pour les Leafs : après Smith, c'est au tour de ses partenaires Ted Kennedy et Harry Watson d'être les héros.

Mais le héros de ce sixième Coupe Stanley en dix ans pour Toronto, c'est le défenseur Bill Barilko. Déjà meilleur joueur de son équipe en demi-finale, il a empêché deux fois au cours de la finale des buts en prolongation de Maurice Richard par ses interventions désespérées, de la crosse puis avec son corps. Au cinquième match, il plonge encore, mais cette fois devant la cage adverse pour prendre un rebond gagnant. Barilko mourra dans un accident d'avion quatre mois plus tard : il était parti pour un week-end de pêche avec son dentiste dans un monomoteur. Les débris de l'appareil seront retrouvés en 1962... année du prochain titre des Leafs.

Joe Primeau, 45 ans, a déjà remporté deux fois la Coupe Memorial avec le Toronto St. Michael's College chez les juniors en 1945 et 1947, puis la Coupe Allan (le championnat amateur canadien) avec les Toronto Marlboros l'an passé : l'entraîneur débutant en NHL poursuit donc sa conquête des plus prestigieux trophées du hockey canadien en soulevant la Coupe Stanley. Les rumeurs annoncent depuis plusieurs semaines son intention de démissionner, soit parce qu'il serait mécontent des interférences de ses dirigeants, soit parce qu'il voudrait retourner à une vie professionnelle plus calme dans la manufacture de blocs de ciment. Il finit par sortir de sa réserve pendant la finale en expliquant qu'il restera en poste tant qu'on voudra de lui.

 

Meilleurs marqueurs des play-offs

                                  MJ   B  A Pts  Pén
1 Maurice Richard      Montréal   11   9  4  13  13'
2 Max Bentley          Toronto    11   2 11  13   4'
3 Sid Smith            Toronto    11   7  3  10   0'
4 Ted Kennedy          Toronto    11   4  5   9   6'
  Tod Sloan            Toronto    11   4  5   9  18'
6 Sid Abel             Detroit     6   4  3   7   0'
  Gordie Howe          Detroit     6   4  3   7   4'
  Joe Klukay           Toronto    11   4  3   7   0'

 

 

La saison précédente (1949/50)

La saison suivante (1951/52)

 

Retour aux archives