Championnat d'Allemagne 1978/79

 

I. Bundesliga : première phase ; poule finale et poule de maintien.

II. Bundesliga : classement.

Oberliga : zone nord, zone sud et finale.

Regionalliga : zone nord, zone ouest, zone sud et finale.

 

 

I. Bundesliga

Première phase (22 matches)

                   Pts   V  N  D   BP-BC  Diff 
 1 Kölner EC        32  16  1  5  132-76  +56
 2 Düsseldorfer EG  32  16  0  6  107-73  +34
 3 SC Riessersee    28  14  0  8  140-98  +42
 4 Mannheimer ERC   27  13  1  8   94-91  +3
 5 Berliner SC      26  12  2  8  129-99  +30
 6 VfL Bad Nauheim  24  11  2  9  102-94  +8
 7 SB Rosenheim     23  10  3  9   99-90  +9
 8 EV Landshut      21  10  1 11   95-90  +5
 9 EV Füssen        16   6  4 12   84-113 -29
10 Augsbourg EV     14   7  0 15   75-119 -44
11 EC Deilinghofen  13   6  1 15   71-116 -45
12 ESV Kaufbeuren    7   3  1 18   70-135 -65

Il n'y a pas seulement plus d'équipes en Bundesliga, il y a aussi beaucoup plus de transferts... et de scandales. Cette saison donne le signal du départ à plusieurs années totalement folles sur et en dehors de la glace.

La première affaire a pour origine la tourmente financière du Berliner SC. Il a créé un an auparavant une structure, la "Eissport Berlin KG", chargée de s'occuper de l'équipe première, et a fini par lui céder gratuitement les licences des joueurs. Mais le club le plus titré du hockey allemand a depuis lors changé de président, et son nouveau chef Wilfried Schacht a d'autres projets. Il demande qu'on lui prête les licences, juste le temps de les renouveler, tout en s'engageant à les rendre ensuite... Tout semble se passer normalement, les licences sont validées pour la nouvelle saison par la fédération régionale berlinoise, qui les rend à Schacht... qui les garde. Il a pour objectif de créer une nouvelle structure, la "Eishockey-Berlin KG".

Du coup, Erich Weishaupt (parti à Mannheim) et Peter Scharf (parti à Rosenheim), dont les clubs ont négocié avec la "Eissport Berlin KG" et avec l'ancien président Heinz Lambrecht, se retrouvent sans licence, faute de s'être adressé au bon interlocuteur. Or, les règles fédérales stipulent que les clubs doivent s'être mis d'accord sur les transferts avant le 31 août. La date est dépassée et la DEB décident que Mannheim et Rosenheim doivent être privés de leur points. Les deux clubs font appel au célèbre avocat Rolf Bossi qui leur fait obtenir gain de cause dans un recours express : cela permet au promu Mannheim, redoutable avec ses Germano-Canadiens, d'intégrer le top-6.

Pour Rosenheim en revanche, les points restitués ne suffisent pas pour se qualifier. Mais ce n'est pas trop grave pour ce club qui revient de loin. L'EV Rosenheim avait connu une fin peu glorieuse devant guère plus de mille spectateurs. Les joueurs se servaient dans la recette pour être payés et la faillite était inévitable. Le club a alors fusionné avec le TC1860 Rosenheim (équipe évoluant à bas niveau en Landesliga et composée essentiellement de vétérans de l'EVR) puis est entré le SB Rosenheim, une structure présidée par le millionnaire de la viande Josef März, dont l'assise financière permettra de retrouver des années fastes. Cela commence par le recrutement de deux piliers de l'équipe de Tchécoslovaquie, Jiri Holik et Oldrich Machac.

Ces deux joueurs avaient failli aller à Düsseldorf, Holik un an plus tôt et Machac en juin 1978... mais à une condition posée par la fédération tchécoslovaque : que le DEG renonce à Jan Marek et Petr Hejma, deux fugitifs tchèques depuis longtemps titulaires de la nationalité allemand. Comme ils sont déjà dans l'effectif, Düsseldorf refuse de céder au chantage et abandonne Machac.

Les internationaux tchécoslovaque sont nombreux à passer - légalement - la frontière. Frantisek Pospisil débarque à Landshut et le gardien Vladimir Dzurilla à Augsbourg. Deux heures et demie après avoir atterri à Munich, Dzurilla est placé dans les cages souabes, avec un équipement prêté, pour le compte de la troisième journée face à Deilinghofen. Il gagne le match 8-5. Le AEV, qui se targue d'être le plus ancien sportif allemand, fondé en 1878, souhaite honorer son centenaire de la meilleure des façons avec cette recrue de prestige. "Avec lui, nous serons certainement dans les six premiers", promet l'entraîneur Jack Holmes. Son équipe sera loin du compte, elle jouera la poule de maintien... sans Holmes, viré.

 

Poule finale (52 matches)

                   Pts    V  N  D     BP-BC   Diff
1 Kölner EC         75   36  3  13   325-215  +110
2 SC Riessersee     64   30  4  18   313-248  +65
3 Berliner SC       56   23 10  19   287-261  +26
4 Düsseldorfer EG   55   26  3  23   248-238  +10
5 VfL Bad Nauheim   51   23  5  24   240-257  -17
6 Mannheimer ERC    49   22  5  25   218-243  -25

La poule finale se résume à un cavalier seul de Cologne. Les corrections infligées au champion en titre Riessersee - 14-1 et 14-2 - suffisent à traduire la supériorité des Rhénans. Certes ils sont battus à leur tour 12-1 à Garmisch, mais c'est alors que le titre est déjà acquis et qu'ils perdent trois de leur quatre dernières rencontres sans enjeu.

Le KEC n'a même pas été freiné par la blessure de son meilleur défenseur Udo Kießling, et encore moins par la suspension pour six matches du centre suédois Hardy Nilsson après une bagarre générale très houleuse lors du 14-2. On utilise simplement le troisième étranger "d'appoint", le défenseur Vic Stanfield, qui se morfondait en tribune d'où il redescendait rarement pour alterner avec son grand ami qui l'avait amené avec lui à Krefeld puis à Cologne, le buteur Dick Decloe.

Cologne était donné favori dès le début puisqu'il avait acquis tous les meilleurs joueurs en profitant des problèmes financiers de ses voisins : à Krefeld, le KEC a récupéré les deux renforts étrangers, et à Düsseldorf, qui a deux fois plus de public mais pas de mécène, il a pioché trois internationaux, le gardien Rainer Makatsch, le défenseur Georg Kink et l'attaquant Walter Stadler.

Cela fait deux titres en trois ans pour le président Jochem Erlemann, mais celui-ci se lasse de perdre son argent, déçu des affluences et même de l'ambiance : il avait fait scandale en qualifiant les spectateurs de Cologne de "public d'opérette qui ne sait pas stimuler son équipe". Lors de célébration du titre, il gâche la fête en annonçant son départ et file le lendemain aux États-Unis où il doit financer la comédie musicale Hair. Entre-temps, il a payé toutes les dettes, mais a donné son accord à la star Kühnhackl pour rentrer à Landshut et a transféré Decloe chez le rival Düsseldorf. Dorénavant, le KEC devra faire sans millionnaire... Ailleurs, on respire : enfin, le championnat sera réouvert.

 

 

Poule de maintien (52 matches)

                   Pts    V  N  D     BP-BC   Diff 
 7 EV Landshut      71   33  5  14   283-173  +110
 8 SB Rosenheim     61   28  5  19   248-212  +36
 9 EC Deilinghofen  43   19  5  28   200-238  -38
10 EV Füssen        42   18  6  28   223-265  -42
11 ESV Kaufbeuren   32   13  6  33   178-285  -107
12 Augsbourg EV     25   11  3  38   175-303  -128

Le EC Deilinghofen est officiellement renommé ECD Iserlohn (le "D" gardant trace de son origine) à l'issue de cette saison. Cela fait en effet huit ans que le club avait déménagé à Iserlohn : la patinoire de Deilinghofen avait été construite à l'initiative des soldats canadiens de l'ONU qui avaient une base dans cette banlieue de Hemer, y faisant naître le hockey sur glace. Lorsqu'ils furent remplacés par des militaires britanniques, ceux-ci utilisèrent l'endroit comme hangar pour leurs véhicules, et seule la ville voisine d'Iserlohn accepta de construire une nouvelle patinoire, ouverte en janvier 1971.

Kaufbeuren et Augsbourg sont relégués en Bundesliga II. En grosse difficulté financière, l'AEV centenaire doit même se retirer encore plus bas en Oberliga et se séparer de ses éléments moteurs. Le meilleur joueur Ernst Höfner et le meilleur junior Miro Nentvich (33 buts) ne suivent pas la tendance générale qui pousse vers l'ouest lais restent en Bavière, le premier à Riessersee et le second à Rosenheim.

 

Meilleurs marqueurs

                                       B   A  Pts 
 1 Erich Kühnhackl        Cologne     59  58  117
 2 Craig Sarner           Berlin      52  64  116
 3 Gerd Truntschka        Landshut    52  54  106
 4 Martin Hinterstocker   Berlin      78  27  105
 5 Hardy Nilsson          Cologne     21  81  102
 6 Claes-Ove Fjällby      Landshut    58  39   97
 7 Holger Meitinger       Rosenheim   66  28   94
 8 Marcus Kuhl            Cologne     45  49   94
 9 Murray Heatley         Riessersee  49  42   91
10 Dick Decloe            Cologne     57  33   90

Trophées et distinctions

Joueur allemand de l'année (lecteurs de Sport-Kurier) : Erich Weishaupt (Mannheim).

Meilleur novice (trophée Alois-Schloder) : Miroslav Nentvich (Augsbourg).

Meilleurs joueurs par poste (moyenne des notes de match de Sport-Kurier) : Erich Weishaupt (gardien, Mannheim), Udo Kießling (défenseur, Cologne), Erich Kühnhackl (centre, Cologne), Murray Heatley (ailier, Riessersee).

 

 

 

Bundesliga II

Classement (40 matches)

                   Pts   V  N  D   BP-BC   Diff
 1 Duisburger SC    73  36  1  3  279-120  +159
 2 EHC Freiburg     68  32  4  4  253-94   +159
 3 EHC 70 Munich    51  22  7 11  148-116  +32
 4 TSV Straubing    45  19  7 14  175-155  +20
 5 EC Bad Tölz      44  19  6 15  186-149  +37
 6 RSC Bremerhaven  44  19  6 15  221-199  +22
 7 EV Landsberg     35  17  1 22  183-205  -22
 8 EHC Essen        30  15  0 25  187-206  -19
 9 EV Regensburg    21   9  3 28  120-227  -107
10 SG Nuremberg     18   7  4 29  187-307  -120
11 EV Pfronten      11   4  3 33  109-270  -161
12 Peiting forfait juste avant la saison

Duisbourg et Fribourg-en-Brisgau sont promus en Bundesliga I.

Pfronten et Peiting sont relégués en Oberliga.

 

 

Oberliga

Zone nord

Première phase (14 matches)

                   Pts   V  N  D   BP-BC  Diff
1 Hanovre           26  12  2  0  135-36  +99
2 Herne             22  11  0  3  109-43  +66
3 Dortmund          20  10  0  4   99-69  +30
4 Hambourg SV       15   7  1  6   95-61  +34
5 Grefrath          15   7  1  6   80-77  +3
6 Francfort         10   5  0  9   56-108 -52
7 Moers              4   2  0 12   65-136 -71
8 Braunlage          0   0  0 14   32-147 -115

 

Poule finale (20 matches)

                   Pts   V  N  D   BP-BC  Diff
1 Herner EV         33  15  3  2  167-53  +114
2 EC Hanovre        29  14  1  5  160-92  +68
3 Hambourg SV       22   9  4  7  115-91  +24
4 Westf. Dortmund   17   8  1 11  103-124 -21
5 Grefrather EC     17   8  1 11   92-140 -48
6 Eintr. Francfort   2   1  0 19   77-214 -137

Herne, Hanovre et Hambourg (qui dispose pour la première fois d'une patinoire couverte, celle de Farmsen ouverte en octobre) sont qualifiés pour la finale nationale.

Poule de promotion/relégation (16 matches)

                   Pts   V  N  D   BP-BC  Diff
1 Krefeld           32  16  0  0  179-30  +149
2 GSV Moers         25  12  1  3  148-71  +77
3 Neusser SC        21   9  3  4  103-87  +16
4 WSV Braunlage     21  10  1  5  109-83  +26
5 ERC Ludwigshafen  14   7  0  8  106-69  +37
6 Preußen Berlin    11   5  1 10   72-84  -12
7 VERC Lauterbach   10   5  0 10   79-111 -32
8 FASS Berlin        4   2  0 14   53-138 -85
9 Condor Hambourg    2   1  0 13   31-207 -176

Krefeld et Neuss sont promus en Oberliga. Ludwigshafen doit l'être aussi mais y renonce pour raisons financières. Les Berliner FC Preussen prendront sa place.

 

Zone sud

Première phase (22 matches)

                   Pts   V  N  D   BP-BC  Diff
 1 Deggendorfer SC  42  21  0  1  200-63  +137
 2 Schwenningen     38  19  0  3  156-47  +109
 3 TEV Miesbach     28  13  2  7  146-109 +37
 4 SG Moosburg      26  12  2  8  121-126 -5
 5 EHC Klostersee   25  11  3 18  126-103 +23
 6 EV Ravensburg    24  11  2  9  117-107 +10
 7 VER Selb         24  11  2  9  132-101 +31
 8 TSV Peißenberg   16   6  4 12   81-143 -62
 9 EHC Stuttgart    13   5  3 14   77-129 -52
10 TuS Geretsried   10   4  2 16   78-126 -48
11 Bad Wörishofen    9   4  1 17   65-123 -58
12 ERC Sonthofen     9   4  1 17   82-204 -122

 

Poule finale (10 matches)

                   Pts   V  N  D   BP-BC  Diff
1 Deggendorfer SC   19   9  1  0   98-32  +66
2 Schwenninger ERC  17   6  1  3   49-31  +18
3 EHC Klostersee    11   5  1  4   52-58  -6
4 EV Ravensburg     10   4  2  4   43-52  -9
5 SG Moosburg        4   2  0  8   32-60  -28
6 TEV Miesbach       3   1  1  8   35-76  -41

Deggendorf, Schwenningen et Klostersee sont qualifiés pour la finale nationale.

Poule de maintien (10 matches)

                   Pts   V  N  D   BP-BC  Diff
 7 VER Selb         16   8  0  2   59-37  +22
 8 TuS Geretsried   11   5  1  4   54-37  +17
 9 Bad Wörishofen   11   5  1  4   48-40  +8
10 EHC Stuttgart    10   5  0  5   31-47  -16
11 TSV Peißenberg   10   5  0  5   46-37  +9
12 ERC Sonthofen     2   1  0  9   41-81  -40

Peißenberg et Sonthofen sont relégués en Regionalliga, mais Peißenberg sera repêché par la décision d'élargir l'Oberliga sud.

 

Finale d'Oberliga (10 matches)

                   Pts   V  N  D   BP-BC  Diff
1 Deggendorfer SC   18   9  0  1   76-39  +37
2 Schwenninger ERC  16   8  0  2   73-28  +45
3 Herner EV         10   5  0  5   53-53   0
4 EC Hanovre         9   4  1  5   58-77  -19
5 EHC Klostersee     5   2  1  7   48-67  -19
6 Hambourg SV        2   0  2  8   27-71  -44

Deggendorf et Schwenningen sont promus en Bundesliga II. Herne sera ensuite repêché à la place d'Augsbourg.

 

 

 

Regionalliga

Zone nord

Regionalliga Nord (14 matches)

                   Pts   V  N  D   BP-BC  Diff
1 Preussen Berlin   27  13  1  0  142-38  +104
2 FASS Berlin       19   9  1  4   84-49  +35
3 Condor Hambourg   19   9  1  4   91-71  +20
4 Wedding Berlin    14   7  0  7   87-82  +5
5 ESC Wedemark      14   6  2  6  100-113 -13
6 Bremerhaven 1b    12   5  2  7   78-77  +1
7 TV Jahn Wolfsburg  5   2  1 11   64-121 -57
8 Hambourg SV 1b     2   1  0 13   37-132 -95

Les quatre premiers accèdent à une poule de promotion en Oberliga nord, mais le EG Wedding Berlin déclarera forfait et retirera son équipe.

 

Zone ouest

Regionalliga West (14 matches)

                   Pts   V  N  D   BP-BC  Diff
1 EHC Krefeld 78    26  13  0  1  229-26  +203
2 VERC Lauterbach   22  10  2  2  142-43  +99
3 ERC Ludwigshafen  18   9  0  5   87-67  +20
4 Neusser SC        16   7  2  5   93-62  +31
5 ESG Kassel        12   6  0  8   86-87  -1
6 Herner EV 1b      10   5  0  9   93-103 -10
7 EC Nordhorn        8   4  0 10   88-133 -45
8 RSC Bielefeld      0   0  0 14    8-305 -297

Kassel, Lauterbach, Ludwigshafen et Neuss accèdent à une poule de promotion en Oberliga nord.

 

Zone sud

Regionalliga Süd (22 matches)

                     Pts   V  N  D   BP-BC  Diff
 1 ERC Ingolstadt     39  18  3  1  135-58  +77
 2 TSV Lechbruck      34  15  4  3  182-77  +105
 3 Bad Reichenhall    32  14  4  4  103-69  +34
 4 Fürstenfeldbruck   30  13  4  5   94-74  +20
 5 EV Pegnitz         22   9  4  9   95-101 -6
 6 Frillensee Inzell  21   9  3 10   95-86  +9
 7 SC Gaißach         19   8  3 11   88-102 -14
 8 TSV Farchant       19   8  3 11   87-102 -15
 9 EC Oberstdorf      16   7  2 13  129-155 -26
10 TSV Königsbrunn    14   5  4 13   74-114 -40
11 EV Mittenwald      13   5  3 14   83-136 -53
12 SV Hohenfurch       5   2  1 19   56-147 -91

Ingolstadt et Lechbruck sont promus en Oberliga ; Bad Reichenhall et Fürstenfeldbruck la rejoindront également à la faveur de son élargissement.

Hohenfurch est relégué en Bayernliga.

 

Finale de Regionalliga

Tour qualificatif

Berliner FC Preußen - Krefeld 2-5 3-6

Finale

Ingolstadt - Krefeld 5-1 2-3

Ingolstadt remporte le titre honorifique de champion de Regionalliga.

 

 

La saison précédente (1977/78)

La saison suivante (1979/80)

 

Retour aux archives